Par Fyodor Lukyanov, rédacteur en chef de Russia in Global Affairs, président du présidium du Conseil de la politique étrangère et de défense et directeur de recherche du Valdai International Discussion Club.

RT : 31 Juillet 2022

Un conflit gelé depuis deux décennies(*) pourrait éclater à nouveau en raison de la nouvelle guerre froide en Europe.

Des tensions entre Belgrade et Pristina se produisent régulièrement, car la question du Kosovo n’a pas été résolue depuis 1999, lorsque la province a obtenu de facto son indépendance après la campagne de l’OTAN menée par les États-Unis contre l’ex-Yougoslavie.

Toutefois, cette fois-ci, le risque existe que des frictions plus ou moins routinières se transforment en un conflit dangereux, car le contexte a radicalement changé.

Le problème du Kosovo a été résolu à la fin du vingtième siècle en stricte conformité avec l’approche dominante de l’époque, et en l’absence apparente d’une alternative. Dans la majeure partie de l’Europe (c’est-à-dire en dehors de l’ex-URSS), les différends ont été réglés selon les principes d’équité de l’UE et, lorsqu’ils ne pouvaient être résolus à l’amiable, des pressions ont été exercées sur les rebelles, jusqu’à l’utilisation de la force militaire (principalement américaine, comme toujours).

Les acteurs les plus récalcitrants se trouvaient dans les Balkans – dans la première moitié des années 90, la guerre de Bosnie a eu lieu, et dans la seconde – le conflit kosovar.

Sans évaluer la qualité et les aspects moraux de la politique de ces 25 dernières années, nous pouvons parler de la chose la plus importante. La région s’est développée dans des conditions où la seule feuille de route future pour les différents États était une éventuelle adhésion à l’UE – dont les perspectives variaient de relativement proches à très lointaines, mais inévitables.

Il n’y avait pas d’autres options, pas de plans B, C ou D. Par conséquent, c’est l’UE qui a réglementé les processus qui se déroulaient localement et, en général, cette configuration était considérée comme acquise.

En outre, d’autres puissances traditionnellement actives et importantes dans les Balkans – la Russie et la Turquie – ont indiqué leur présence (parfois très clairement), mais n’ont pas prétendu avoir une voix décisive dans la manière dont les choses étaient organisées. Ce cadre définissait également la marge de manœuvre des pays de la région, y compris de ceux qui étaient les plus bruyants mécontents, comme la Serbie.

Aujourd’hui, deux circonstances principales ont changé. Premièrement, l’UE est dans un état de vulnérabilité tel qu’elle n’est pas prête à assumer l’entière responsabilité de la situation politique extrêmement complexe de sa périphérie immédiate. Elle ne peut pas promettre l’adhésion, et plus précisément – même si une telle promesse était faite, elle ne garantit rien.

La gestion par l’UE des problèmes centraux des Balkans – en Bosnie et au Kosovo – n’a pas abouti au résultat souhaité au cours du dernier quart de siècle. Il est donc d’autant moins probable que cela fonctionne maintenant. Car la deuxième circonstance est que la Russie et l’Occident (l’UE plus les États-Unis et l’OTAN) sont dans un état de confrontation aiguë.

Par conséquent, il n’y a aucune raison d’espérer l’aide de Moscou pour résoudre la situation (que ce soit au Kosovo ou en Bosnie). À l’heure actuelle, la pratique favorite de l’Occident, à savoir « l’interaction sélective » (nous collaborons avec la Russie lorsque nous en avons besoin, nous refusons de nous engager sur d’autres questions), ne peut plus être appliquée. Il n’y aura pas de coopération : La Russie et l’Occident seront partout de part et d’autre des barricades, quelle que soit la question abordée. Nous sommes dans une guerre froide systémique. Et cette réalité peut grandement influencer ce qui se passera dans les Balkans.

La question est de savoir dans quelle mesure les acteurs régionaux ont conservé leur passion pour l’épreuve de force, la vengeance ou l’expansion. Certains soupçonnent que ce zèle a été épuisé et émasculé. Mais s’il brûle encore, alors des forces extérieures entreront dans la mêlée cette fois, en soutenant les parties opposées.

Fyodor Lukyanov

(*) Lire aussi: https://siteveillestrategique.blogspot.com/2022/07/serbie-regain-de-tensions-au-kosovo.html

Dick Marty : « L’indépendance du Kosovo n’a pas été décidée à Pristina »

Dick Marty : « Ce que j’ai découvert m’a profondément choqué »

Source: RT

Traduction: Arrêt sur info

Imprimer