Le 11 décembre 2015, les Républicains de la Chambre des représentants au Congrès américain ont annoncé la création d’une commission spéciale qui examinera la falsification des données sur les opérations de la coalition en Irak et en Syrie. Le groupe devra identifier la falsification et tentera de comprendre si le problème est de nature systémique. La décision de créer ce groupe spécial a été adoptée en novembre après que plus de cinquante analystes de CENTCOM se sont plaints que leurs rapports sur les résultats des opérations de la coalition contre ISIS avaient été réduits pour présenter la situation plus positivement.

Malgré le fait que les résultats préliminaires de l’enquête ne doivent être soumis qu’en janvier, le Républicain Jackie Speier a confirmé que les falsifications qui avaient sous-estimé les capacités de combat d’ISIS avaient bien eu lieu. Un exemple est la déclaration du mois de mai du Général Thomas Weidle, qui a dit qu’ISIS «perd et reste en défense».

Cependant, immédiatement après son discours, des terroristes ont capturé le quartier central de Ramadi, le centre administratif de la province Anbar. Si la direction américaine disposait d’une image claire de ce qui se passe, elle pourrait prendre des mesures et même empêcher que les armes, l’équipement militaire et les munitions tombent aux mains des militants. La valeur des armes et de l’équipement militaire  américains capturé par des djihadistes représente des centaines de millions de dollars.

En effet, la question de savoir si l’on peut faire confiance aux généraux du CENTCOM s’est posée en octobre de l’année dernière, quand ISIS a capturé les approvisionnements que l’armée de l’air américaine était censée  livrer à la milice kurde dans la ville assiégé de Kobani. Selon le communiqué de presse militaire, pour éviter la capture d’une des cargaisons poussée par le vent loin du lieu de réception, le conteneur militaire a été détruit par un raid aérien. Le reste des envois a été livré avec succès. Cependant, le porte-parole de Pentagone Steve Warren a rapporté que les deux conteneurs ont été perdus sur le parcours et que seulement un conteneur a été détruit.

De plus, les représentants militaires se contredisent à propos du détournement d’armes au profit des terroristes. Ils restent flous quant au nombre total de conteneurs parachutés pour les défenseurs de Kobani (Warren a a cité le chiffre de 28 conteneurs, tandis qu’auparavant on ne parlait que de 6).

De plus, les assurances apaisantes selon lesquelles le conteneur capturé par ISIS ne donnerait pas un avantage à l’ennemi ne sont pas convaincantes. Le Pentagone a rapporté que seulement 80 % de l’eau et de la nourriture envoyées par avion aux minorités religieuses en Irak du Nord ont été livrés à leurs destinataires. Et comme nous le voyons avec l’exemple de Kobani, même l’utilisation de parachutes guidés par GPS ne peut être assurée. Alors, combien d’armes les contribuables américains ont-ils données aux djihadistes ?

Que des participants soigneusement choisis du programme d’entraînement de la CIA pour l’opposition modérée rejoignent aussitôt les djihadistes nous en dit long sur le manque de conscience ou même la duplicité du commandement américain.

Ainsi, en septembre 2015, presque immédiatement après avoir quitté les camps d’entraînement pour la Syrie, la Division 30 a transféré tout son équipement, armes et munitions à Jabhat al-Nusra. Et ce n’était malheureusement pas la première fois. De nouveau, le commandant d’unité a mis cela sur le compte du manque d’instructeurs et de la logistique défaillante lors de la préparation du programme de la CIA.

Mais environ 500 millions de dollars avaient été alloués à cet effet ! Comment cet argent a-t-il été dépensé ? Pour acheter des armes aux terroristes !

Pendant la discussion du budget de 2016, presque tous les articles dans les médias de masse ont évité de lier la question de la pertinence et de la possibilité d’entraîner l’opposition modérée pour se battre contre ISIS à celle de savoir quels résultats cette opposition a obtenus contre Assad. Est-ce vraiment la même chose?

Nous espérons que le groupe spécial de la Chambre des représentants mesurera non seulement l’ampleur des rapports frauduleux sur les résultats de l’activité de la coalition contre le terrorisme, mais aussi qu’il identifiera les personnes responsables de ces manquements ainsi que leurs motivations. La communauté internationale veut savoir à qui exactement le Pentagone fournit des armes et quelles installations il bombarde.

Le 29 décembre 2015 – tamarlomidze

Traduit par Jefke pour le Saker francophone

Source: http://lesakerfrancophone.fr/pourquoi-le-pentagone-a-t-il-falsifie-des-rapports-de-succes-militaires-contre-isis

Imprimer