«D’éventuels lauréats du prix Nobel de la paix» (photo www.anti-spiegel.ru)


L’attribution du prix Nobel de la paix à deux journalistes russe et philippin, célébrée par les médias occidentaux comme un signe envoyé aux «mauvais régimes», a révélé que le prix Nobel de la paix était un instrument de propagande occidentale.


Par Thomas Röper

Paru le 10 octobre 2021 sur le blog Anti-spiegel.ru sous le titre Warum die falschen Journalisten den Friedensnobelpreis erhalten haben


Je pense qu’il est très bien que des journalistes qui défendent des reportages véridiques malgré la répression, même au risque de leur vie, et qui exposent les scandales des gouvernements reçoivent le prix Nobel de la paix. Cependant, dans ce contexte, me viennent à l’esprit des noms de personnes qui n’ont manifestement pas été pris en compte lors de l’attribution de cette distinction.

Le premier nom qui me vient est Julian Assange. Avec sa plateforme Wikileaks, Assange a mis au jour d’innombrables scandales et crimes de guerre commis par les Etats-Unis. Personne ne le conteste, et les «médias de qualité» ont gagné beaucoup d’argent à l’époque en rapportant les crimes de guerre qu’il a dénoncés. Assange a également soutenu Edward Snowden dans sa fuite de Hong Kong après que Snowden a révélé que les services de renseignement américains violaient la Constitution américaine en mettant systématiquement sur écoute et en espionnant leur propre population. Le fait qu’il soit également apparu que ces services procèdent de la même manière dans tous les autres pays du monde, en mettant sur écoute et en espionnant tout et tout le monde, était presque secondaire.

Mais Assange n’a pas été honoré pour son courage et n’a pas été couvert de médailles; à la place, il a été placé sur la liste des personnes recherchées par les Etats-Unis, alors que ces derniers ont largement laissé les criminels de guerre impunis et n’ont rien changé aux pratiques de leurs services secrets. Au lieu de cela, un dossier a été constitué contre Assange en Suède pour un viol présumé, qui a depuis longtemps été abandonné, étant donné qu’il n’y a pas eu de viol du tout.

Mais cette affaire a donné lieu à un mandat d’arrêt au Royaume-Uni, auquel Assange a échappé en se cachant dans l’ambassade d’Equateur pendant sept ans avant qu’un nouveau gouvernement dans ce pays ne le mette à la porte et ne le remette à la police britannique. Depuis, Assange est en détention, car les Etats-Unis exigent son extradition. Entre-temps, Assange a déjà passé neuf ans en captivité de facto et, pour ne rien arranger, il est même torturé en détention au Royaume-Uni, comme l’a dénoncé le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture dans de nombreux rapports.

Les médias occidentaux, cependant, ne s’en préoccupent pas et le gouvernement [allemand], par exemple, interrogé à plusieurs reprises, déclare même effrontément qu’il n’a pas lu ces rapports et ne veut donc rien dire à ce sujet.

Et le fait que l’acte d’accusation américain, pour lequel Assange est détenu sous la torture au Royaume-Uni depuis deux ans, a été monté de toutes pièces par le FBI, on ne le découvre pas dans Der Spiegel. L’acte d’accusation du FBI repose sur les déclarations d’un escroc nommé Sigurdur Ingi Thordarson, qui a déjà déclaré publiquement qu’il avait inventé les déclarations sur lesquelles repose l’acte en échange de l’assurance d’une immunité de poursuites par le FBI. Il est maintenant en prison en Islande pour d’autres crimes.

Au lieu d’Assange, un journaliste russe et un journaliste philippin ont reçu le prix Nobel de la paix. Je ne veux pas dévaloriser leur travail, mais le fait de décerner le prix à ces deux journalistes, qui ne sont pas en prison, ne sont pas torturés et ne risquent pas la peine de mort ou au moins une peine de prison à vie s’ils sont extradés aux Etats-Unis, sans décerner également le prix Nobel de la paix à Julian Assange, montre plus que clairement une chose: le prix Nobel de la paix n’est rien d’autre qu’un outil de propagande de l’Occident, utilisé à mauvais escient pour fabriquer l’opinion au lieu d’honorer des personnes qui méritent vraiment ce prix.

D’ailleurs, nous saurons très bientôt si les deux journalistes ont été récompensés à juste titre. Ils prononceront des discours lors de la cérémonie de remise des prix et s’ils ne mentionnent pas du tout Julian Assange, alors non seulement le prix Nobel de la paix s’est critiqué lui-même, mais aussi ses lauréats.

Thomas Röper


Source: https://www.anti-spiegel.ru/2021/warum-die-falschen-journalisten-den-friedensnobelpreis-erhalten-haben

(Traduction «Point de vue Suisse»)

Imprimer