Au deuxième jour de la guerre entre la résistance palestinienne et ses colonisateurs israéliens, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a ordonné au porte-avions américain USS Gerald R Ford, (photo ci-dessous) le plus moderne de l’arsenal américain, ainsi qu’à ses 5.000 membres d’équipage – pour naviguer vers la Méditerranée orientale en soutien au régime colonial de peuplement israélien et d’apartheid contre les Palestiniens.

Le Ford héberge un croiseur lance-missiles et quatre destroyers lance-missiles. Les États-Unis envoient également l’USS Normandy, un croiseur lance-missiles armé de canons navals, ainsi que les destroyers USS Thomas HudnerUSS RamageUSS Carney et USS Roosevelt.

Austin a ajouté que les États-Unis renforcent les F-35 de l’Air Force, l’avion de combat le plus avancé au monde, en plus des escadrons d’avions de combat F-15F-16 et A-10 dans la région. Austin fait probablement référence aux avions de combat stationnés dans les bases militaires américaines des pays arabes voisins, notamment la Jordanie, Bahreïn, le Qatar et l’Arabie saoudite.

Même s’il ne s’agit peut-être que d’une démonstration de force, si les États-Unis choisissent d’utiliser leurs bombardiers contre les Palestiniens, il est peu probable que les régimes arabes s’y opposent ou puissent s’y opposer. Austin a ajouté que l’administration Biden « fournira rapidement aux Forces de défense israéliennes des équipements et des ressources supplémentaires, y compris des munitions. La première aide à la sécurité commencera à être acheminée aujourd’hui et arrivera dans les prochains jours ».

Défense des colons

Ce ne serait pas la première fois que des navires américains ou européens seraient envoyés pour protéger des colons en Palestine. En 1854, un groupe de fanatiques protestants blancs américains, connus sous le nom de « Dicksons », fondèrent la « colonie de mission américaine » à Jaffa. Ils se sont heurtés à la résistance des Palestiniens indigènes qui ont attaqué leur colonie en 1858, tuant un certain nombre d’entre eux.

Les États-Unis ont ensuite envoyé une frégate à vapeur, l’USS Wabash, qui battait pavillon américain, jusqu’aux côtes de Palestine pour exiger que les Ottomans poursuivent les assassins. Une action similaire fut entreprise deux décennies plus tard par les Allemands pour défendre les colons protestants allemands fanatiques.

Pendant la guerre ottomane-russe de 1877-1878, des navires de guerre allemands arrivèrent sur les côtes de Palestine pour défendre les colons religieux allemands, connus sous le nom de « Templiers », au cas où ils seraient attaqués. Dans la foulée, le consul allemand contraint les Ottomans à reconnaître les colonies des Templiers, ce qu’ils avaient refusé de faire jusqu’alors.

En effet, les Templiers avaient espéré faire de la Palestine un État chrétien protestant, espérant qu’elle serait attribuée à l’Allemagne à la fin de la guerre. Ils allaient cependant, être grandement déçus.

Trois décennies plus tard, lors du soulèvement des Jeunes Turcs à Constantinople en 1908, les paysans palestiniens attaquèrent les colonies allemandes. Une fois de plus, les Allemands envoyèrent un navire de guerre à Haïfa pour défendre les colons au cas où de nouvelles attaques suivraient.

La bataille immédiate

Il y a quelques semaines, et en prévision de son 50e anniversaire, Israël a publié bon nombre des documents classifiés sur sa guerre de 1973 avec l’Égypte et la Syrie, qui lancèrent des invasions surprises de la péninsule du Sinaï et du plateau du Golan occupés par Israël, respectivement, pour les libérer de la mainmise israélienne.

Les milliers de documents révèlent les délibérations gouvernementales, les consultations militaro-politiques, les réunions des commissions de la Knesset et la correspondance avec les gouvernements étrangers sur la conduite de la guerre.

En réponse aux demandes de soutien militaire d’Israël, les États-Unis ont procédé à ce qui a été le plus grand transfert d’armes de leur histoire. Henry Kissinger, secrétaire d’État américain et conseiller à la sécurité nationale à l’époque, a révélé la pensée du gouvernement américain dans une récente interview accordée au Jerusalem Post. « Nous étions déterminés, dès le début, à empêcher une victoire arabe », a-t-il déclaré. « Nous étions absolument convaincus, dès la première seconde, que nous rétablirions le statu quo. »

Kissinger a affirmé : « Nous avions basé nos premières discussions sur la guerre sur le fait que l’avantage militaire était du côté d’Israël. » Lorsque cela ne s’est pas concrétisé, il est devenu nécessaire de répondre aux demandes frénétiques d’Israël en matière de réapprovisionnement militaire.

Il a ajouté : « Il y avait deux problèmes distincts, la bataille immédiate et la bataille à plus long terme. Dans la bataille immédiate, Israël devait arrêter l’avancée de l’ennemi et passer à l’offensive avant qu’une intervention diplomatique américaine puisse avoir lieu de manière significative, et je les ai exhortés à lancer une offensive sur certains fronts – et leur ai dit que nous n’agirions diplomatiquement qu’une fois que cela aurait réussi. »

Les États-Unis ont immédiatement envoyé le porte-avions Franklin Delano Roosevelt en Méditerranée orientale pour rejoindre le porte-avions américain Independence, qui y était déjà stationné. Le transporteur américain John F Kennedy a également reçu l’ordre de les rejoindre. Ces mesures ont été renforcées par le transport aérien massif de matériel militaire par les États-Unis, ainsi que par les conseils de Kissinger aux Israéliens sur la manière de poursuivre les batailles et les assurances du soutien diplomatique américain.

Ces efforts ont été étayés par des médias américains profondément racistes, anti-arabes et pro-israéliens, qui ont diffusé de manière agressive un récit de victimisation israélienne qui persiste aujourd’hui. La propagande propageait que l’Égypte et la Syrie avaient envahi Israël, alors qu’en réalité les deux pays avaient envahi les territoires égyptiens et syriens occupés par Israël depuis 1967.

Sympathie racialisée

Compte tenu de ce précédent réussi, les Américains espèrent pouvoir répéter leur performance de 1973. En effet, l’échafaudage médiatique américain en faveur du solide soutien américain au régime de l’apartheid s’est révélé sans vergogne à partir du moment où la résistance palestinienne a riposté contre Israël. Ce qui domine les réseaux, c’est l’hypocrisie habituelle et la sympathie racialisée pour les victimes juives israéliennes de la guerre, tout en gardant le silence sur les victimes palestiniennes.

Comme Kissinger, l’actuel secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est engagé dès le premier jour de la guerre à « renforcer la sécurité d’Israël ». Il a en outre « souligné le soutien indéfectible des États-Unis au droit d’Israël à se défendre ».

Cette campagne anti-palestinienne en Occident, qui inclut l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, bat son plein aujourd’hui comme elle l’a fait depuis 1948. Elle reste également déterminée à soutenir la colonie de peuplement israélienne et à vaincre les Palestiniens indigènes anticoloniaux, quoi qu’il arrive.

Les Allemands ont déclaré aux dirigeants suprématistes juifs d’Israël que Berlin était « de votre côté ». La France a fait écho aux mêmes sentiments en affirmant qu’elle « se tient aux côtés d’Israël et des Israéliens », tandis que les Britanniques ont déclaré que le Royaume-Uni « soutient Israël ».

Ce n’est pas une coïncidence si ces pays sont soit des colonies de peuplement elles-mêmes, comme le restent les États-Unis, soit des pays colonisateurs qui ont établi des colonies de peuplement suprémacistes blanches – la Namibie, le Tanganyika, la Rhodésie, l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Tunisie et le Kenya, pour n’en citer que quelques-unes, – pour lesquels ils se sont battus avec beaucoup de violence des années 1890 aux années 1980, lorsque la résistance indigène les a finalement renversées.

Pour que quiconque n’oublie pas la nature suprémaciste raciale d’Israël, le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a qualifié les Palestiniens, au troisième jour de la guerre, d’« animaux humains ».

Alors qu’Israël est la dernière colonie de peuplement en Asie ou en Afrique à continuer d’être gouvernée par des lois et des institutions racistes, l’Occident considère sa survie comme le dernier combat de l’Europe et des États-Unis pour soutenir le racisme et le colonialisme de peuplement en dehors de leurs frontières et contre les hordes barbares de non-Européens résistant à la domination coloniale et déterminés à la renverser.

Même si une possible intervention militaire occidentale directe et une participation à la guerre pour soutenir Israël peuvent s’avérer rhétoriques et à des fins de propagande, les sentiments racistes qui les sous-tendent sont bien réels.

Les Occidentaux se serrent les coudes pour empêcher que se réalise la libération palestinienne, quel qu’en soit le prix. Mais si les derniers jours ont démontré quelque chose, c’est que nul ne peut stopper la quête palestinienne de liberté et sa résistance à l’oppression coloniale.

Joseph Massad, 10 octobre 2023