Editorial de Margarita Simonyan, directrice de « RT – Russia Today ». Russia Today dont les journalistes sont régulièrement interdits d’accès dans les conférences de presse en France et aux Etats-Unis en particulier.

Essentiellement, l’Occident devrait être horrifié non pas parce que 76% des Russes ont voté pour Poutine, mais parce que ces élections ont démontré que 95% de la population russe soutient des idées conservatrices patriotiques, communistes et nationalistes. Cela signifie que les idées libérales ne survivent à peine que parmi 5% de la population.

Et vous êtes à blâmer pour cela, mes amis occidentaux. Vous nous avez poussé dans le mode « les Russes ne se rendent pas ».

Je vous ai recommendé depuis longtemps de trouver des conseillers normaux pour la Russie. Virez tous ces parasite! Avec leurs sanctions à courte vue, l’humiliation sans coeur de nos athlètes (y compris les athlètes handicapés), leurs «skripals» et leur mépris ostentatoire des valeurs libérales les plus fondamentales, comme par exemple la présomption d’innocence, qu’ils parviennent à combiner hypocritement avec l’imposition forcée d’idées ultralibérales dans leurs propres pays, leur hystérie de masse épileptique provoquant chez une personne en bonne santé un soupir de soulagement de vivre en Russie et non à Hollywood, avec leur cirque post-électoral aux États-Unis, en Allemagne, et dans la zone du Brexit; avec leurs attaques sur RT, à qui ils ne peuvent pardonner de profiter de la liberté de parole et de montrer au monde comment l’utiliser; et il s’avére que la liberté de parole n’a jamais été destinée à être utilisée pour le bien, mais a été inventée comme un objet de beauté, comme une sorte de balai en cristal qui brille de loin mais qui n’arrive pas à nettoyer vos écuries; avec toute votre injustice et cruauté, hypocrisie inquisitoriale et mensonges, vous nous avez forcés à cesser de vous respecter. Vous et vos soi-disant «valeurs».

Nous ne voulons plus vivre comme vous vivez, non. Pendant cinquante ans, secrètement ou ouvertement, nous voulions vivre comme vous, mais c’est terminé.

Nous n’avons plus de respect pour vous et pour ceux parmi nous que vous soutenez, et pour tous ceux qui vous soutiennent. Voici ce qui explique ce 5%.

Pour cela, vous ne pouvez que vous en prendre à vous-même. Ainsi qu’à vos politiciens, analystes occidentaux et media.

Notre peuple est capable de pardonner beaucoup. Mais nous ne pardonnons pas l’arrogance, et aucune nation normale ne le ferait.

Il faudrait que le seul empire encore restant parmi vous étudie l’histoire de ses alliés, tous sont des anciens empires. Et voyez comment ils ont perdu leurs empires. Seulement par leur arrogance.

Le fardeau de l’homme blanc, mon cul (en anglais dans le texte original – « White man’s burden, my ass. »)

Mais le seul empire qu’il vous reste ne respecte pas l’histoire et refuse d’en tirer les lecons, et finira donc comme cela a toujours fini (comme tous les autres – empires – ont fini).

Vous nous avez tous rallié à votre ennemi. Aussitôt que vous l’avez déclaré ennemi, nous nous sommes réunis autour de lui.

Auparavant, il était simplement notre président et nous pouvions en changer. Mais maintenant il est notre leader. Et nous n’en changerons pas. Et ceci grâce à vous.

C’est vous qui nous avez fait opposer le patriotisme au libéralisme. Bien qu’en général ils ne devraient pas être des concepts mutuellement exclusifs. Vous avez fait de sorte que dans ce faux dilemme nous choisissions le patriotisme.

Mais beaucoup d’entre nous sont vraiment libéraux. Moi, par exemple.

Faites avec ça, car c’est pour longtemps.

Par Margarita Simonyan | 2 juin 2018

Source: https://rusreinfo.ru/fr/2018/06/pourquoi-nous-ne-respectons-plus-loccident/


Lire aussi:

Vladimir Poutine : «Soit la Russie est un pays souverain, soit il n’y a pas de Russie»

Source: Russia Today

Pour le président russe qui s’exprimait à la télévision chinoise, aucune pression occidentale, économique ou politique, ne fera la Russie renoncer à sa souveraineté et à son indépendance.

S’exprimant dans le cadre d’un entretien avec la télévision chinoise CCTV donné le 6 juin 2018, avant de se rendre en Chine le 8 juin prochain, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les sanctions, aussi rigoureuses soient-elles, ne forceront pas la Russie à abandonner sa position indépendante dans le monde, ajoutant que les Russes n’accepteront jamais de compromis au détriment de la souveraineté. «Je crois que soit la Russie sera souveraine, soit il n’y aura pas de Russie du tout. Et bien sûr, le peuple russe choisira toujours la première proposition. Je pense que le peuple chinois fera de même. Nous n’avons pas d’autre option», a-t-il affirmé.

Selon le président russe, les séries de sanctions imposées à son pays par les Etats-Unis, leurs alliés et l’UE n’avaient qu’un seul objectif : entraver son développement économique. Il a néanmoins affirmé que le nombre de sanctions et de mesures punitives ne suffiront jamais pour que la Russie s’effondre et change sa politique. Selon lui, toutes les tentatives de l’Occident pour détruire l’économie russe finiront par se retourner contre les pays qui se sont alignés sur les Etats-Unis pour «punir» la Russie. «Ceux qui ont suivi l’exemple des Etats-Unis commencent eux-mêmes à souffrir de ce que les Etats-Unis mettent en œuvre contre eux», a déclaré Vladimir Poutine en allusion sans doute aux récentes mesures américaines décidées par l’administration Trump concernant la mise en place de taxes sur l’importation de l’acier aux Etats-Unis.

Vladimir Poutine a toutefois précisé qu’il ne le faisait pas remarquer parce qu’il aimait se réjouir des malheurs des autres, mais parce que cela prouvait que les sanctions étaient préjudiciables à toutes les parties, «y compris celles qui les ont initiées». S’exprimant sur les chances que les relations entre l’Occident et la Russie s’améliorent, le président russe a dit qu’il espérait des relations «positives», mutuellement bénéfiques : «Je crois que nous parviendrons à améliorer les relations d’une manière ou d’une autre», a-t-il conclu.

Lire aussi : Sanctions américaines : Poutine donne son aval à une loi de «contre-mesures» économiques

Imprimer