Conférence de presse à l’issue de la visite en Ouzbékistan

En conclusion de sa visite en Ouzbékistan à l’occasion du Sommet de l’OCS (Organisation de coopération de Shanghai), Vladimir Poutine a répondu aux questions des journalistes.

Samarcande, le 16 septembre 2022.

Source : en.kremlin.ru


Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonsoir. Je vous écoute.

Question : Maintenant que le sommet de l’OCS est terminé, pour résumer, pouvez-vous nous dire comment vous considérez les perspectives de développement de l’OCS et quelle est la chose la plus importante pour la Russie au sein de l’OCS ?

Vladimir Poutine : La chose la plus importante, toujours et partout, est le développement économique. Et l’OCS, la coopération avec les pays de l’OCS, crée les conditions du développement de l’économie russe, et donc de la sphère sociale et de la résolution des tâches liées à l’amélioration du niveau de vie de nos citoyens.

L’Organisation de coopération de Shanghai comprend des pays dont la population, comme on l’a dit à maintes reprises, représente presque ou même un peu plus de la moitié de l’humanité. Elle représente 25% du PIB mondial. Et, surtout, les économies nationales de la région, celles des États membres de l’OCS, se développent beaucoup plus rapidement que les autres dans le monde.

Nous avons eu une réunion séparée. J’étais assis à côté du Premier ministre de l’Inde lors du dîner de travail. Le PIB de l’Inde a augmenté de 7 %, celui de la Chine de plus de 5 %. La Chine a été en tête pendant un certain temps et son potentiel est énorme. Nos échanges avec ces pays sont en pleine croissance. Si ces taux sont préservés, et ils ne peuvent que l’être pour de nombreuses raisons objectives, nous serons l’un de ces pays, à côté d’eux, assurant nos intérêts. C’est ce que nous faisons et c’est le point principal.

Question : Cette question préoccupe certainement de très nombreuses personnes dans notre pays. Les gens ont déjà développé certaines inquiétudes au cours de l’Opération militaire spéciale (OMS) en Ukraine. Nous voyons de plus en plus de frappes, de raids et d’actes de terreur même sur le territoire russe. Nous entendons sans cesse des déclarations très agressives selon lesquelles l’objectif final de Kiev et de l’Occident est la désintégration de la Russie. Pendant ce temps, beaucoup pensent que la réponse de la Russie à tout cela est très modérée. Pourquoi cela ?

Vladimir Poutine : Il n’y a rien de nouveau dans tout cela. Franchement, je trouve même un peu étrange d’entendre votre question car les pays occidentaux ont cultivé l’idée de l’effondrement de l’Union soviétique, de la Russie historique et de la Russie en tant que telle, son noyau.

J’ai déjà cité ces déclarations et études de certaines personnalités en Grande-Bretagne pendant et après la Première Guerre mondiale. J’ai cité des extraits des écrits de M. Brzezinski dans lesquels il divisait l’ensemble du territoire de notre pays en parties spécifiques. Il est vrai que plus tard, il a un peu changé de position en pensant qu’il était préférable de maintenir la Russie en opposition à la Chine et de l’utiliser comme un outil pour combattre la Chine. Cela n’arrivera jamais. Laissons-les relever leurs propres défis comme ils l’entendent. Mais nous voyons comment ils les gèrent et, très probablement, ils se font du tort à eux-mêmes dans ce processus. Leurs outils ne sont pas bons.

Mais ils ont toujours aspiré à la dissolution de notre pays, c’est très vrai. Il est regrettable qu’à un moment donné, ils aient décidé d’utiliser l’Ukraine à ces fins. En effet —je réponds maintenant à votre question et la conclusion s’impose d’elle-même— nous avons lancé notre opération militaire spéciale pour empêcher les événements de prendre cette tournure. C’est ce que certains pays occidentaux dirigés par les États-Unis ont toujours cherché à faire —créer une enclave anti-russe et faire tanguer le bateau, menacer la Russie de ce côté. En substance, notre principal objectif est d’empêcher de tels développements.

En ce qui concerne notre réponse modérée, je ne dirais pas qu’elle était modérée, même si, après tout, une Opération militaire spéciale n’est pas un simple avertissement, mais une opération militaire. Au cours de celle-ci, nous assistons à des tentatives de perpétrer des attaques terroristes et d’endommager nos infrastructures civiles.

En effet, nous avons fait preuve d’une certaine retenue dans notre réponse, mais cela ne durera pas éternellement. Récemment, les forces armées russes ont porté quelques coups sensibles dans cette zone. Appelons-les des tirs d’avertissement. Si la situation continue ainsi, notre réponse aura plus d’impact.

Les attaques terroristes sont une affaire sérieuse. En fait, il s’agit d’utiliser des méthodes terroristes. Nous le voyons dans le meurtre de fonctionnaires dans les territoires libérés, nous voyons même des tentatives de perpétrer des attaques terroristes dans la Fédération de Russie, y compris —je ne suis pas sûr que cela ait été rendu public— des tentatives de mener des attaques terroristes près de nos installations nucléaires, des centrales nucléaires de la Fédération de Russie. Je ne parle même pas de la centrale nucléaire de Zaporozhye.

Nous surveillons la situation et nous ferons de notre mieux pour empêcher un scénario négatif de se produire. Nous réagirons s’ils ne réalisent pas que ces approches sont inacceptables. Elles ne sont, en effet, pas différentes des attaques terroristes.

Remarque : Bonjour, Monsieur le Président. Kiev a présenté l’autre jour un projet de garanties de sécurité pour l’Ukraine…

Vladimir Poutine : Attendez une seconde. J’ai quelque chose à ajouter à ma réponse à la première question.

Vous avez dit que nous voyons de l’activité ici et là. Mais Kiev a annoncé qu’il avait lancé une opération active de contre-offensive. Voyons comment cela se déroule et comment cela se termine [sourire].

Allez-y, s’il vous plaît.

Question : Kiev a récemment publié un projet de garanties de sécurité pour l’Ukraine. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet, et quelle est votre évaluation de ce projet ?

Vladimir Poutine : Franchement, je ne suis pas au courant de ce qu’ils ont proposé cette fois-ci. En fait, nous avons commencé à le faire lorsque nous négociions avec les autorités en place à Kiev et, en fait, nous avons achevé ce processus de négociation à Istanbul avec le fameux accord d’Istanbul, après quoi nous avons retiré nos troupes de Kiev afin de créer les conditions appropriées pour conclure cet accord. Au lieu de conclure un accord, Kiev a immédiatement rejeté tous les accords, les a mis dans une boîte et a déclaré qu’il ne chercherait pas à conclure un accord avec la Russie, mais qu’il chercherait plutôt à remporter la victoire sur le champ de bataille. Laissez-les essayer. Ils sont en train d’essayer de le faire avec la contre-offensive. Voyons comment cela se terminera.

Quant aux garanties de sécurité, et il s’agissait de garanties de sécurité assez dures, elles étaient exigées de notre part, des principaux pays de l’OTAN et des États régionaux, y compris la Turquie. Dans l’ensemble, nous étions d’accord avec cela —dans une large mesure. Certaines choses nécessitaient des ajustements mineurs, mais dans l’ensemble, nous étions d’accord et il s’agissait d’exigences assez sérieuses. Cependant, les autorités de Kiev les ont mises de côté.

Qu’ont-elles proposé ? Je ne sais pas, car elles changent de position sur chaque question presque tous les jours. Je dois y jeter un œil.

Je voudrais rappeler à cet égard qu’avant le début de l’Opération militaire spéciale, nous avons parlé des principes de sécurité et des mesures visant à assurer la sécurité de la Russie elle-même, mais personne n’a jugé nécessaire d’y répondre. Malheureusement.

Question : Bonjour, Monsieur le Président. Pourriez-vous partager votre opinion sur le déroulement de l’Opération militaire spéciale ? Est-il nécessaire d’ajuster le plan ?

Vladimir Poutine : Non, le plan ne sera pas ajusté. L’état-major général prend des décisions en temps réel au cours de l’opération et certaines sont considérées comme essentielles, comme l’objectif principal. L’objectif principal est de libérer l’ensemble du territoire du Donbass.

Ce travail se poursuit malgré les tentatives de l’armée ukrainienne de lancer une contre-offensive. Nous n’arrêtons pas nos opérations offensives dans le Donbass même. Elles se poursuivent. Elles se poursuivent à un rythme lent, mais de manière constante et progressive, l’armée russe prend de plus en plus de nouveaux territoires.

Je dois souligner que nous ne combattons pas avec une armée complète mais seulement avec une partie, avec des forces contractées. Mais, bien sûr, cela est lié à certains paramètres de personnel et ainsi de suite. C’est pourquoi nous ne sommes pas pressés à cet égard. Mais pour l’essentiel, il n’y a pas eu de changement. L’état-major général considère que certains objectifs sont importants et d’autres secondaires, mais la tâche principale reste la même et elle est en cours d’exécution.

Question : Le président turc Erdogan a-t-il fait des propositions sur votre rencontre avec Zelensky lors de cette réunion ?

Vladimir Poutine : Il propose toujours de rencontrer Zelensky. Il le fait depuis longtemps et il n’y a rien de mal à cela. Le président turc apporte une contribution substantielle à la normalisation de la situation, y compris à la résolution du problème alimentaire. L’exportation de céréales ukrainiennes via Odessa est en grande partie le résultat de son travail. Il apporte donc une contribution concrète à la résolution d’un certain nombre de problèmes graves qui se posent dans le cadre de cette crise. Et, bien sûr, il est tout à fait naturel qu’il suggère également de rencontrer le président Zelensky, pensant que cela pourrait produire un résultat positif. Il n’en a pas parlé lors de cette réunion.

Question : A quelles conditions pourrait-il y avoir un dialogue avec l’Ukraine maintenant, si tant est qu’il soit possible ?

Vladimir Poutine : Mais ils refusent. La première condition est qu’ils l’acceptent. Mais ils ne le veulent pas. M. Zelensky a annoncé publiquement —je ne sais pas où exactement, mais il l’a dit publiquement— qu’il n’est pas prêt et ne veut pas parler à la Russie. Eh bien, s’il n’est pas prêt, très bien.

Question : Vous avez parlé un peu de votre rencontre avec M. Erdogan. Pourriez-vous développer les points dont vous avez discuté avec lui concernant l’accord sur les céréales ? Est-il toujours en vigueur ? Les céréales et nos engrais seront-ils livrés aux pays les plus pauvres ?

Vladimir Poutine : Eh bien, ce que nous venons de dire au sommet, et les choses que j’ai dites —les journalistes les ont-ils entendues ?

Remarques : Oui.

Vladimir Poutine : Alors je vais devoir le répéter. Tout d’abord, le président Erdogan est l’un des initiateurs de cet accord, plus évidemment l’ONU, mais il est aussi l’un des dirigeants à avoir organisé la mise en œuvre de cette idée.

À partir d’aujourd’hui —d’hier ou d’avant-hier— 121 navires ont quitté les ports ukrainiens. Seuls trois de ces 120 navires se sont dirigés vers les pays les plus pauvres dans le cadre du programme alimentaire des Nations unies. Environ 35%, peut-être un peu plus, des céréales exportées d’Ukraine sont allées dans des pays européens, dans des pays non pauvres, et certainement pas dans les pays les plus pauvres du monde. Et seulement 4,5% des cargaisons ont été envoyées aux pays les plus pauvres dans le cadre du programme des Nations unies.

Lors de notre réunion bilatérale, le président Erdogan a également soulevé la question de l’envoi de la majeure partie de ces exportations de céréales vers les pays les plus pauvres dans le cadre du programme alimentaire des Nations unies, mais cela ne dépend pas de nous. Nous avons seulement assumé l’obligation d’organiser les exportations de céréales. Nous le faisons, mais les Nations unies, ainsi que tous les autres participants à ce processus, devraient finalement atteindre l’objectif pour lequel ce processus a été organisé. Mais je sais que le Secrétaire général [des Nations unies Antonio Guterres] —et je le dis avec une sincérité absolue—fait les efforts nécessaires, il fait vraiment de son mieux, mais jusqu’à présent, il n’a pas réussi non plus.

Il en va de même pour nos exportations d’engrais. C’est quelque chose de sans précédent. Je dirais que la Commission européenne a pris une décision scandaleuse et honteuse en levant l’interdiction d’acheter des engrais russes —mais uniquement pour leurs pays, pour les États membres de l’UE. Mais qu’en est-il des pays les plus pauvres du monde ?

Qu’en est-il de la rhétorique affirmant que « tous nos efforts conjoints devraient viser à prévenir la famine dans ces pays les plus pauvres » ? N’est-ce que du bluff ? Est-ce fait uniquement pour résoudre leurs tâches égoïstes et les problèmes qu’ils ont créés eux-mêmes, de leurs propres mains, tant dans le secteur alimentaire que dans le secteur énergétique ?

Et maintenant, ils essaient de résoudre leurs problèmes auto-infligés aux dépens de quelqu’un d’autre. C’est tout simplement scandaleux. Mais j’espère que nos collègues de la Commission européenne laisseront le bon sens l’emporter pour corriger cette erreur —et considérons-la comme une erreur, un malentendu— et prendre les bonnes décisions.

Il en va de même pour l’exportation d’engrais russes.

Et il serait bon d’envisager les possibilités offertes par le Belarus, l’un des plus grands producteurs mondiaux d’engrais potassiques.

Ils ont donc levé les sanctions sur nos engrais. Les Américains ont en fait été les premiers à les lever, car ce sont des gens généralement pragmatiques. En parlant des exportations de céréales ukrainiennes, savez-vous qui les exporte réellement ? Ce sont des sociétés américaines, qui sont les propriétaires de ces céréales pour la plupart. Il semblerait que des terres en Ukraine aient été vendues à des sociétés américaines il y a longtemps —et qu’elles ne font qu’exporter leurs propres céréales. C’est apparemment la raison pour laquelle on en parle tant. Mais je m’égare.

Ce qui est important, c’est que les sanctions ont été levées sur nos exportations d’engrais —mais il reste des problèmes concernant le fret et l’assurance, plus l’interdiction existante d’entrer dans nos ports d’où sont exportés nos engrais, ainsi que sur les transferts financiers et les règlements. Ils sont conscients de tout cela et ne cessent de dire que ce problème sera résolu, mais personne ne fait réellement quoi que ce soit à ce sujet.

Pour être juste, le Secrétaire général des Nations unies s’efforce de résoudre ces questions. Il a des contacts réguliers avec tous les participants à ce processus. Jusqu’à présent, tout n’a pas fonctionné. Espérons que les négociations du Secrétaire général seront couronnées de succès.

Nous n’avons aucun doute sur le fait que nous vendrons nos marchandises ; nous les vendons maintenant et nous continuerons à les vendre à l’avenir car il y a une grande demande pour ces produits sur les marchés. Le fait est que si les choses continuent ainsi, elles n’atteindront pas les pays les plus pauvres. Vous avez probablement entendu parler des 300 000 tonnes d’engrais russes bloquées dans les ports européens ; nos entreprises disent qu’elles sont prêtes à les fournir gratuitement —il suffit de les débloquer et de les libérer, et nous en ferons don aux pays les plus pauvres et aux marchés en développement. Mais ils le retiennent toujours, et c’est absolument stupéfiant.

Ils ne veulent pas que la Russie gagne de l’argent —mais nous ne faisons pas de bénéfices en donnant des engrais. Je ne comprends tout simplement pas ce qu’ils font. Quel est le but de tout cela ?

On a beaucoup parlé de l’aide à apporter aux pays les plus pauvres, mais c’est exactement le contraire qui se produit.

J’ai l’impression —et cela est particulièrement vrai pour les pays européens— que ces anciennes puissances coloniales vivent encore dans le paradigme de la philosophie coloniale, et qu’elles sont habituées à vivre aux dépens des autres. Elles ne parviennent toujours pas à se débarrasser de ce paradigme dans leurs politiques quotidiennes. Mais il est temps de tirer certaines conclusions et d’agir différemment, de manière plus civilisée.

Question : Votre rencontre bilatérale la plus importante a eu lieu avec le dirigeant de la Chine. C’était une réunion très importante, étant donné l’atmosphère tendue à travers le monde, et le monde entier la suivait. Quels sont les résultats les plus importants de cette rencontre ?

Vladimir Poutine : Aussi étrange que cela puisse paraître, il n’y a rien eu de primordial. Il s’agissait en fait d’une réunion de routine entre nous. Nous ne nous étions pas rencontrés en personne depuis un certain temps, depuis mon voyage à Pékin pour l’ouverture des Jeux olympiques, et nous avons simplement déclaré une augmentation significative du commerce bilatéral.

Nos échanges commerciaux s’élevaient à 140 milliards de dollars US l’année dernière, comme je l’ai mentionné précédemment, et nous nous étions fixé pour objectif d’atteindre 200 milliards de dollars US, mais nous considérions qu’il s’agissait d’une tâche à long terme. Cette année, le commerce mutuel devrait atteindre quelque 180, voire 190 milliards de dollars US, ce qui signifie que l’objectif de 200 milliards de dollars US est sur le point d’être atteint, et je crois que c’est là le point essentiel.

Nous avons parlé des efforts supplémentaires nécessaires pour développer le commerce bilatéral, et de ce qu’il faut faire dans les conditions actuelles pour résister efficacement aux restrictions illégales et à toutes sortes de guerres commerciales déclenchées ici et là par nos soi-disant partenaires commerciaux, qui appliquent diverses restrictions illégales.

Néanmoins, nous devons prendre des mesures pour y répondre d’une manière ou d’une autre. Nous sommes conscients de ce qui se passe.

Nous avons également parlé de la nécessité de développer les échanges et les règlements en monnaies nationales, qui augmentent progressivement —pas aussi vite que nous le souhaiterions, mais il y a tout de même des progrès. Nous avons parlé des grands projets que nous mettons en œuvre et évoqué les projets d’infrastructure qui nous permettraient de débloquer les flux croissants de matières premières. Tels étaient les sujets de discussion.

Mais nous avons également évoqué certaines questions liées à la crise et nous en avons parlé de manière amicale et professionnelle.

Concluons donc, voulez-vous ? Je n’ai pas encore fini de parler là-bas. Ils m’attendent toujours.

Allez-y, s’il vous plaît.

Question : Le département américain du Trésor a non seulement augmenté le nombre de personnes sous sanctions, mais a également apporté des modifications quant à leur profession et aux limites d’âge.

Vladimir Poutine : Quelles limites exactement ?

Remarque : Les limites d’âge. Je m’explique : outre votre conseiller Maxim Oreshkin et le directeur général du système de paiement Mir, elles incluent désormais Maria Lvova-Belova…

Vladimir Poutine : Je ne comprends pas, et Maxim Oreshkin ?

Remarque : Ils ont été sanctionnés par le Département du Trésor américain.

Vladimir Poutine : Maxim Oreshkin ? Sous sanctions ?

Réponse : Oui.

Vladimir Poutine : Apparemment, [il a été sanctionné] pour sa rencontre avec M. Erdogan ; il est allé en Turquie et a rencontré M. Erdogan, et ils l’ont immédiatement sanctionné après.

Répondez : En ce qui concerne l’âge, ils ont également inclus la commissaire présidentielle aux droits de l’enfant, Maria Lvova-Belova, qui a été sanctionnée pour avoir « organisé la capture d’enfants d’Ukraine », selon la formulation des Américains. Parmi les personnes visées par les sanctions figurent également Ramzan Kadyrov et ses enfants mineurs, trois de ses 14 enfants.

Vladimir Poutine : Mineurs, c’est ça ? C’est la première fois que j’entends parler de cela.

Remarque : Cela vient juste de tomber.

Vladimir Poutine : J’étais occupé par d’autres questions, je ne suis pas au courant.

Question : Que pensez-vous de ces sanctions ?

Vladimir Poutine : Je crois que cela ressemble à de la schizophrénie, car imposer des sanctions à des enfants mineurs est tout simplement scandaleux. Il semble qu’ils ont tout simplement perdu le sens de ce qu’ils font.

Quant à notre commissaire aux droits de l’enfant, comme nous le savons, elle s’est impliquée pour ramener nos enfants des zones d’hostilités : de Syrie et d’Irak, ces enfants qui sont restés là-bas en raison de diverses circonstances contre leur gré, et j’espère qu’elle continuera à le faire, que Dieu la bénisse.

C’est une mission noble, elle risque sa vie et sa santé. Il est tout à fait naturel qu’elle contribue à faire venir des enfants de zones d’hostilités ou de zones dangereuses dans le Donbass. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Nous devons la remercier et nous incliner devant elle Pourquoi imposer des sanctions à son encontre ? C’est la première fois que j’en entends parler, et c’est scandaleux.

Question : J’ai une question sur les développements autour de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan. Pensez-vous que d’autres pays tentent d’influer sur la situation au Nagorny-Karabakh alors que Moscou mène une Opération militaire spéciale en Ukraine ? Et la Russie dispose-t-elle désormais de suffisamment de ressources pour continuer à étendre son influence sur nos collègues afin de garantir la paix ?

Vladimir Poutine : Comme vous pouvez le constater, il y a suffisamment de ressources. Le dernier incident frontalier n’a absolument rien à voir avec le Haut-Karabakh : il a eu lieu dans une région totalement différente, à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Nous regrettons effectivement ces événements et déplorons les victimes. La Russie a joué un rôle majeur dans l’endiguement de ce conflit, et j’espère qu’il en sera toujours ainsi. Donc, pour répondre à votre question, les ressources sont suffisantes jusqu’à présent, heureusement.

Question : Une dernière question concernant le G20. Le sommet de l’OCS se termine aujourd’hui, mais ses dirigeants se réuniront bientôt dans le cadre du G20. Y a-t-il des certitudes concernant votre visite en Indonésie, et qu’est-ce qui pourrait interférer avec vos projets de visite à Bali ?

Vladimir Poutine : Je verrai, j’ai visité Bali, et c’est un endroit magnifique, mais il ne s’agit pas de beauté. Nous verrons comment la situation évolue dans notre économie et dans d’autres domaines.

J’ai reçu une invitation à me rendre au sommet du G20 ; le président du pays hôte [l’Indonésie] m’en a personnellement informé lors de sa visite à Moscou, puis il m’a téléphoné et m’a dit une fois de plus : « N’oubliez pas qu’il y a une certaine pression, mais ma position est ferme et nous aimerions vous voir à ce sommet. » Je verrai et ensuite nous prendrons une décision. La Russie participera à l’événement.

Maintenant, une dernière question, d’accord ? Vous êtes nombreux, et je ne suis qu’un seul.

S’il vous plaît, allez-y.

Question : Bonsoir, Monsieur le Président, et merci beaucoup. Je vais être rapide. Vous venez d’évoquer les bateaux de céréales qui sont partis pour l’Europe, bien que celle-ci ne connaisse pas une crise alimentaire mais une crise énergétique, et c’est là-dessus que porte ma question. Récemment, le président de la Commission européenne et un certain nombre d’autres hauts fonctionnaires européens…

Vladimir Poutine : La Secrétaire Générale de la Commission européenne.

Question : Oui. Dans le feu de leurs efforts pour trouver une solution à la crise énergétique, ils ont proposé à leurs citoyens d’envoyer les factures d’électricité qui montent en flèche non pas à n’importe qui, mais à vous personnellement. Quelle sera votre réponse à cette proposition ? Allez-vous payer ces factures au cas où vous commenceriez soudainement à les recevoir ? Merci.

Vladimir Poutine : Je n’ai rien entendu à ce sujet non plus, je n’en sais rien. C’est une nouvelle tentative de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre, comme on dit.

La crise énergétique en Europe n’a pas commencé avec le début de l’Opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, dans le Donbass ; elle a en fait commencé beaucoup plus tôt, un an avant ou même avant. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle a commencé avec l’agenda vert. L’agenda vert est définitivement important, et nous devons prendre des mesures pour le climat et éviter d’atteindre le point de non-retour lorsque le changement climatique deviendra irréversible, la Terre devenant une planète du système solaire qui a déjà eu une atmosphère, selon les scientifiques, mais qui n’en aura plus, et où les températures seront de +500°C. Bien sûr, personne ne souhaite que cela se produise, mais tout doit être fait avec précaution et progressivement.

Pour répondre à des considérations politiques momentanées, ils ont choisi de fermer complètement les programmes énergétiques liés aux hydrocarbures dans leurs pays. Les banques ont cessé d’accorder des prêts, les autorités locales ont cessé d’attribuer des parcelles de terrain pour un développement futur, et la mise en œuvre des plans de construction d’infrastructures énergétiques a également été stoppée, avec d’énormes réductions des investissements dans les énergies conventionnelles. Mais tout cela a commencé à se produire il y a quelques années.

Aujourd’hui, nous constatons que les prix du gaz naturel aux États-Unis, par exemple, ont augmenté et que la production croît, mais pas aussi vite qu’on le souhaiterait —et la raison en est que les banques ont peur d’accorder des prêts. Les spécialistes et les experts le savent parfaitement, et toutes ces déclarations populistes prétendant que quelqu’un est à blâmer pour cette situation ailleurs ne sont faites que pour se protéger de l’indignation de leurs citoyens. C’est pour cela que c’est fait, et ce n’est que la première partie de cette farce.

Ce sont des points de référence erronés dans l’agenda vert, des choses précipitées, et l’énergie verte n’est pas prête à répondre à la demande d’énormes ressources énergétiques pour soutenir la croissance économique et industrielle. L’économie se développe alors que le secteur de l’énergie se réduit. C’est la première erreur grave.

La deuxième erreur concerne le gaz naturel.

Nous avons tenté de persuader les Européens de se concentrer sur les contrats à long terme plutôt que sur le seul marché. Pourquoi ? Je l’ai déjà dit et je le répète encore une fois : Gazprom doit investir des milliards dans le développement, mais il doit être certain qu’il vendra du gaz avant de faire des investissements. C’est la raison d’être des contrats à long terme.

Des obligations mutuelles sont contractées par les vendeurs et les acheteurs. Ils ont dit : « Non, laissez le marché s’autoréguler. » Nous n’avons cessé de leur dire : « Ne le faites pas ou cela entraînera des conséquences dramatiques. » Mais en fait, ils nous ont obligés à inclure une part importante du prix spot dans le prix du contrat. Ils nous ont forcés à le faire, et Gazprom a dû inclure à la fois le panier de pétrole et de produits pétroliers, mais aussi le prix spot dans le prix du gaz.

Le prix spot a commencé à croître, entraînant l’augmentation du prix prévu même dans les contrats à long terme. Mais qu’est-ce que cela a à voir avec nous ? C’est la première chose.

Deuxièmement, je leur ai dit plusieurs fois. « Gazprom ne fournit pas de gaz. » Ecoutez, vous êtes des gens normaux ou quoi ? La Pologne a choisi d’imposer des sanctions contre le gazoduc Yamal-Europe et d’en fermer le tracé. J’ai dit à M. Scholz [le chancelier allemand Olaf] : « Pourquoi m’appelez-vous ? Appelez Varsovie et demandez-leur de rouvrir la route. » C’est tout ce qu’il y a à dire. C’est le premier point.

Deuxièmement, deux lignes du gazoduc traversent l’Ukraine. L’Ukraine est approvisionnée en armes, mais elle est allée de l’avant et a fermé une des lignes pour les européens. Kiev a également fermé une autre ligne qui fournissait 25 milliards de mètres cubes de gaz —je ne me souviens pas de la quantité exacte, mais ils ont fermé toute la route. Pour quoi faire ? Appelez Kiev et demandez-leur de rouvrir la deuxième ligne.

Et enfin, Nord Stream 1. Une turbine tombe en panne après l’autre. Est-ce nous qui les cassons ? En ce qui concerne la dernière turbine qui est tombée en panne et a été mise hors service, que s’est-il réellement passé ? Il devait y avoir une inspection de routine et des travaux de maintenance ; ils ont ouvert l’unité en présence de spécialistes de Siemens et ont trouvé une fuite d’huile, ce qui créait un risque d’explosion. Ils l’ont vu et ont apposé leur signature sur le document. La turbine doit être réparée et elle n’est pas opérationnelle, avec un risque d’incendie et d’explosion. Mais qu’est-ce que cela a à voir avec nous ? Allez-y, réparez-la.

On nous a dit : regardez, ils ont livré une turbine du Canada mais Gazprom ne l’acceptera pas. Mais Gazprom a raison de ne pas l’accepter. Nous l’avons dit à plusieurs reprises : le contrat de Gazprom pour l’entretien des turbines n’est pas avec Siemens mais avec une filiale de Siemens basée au Royaume-Uni. C’est de cela qu’il s’agit. Et cette filiale basée au Royaume-Uni doit fournir des documents qui spécifient que les sanctions ont été levées pour la turbine, car il s’agit de notre propriété, et Gazprom doit en être sûr parce qu’il peut choisir de la vendre, disons, à l’Iran, à la Chine ou à un autre pays. Cela signifie que les sanctions ont été levées et que la turbine est dans un état technique correct. La filiale de Siemens doit fournir des [garanties], mais elle n’a rien fait d’autre que de vaines discussions. C’est de cela qu’il s’agit.

Il a également fallu apporter des modifications au contrat de logistique, car la turbine devait être livrée du Canada à Saint-Pétersbourg, mais elle a été livrée en Allemagne. Cela peut sembler insignifiant à première vue, mais cela a une importance pratique. Est-ce que nous inventons tout cela ? Et c’est ce qui a conduit à l’arrêt de l’exploitation de Nord Stream 1.

Après tout, s’ils en ont besoin d’urgence, si la situation est si mauvaise, il suffit de lever les sanctions contre Nord Stream 2, avec ses 55 milliards de mètres cubes par an —il leur suffit d’appuyer sur le bouton et ils le mettront en marche. Mais ils ont choisi de le fermer eux-mêmes ; ils ne peuvent pas réparer un pipeline et ont imposé des sanctions contre le nouveau Nord Stream 2 et ne l’ouvriront pas. Sommes-nous à blâmer pour cela ?

Qu’ils réfléchissent bien à qui est à blâmer et qu’aucun d’entre eux ne nous reproche ses propres erreurs. Gazprom et la Russie ont toujours rempli et rempliront toutes les obligations découlant de nos accords et contrats, sans jamais faillir.

Merci. Tous mes vœux de réussite.

Source : en.kremlin.ru

Traduction : lecridespeuples

Plan de démembrement de la Russie

Imprimer