Chacun peut le constater : Ursula von der Leyen, ainsi que les médias traditionnels, ont sciemment manipulé l’opinion, menti, et encore menti, accusant le président Poutine de mener une « guerre du gaz » contre l’Occident, de ne pas être fiable, etc… Alors que dans les faits, la Russie se heurtait à des obstacles générés par les sanctions du bloc occidental …

Ursula von Leyen mentait encore ce matin …  L’ensemble de nos médias « officiels » ont menti, mentent par omissions. ASI



En conclusion de sa visite de travail en Iran, Vladimir Poutine a répondu aux questions des médias, 19 juillet 2022 – Téhéran, 19 juillet 2022

Source: Kremlin.ru

Question : Monsieur le Président, certains pourraient penser que le monde a oublié la Syrie au milieu des nombreuses questions à l’ordre du jour international. Mais nous avons vu aujourd’hui que ce n’est pas le cas.

Nous aimerions connaître votre point de vue sur la situation sur le terrain en Syrie. Beaucoup de choses ont été dites aujourd’hui sur les points de contact, mais il y a aussi beaucoup de différences. Avez-vous discuté ou coordonné des solutions fondamentalement nouvelles aujourd’hui ? Je fais principalement référence à ces différences.

Le président de la Russie, Vladimir Poutine : Je voudrais commencer par parler non pas des différences, mais des questions fondamentales qui nous permettent de travailler et de poursuivre nos efforts dans le format trilatéral. Nous pensons tous qu’il est nécessaire de garantir l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne et d’éliminer toutes sortes de terroristes, que je ne vais pas énumérer ici. C’est la chose fondamentale et la plus importante, comme nous l’avons souligné à nouveau dans notre déclaration commune. Je crois que c’est très important.

Oui, il y a certaines différences, ce qui est évident, mais nous soutenons tous le processus constitutionnel. Grâce à nos efforts, nous avons pu réunir sur une même plateforme de négociation différentes parties en conflit, dont l’opposition et les autorités officielles de la République arabe syrienne, des experts et des représentants d’organisations publiques, ainsi que l’ONU. Je crois que c’est extrêmement important. C’est le premier point.

Le deuxième. Une aide humanitaire est apportée à la Syrie, dont la demande est particulièrement forte aujourd’hui, parce que les sanctions imposées à la Syrie et au peuple syrien ont produit un résultat déplorable : près de 90 % de la population syrienne vit en dessous du seuil de pauvreté. La situation en Syrie est extrêmement grave.

Bien sûr, il serait injuste d’accorder une attention prioritaire à certains groupes, de politiser l’aide humanitaire.

Troisièmement. Il existe différentes approches pour organiser l’aide humanitaire. Nous avons toujours pensé qu’elle devait être organisée dans le plein respect du droit humanitaire international. Cela signifie que toute l’aide humanitaire doit être fournie par les autorités syriennes officielles, par Damas. Toutefois, nous avons accepté de prolonger la procédure existante de six mois, y compris pour les livraisons dans la zone d’Idlib, afin de disposer de plus de temps pour coordonner nos positions.

Il existe un certain désaccord sur ce qui se passe dans le nord de la Syrie. Par ailleurs, nous avons également un terrain d’entente à ce sujet : nous pensons tous que les troupes américaines doivent quitter cette zone. C’est le premier point. Et elles devraient cesser de piller l’État syrien, le peuple syrien, en prenant illégalement leur pétrole. Mais il y a un désaccord sur la façon d’organiser et de stabiliser la situation dans cette région. Comme vous le savez, des convois d’observation russo-turcs y travaillent ensemble.

Cependant, selon nous, pour assurer une situation stable à long terme, il est nécessaire de transférer l’ensemble du territoire sous le contrôle des autorités officielles de Damas, sous le contrôle des forces armées de la République arabe syrienne, et il sera alors possible de dialoguer avec les responsables, en l’occurrence les autorités officielles syriennes. Je pense que cela stabiliserait grandement la situation sur place.

Mais en général, c’est un travail en cours. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises et comme je voudrais le souligner une fois de plus, le travail de ce groupe tripartite – la Russie, la Turquie et l’Iran – cet effort conjoint pour chercher des compromis et trouver ces compromis a conduit au fait que plus de 90% de la Syrie est maintenant sous le contrôle du gouvernement officiel et, comme nous le disons dans de tels cas, nous avons brisé les reins du terrorisme international là-bas. C’est un grand résultat de ce travail conjoint.

Question : Monsieur le Président, vous avez eu trois réunions en tête-à-tête aujourd’hui, d’abord avec M. Raisi, puis avec M. Khamenei, et enfin avec M. Erdogan, et il n’y a pas eu de conférence de presse après ces réunions. Tout ce que nous savons, c’est le sujet dont vous avez discuté, la partie officielle.

En particulier, vous avez dit avoir discuté de la question des céréales avec votre homologue turc, la question de l’approvisionnement des marchés internationaux en céréales russes et ukrainiennes. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet, s’il vous plaît ?

Vladimir Poutine : Il n’y a pas de secrets ici ; en fait, presque tout est connu. Il y a quelques subtilités ; peut-être n’ai-je pas toujours le temps de suivre ce qui se passe dans le domaine de l’information. Je vais vous dire comment je vois les choses.

Tout d’abord, quel a été le point fort de ces trois réunions ? Lors de chaque réunion, il y a eu des questions qui pouvaient être considérées comme centrales pour une réunion bilatérale particulière.

Par exemple, comme je l’ai dit lors de la conférence de presse, dans mon communiqué de presse, le thème principal de la réunion avec le chef spirituel de l’Iran était les questions stratégiques, y compris les développements dans la région. C’est naturel, puisqu’il s’agit de son domaine d’activité. Il était très important pour moi d’entendre son avis, son évaluation. Je dois dire que nous avons des vues très similaires avec l’Iran sur de nombreux aspects. C’était donc très important et très utile.

Quant à ma rencontre avec le président Raisi, nous avons discuté principalement de questions économiques. Je voudrais noter que le commerce russo-iranien a augmenté de 40 % au cours des six derniers mois. C’est un très bon indicateur.

Il existe des sphères prometteuses pour notre coopération, et elles sont très variées, comme le développement des infrastructures. Vous savez peut-être qu’un vice-premier ministre du gouvernement russe préside un groupe chargé de développer les relations dans le Caucase du Sud, notamment les projets d’infrastructure dans le Caucase du Sud, c’est-à-dire en Azerbaïdjan, en Arménie et en Russie. Dans ce domaine, la coopération avec l’Iran permet de réaliser de grandes choses.

Comme vous le savez, le premier train pilote circule sur la ligne ferroviaire Nord-Sud. Il s’agit d’une route courte vers les ports du sud de l’Iran, qui mène ensuite au golfe Persique et à l’Inde.

Il existe un projet concret : le chemin de fer Rasht-Astara est une courte ligne de 146 kilomètres qui traverse l’Iran. L’Azerbaïdjan s’intéresse à sa construction. J’ai récemment rencontré le président Aliyev lors du sommet de la Caspienne, et nous avons discuté de cette question. L’Iran s’y intéresse également, comme viennent de nous le dire nos partenaires iraniens. La Russie est intéressée par ce projet, car il reliera directement la région septentrionale de la Russie, Saint-Pétersbourg, au golfe Persique. C’est un projet très intéressant et prometteur. Il s’agit maintenant de construire cette ligne, qui ne fait que 146 kilomètres. La Russie est prête à le faire.

Nous devons coordonner les conditions de ce projet de construction. Nous en avons discuté les grandes lignes avec nos partenaires et amis iraniens, et nous l’avons coordonné avec l’Azerbaïdjan. J’espère que nous allons maintenant passer aux choses sérieuses. Et puis, ce sera un travail intéressant pour nous. Il s’agit en fait d’exporter les services des chemins de fer russes (RZD). C’est l’un des exemples pertinents.

Il y a d’autres sphères. Il y a les questions de sécurité liées au programme nucléaire iranien. Il était très important pour nous de comprendre les sentiments de la partie iranienne concernant ces travaux. Il implique également la Russie, qui contribue aux efforts conjoints visant à relancer l’interaction entre l’Iran et l’AIEA. Je ne vais pas en parler maintenant, mais la Russie joue un rôle considérable dans ce domaine.

La question des céréales. C’est ce dont nous avons discuté avec le Président de la Turquie. J’ai déjà dit que la République de Turquie et personnellement le président Erdogan ont fait beaucoup pour faciliter l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes. Mais au départ, nous avons suggéré qu’il soit adopté comme un ensemble, c’est-à-dire que nous faciliterions les exportations de céréales ukrainiennes à condition que toutes les restrictions sur les exportations potentielles de céréales russes soient levées. C’est ce que nous avons initialement convenu avec les organisations internationales. Elles se sont engagées à formuler cette solution sous forme de paquet. Jusqu’à présent, personne n’a émis d’objection, y compris nos partenaires américains. Nous verrons ce qu’il en sera dans un avenir proche.

Comme vous le savez, les Américains ont effectivement levé les restrictions, par exemple, sur la livraison d’engrais russes sur le marché mondial. J’espère qu’il en sera de même pour l’exportation de céréales russes s’ils veulent vraiment améliorer la situation sur les marchés alimentaires mondiaux. Comme je l’ai dit, nous sommes prêts à le faire dès maintenant. Nous pouvons exporter 30 millions de tonnes de céréales, et notre potentiel d’exportation basé sur la récolte de cette année sera de 50 millions de tonnes.

(Dans la réponse, ci-dessous, Poutine révèle les véritables causes de la crise énergétique en Europe

Question : Monsieur le Président, une grave crise énergétique se développe en Europe, qui discute de la possibilité que Gazprom interrompe ses livraisons de gaz. La société aurait émis une notification officielle à l’un de ses clients allemands, invoquant des circonstances de force majeure.

Peut-on accuser la Russie d’être à l’origine de cette crise énergétique ? Gazprom continuera-t-elle à honorer ses obligations ?

Vladimir Poutine : Tout d’abord, Gazprom a toujours respecté et continuera à respecter ses engagements.

Les tentatives de nos partenaires de rejeter ou d’essayer de rejeter la responsabilité de leurs propres erreurs sur la Russie et Gazprom n’ont aucun fondement.

Quelle est la situation en matière de livraisons d’énergie ? En 2020, au premier semestre, le gaz coûtait 100 euros les 1 000 mètres cubes en Europe. Le prix est passé à 250 euros au premier semestre 2021. Aujourd’hui, il est de 1 700 euros pour 1 000 mètres cubes de gaz.

Que se passe-t-il ? J’en ai parlé à de nombreuses reprises, et je ne sais pas si nous devons entrer dans les détails concernant les politiques énergétiques des pays européens, qui sous-estiment l’importance des sources d’énergie traditionnelles et ont misé sur les sources d’énergie non traditionnelles. Ils sont de grands experts en matière de relations non traditionnelles [référence au LGBTisme offensif] et ils ont également décidé de faire une offre pour les sources d’énergie non traditionnelles comme le soleil et le vent.

L’hiver dernier a été long, il n’y avait pas de vent, et voici ce qui s’est passé. Les investissements dans les actifs fixes des producteurs d’énergie traditionnels ont diminué en raison des décisions politiques antérieures : les banques ne les financent pas, les compagnies d’assurance ne les assurent pas, les gouvernements locaux n’allouent pas de parcelles de terrain pour de nouveaux projets, et les pipelines et autres formes de transport ne se développent pas. C’est le résultat de nombreuses années, probablement une décennie, de cette politique. C’est la cause profonde des hausses de prix plutôt que les actions de la Russie ou de Gazprom.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? Jusqu’à récemment, nous fournissions du gaz à l’Europe sans la Turquie : nous fournissions environ 30 milliards de mètres cubes par an à la Turquie, et 170 milliards à l’Europe, 55 milliards via Nord Stream 1, et, si ma mémoire est bonne, 33 milliards étaient fournis via Yamal-Europe, via les deux cordes qui traversent l’Ukraine. Environ 12 milliards ont été livrés à l’Europe par la Turquie via TurkStream.

L’Ukraine a soudainement annoncé qu’elle allait fermer l’une des deux voies sur son territoire. Prétendument parce que la station de pompage de gaz n’est pas sous son contrôle mais sur le territoire de la République populaire de Lugansk. Mais elle s’est retrouvée sous le contrôle de la République populaire de Lougansk plusieurs mois auparavant, et ils l’ont fermée tout récemment sans aucun motif. Tout y fonctionnait normalement, personne ne s’en mêlait. À mon avis, ils l’ont fermé simplement pour des raisons politiques.

Que s’est-il passé ensuite ? La Pologne a imposé des sanctions à Yamal-Europe, qui a fourni 33 milliards de mètres cubes de gaz. Ils nous prenaient 34, je crois, 33-34 millions de mètres cubes par jour. Ils l’ont complètement fermé. Mais ensuite, nous avons vu qu’ils ont remis en marche le gazoduc Yamal-Europe en mode inverse, et ils ont commencé à prendre environ 32 millions par jour à l’Allemagne. D’où vient le gaz de l’Allemagne ? C’est notre gaz russe. Pourquoi de l’Allemagne ? Parce qu’il s’est avéré être moins cher pour les Polonais. Ils l’obtenaient de nous à un prix très élevé, plus proche du prix du marché, alors que l’Allemagne l’obtient de nous 3 à 4 fois moins cher que le prix du marché dans le cadre de contrats à long terme.

Il est rentable pour les entreprises allemandes de le vendre aux Polonais à un prix légèrement supérieur. Il est rentable pour les Polonais de l’acheter parce que c’est moins cher que de l’acheter directement chez nous. Mais le volume de gaz sur le marché européen a diminué, et le prix total du marché a augmenté. Qui a gagné ? Tous les Européens n’ont fait que perdre. C’est le deuxième point : Yamal-Europe.

Donc, d’abord l’une des routes en Ukraine a été fermée, puis Yamal-Europe a été fermée, maintenant Nord Stream 1, qui est l’une des routes principales – nous pompons 55 milliards de mètres cubes par an à travers elle. Cinq stations de compression de gaz Siemens y opèrent, et une est en standby. Un compresseur a dû être envoyé en réparation. Un compresseur réparé était censé venir du Canada, de l’usine Siemens au Canada, pour le remplacer. Mais il s’est retrouvé sous le coup de sanctions au Canada. Ainsi, une station de pompage, une seule pièce d’équipement était hors service en raison de travaux de maintenance programmés et elle n’est pas revenue du Canada.

On nous dit maintenant que l’unité sera bientôt livrée du Canada, mais Gazprom n’a pas encore de documents officiels. Nous devons assurément les obtenir, car c’est notre propriété, c’est la propriété de Gazprom. Gazprom devrait recevoir non seulement le matériel, non seulement l’unité de pompage de gaz, mais aussi les documents d’accompagnement, tant juridiques que techniques. Nous devons être en mesure de voir ce que Gazprom prend – l’état actuel de la turbine ainsi que son statut juridique, si elle est sous sanctions ou non, ce que nous pouvons en faire, ou peut-être qu’ils la reprendront demain. Mais ce n’est pas tout.

Le problème, c’est qu’à la fin du mois de juillet, le 26 juillet, je pense – nous pouvons le demander à Gazprom – qu’une autre turbine devrait être envoyée en maintenance de routine, en réparation. Et où obtiendrons-nous un remplacement ? Nous ne le savons pas.

Une autre turbine est actuellement hors service en raison de l’effritement de son revêtement interne. Siemens l’a confirmé. Il reste donc deux unités opérationnelles, qui pompent 60 millions par jour. Donc, si une turbine supplémentaire est livrée, très bien, nous en aurons deux en service. Mais si elle ne l’est pas, il n’en restera qu’une, et elle ne pompera que 30 millions de mètres cubes par jour. Vous pouvez compter le temps qu’il faudra pour pomper le reste. En quoi est-ce la responsabilité de Gazprom ? Qu’est-ce que Gazprom a à voir dans tout ça ? Ils ont coupé une route, puis une autre, et sanctionné cet équipement de pompage de gaz. Gazprom est prêt à pomper autant de gaz que nécessaire. Mais ils ont tout arrêté.

Et ils sont tombés dans le même piège avec l’importation de pétrole et de produits pétroliers. Nous entendons toutes sortes d’idées folles sur le plafonnement du volume des importations de pétrole russe ou du prix du pétrole russe. Cela va conduire à la même situation que pour le gaz. Le résultat (je suis surpris d’entendre des personnes ayant des diplômes universitaires dire cela) sera le même : une augmentation des prix. Les prix du pétrole vont monter en flèche.

En ce qui concerne le gaz, il y a une autre route que nous sommes prêts à ouvrir, c’est Nord Stream 2. Il est prêt à être lancé, mais ils ne le font pas. Il y a des problèmes ici aussi, j’en ai discuté avec le Chancelier (allemand) il y a environ six ou peut-être huit semaines. J’ai soulevé cette question ; j’ai dit que Gazprom avait réservé la capacité, et que cette capacité devait être utilisée, et qu’elle ne pouvait pas être suspendue en l’air indéfiniment.

On m’a répondu qu’il y avait d’autres questions à l’ordre du jour, des choses plus importantes, et qu’il était donc difficile pour eux de s’en occuper maintenant. Mais j’ai dû les avertir que nous devrions alors réorienter la moitié du volume destiné à Nord Stream vers la consommation et la transformation nationales. J’ai soulevé cette question à la demande de Gazprom, et Gazprom l’a en fait déjà fait. Par conséquent, même si nous lançons Nord Stream 2 demain, il ne pompera pas 55 milliards de mètres cubes, mais exactement la moitié de cette quantité. Et comme nous sommes déjà à la moitié de l’année, cela ne représenterait donc qu’un quart. Telle est la situation de l’offre.

Mais – je l’ai dit au début de ma réponse à votre question et je veux terminer par cela – Gazprom a toujours rempli et remplira toujours toutes ses obligations, tant que, bien sûr, quelqu’un en aura besoin. D’abord, ils ferment eux-mêmes toutes les lignes d’approvisionnement, et ensuite ils cherchent quelqu’un à blâmer : ce serait comique si ce n’était pas si triste.

Source: Kremlin.ru

Traduction : Arretsurinfo.ch

Imprimer