Le secrétaire de presse Jen Psaki.


Le mur de propagande qui nous surplombe, reposant sur une culture insidieuse de l’irrationalité qui a fini par imprégner la politique américaine, s’affaiblit.


Par Patrick Lawrence

Paru le 7 février 2022 sur Consortium News


Enfin. Enfin, notre presse et nos diffuseurs grand public montrent des signes de réveil face à la campagne de propagande cynique et omniprésente que mène Washington pour masquer ses visées impériales. Enfin, il y a une certaine suggestion – pas plus – que le courant dominant pourrait un jour cesser de participer à l’assaut antidémocratique de mensonges et de subterfuges qu’il a très volontiers contribué à nous infliger pendant la majeure partie de ce siècle.

Je fais référence à deux confrontations remarquables entre la presse et les porte-parole officiels du gouvernement la semaine dernière. Jeudi dernier, au département d’État, Matt Lee, correspondant diplomatique de l’Associated Press, a attaqué le porte-parole Ned Price sur l’un des tropes les plus familiers et les plus absurdes du gouvernement : Nous vous l’avons dit, et vous le dire est une preuve que ce que nous vous avons dit est vrai.

À bord d’Air Force One, la correspondante de National Public Radio, Ayesha Rascoe, a réagi de la même manière lorsque Jen Psaki, l’attachée de presse du président, a tenté la même ruse au sujet des victimes civiles lors du raid mené jeudi sur le repaire syrien d’Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi, le chef présumé de l’État islamique. Quoi ? Tu n’oses pas me croire ? a demandé agressivement Psaki, qui a rarement été cru.

Enfin.

Les médias indépendants tels que Consortium News ont mené une bataille contre les affirmations incessantes du gouvernement sur des faits qui ne sont pas des faits, au moins depuis le subterfuge des ADM en Irak et l’irruption du fiasco du Russiagate à la mi-2016. La semaine dernière, la principale agence de presse et le principal radiodiffuseur public américains se sont effectivement joints à eux en remettant en cause les récits officiels de deux événements clés en l’absence de preuves authentiques de leur véracité.

N’accordons pas trop d’importance à ces développements. L’AP et la NPR sont depuis très longtemps des pourvoyeurs patentés d’orthodoxies libérales autoritaires. Le fait d’exiger à deux reprises des preuves à l’appui d’affirmations officielles d’autorité n’est guère le signe d’une nouvelle détermination à reconquérir le terrain cédé en tant que pôles de pouvoir indépendants.

La signification

Mais nous ne devrions pas non plus passer à côté de la signification potentielle de ce tournant. Le mur de propagande qui nous domine, reposant sur une culture insidieuse de l’irrationalité qui a fini par imprégner la politique américaine, s’affaiblit. À mon avis, l’opiniâtreté des médias indépendants a forcé le courant dominant à commencer à prendre conscience de ses propres complicités.

J’admire depuis longtemps Matt Lee, qui se distingue parmi les correspondants américains. Il est l’un des journalistes les plus dévoués actuellement actifs dans le corps de presse de Washington, inébranlable dans son adhésion aux principes et à l’éthique de la profession, même si la plupart de ceux qui l’entourent ont abandonné les deux. Son comportement lors de l’un des points de presse quotidiens du Ned Prek la semaine dernière était remarquable , même selon les critères élevés de Lee.

Price, un ancien analyste de la C.I.A. et un propagandiste avoué de la Maison Blanche d’Obama, a annoncé que la Russie préparait une vidéo truquée, avec des « acteurs de crise », d’un incident de sabotage dans l’est de l’Ukraine qui justifierait une invasion russe. « Ce que nous savons, Matt, c’est qu’ils se sont engagés dans cette activité », a déclaré Price alors que Lee commençait ce qui est devenu un forage de cinq minutes et six secondes. « Nous avons des informations selon lesquelles la Russie a déjà prépositionné des agents pour mener une opération sous faux drapeau dans l’est de l’Ukraine. »

« Des acteurs de crise ? » a répondu Lee. « Vraiment ? C’est, comme, le territoire d’Alex Jones. Quelle preuve avez-vous pour soutenir l’idée qu’il y a un film de propagande en préparation ? »

« Cela provient d’informations de renseignement que nous avons déclassifiées », a répondu Price.

Lee : « Où sont ces informations ?

Price : « Ce sont des informations que nous avons déclassifiées. »

Lee : « Eh bien, où sont-elles ? Où est l’information déclassifiée ? »

Price (feignant l’incrédulité) : « Je viens de la livrer. »

Et voilà, vous l’avez : Nous avons la preuve d’une opération russe sous faux drapeau, issue de renseignements déclassifiés, et j’ai partagé cette preuve déclassifiée avec vous en vous disant que nous l’avions.

Simultanément, à bord de l’avion présidentiel, Mme Psaki répondait à des questions sur l’identité des responsables des 13 victimes civiles, dont des enfants, du raid qui s’est soldé par la mort d’al-Qurayshi. La position officielle est que le chef d’ISIS a fait exploser une bombe, se tuant ainsi que 13 autres personnes pour éviter d’être capturé, et que les commandos des forces spéciales qui ont mené le raid ne sont pas responsables des pertes humaines.

Mme Rascoe de NPR, ce qui est tout à son honneur, a alors suggéré que les critiques  pourraient être sceptiques quant au récit du Pentagone (et du président Joe Biden). « Les États-Unis n’ont pas toujours été francs sur ce qui se passe avec les civils », a souligné Rascoe. « Et, je veux dire, c’est un fait ».

La combative Psaki, n’ayant aucune preuve pour soutenir la restitution officielle des événements, est instantanément passée à l’offensive. « Vous êtes sceptique quant à l’évaluation de l’armée américaine lorsqu’elle est allée éliminer… le chef d’ISIS ? » Elle a demandé, faisant semblant d’être incrédule tout comme Price. « Qu’ils ne fournissent pas des informations exactes, et qu’ISIS fournit des informations exactes ? »

Dans les deux cas, la posture officielle n’a pas tenu. Price a pris une raclée aux mains de Lee comme j’en ai rarement vu dans un point de presse, en direct ou en vidéo. Rascoe a été plus clément, mais Psaki est apparu tout autant comme l’escroc.

Avec nous ou contre nous

Vous êtes soit avec nous, soit avec les Russes, dit l’administration Biden aux journalistes traditionnels.

Il ne faut pas oublier dans tout cela la logique binaire que Price et Psaki ont essayé de faire passer au cours de leurs défenses. Psaki a laissé entendre que Rascoe, parce qu’elle n’a pas accepté le récit américain des événements en Syrie, a accepté un récit d’ISIS – et ce, même s’il n’y a pas de récit d’ISIS à accepter ou à rejeter. Dans la même ligne, voici Price plus tard dans son échange avec Matt Lee :

« Si vous doutez de la crédibilité du gouvernement américain, du gouvernement britannique, d’autres gouvernements, et que vous voulez, vous savez, trouver du réconfort dans les informations que les Russes diffusent – c’est, c’est à vous de le faire. »

Deux fois plus grotesque. Ce n’est pas mieux – pas différent, en fait – que l’affirmation de l’administration de George W. Bush après les tragédies du 11 septembre 2001 : « Vous êtes soit avec nous, soit avec les terroristes », a tristement déclaré l’un de nos présidents les plus stupides.

L’un des traits marquants de ces deux échanges est la surprise qu’ont semblé éprouver les deux porte-parole officiels lorsqu’on leur a demandé d’étayer leurs affirmations par des preuves. Et pourquoi en aurait-il été autrement ?

La presse et les radiodiffuseurs grand public, ainsi que des publications « progressistes » telles que Mother Jones et The Nation, ont adopté avec enthousiasme les récits officiels des événements, tout en acceptant ces récits comme des preuves en soi. C’est ce que j’entends par une culture omniprésente de l’irrationalité.

Les crises ukrainienne et syrienne, le traitement des Ouïghours en Chine, ce qui se passe ou ne se passe pas à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua, les interventions supposées de Moscou dans la politique américaine : Toutes ces questions, et bien d’autres encore, ne sont qu’un flou absolu – un fouillis de fausses informations et de désinformation – si l’on se fie uniquement aux comptes rendus des grands médias. Si ce n’était des publications indépendantes plus consciencieuses, il n’y aurait aucune trace réelle de ces questions.

J’attribue immédiatement cette situation à l’effondrement de la propagande et de la tromperie qui a commencé avec le fiasco du Russiagate et la haine obsessionnelle et compulsive des autoritaires libéraux à l’égard de Donald Trump. Tout ce qui reflétait mal Trump et diabolisait la Russie était bon à imprimer. Cela semble clair, mais nous devons remonter plus loin pour comprendre ce qui nous a conduit aux circonstances désastreuses auxquelles nous sommes maintenant confrontés.

L’enrôlement enthousiaste de la presse dans la « guerre contre le terrorisme » de Bush II a été le tournant décisif. Les événements de septembre 2001 ont mis l’empire américain sur la sellette pour la deuxième fois seulement de son siècle d’histoire (la première fois, c’était après la défaite au Vietnam) et les médias grand public se sont précipités à sa défense. Après avoir été virée (à juste titre) de son poste de rédactrice en chef du New York Times, Jill Abramson a fait un compte rendu remarquablement franc de l’entrée en servitude de la presse d’entreprise.

Il en est ainsi depuis lors. La proximité corrompue des médias avec le pouvoir dont ils rendent compte ne peut être dissociée du phénomène d’un empire qui est en déclin et, qui plus est, le sait.

Matt Lee et Ayesha Rascoe sont-ils des exceptions qui promettent une nouvelle voie, une rupture dans l’étroite étreinte post-2001 du pouvoir et de la presse ? Ou sont-ils des exceptions qui confirment la règle ?

Il n’est pas facile de répondre à cette question.

Le jeu des preuves, comme je l’appellerai, a pris un tour particulièrement dramatique en janvier 2017, lorsque « la communauté du renseignement » a publié une « évaluation » en gruyère du vol du courrier du parti démocrate à la mi-2016 et que la presse a accepté cette évaluation dépourvue de preuves comme une preuve prima facie. Six ans plus tard, nous nous trouvons dans une culture de l’information qui a été rendue indifférente aux preuves : Ce sont les conclusions souhaitées qui comptent.

Toujours « imminent

Dimanche, alors que j’écrivais cette colonne, NPR a diffusé sur la radio de la cuisine de nouvelles inepties sans fondement sur l’Ukraine – cette fois-ci, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a déclaré (une fois de plus) qu’une invasion russe était « imminente ». Le fil d’actualité de l’AP titrait : « Un collaborateur de Biden déclare que l’invasion de l’Ukraine pourrait survenir ‘n’importe quel jour' ».

Ni NPR ni l’AP n’ont cité de preuves pour étayer l’affirmation de Sullivan pour la simple raison qu’il n’en a pas fourni. Plus ça change.

Mais j’ai tendance à penser que Lee et Ayesha ont effectivement déclaré que le jeu des preuves était terminé la semaine dernière, lorsqu’ils ont dit : « Allons-y, s’il vous plaît ». La signature de Lee n’était pas sur l’histoire de l’AP, il faut le noter, et celle de Rascoe n’était pas sur celle de NPR.

S’agit-il d’un grand tournant dans la position des médias grand public vis-à-vis du pouvoir, d’un dépoussiérage de la vieille notion de la presse comme quatrième pouvoir ? Non, je ne vois rien de si précipité ou de si dramatique. Mon intention est de suggérer le début d’un processus long et progressif, dans lequel nous pourrions voir la presse se détourner de sa fidélité passive au pouvoir dans toutes ses manifestations.

Cela dépendra de deux choses :

Premièrement, il semble que certaines voix au sein de l’élite politique et de l’élite de Washington se retournent contre les aventures impériales de l’Amérique – non pas par décence ou par une vision élevée de la façon dont les États-Unis devraient agir, mais parce qu’elles commencent à coûter plus qu’elles ne valent. Ce facteur ne doit pas être sous-estimé.

Ce processus est apparu pour la première fois avec la série d’articles publiés par le New York Times à la fin de l’année dernière, dans lesquels il exposait la conduite négligente et les tromperies tout aussi négligentes du Pentagone. Je pense à l’exposé, l’automne dernier, de l’attaque fatale de drones en Afghanistan et aux rapports ultérieurs d’attaques malveillantes sur un village syrien et un barrage syrien de l’autre côté de l’Euphrate.

Ces rapports, bien que surprenants, ne permettaient pas de supposer que le Times avait pris un virage courageux vers le journalisme de vérité au pouvoir, comme certains lecteurs l’ont interprété. Ils reflétaient une faction au sein des cliques politiques qui pense que ces excès ne servent pas bien la cause de la primauté américaine. Le Times semble se ranger du côté de cette faction.

Deuxièmement, et c’est plus intéressant, la persistance des médias indépendants à rendre des comptes véridiques sur les événements de plus en plus accessibles aux lecteurs et aux téléspectateurs exigera, histoire après histoire, que leurs homologues appartenant à des entreprises fassent des reportages plus honnêtes. La qualité constante des reportages sur l’Afghanistan et la Syrie que l’on trouve dans les médias indépendants en est un bon exemple.

Nous devrons voir comment tout cela évoluera dans les semaines et les mois à venir. Lee travaille depuis longtemps et n’a besoin de l’aide de personne pour faire du bon travail. Mais ce que lui et Rascoe ont fait la semaine dernière, il est juste de le dire, correspond à ce que les reporters et les correspondants insensibles au pouvoir ont fait depuis que les médias indépendants se sont affirmés au cours des deux dernières décennies.

Patrick Lawrence

Patrick Lawrence, correspondant à l’étranger pendant de nombreuses années, principalement pour l’International Herald Tribune, est chroniqueur, essayiste, auteur et conférencier. Son dernier livre est Time No Longer : Les Américains après le siècle américain.

Source: https://Consortium news.

Traduction: Olinda/Arrêt sur info

Imprimer