“Humiliés jusqu’à la moelle, pour qu’ils apprennent. Nous devons leur montrer (et à nous-mêmes) qui ils sont (et qui nous sommes). Pour montrer à quel point nous sommes forts et à quel point eux sont faibles. C’est bon pour le moral. C’est bon pour les soldats. C’est bon pour le front intérieur”. Gideon Levy, 11 décembre 2023 – Capture vidéo

Chaque dimanche et chaque mardi, des gardiens israéliens entrent dans les cellules des prisonniers palestiniens, les entravent et les frappent à coups de matraque.

C’est leur fête hebdomadaire, selon des prisonniers libérés. Quatre prisonniers sont morts depuis le début de la guerre, le 7 octobre, presque certainement sous les coups. Dix-neuf gardiens ayant participé à ces séances de détraqués font l’objet d’une enquête, soupçonnés d’avoir causé la mort d’un prisonnier.

Des centaines de Palestiniens détenus dans la bande de Gaza ont été ligotés et ont eu les yeux bandés 24 heures sur 24, et ont également été brutalement battus. Certains, peut-être même la plupart, n’ont aucun lien avec le Hamas. Certains d’entre eux – personne n’a pris la peine d’indiquer combien – sont morts en captivité à la base de Sde Teiman.

Quelque 4 000 travailleurs gazaouis arrêtés en Israël le 7 octobre alors qu’ils n’avaient rien fait de mal sont également détenus dans des conditions inhumaines. Au moins deux d’entre eux sont morts. Et l’on a déjà beaucoup écrit sur le déshabillage des détenus et les photos humiliantes.

Dans cette terrible compétition sur l’ampleur du mal, il n’y a pas de gagnants, il n’y a que des perdants. Mais il est impossible de parler jour et nuit des atrocités commises par le Hamas – les auteurs rivalisent entre eux pour inventer les termes les plus désobligeants pour l’organisation – tout en ignorant complètement le mal commis par Israël.

Il n’y a pas non plus de gagnants, seulement des perdants, dans la compétition sur la quantité de sang versé et la manière dont il est versé. Mais il est impossible d’ignorer l’horrible quantité de sang qui a été versée dans la bande de Gaza. Ce week-end, quelque 400 personnes ont été tuées en deux jours, dont une majorité d’enfants. Samedi, j’ai vu les photos du week-end prises à Al-Bureij et Nuseirat, y compris des enfants mourant sur le sol de l’hôpital Al-Aqsa à Deir al-Balah, et elles sont horribles.

Le refus d’Israël d’augmenter la quantité d’aide humanitaire autorisée à entrer dans Gaza, au mépris d’une décision du Conseil de sécurité des Nations unies, témoigne également d’une politique du mal.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, les voix du mal en Israël ont relevé la barre des propositions sataniques. Le journaliste Zvi Yehezkeli est favorable à l’assassinat de 100 000 habitants de Gaza lors d’une première frappe. Le général de division (de réserve) Giora Eiland a changé d’avis et est passé de la proposition de répandre des maladies à Gaza à celle d’affamer ses habitants.

Même le nouveau prince charmant de la gauche, Yair Golan, qui gagne actuellement 12 sièges à la Knesset dans les sondages auprès de personnes qui se considèrent comme les beaux Israéliens, a déclaré aux GazaouSi dans une interview au quotidien Yedioth Ahronoth : 3En ce qui nous concerne, vous pouvez mourir de faim. C’est tout à fait légitime3.

Pourtant, après tout cela, nous considérons le Hamas comme le seul monstre de la région, son chef comme le seul psychotique et seule la façon dont il retient des Israéliens en otages est inhumaine. Il est impossible de ne pas être horrifié à l’idée du sort de nos otages, en particulier les malades et les personnes âgées. Mais il est également impossible de ne pas être horrifié par le sort des Palestiniens que nous maintenons entravés et les yeux bandés depuis des semaines et des mois.

Israël n’a pas le droit de fixer des normes pour le mal alors que ses mains sont également souillées par l’abjection. Oublions les massacres, la famine et les déplacements massifs de population. Notre traitement des prisonniers palestiniens aurait dû particulièrement déranger les Israéliens, ne serait-ce qu’en raison du danger que cela représente pour les Israéliens détenus par le Hamas. Que pensera un membre du Hamas qui détient un otage israélien lorsqu’il apprendra que ses camarades sont entravés et battus sans relâche ?

Nous pouvons conclure avec prudence qu’au moins certains des Israéliens détenus par le Hamas sont mieux traités que les Palestiniens détenus par Israël. Lorsque les otages libérés Chen et Agam Goldstein ont raconté vendredi soir à Channel 12 News comment ils étaient traités par le Hamas et comment leurs ravisseurs les protégeaient avec leurs propres corps pendant les frappes aériennes israéliennes, ils ont été vivement attaqués sur les médias sociaux. Comment osent-ils dire la vérité ?

Le Hamas a perpétré une attaque barbare le 7 octobre. Il a tué et kidnappé sans distinction. Il n’y a pas de mots pour décrire sa brutalité, y compris lorsqu’il a pris en otage des dizaines de personnes âgées, de malades et d’enfants pendant des mois dans des conditions insoutenables.

Mais est-il pour autant légitime que nous agissions de la même manière ? Oublions la morale. La brutalité d’Israël dans la guerre et dans ses prisons contribuera-t-elle à faire avancer ses objectifs ? Le Hamas libérera-t-il ses otages plus rapidement si Israël maltraite les Palestiniens qu’il retient en otages?

Gideon Levy

Source: Haaretz, 23/12/2023
Traduit par Tlaxcala