Et c’est la Russie qui est accusée d’ « expansion », d’ « impérialisme » et d’ « agression » par l’OTAN ?


La Russie impérialiste? Quatre provocations occidentales qui ont conduit à la crise actuelle entre les États-Unis et la Russie


Par Tyler Durden

Paru le 1er janvier 2022 sur Zero hedge sous le titre « Imperialist Russia? » Four Western Provocations That Led To The Current US-Russia Crisis


Un rapport et une analyse récents du Quincy Institute for Responsible Statecraft –un groupe de réflexion non interventionniste- font remonter les racines de la détérioration des relations entre les États-Unis et la Russie tout comme l’épreuve de force autour de l’Ukraine, à l’administration de Bill Clinton dans les années 1990.

Une grande partie du « débat » actuel dans le discours public et médiatique manque cruellement de connaissances historiques récentes et de contexte pour les trente dernières années depuis l’effondrement de l’Union soviétique. Même dans les conversations quotidiennes avec des amis, des membres de la famille ou des voisins, il est courant d’entendre l’accusation d' »impérialisme » et d' »agression » de la Russie… comme si la guerre froide n’avait jamais pris fin ou, pire encore, comme si certains pensaient que Poutine représentait une sorte d’empire tsariste ressuscité. Les investisseurs ont renoncé à une reprise en V, avertit Young de la BNY.

Mais Ted Galen Carpenter, du Cato Institute et de Responsible Statecraft, a détaillé quatre grandes provocations occidentales spécifiques qui ont conduit à la crise ukrainienne actuelle 2.0 – et au moment où le Kremlin exige que l’OTAN accepte de « ne pas poursuivre son expansion vers l’est » sous la forme de « garanties de sécurité » à négocier à partir du 10 janvier à Genève.

« Les mises en accusation unilatérales et intéressées du comportement de la Russie ignorent invariablement les nombreuses provocations occidentales qui ont eu lieu bien avant que Moscou ne s’engage dans des mesures perturbatrices », écrit Carpenter.  « En effet, la détérioration des relations de l’Occident avec la Russie post-communiste a commencé pendant l’administration de Bill Clinton. »

Vous trouverez ci-dessous un passage du rapport Responsible Statecraft énumérant et expliquant les quatre provocations occidentales qui ont conduit à la crise américano-russe actuelle…

Provocation occidentale numéro 1 : la première expansion de l’OTAN vers l’est.

Dans ses mémoires « Madame Secretary », l’ancienne ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies et secrétaire d’État Madeleine Albright concède que les responsables de l’administration Clinton ont décidé dès 1993 d’accéder au souhait des pays d’Europe centrale et orientale d’adhérer à l’OTAN. L’Alliance a ensuite ajouté la Pologne, la République tchèque et la Hongrie en 1998.

 Mme Albright a admis que le président russe Boris Eltsine et ses associés étaient extrêmement mécontents de cette évolution. La réaction russe était compréhensible, car l’élargissement violait les promesses informelles que l’administration du président George H. W. Bush avait faites à Moscou lorsque Mikhaïl Gorbatchev avait accepté non seulement d’accepter une Allemagne unifiée, mais aussi une Allemagne unifiée dans l’OTAN.  La contrepartie implicite était que l’OTAN n’irait pas au-delà de la frontière orientale d’une Allemagne unifiée.

Deuxième provocation occidentale : l’intervention militaire de l’OTAN dans les Balkans.

La guerre aérienne menée par l’OTAN en 1995 contre les Serbes de Bosnie qui cherchaient à faire sécession du tout nouveau pays de Bosnie-Herzégovine et l’imposition des accords de paix de Dayton ont fortement contrarié le gouvernement d’Eltsine et le peuple russe. Les Balkans ont été une région d’intérêt religieux et stratégique considérable pour Moscou pendant des générations, et il était humiliant pour les Russes d’assister impuissants à ce qu’une alliance dirigée par les États-Unis y dicte sa conduite. Les puissances occidentales ont commis une provocation encore plus grande quatre ans plus tard lorsqu’elles sont intervenues au nom d’une insurrection sécessionniste dans la province serbe du Kosovo. En détachant cette province de la Serbie et en la plaçant sous le contrôle de l’ONU, elles ont non seulement créé un précédent international malsain, mais elles ont également affiché un mépris total pour les intérêts et les préférences de la Russie dans les Balkans. 

Les décisions de l’administration Clinton d’étendre l’OTAN et de s’ingérer en Bosnie et au Kosovo ont été des étapes cruciales vers la création d’une nouvelle guerre froide avec la Russie. L’ancien ambassadeur des États-Unis en Union soviétique, Jack F. Matlock Jr., cite l’impact négatif que l’expansion de l’OTAN et les interventions militaires menées par les États-Unis dans les Balkans ont eu sur l’attitude des Russes à l’égard des États-Unis et de l’Occident : « L’effet sur la confiance des Russes dans les États-Unis a été dévastateur. En 1991, les sondages indiquaient qu’environ 80 % des citoyens russes avaient une opinion favorable des États-Unis ; en 1999, presque le même pourcentage avait une opinion défavorable. »

Troisième provocation occidentale : les vagues d’expansion ultérieures de l’OTAN. 

Non contente de la façon dont l’administration Clinton a contrarié Moscou en déplaçant l’OTAN en Europe centrale, l’administration de George W. Bush a poussé les alliés à accorder l’adhésion au reste du défunt Pacte de Varsovie et aux trois républiques baltes. L’admission de ces dernières en 2004 a considérablement intensifié l’empiètement militaire de l’Occident. Ces trois petits pays avaient non seulement fait partie de l’Union soviétique, mais ils avaient également passé la majeure partie de leur histoire récente dans l’empire de la Russie tsariste. La Russie est encore trop faible pour faire plus que présenter de faibles protestations diplomatiques, mais le niveau de colère face au mépris arrogant de l’Occident pour les intérêts sécuritaires de la Russie augmente.

L’élargissement de l’OTAN jusqu’à la frontière russe n’est pas la seule provocation. De plus en plus, les États-Unis s’engagent dans des déploiements « rotatifs » de leurs forces militaires dans les nouveaux membres de l’alliance. Même le secrétaire à la défense de George Bush, Robert Gates, s’est inquiété du fait que ces actions créaient de dangereuses tensions. Le discours prononcé par Poutine en février 2007 lors de la conférence annuelle sur la sécurité de Munich a montré très clairement que la patience du Kremlin à l’égard de l’arrogance des États-Unis et de l’OTAN touchait à sa fin. Bush, toujours aussi sourd, a même essayé d’obtenir l’adhésion à l’OTAN de la Géorgie et de l’Ukraine – une politique que ses successeurs ont continué à promouvoir, malgré la résistance de la France et de l’Allemagne.

Provocation occidentale numéro 4 : traiter la Russie comme un ennemi déclaré en Ukraine et ailleurs.

Les dirigeants occidentaux n’ont toutefois pas pris les avertissements de Poutine suffisamment au sérieux. Au lieu de cela, les provocations sur de multiples fronts se sont poursuivies et, dans certains cas, se sont même accélérées. Les États-Unis et les principales puissances de l’OTAN ont contourné le Conseil de sécurité de l’ONU (et un certain veto russe) au début de 2008 pour accorder la pleine indépendance au Kosovo. Trois ans plus tard, l’administration de Barack Obama a trompé les responsables russes sur l’objectif d’une mission militaire « humanitaire » de l’ONU en Libye, convainquant Moscou de ne pas opposer son veto. La mission s’est rapidement transformée en une guerre de changement de régime menée par les États-Unis pour renverser le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Peu après, les États-Unis ont collaboré avec des puissances du Moyen-Orient partageant les mêmes idées dans une campagne visant à évincer le client de la Russie, Bachar el-Assad, en Syrie. L’ingérence flagrante des États-Unis et de l’Union européenne dans la politique intérieure de l’Ukraine a suivi.

Il est injuste de juger les actions agressives et déstabilisatrices de la Russie, notamment l’annexion de la Crimée, l’intervention militaire en cours en Syrie, le soutien continu aux séparatistes dans l’est de l’Ukraine et la tentative d’ingérence dans les affaires politiques d’autres pays, sans reconnaître la multitude d’abus occidentaux précédents. L’Occident, et non la Russie, est largement responsable du déclenchement de la nouvelle guerre froide.

* * *

Il est probable que certains des arguments ci-dessus seront au centre des débats dans les semaines à venir, lorsque les responsables russes et ceux de l’OTAN s’affronteront à Genève. Si les responsables américains peuvent feindre d’avoir la mémoire courte sur ces questions, il est clair que les Russes en sont parfaitement conscients et ne sont pas disposés à les laisser tomber.

Par exemple, dans ses derniers commentaires vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a précisément souligné que les pays euro-atlantiques ont à plusieurs reprises contredit et rompu des engagements antérieurs. « Nos propositions visent à créer et à légaliser un nouveau système d’accords fondé sur le principe de l’indivisibilité de la sécurité et de l’abandon des tentatives de supériorité militaire, qui a été approuvé à l’unanimité par les dirigeants de tous les États euro-atlantiques dans les années 1990. Je tiens à souligner que ce dont nous avons besoin, ce sont des garanties juridiquement contraignantes, car nos collègues occidentaux manquent systématiquement à leurs obligations politiques, sans parler des assurances et promesses verbales données aux dirigeants soviétiques et russes« , a déclaré M. Lavrov.

Tyler Durden

Source:https://www.zerohedge.com/geopolitical/imperialist-russia-four-western-provocations-led-current-us-russia-crisis

Traduction Olinda/Arrêtsurinfo

Imprimer