Vendredi, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a annoncé que le G7 avait convenu d’imposer un régime de plafonnement des prix du pétrole russe. Comme la plupart des autres actions des Etats-Unis et de l’Europe liées à la guerre injuste de la Russie contre l’Ukraine, l’annonce de ce plafonnement était riche en fioritures rhétoriques, mais dénuée de toute preuve d’un objectif stratégique cohérent.

Le rédacteur collaborateur de 19fortyfive.com, Daniel L. Davis, auteur de cet article, analyse la situation en Ukraine sur Fox News ci-dessus.

L’Amérique a-t-elle un objectif ou une stratégie pour l’Ukraine ?


L’intention du plafond est de fixer un prix mondial juste au-dessus du coût marginal de la Russie, de sorte que Moscou ne fasse pas de profit sur la vente de pétrole, mais suffisamment élevé pour que la Russie ne cesse pas complètement de produire. La demande mondiale actuelle ne peut être satisfaite sans les quelque neuf millions de barils de pétrole par jour fournis par la Russie, et si Poutine devait cesser brusquement de produire, le choc d’approvisionnement qui en résulterait pourrait faire grimper le prix du pétrole dans la stratosphère.

Le but de ce plafonnement, selon Mme Yellen, serait de « porter un coup majeur aux finances russes, ce qui entraverait la capacité de la Russie à mener sa guerre non provoquée en Ukraine et accélérerait la détérioration de l’économie russe. » Il reste à voir si le G7 peut concrétiser son aspiration et élaborer et mettre en œuvre un système mondial de plafonnement des prix. Mais à l’instar d’autres actions parrainées ou approuvées par le gouvernement des États-Unis, il est loin d’être certain de l’état final que Washington espère obtenir.

Le 7 février, environ trois semaines avant que Poutine n’ordonne à l’armée russe d’envahir son petit voisin, le président Biden a menacé d' »imposer les sanctions les plus sévères qui aient jamais été imposées » en cas d’invasion de la Russie. Quatre jours plus tard, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a expliqué que le président Biden « pense que les sanctions sont destinées à dissuader.  Et pour qu’elles fonctionnent – pour dissuader, elles doivent être mises en place de telle sorte que si Poutine bouge, alors les coûts sont imposés ».

Pourtant, après que les menaces de sanctions n’aient pas réussi à dissuader Poutine, Biden a modifié le raisonnement en affirmant qu’en fait « personne ne s’attendait à ce que les sanctions empêchent quoi que ce soit de se produire. » Au lieu de cela, a-t-il poursuivi, les sanctions ont été conçues pour montrer la « détermination » de l’Occident, qui, au fil du temps, « lui imposera des coûts importants (à Poutine). » Même avec cette nouvelle affirmation sur sa justification des sanctions, il n’y avait aucune explication sur ce que ces « coûts significatifs » étaient destinés à accomplir. Le manque d’attention de l’administration ne s’est malheureusement pas arrêté là.

Fin avril, les secrétaires d’État à la Défense et aux Affaires étrangères, Lloyd Austin et Antony Blinken, se sont rendus à Kiev pour rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky afin d’explorer les moyens par lesquels les États-Unis pourraient aider l’armée ukrainienne. À l’issue de leur rencontre, M. Austin a déclaré que les États-Unis souhaitaient que l’Ukraine reste un « pays souverain » et qu’ils voulaient « voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine. » C’est ce que Austin, Blinken et Biden n’ont pas dit, cependant, qui illustre un problème permanent de la politique étrangère américaine.

Attaque HIMARS. Crédit image : Creative Commons.

À ce jour, aucun des hauts dirigeants américains n’a dit comment notre soutien à Kiev est censé aboutir aux résultats recherchés. Personne n’a expliqué à quoi ressemble une Russie « affaiblie » ni comment nous saurons quand ce critère sera atteint – ni même pourquoi l’affaiblissement de la Russie est un intérêt vital pour les États-Unis qui vaut la peine de prendre des risques énormes. Il ne s’agit pas de simples questions académiques ou de questions de pure forme. Elles sont fondamentales. Voici pourquoi :

Depuis avant même le début de la guerre, les États-Unis n’ont aucune vision de l’état final qu’ils souhaitent produire. Par exemple, si l’objectif de Biden avant le 24 février était véritablement de dissuader la Russie de déclencher une guerre, il aurait dû être clair au-delà de tout doute raisonnable qu’une menace de sanctions seule n’aurait pas suffi à convaincre Poutine de ne pas l’envahir.

Washington aurait dû s’engager diplomatiquement de manière agressive auprès de Kiev et de Moscou afin d’utiliser tout le poids de la puissance américaine pour trouver un moyen d’empêcher la guerre. Rien ne prouve que les États-Unis aient déployé des efforts diplomatiques sérieux pour éviter la guerre. En l’absence d’un objectif clairement formulé, rien ne pouvait guider les différents départements de l’administration sur la manière d’atteindre le résultat souhaité. Le résultat était prévisible : l’échec de la politique.

Pratiquement le seul objectif exprimé par un membre de l’équipe de sécurité nationale de Biden depuis le début de la guerre a été le désir susmentionné d’Austin de voir la Russie « affaiblie ». Pourtant, si la Maison Blanche ne sait pas à quoi ressemble une Russie affaiblie, comment pourra-t-elle jamais savoir si ses actions contribuent à une issue favorable à l’Amérique ? C’est là où nous en sommes actuellement.

Nous envoyons de multiples séries d’aides de plusieurs milliards de dollars à l’Ukraine, y compris des équipements modernes et d’autres plus anciens, mais il ne s’agit pas d’un ensemble cohérent de matériel militaire destiné à renforcer une capacité spécifique des forces armées ukrainiennes. La Maison Blanche mène de multiples tranches de sanctions contre la Russie, mais il n’y a pas de but déclaré quant à ce qu’elles sont censées produire.

Lance-roquettes RGW-90 en Ukraine. Crédit image : Creative Commons.

Puisque nous ne savons pas ce que nous essayons d’accomplir, personne ne peut dire au peuple américain combien l’effort va coûter, combien de temps il va durer, ou même à quoi ressemblerait le succès. Si cela vous semble familier, cela devrait l’être : il s’agit essentiellement de la même politique étrangère sans but et incompétente que les États-Unis poursuivent depuis des décennies.

Nous avons mené une guerre générationnelle en Afghanistan qui n’a jamais pris la peine de fixer un objectif ; personne au pouvoir n’a même formulé ce à quoi ressemblerait le succès, et donc aucune victoire d’aucune sorte n’a jamais été obtenue ;

Nous avons commencé une guerre en Irak en 2003 qui s’est quasiment terminée en 2011, pour revenir en 2014 – sans qu’aucun président ne prenne la peine de fixer un objectif militaire réalisable ou même d’exprimer clairement ce que la force était censée accomplir pour que le peuple américain puisse savoir quand l’opération pourrait se terminer avec succès – et cela continue sans succès ni fin jusqu’à ce jour.

Nous avons eu la même maladie dans nos actions en Syrie, en Libye, en Somalie, au Niger et dans de nombreux autres endroits en Afrique : le gouvernement n’a pas identifié d’objectifs militaires réalisables dont l’accomplissement serait bénéfique pour notre pays et signalerait la fin de la mission – et donc aucun n’a été bénéfique pour les États-Unis et la plupart continuent de donner sans succès.

Le coût pour les États-Unis de tous ces échecs a été profond – et maintenant nous créons une nouvelle mission sans objectif clair et sans état final identifiable. La guerre Russie-Ukraine vient de passer le cap des six mois. Le danger n’est pas tant que nous soyons encore en train d’essayer de deviner les objectifs de l’administration dans six ans – bien que cette triste issue soit tout à fait possible – mais que cette guerre puisse un jour déborder des frontières de l’Ukraine et nous entraîner dans une guerre que nous n’aurions jamais dû mener et dont nous ne pourrions jamais bénéficier.

Daniel Davis

Source: Zerohedge.com

Traduction: Arrêt sur info

Imprimer