Par Ekaterina Blinova

Paru le 12 Août 2021 sur Sputnik News


Douglas London, vétéran décoré de la CIA, a récemment appelé à renforcer la guerre clandestine contre la Russie et la Chine, insistant sur le fait que les États-Unis disposent de suffisamment d’outils pour avoir le dessus contre Moscou et Pékin. Cependant, l’économiste Paul Craig Roberts et le vétéran de la CIA Philip Giraldi ont souligné certaines failles apparentes dans la doctrine de London.

Le 5 août, une tribune intitulée « Defence alone will not protect us from Russia and China » (N’utiliser que la défense ne nous protégera pas de la Russie et de la Chine), écrite par Douglas London, un officier supérieur retraité de la CIA et professeur associé au Centre d’études de sécurité de l’université de Georgetown a été publiée dans The Hill.

Selon lui, « le seul renforcement des défenses et l’augmentation de la puissance de feu militaire » ne dissuaderont pas la Russie et la Chine « dont le comportement malveillant ne leur coûte pas beaucoup ». Selon lui, les services de renseignement américains sont « doués pour le sabotage », possèdent « de solides capacités informatiques secrètes et manifestes » et savent « voler des secrets [et] changer le cours de l’histoire par des actions secrètes ». Tout ce qu’il faut pour contenir Moscou et Pékin, c’est la volonté politique de Washington, « une stratégie d’attaque et de défense plus agile et plus équilibrée » et « un soupçon d’espièglerie clandestine », affirme London.

« Les États-Unis disposent de la plupart des outils et des ressources nécessaires pour s’imposer face à la Russie, à la Chine et à d’autres rivaux autoritaires », écrit-il. « Pourtant, pour dominer, l’Amérique a besoin d’un plus grand confort pour opérer dans l’ombre, d’où elle peut infliger des dommages qui feront réfléchir à deux fois tout ennemi avant d’agir. »

Le moment choisi par London pour publier son article

La publication de l’article coïncide avec deux évolutions majeures, selon Philip Giraldi, ancien spécialiste du contre-terrorisme à la CIA et officier du renseignement militaire : d’abord, « le retrait désastreux d’Afghanistan et les désengagements sur d’autres théâtres d’opérations » ; ensuite, les élections législatives de septembre en Russie.

Le complexe militaro-industriel américain est de plus en plus préoccupé par le retrait d’Afghanistan et d’Irak, selon ce vétéran du contre-terrorisme de la CIA. Il note qu’Israël craint également que le désengagement militaire américain enhardisse Téhéran et « a déjà averti, à plusieurs reprises, qu’il est prêt à frapper l’Iran seul, si nécessaire, bien que son lobby travaille dur pour s’assurer que Washington soit impliqué dans toute conséquence ».

Dans le même temps, London « semble être le porte-parole d’un certain type de pensée, on peut supposer que de nombreux membres de la communauté de la sécurité nationale inciteront la Maison Blanche à prendre des mesures pour interférer secrètement dans les prochaines élections russes tout en provoquant des troubles en Chine », selon Giraldi.

« L’objectif de London est clairement de provoquer un changement de régime à Moscou et à Pékin, et il pense que cela peut être accompli en utilisant les outils du renseignement qu’il a recommandés et qui, selon lui, peuvent ‘changer le cours de l’histoire’ », suggère-t-il.

Paul Craig Roberts, ancien rédacteur en chef du Wall Street Journal, ex-secrétaire adjoint au Trésor sous Ronald Reagan et ancien membre du Cold War Committee on the Present Danger, note que l’ingérence dans les élections et les opérations de changement de régime constituent le modus operandi des États-Unis depuis un certain temps. Il serait frivole de la part de Moscou et de Pékin d’accueillir des ONG soutenues par les États-Unis et l’UE, selon l’économiste.

« C’est Washington qui a renversé le gouvernement ukrainien et établi à sa place un gouvernement anti-russe. C’est Washington qui a failli renverser le gouvernement du Belarus. Les ONG gorgées de dollars sont des agents du changement de régime », déclare le Dr Roberts, ajoutant que l’establishment américain a même été prêt à enfreindre ses propres règles pour renverser le gouvernement indésirable du président Donald Trump.

Le 1er août, le directeur du Service de renseignement extérieur (SVR) de Russie, Sergey Naryshkin, avertissait dans une interview avec un journaliste russe que les élections législatives de septembre pourraient devenir un point focal pour l’ingérence, soulignant que les services de sécurité russes savent déjà « quels secteurs vont être frappées. »

Auparavant, en mai, un projet de proposition préparé par la commission des affaires étrangères du Parlement européen demandait à l’UE de se préparer à « ne pas reconnaître le parlement russe » après le scrutin de septembre. Le 4 août, le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) et l’Assemblée parlementaire de l’OSCE annonçaient qu’ils n’enverraient pas d’observateurs électoraux en Russie, pour la première fois en près de trois décennies. La décision de l’OSCE a été approuvée par le Département d’État américain.

Quelles sont les ramifications de la guerre clandestine contre la Russie et la Chine ?

Pour convaincre ses lecteurs de la nécessité de lancer ce qui semble être une guerre clandestine totale contre la Russie et la Chine, London a dressé une longue liste de « fautes » commises par Moscou et Pékin, notamment l’ingérence dans les électionsla perturbation de la confiance des États-Unis dans leurs propres vaccins et les attaques de type ransomware, dont aucune n’a jamais été étayée par des preuves crédibles. Il est allé encore plus loin en accusant la Russie d’avoir alimenté les inimitiés raciales lors des troubles du Black Lives Matter, pendant l’été 2020, et les émeutes du 6 janvier aux États-Unis, ce qui, selon le Dr Roberts, indique que London « a clairement perdu tout sens de la réalité. »

London a également mentionné la soi-disant « doctrine Gerasimov »un article du 26 février 2013 écrit par le général russe Valery Gerasimov et détaillant une stratégie hybride qui « brouille la frontière entre guerre et paix. » L’ex-haut responsable de la CIA semble ne pas admettre que le général ne décrivait en fait que les techniques de guerre hybride occidentales et les méthodes pour y résister.

Apparemment, London pense qu’une guerre clandestine contre Moscou et Pékin serait une option plus sûre qu’une confrontation ouverte : « Opérer de manière asymétrique avec un déni plausible facilite les moyens de battre en retraite ou de désescalader, et offre aux adversaires une porte de sortie qui leur évite de nouvelles représailles », écrit-il. Cependant, il fait un mauvais calcul envers Moscou et Pékin, selon le Dr Roberts et Giraldi.

« Les recommandations de London sont irresponsables, car elles reviennent à demander à Washington de déclencher une guerre contre la Russie et la Chine », déclare le Dr Roberts, ajoutant que le sabotage ou les cyberattaques sont effectivement des « actes de guerre ».  Selon l’économiste, « ni la Russie ni la Chine ne sont susceptibles de prétendre que la source des attaques est inconnue, surtout après qu’un ancien haut responsable de la CIA les a appelées de ses vœux. »

La stratégie de London visant à dissuader les décideurs russes et chinois « équivaudrait à une guerre semi-clandestine contre de puissants adversaires qui pourrait facilement dégénérer en une guerre armée », fait écho Giraldi.

Le vétéran de la lutte antiterroriste de la CIA fait référence aux remarques antérieures de London sur l’assassinat du commandant de la Force Quds iranienne Qassem Soleimani en janvier 2020, selon lesquelles, lorsqu’ils mènent une action secrète majeure contre un adversaire, « les États-Unis doivent d’abord décider de ce qui est le plus important, du prix qu’ils sont prêts à payer et anticiper les conséquences ». Cependant, « selon ses propres critères, il a déraillé avec sa récente recommandation d’actions clandestines fortes contre les adversaires que sont la Russie et la Chine », souligne Giraldi.

« Ce que London ignore, ce sont les conséquences possibles de la politique qu’il propose, notamment une guerre nucléaire contre la Russie qui a la capacité de détruire les États-Unis », affirme le vétéran de la CIA. « Il n’est pas non plus très doué pour fournir une bonne raison de s’engager dans la truculence qu’il embrasse. Il ne démontre pas en quoi la Chine ou la Russie menacent réellement le peuple américain, si ce n’est en déclarant qu’elles tentent d’encourager les divisions internes pour saper la « démocratie et les libertés » américaines. Il n’est pas nécessaire que les Russes ou les Chinois soient impliqués pour qu’elle soit sapée. »

Selon Giraldi, « Apocalypse Now est une histoire passionnante, mais menacer des pays entiers d’anéantissement en se basant au mieux sur un désir de changer leurs formes de gouvernement n’a aucun sens. » Il ne croit pas que cet agenda serait approuvé par le peuple Américain.

Pourquoi « la Russie et la Chine n’ont rien à craindre » pour le moment

Moscou et Pékin restent « les ennemis nécessaires pour Washington et l’OTAN », permettant de « justifier le budget annuel de mille milliards de dollars du complexe militaro-sécuritaire américain, et l’OTAN est la méthode utilisée par Washington pour contrôler la politique étrangère européenne », souligne le Dr Roberts.

Pourtant, l’ancien fonctionnaire de Reagan soutient que « sur le plan militaire, Washington ne fait pas le poids face à la Russie ou à la Chine, et encore moins face aux deux ensemble ».

« La puissance de l’armée d’un pays dépend de la puissance de l’économie, de l’unité du peuple et du moral des soldats », explique l’économiste. « Les États-Unis ont passé un quart de siècle à donner leurs techniques de production et leur industrie à l’Asie. La politique identitaire du parti démocrate divise la population, opposant les noirs aux blancs, les féministes aux hommes, la perversion sexuelle à la sexualité normale. Le gouvernement américain déclare que les partisans de Trump sont des « terroristes domestiques » et des « insurrectionnels », et ils – la moitié de la population ou plus – sont considérés comme la « plus grande menace » à laquelle les États-Unis sont confrontés. »

La situation dans les États européens membres de l’OTAN n’est pas meilleure, selon le Dr Roberts : « Dans toute l’Europe et le monde anglophone, il n’y a pas de nations, seulement des tours de Babel… qui sont divisées contre elles-mêmes… [et] ne peuvent pas résister à un adversaire unifié. »

Dans ces conditions, la Russie et la Chine n’ont rien à craindre pour l’instant, estime l’économiste, qui met en garde Moscou et Pékin contre l’illusion de croire que les États-Unis et l’OTAN vont jouer selon les règles.

Ekaterina Blinova

Article original: Sputnik News

Traduiction: Saker Francophone

Imprimer