Image Kremlin

Philip M. Giraldi est un ancien spécialiste de la lutte contre le terrorisme et officier du renseignement militaire de la CIA qui a servi dix-neuf ans à l’étranger (Turquie, Italie, Allemagne et Espagne). Il a été chef de la base de la CIA pour les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 et a été l’un des premiers Américains à entrer en Afghanistan en décembre 2001. Philip est Directeur exécutif du Council for the National Interest, un groupe de défense basé à Washington qui cherche à encourager et à promouvoir une politique étrangère américaine au Moyen-Orient conforme aux valeurs et aux intérêts américains.

Ils sont plus proches que vous ne le pensez …

Par Philip Giraldi

Paru le 12 avril 2022 sur unz.com 

Les États-Unis insistent désormais pour que le Président russe Vladimir Poutine soit jugé pour les « crimes de guerre » commis en Ukraine. Comme Poutine insiste toujours pour participer au prochain sommet du G20 en novembre sur l’île de Bali, en Indonésie, ce sera une excellente occasion pour que les maréchaux américains l’arrachent de la scène et l’emmènent d’un coup de baguette magique dans un tribunal fédéral de Virginie pour que justice soit rendue. Ou du moins une forme de justice, puisque les États-Unis n’ont aucune juridiction réelle sur les lieux où les crimes présumés de Poutine auraient pu avoir lieu et qu’il sera impossible de prouver qu’il a réellement ordonné à quiconque de commettre des « crimes contre l’humanité ». Nous verrons bien comment tout cela se passe.

En effet, aucune autre expression n’a été plus mal comprise et généralement abusée ces derniers temps que « crimes de guerre » ou « criminels de guerre ». Comme plusieurs autres étiquettes, dont celles d’ « armes de destruction massive » et de « crimes contre l’humanité », qui sont utilisées pour indiquer qu’un adversaire a franchi une ligne rouge et est si déplorable que tout ce qu’on lui fait pendant ou après les combats est tout à fait acceptable. Depuis l’époque grecque et romaine, il a toujours été entendu que même en temps de guerre, certaines activités sont inacceptables, mais la tentative de définition et de codification des « crimes de guerre » en tant que concept est en grande partie une création du XXe siècle utilisée pour infliger une punition supplémentaire aux perdants après la fin des combats. Le traité de Versailles qui a mis fin à la Première Guerre mondiale a puni l’Allemagne bien au-delà de ce que la plupart considéreraient comme raisonnable, en grande partie parce que les puissances victorieuses ont pu le faire sans aucune conséquence jusqu’au début de la guerre suivante. De même, les concepts connexes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité sont nés en grande partie des procès de Nuremberg qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale et qui ont façonné les arguments juridiques autour du comportement allemand, et non celui des alliés.

La Seconde Guerre mondiale a certainement comporté des atrocités de toutes sortes de part et d’autre, mais les bombardements délibérés des villes allemandes par les Anglo-Américains doivent être considérés comme particulièrement disproportionnés. Quarante-deux mille personnes, pour la plupart des civils, sont mortes à Hambourg lors du bombardement incendiaire de 1943 et le bombardement de Dresde en 1945, à un moment où l’Allemagne était au bord de la défaite, ce qui a été remarquable dans la mesure où la ville n’était pas une cible militaire et était pleine de réfugiés venus de l’Est. Au moins 200 000 civils sont morts. Le juge Andrew Napolitano a suggéré que le plus grand crime de guerre de l’histoire, si l’on se base sur la souffrance humaine inutile, était le bombardement nucléaire d’Hiroshima et de Nagasaki par le Président Harry Truman, qui a presque certainement tué plus de 200 000 personnes, principalement des civils, alors que le Japon se préparait à se rendre. Comme Truman se trouvait dans le camp qui avait gagné la guerre et contrôlait le processus de poursuite, sa décision n’a eu aucune conséquence juridique ni aucune sanction, bien que les critiques depuis 1945 aient parfois décrié la première utilisation d’armes nucléaires.

Si tuer des civils sans nécessité est la définition standard d’un crime de guerre, alors les cinq derniers présidents américains sont tous des criminels de guerre. En d’autres termes, historiquement parlant, les accusations de crimes de guerre, qui n’ont aucune signification réelle en droit et sont à la fois infiniment élastiques et sujettes à interprétation, ont souvent dépendu du côté de la barrière où l’on se trouvait lorsque la guerre s’est terminée. Et c’est encore plus compliqué que cela, étant donné la politique de ce que l’on appelle parfois « l’ordre international basé sur des règles », qui, en théorie, est né des cendres de la Seconde Guerre mondiale. Dès le départ, le nouvel ordre mondial était centré sur les États-Unis, avec les Nations unies (ONU) situées à New York, la Banque mondiale à Washington et le dollar comme monnaie de réserve mondiale. Au sein de l’ONU, la primauté américaine a été renforcée par la création d’un Conseil de sécurité, qui a seul le pouvoir d’autoriser une action militaire contre un État voyou. Le Conseil de sécurité compte cinq membres permanents, chacun d’entre eux disposant d’un droit de veto, ce qui signifie qu’aucune action efficace contre eux ne peut avoir lieu, quoi qu’ils aient fait. Et c’est ainsi que les choses se sont passées, les États-Unis plus la Chine, la Russie, la Grande-Bretagne et la France étant effectivement à l’abri d’une censure autorisant une action militaire par les Nations unies.

Il est particulièrement intéressant d’observer que la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye a été créée pour traiter des « crimes de guerre et des crimes contre l’humanité » qui étaient autrement ignorés. Ni les États-Unis, ni les Russes, ni les Israéliens ne reconnaissent l’autorité de la Cour et les États-Unis ont déclaré qu’aucun enquêteur de la CPI ne serait autorisé à entrer sur leur territoire. Dans ces conditions, il devient possible de voir comment toute la farce des crimes de guerre et autres violations du nouvel ordre mondial est advenue dans la pratique.

À l’heure actuelle, les États-Unis et leurs alliés mènent une guerre économique contre la Russie sans véritable déclaration de guerre, qui comprend une avalanche de sanctions et des confiscations totalement illégales des biens des citoyens russes. Ils empêchent également Moscou d’utiliser les conventions et systèmes monétaires internationaux auxquels elle avait accès. L’intention clairement affichée est de détruire l’économie russe, la Russie ayant été accusée par le gouvernement américain d’avoir commis ce qu’il appelle des crimes de guerre lors de son invasion de l’Ukraine. Vladimir Poutine affirme à son tour que l’intention apparente de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN, qui est une alliance militaire hostile dirigée contre la Russie, constitue une menace directe pour son pays et se manifestait déjà par une action militaire entreprise contre les régions séparatistes de l’Ukraine depuis 2014, largement habitées par des russophones et des ethnies russes.

Il y a d’autres questions, mais ce sont là les plus importantes. Il convient également de noter que les questions elles-mêmes étaient au moins quelque peu négociables avant le déclenchement des combats, ce que Poutine a cherché à faire, mais Joe Biden et l’OTAN n’étaient pas intéressés. Ainsi, en fin de compte, la guerre, du point de vue d’une tierce partie, oppose un intérêt vital russe à ce qui n’est pas vraiment un intérêt réel pour l’OTAN et les États-Unis, si ce n’est de provoquer l’ours russe et de démettre son gouvernement afin de prévenir tout changement dans l’ordre international.

La réalité objective n’ayant pas sa place dans la politique étrangère des États-Unis, il est intéressant d’examiner comment les États-Unis se perçoivent eux-mêmes et comment ils considèrent les autres pays qui font ce que fait la Russie, voire pire. Lorsqu’il s’agit de la perception qu’ils ont d’eux-mêmes, les soi-disant dirigeants américains pensent que leur rôle de leader mondial est un droit et qu’ils ne peuvent pas faire de mal en vertu d’une qualité appelée « exceptionnalisme américain ». Il s’agit bien entendu d’un attribut mythique créé pour permettre aux États-Unis de commettre des meurtres de masse et des changements de régime sans aucune conséquence.

L’un des principaux bénéficiaires des largesses financières et politiques américaines est, bien entendu, Israël, qui est composé non seulement de personnes « élues » par Yahvé, mais aussi par les médias, le Sénat, la Chambre des représentants et la Maison Blanche des États-Unis. On pourrait comparer ce que fait la Russie, qui est condamnée par Washington, avec ce que les États-Unis et Israël ont pu faire jusqu’à présent.

La Russie a envahi l’Ukraine après des années d’avertissements selon lesquels le statu quo était intenable en termes de sécurité nationale, en grande partie en raison de négociations intentionnellement infructueuses avec des représentants des États-Unis et de l’OTAN qui font de l’obstruction. Israël, dont il est largement reconnu qu’il est un État d’apartheid, bombarde actuellement la Syrie sur une base presque quotidienne, sans que les médias américains et l’administration Biden ne le remarquent. Par le passé, Israël a attaqué tous ses voisins, notamment lors de la célèbre guerre des sept jours de juin 1967, une attaque surprise contre l’Égypte, la Syrie et la Jordanie. À la suite de cette guerre, Israël a occupé la quasi-totalité de ce qui était la Palestine et s’est également emparé des hauteurs du Golan appartenant à la Syrie, recevant récemment le consentement de Washington pour annexer illégalement Jérusalem-Est arabe en tant que partie d’Israël, faisant de l’ensemble de la ville la capitale d’Israël. Les hauteurs du Golan ont également été récemment annexées avec l’approbation de Washington et 700 000 colons juifs, lourdement armés et violents, sont maintenant installés dans 261 colonies sur des terres palestiniennes volées en Cisjordanie.

Et qu’ont fait les États-Unis et leurs alliés pour dissuader Israël ? Eh bien, rien. Une règle pour Israël et les États-Unis et un système tout à fait différent « basé sur des règles » dicté par Washington pour tous les autres, en particulier pour les Russes. En fait, plus Israël se comporte de manière belliqueuse, plus il reçoit de l’argent des contribuables américains et des armes fabriquées aux États-Unis. Ces derniers temps, Israël a également été la destination privilégiée des membres du Congrès en voyage, car c’est une année électorale et les donateurs juifs sont très recherchés. Récemment, un groupe important de Démocrates est parti juste avant l’arrivée de l’ancien vice-président Mike Pence à Tel Aviv, à bord du jet privé de Miriam Adelson, afin qu’il puisse embrasser la bague du Premier ministre Naftali Bennett et passer du temps avec Benjamin Netanyahou.

Ironiquement, pendant que Joe Biden serrait la vis à la Russie, le Congrès faisait des cadeaux à Israël en plus des milliards de dollars d’ « aide » que le riche État juif reçoit déjà. Alison Weir, de IfAmericansKnew, a examiné le projet de loi sur les dépenses du gouvernement fédéral pour 2022, récemment signé, et a identifié de nombreux cas de postes budgétaires allant directement à Israël ou soutenant des causes qui bénéficient à Israël d’une manière ou d’une autre. Elle estime que l’économie d’Israël, qui est en mesure de soutenir à la fois les soins médicaux gratuits et l’enseignement supérieur, bénéficie aujourd’hui de 22 millions de dollars par jour de la part du contribuable américain, pour un total de 8 milliards de dollars par an, et le chiffre pourrait en fait être beaucoup plus élevé. Et il existe d’autres sources de revenus indirectement financées par le Trésor américain, notamment la possibilité pour les organisations caritatives axées sur Israël de verser des fonds exonérés d’impôts à des fondations et des groupes israéliens. Nombre de ces « organisations caritatives » sont essentiellement frauduleuses et financent les colonies illégales, le terrorisme intérieur et d’autres activités anti-palestiniennes. Tous les artifices sont utilisés par certains groupes juifs et donateurs milliardaires pour que les dollars américains continuent d’affluer vers Israël, tandis que personne d’important au sein du gouvernement fédéral ne se plaint du double standard lorsque l’on compare Israël à la Russie. Et les médias contrôlés par les sionistes sont totalement silencieux.

L’hypocrisie qui imprègne la politique étrangère des États-Unis est difficile à ignorer, mais Washington a réussi à manipuler ses instruments financiers pour maintenir dans le rang ses derniers amis et alliés. Reste à savoir si cela survivra à l’inévitable réaction de la Russie, de la Chine et d’un certain nombre de nations non alignées. Au minimum, l’alignement de la guerre froide qui a été rompu en 1991 et qui semble à nouveau prendre forme autour de la question de l’Ukraine semble avoir dépassé sa date d’expiration. L’Ukraine pourrait en effet finir par causer de sérieux dommages à l’économie russe, mais il semble plausible qu’elle entraînera également la disparition, attendue depuis longtemps, des fantasmes hégémoniques américains et de l’OTAN.

Philip Giraldi

Traduction : lecridespeuples.fr

Source : unz.com

Imprimer