Ray McGovern – ex agent de la CIA


Par Ray McGovern

Paru le 27 décembre 2021 sur Antiwar sous le titre What! No Russian Invasion of Ukraine?


J’espère que vous êtes déjà au courant, mais le matin de Noël, l’armée russe a annoncé un important retrait de troupes du territoire russe près de l’Ukraine.

Eileen AJ Connelly, du New York Post, s’est emparée de l’affaire. Samedi à midi (25 décembre), son article intitulé « Plus de 10 000 soldats russes quittent la région frontalière de l’Ukraine après un mois d’exercices » a été publié.

Bien que le retrait ait été annoncé sans fanfare, il pourrait représenter la première contrepartie que le président Vladimir Poutine attend des négociateurs américains le mois prochain, dans le cadre de pourparlers initialement proposés par le président Joe Biden.

Quoi ! Pas d’invasion russe en Ukraine ?

Comment expliquer le silence des grands médias sur le retrait des troupes ? On peut imaginer la réaction de l’élite de la politique étrangère et des médias qui ont appris la nouvelle. « Encore un sale coup russe, annoncer cela le jour de Noël ! Qui est assez en forme pour préparer notre communiqué de presse habituel ? Vous savez, notre mémo quotidien pour les médias ? Nous devons également nous concentrer sur la trahison subtile qui se cache derrière cette démarche ostensiblement conciliante de la Russie. »

Apparemment, personne n’a été à la hauteur du défi. Sans l’habituel Mémo pour les médias, les sténographes se faisant passer pour des journalistes du New York Times et du Washington Post étaient désemparés. On peut presque les entendre trouver des excuses à ceux qui leur dictent leurs textes : « Hé, c’est Noël ; cette nouvelle difficile à expliquer peut sûrement attendre un jour ou deux. Nous devons tous donner le bon sens à cette manoeuvre dès le départ. »

A l’heure où nous écrivons ces lignes, pas encore un mot dans le NYT ou le Washington Post.

Mémo informel pour les médias

Puisqu’il faudra peut-être attendre encore un jour ou deux avant que les médias ne reçoivent le mémo d’orientation, permettez-moi de vous aider avec un peu de contexte.

Lorsque les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine se sont entretenus par vidéo le 7 décembre, le compte rendu de la Maison Blanche était inhabituellement clairsemé. Elle a indiqué que Joe Biden avait exprimé sa profonde inquiétude face à « l’escalade des forces russes autour de l’Ukraine » et avait appelé à « une désescalade et un retour à la diplomatie », ajoutant que « les deux présidents avaient chargé leurs équipes d’y donner suite ».

Deux semaines plus tard, dans un discours clé adressé aux dirigeants des forces armées russes. Poutine a fourni des détails supplémentaires :

« D’ailleurs, au cours de notre conversation, il [Biden] a proposé de nommer des hauts fonctionnaires pour superviser cette sphère » (la « sphère » étant les préoccupations russes concernant le déploiement de missiles américains en Roumanie, en Pologne et peut-être en Ukraine). « C’est en réponse à sa proposition que nous avons rédigé nos propositions visant à empêcher la poursuite de l’expansion de l’OTAN vers l’est et le déploiement de systèmes de frappe offensifs dans les pays limitrophes de la Russie. »

Une proposition qui ne vaut pas le papier sur lequel elle est écrite

Lorsque Poutine s’est adressé aux hauts gradés de l’armée russe le 21 décembre, un soupçon de défensive s’est glissé dans son discours, alors qu’il soulignait la nécessité de garanties à long terme et juridiquement contraignantes. Peut-être a-t-il vu un sourire en coin sur le visage de l’un des généraux. (Il y a fort à parier que Poutine a subi des pressions considérables de la part de ses militaires pour qu’il profite de la prépondérance de la Russie près de l’Ukraine et qu’il l’utilise comme plus qu’un « simple » levier pour faire avancer les pourparlers). Quoi qu’il en soit, M. Poutine a jugé nécessaire de montrer qu’il est tout à fait conscient de l’attitude dédaigneuse de Washington à l’égard de ses obligations au titre des traités de contrôle des armements :

« Eh bien, nous savons très bien que même les garanties juridiques ne peuvent pas être totalement sûres, car les États-Unis se retirent facilement de tout traité international qui a cessé d’être intéressant pour eux pour une raison quelconque, en offrant parfois des explications et parfois non, comme ce fut le cas avec les traités ABM et Ciel ouvert – rien du tout ».

« Certains signaux montrent que nos partenaires sont prêts à travailler sur ce point [une « réponse claire et complète aux propositions de la Russie »]. Cependant, il y a aussi le danger qu’ils tentent de noyer les propositions dans les mots, ou dans un marécage, afin de profiter de cette pause et de faire ce qu’ils veulent ».

« Pour être clair pour tout le monde : nous sommes conscients de cela, et cette tournure des événements, ces développements ne fonctionneront pas pour nous. Nous attendons avec impatience des pourparlers constructifs et significatifs avec un résultat visible – et dans un délai défini – qui garantirait une sécurité égale pour tous.« 

La balle est dans le camp des États-Unis

La bonne nouvelle, jusqu’à présent, réside dans la réaction inhabituellement rapide de la Maison Blanche qui a accepté de discuter des propositions de Moscou le mois prochain. On aurait pu s’attendre à ce qu’elles soient rejetées d’emblée ou mises en veilleuse, aussi ambitieuses soient-elles. Alors, de quoi d’autre a-t-on discuté entre Biden et Poutine le 7 décembre – en dehors des injonctions assez effrayantes sur le délai d’avertissement de 5 minutes très dangereux pour les missiles hypersoniques. Qu’est-ce qui a poussé Biden à réagir positivement et si rapidement à l’initiative surprenante que le Kremlin a rendue publique ?

À mon avis, c’est à cause de l’éléphant (dragon ?) chinois dans la pièce. Lors du sommet de juin à Genève, le président Biden a déconcerté ceux d’entre nous qui savaient à quel point la Russie et la Chine étaient déjà devenues proches, en déclarant publiquement, avec une confiance suprême, après le sommet :

« Laissez-moi choisir mes mots. La Russie est dans une situation très, très difficile en ce moment. … Ils sont pressés par la Chine. » [La Russie] a une frontière de plusieurs milliers de kilomètres avec la Chine. La Chine cherche à devenir l’économie la plus puissante du monde et la plus grande et la plus puissante armée du monde. »

Il semble probable que, le 7 décembre, Poutine ait tenu à expliquer à Biden que, sur cette question, il avait été terriblement mal informé. Il s’agissait plutôt de dire que la Russie et la Chine n’ont jamais été aussi proches – qu’en fait, elles ont ce qui équivaut à une alliance militaire virtuelle.

Biden a peut-être été alerté par le sommet virtuel que Poutine devait avoir avec le président chinois Xi JinPing le 15 décembre, au cours duquel XI a déclaré que la relation entre la Chine et la Russie « dépasse même une alliance par sa proximité et son efficacité ». (Voir aussi : « Poutine a un grand frère en XI »

Dès l’annonce du sommet de juin à Genève, nous nous sommes inquiétés : « Que le Washington officiel apprécie ou non pleinement le changement progressif – mais profond – de la relation triangulaire de l’Amérique avec la Russie et la Chine au cours des dernières décennies, ce qui est clair, c’est que les États-Unis sont devenus le grand perdant. Le triangle est peut-être encore équilatéral, mais il s’agit désormais, dans les faits, de deux côtés contre un.

Il y a six mois à peine, rien n’indiquait que Biden était conscient de ce profond changement dans la « corrélation mondiale des forces ». Le fait qu’il ait accepté la proposition de Poutine de tenir des discussions préliminaires montre peut-être que Biden n’est plus sourd à la position actuelle des États-Unis dans la relation triangulaire.

Ray McGovern

Ray McGovern travaille pour Tell the Word, un organe d’édition de l’église œcuménique du Sauveur, dans le centre de Washington. Au cours de ses 27 années de carrière en tant qu’analyste de la CIA, il a notamment été chef de la branche de la politique étrangère soviétique et préparateur/briefer du President’s Daily Brief. Il est cofondateur de Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS).

Article original en anglais: https://original.antiwar.com/mcgovern/2021/12/26/what-no-russian-invasion-of-ukraine/

Traduction: Olinda/Arrêtsurinfo

Imprimer