L’Observatoire Euro-Med à l’ONU : Reconnaître les actions d’Israël à Gaza comme un génocide
Genève – 21 Nov 2023

Genève – Dans une lettre ouverte aux Nations Unies, Euro-Med Human Rights Monitor a souligné que 2,5% de la population totale de la bande de Gaza a maintenant été tuée ou blessée dans les attaques israéliennes sanglantes.

S’adressant au Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, Euro-Med Monitor a demandé que les actions d’Israël à Gaza soient officiellement reconnues comme un génocide, en référence à la situation critique qui se déroule dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

L’organisation basée à Genève a déclaré que le pourcentage susmentionné de victimes à Gaza – qui compte environ 2,3 millions d’habitants – équivaudrait à environ 18 millions de victimes européennes ou 11 millions de victimes arabes.

Selon les estimations de l’Euro-Med Monitor, 17 144 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, dont 7 208 enfants, 3 716 femmes et un total de 15 482 civils. Plus de 33 830 Palestiniens de Gaza ont subi des blessures diverses.

Des centaines de corps de victimes sont toujours portés disparus sous les décombres des bâtiments ou se trouvent parmi les cadavres dispersés dans les rues de Gaza et les zones frontalières, et il est impossible de les localiser ou de les récupérer à l’heure actuelle, a déclaré l’organisation de défense des droits de l’homme, qui a affirmé que le nombre réel de morts dépassait probablement les 20 000.

Euro-Med Monitor a également souligné qu’Israël a complètement détruit 56 450 unités de logement dans la bande de Gaza et a partiellement endommagé 162 950 unités de logement. Cela signifie que plus de 45 % des logements de la bande de Gaza sont désormais invivables, ce qui fait qu’un million de Palestiniens déplacés sont actuellement sans abri.

Dans la lettre ouverte adressée aux Nations unies, le président d’Euro-Med Monitor, Ramy Abdu, a demandé au secrétaire général de reconnaître officiellement la situation dans la bande de Gaza comme un génocide, d’enquêter sur tous les crimes israéliens contre l’humanité perpétrés dans la bande de Gaza et de les documenter, et de prendre rapidement des mesures pour empêcher de nouvelles tueries.

La violence israélienne à Gaza a atteint des proportions alarmantes, avec de graves conséquences pour la population civile. Les bombardements continus, les déplacements forcés et le ciblage des infrastructures civiles, largement rapporté, brossent un tableau épouvantable, écrit M. Abdu, qui nécessite une intervention internationale immédiate.

“Nous pensons que le comportement d’Israël constitue des actes de massacre arbitraire, des transferts forcés de population, une famine de masse délibérée et la destruction d’infrastructures vitales qui rendent Gaza inhabitable à long terme”, peut-on lire dans la lettre.

Les actions d’Israël remplissent au moins deux critères relevant de l’article II de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, indique la lettre, à savoir “l’atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale des membres du groupe” et “l’imposition délibérée au groupe de conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle”.

La lettre d’Euro-Med Monitor souligne également qu’au cours de la première semaine de guerre, Israël a totalement empêché l’acheminement de nourriture, d’eau, de carburant, d’électricité, de médicaments et d’autres formes d’aide à l’ensemble de la bande de Gaza.

Ce manque de fournitures de base reste le cas pour les habitants de la moitié nord de la bande de Gaza, où Israël interdit totalement l’entrée de nourriture, d’eau et d’aide humanitaire à la population civile qui est restée dans la zone. Même dans le sud, Israël limite fortement l’entrée de nourriture, d’eau et d’aide via l’Égypte à “moins que le strict minimum nécessaire au maintien de la vie”, ajoute la lettre.

Cette rétention des produits de première nécessité est un acte intentionnel de la part d’Israël, selon la lettre, qui cite la tentative israélienne de dégrader délibérément les conditions de vie dans la bande de Gaza afin de provoquer la destruction physique de la population de Gaza, en partie ou en totalité. L’intention du gouvernement israélien devient particulièrement évidente lorsqu’elle est associée à la vaste destruction que l’armée israélienne a infligée à la moitié nord de Gaza, qui la rendra inhabitable et incapable de maintenir la vie pendant des années après la fin de la guerre.

Euro-Med Monitor ajoute que le génocide israélien causera d’immenses dommages psychologiques à la population survivante de Gaza, en particulier à ses enfants traumatisés. Ce traumatisme est le résultat direct des bombardements sans précédent, arbitraires et disproportionnés et de l’anéantissement de quartiers entiers, ainsi que des 2,5 % de la population totale de Gaza qui ont été tués ou blessés, dont de nombreux enfants. La moitié de la population de Gaza a moins de 18 ans.

La lettre fait référence aux scènes horribles de milliers de cadavres en décomposition qui s’empilent dans les rues ou qui sont coincés sous les décombres, dégageant une forte odeur de mort. Elle évoque les parcours traumatisants des habitants de Gaza contraints de fuir leurs maisons à pied, parcourant des distances de plus de 10 kilomètres alors qu’ils sont encerclés par les troupes israéliennes qui pointent leurs fusils et leurs armes sur les personnes déplacées de force, et qui ont arrêté arbitrairement des dizaines de personnes.

Avant l’assaut israélien actuel sur la bande de Gaza, 91 % des enfants de Gaza présentaient déjà des symptômes de stress post-traumatique, tandis que 71 % d’entre eux présentaient des symptômes de dépression. Ces chiffres ont probablement grimpé en flèche, alors que la violence se poursuit.

Euro-Med Monitor souligne que la bande de Gaza est le témoin d’un génocide en cours, une conclusion affirmée par des dizaines de rapporteurs spéciaux des Nations unies dans une déclaration datée du 16 novembre 2023.

L’intention génocidaire a été bien documentée dans des dizaines de déclarations faites par le gouvernement israélien, notamment par son président, son premier ministre, ses ministres, des membres de la Knesset, des personnalités publiques, des journalistes et des commandants et soldats de l’armée. De nombreuses chansons pop israéliennes ont récemment été publiées, appelant explicitement au génocide, normalisant ainsi un dangereux changement culturel au sein d’une grande partie de la population israélienne.

Le terme “génocide”, tel que défini par la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948, désigne les actes commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux.

Les événements qui se déroulent à Gaza correspondent aux critères énoncés dans la Convention et montrent que la communauté internationale doit s’attaquer d’urgence à cette crise, a souligné l’Observatoire Euro-Med.

L’Observatoire Euro-Med des droits de l’homme a conclu que la reconnaissance de la situation à Gaza en tant que génocide est essentielle, non seulement pour garantir la responsabilité des auteurs, mais aussi pour mobiliser le soutien international afin de mettre fin à la violence et de protéger les civils innocents.

Source: https://euromedmonitor.org/en/article/5970

Traduction: Arrêt sur  info