En tant que professeur d’histoire, le thème de l’Allemagne nazie suscite toujours de nombreuses questions de la part des élèves. Comment les nazis ont-ils réussi à convaincre la population de voter pour eux ? Comment ont-ils convaincu les gens d’accepter leur programme fasciste et leurs politiques barbares ? Comment l’Holocauste a-t-il pu avoir lieu ?

Par Roddy Keenan – Thesaker.is – 9 mai 2022

Bien que l’on ait discuté du rôle de la propagande et de la censure, ainsi que de la peur de s’opposer au régime nazi, on constate que les étudiants sont souvent quelque peu déconcertés. En outre, beaucoup affirment invariablement que de nos jours, grâce aux médias sociaux, à l’Internet et à d’autres méthodes de communication, les maux du nazisme ne pourraient jamais réussir à refleurir.

Cependant, cela est sur le point de changer. Il suffit de regarder la manière dont le Bataillon Azov, une milice nazie ukrainienne à part entière, avec une influence significative, a été blanchi en l’espace de dix semaines. Alors qu’avant le 24 février 2022, ils étaient reconnus comme un bataillon néonazi, ces fascistes sont maintenant présentés comme de vaillants défenseurs d’un peuple opprimé, luttant courageusement contre des obstacles insurmontables.

Par le passé, nous n’avons que trop bien pris conscience du rôle joué par les médias et les grandes technologies dans la propagande et la fabrication du consentement. Qu’il s’agisse des grands médias qui répètent comme des perroquets les points de discussion de l’establishment, de Facebook, Twitter et Youtube qui censurent les opinions dissidentes, ou de Paypal qui refuse aux médias l’accès à leurs propres comptes apparemment en raison de leurs positions politiques, la domination occidentale en matière de désinformation semble être à son zénith.

Pourtant, les éternels pourvoyeurs occidentaux de fausses nouvelles, tels que le New York Times, CNN et la BBC, se déclarent les gardiens de la vérité, de l’intégrité et de la moralité. Et ce, malgré leurs mensonges qui ont facilité le massacre et la mort de plus d’un million d’hommes, de femmes et d’enfants, lors de l’invasion et de l’occupation de l’Irak.

Mais cela continue, jusqu’à aujourd’hui. Du fantôme de Kiev à l’île aux serpents, les médias occidentaux collectifs ont joué le rôle de sténographes pour les régimes occidentaux et ukrainiens. Les exemples sont trop nombreux pour être cités, mais la couverture médiatique de l’attaque aérienne contre une gare à Kramatorsk a fourni un exemple frappant du rôle de propagande manifeste et cynique que les médias occidentaux ont joué tout au long de ce conflit.

Les frappes de missiles qui ont tué plus de cinquante personnes et en ont blessé plus d’une centaine ont d’abord fait l’objet d’une large couverture, avec des images en première page de tous les médias occidentaux. Cependant, en l’espace de quarante-huit heures, l’histoire a disparu et a à peine été mentionnée. Ceci est dû au fait qu’une équipe de journalistes italiens a identifié l’un des missiles comme étant du type utilisé par les forces ukrainiennes. L’histoire des Ukrainiens tuant des civils ne correspondait manifestement pas à la propagande de l’Occident collectif et, par conséquent, les morts et les blessés sont devenus instantanément sans intérêt.

Les médias occidentaux ont maintenant tourné leur mythologie malveillante vers le bataillon nazi Azov en Ukraine. Cette formation ouvertement nazie, issue des banderistes fascistes de la Seconde Guerre mondiale, est aujourd’hui défendue avec acharnement par l’Occident collectif.

Il est intéressant de noter qu’il était auparavant admis que les Azov étaient une milice nazie d’extrême droite et que leur présence et leur influence étaient largement considérées comme une force obscure en Ukraine. Leurs rituels et leurs insignes fascistes, leur culte du fasciste Stepan Bandera et leur adhésion à l’idéologie nazie ne laissaient aucun doute sur le fait qu’il s’agissait de fascistes convaincus, et ils étaient couramment décrits comme des néonazis dans de nombreux médias occidentaux.

Cependant, depuis le 24 février, un changement étonnant s’est produit.

Désormais, le fait que le bataillon Azov soit une organisation nazie est passé sous silence. La BBC, un organe de propagande de l’État britannique, a diffusé un reportage de neuf minutes, arguant, presque plaidant, que les combattants d’Azov n’étaient pas des fascistes, mais simplement un bataillon intégré à l’armée ukrainienne. Pendant ce temps, MSNBC a interviewé des nazis d’Azov enseignant à des femmes âgées comment utiliser des armes, et les journaux, du Financial Times au New York Times, présentent maintenant les Azov comme de courageux défenseurs de l’Ukraine.

Le but évident de cette opération médiatique éhontée est de délégitimer les revendications russes de dénazification, en affirmant qu’il n’y a pas de problème nazi en Ukraine. Même dans les rares occasions où les médias font référence à l’idéologie des unités Azov et, en fait, à la présence d’autres groupes fascistes et d’extrême droite tels que C14, Secteur droit et Svoboda, ils affirment qu’ils ont un impact minimal sur la politique de l’Ukraine, en soulignant leurs faibles performances électorales. Ce qu’ils omettent de souligner, c’est que les partis « traditionnels » mettent en œuvre des politiques que les fascistes soutiennent. En outre, l’idée que la représentation parlementaire est une mesure de l’influence est absurde si l’on considère des organisations comme Al-Qaïda et Isis.

En fait, un dirigeant du groupe fasciste C14, Yevhen Karas, a décrit le coup d’État de Maidan en 2014 comme une « victoire des idées nationalistes ». Il a poursuivi en affirmant que sans l’influence des groupes fascistes, Maidan n’aurait été rien d’autre qu’une « parade gay ».
Mais c’est désormais une vérité qui dérange pour l’Occident collectif. Par conséquent, Azov et ses compagnons de route ne sont plus des nazis ou des fascistes. Ils ne sont que des « patriotes incompris ».

Bien sûr, ce n’est pas nouveau. Quand il s’agit d’hypocrisie, l’Occident collectif en a à revendre. Qu’il s’agisse de soutenir les moudjahidines en Afghanistan, ISIS et AL Nusra en Syrie, ou les fascistes en Ukraine, l’Occident collectif s’est montré dépourvu de toute moralité lorsqu’il s’agit de servir ses propres intérêts.

Maintenant, tout comme Isis et Al Nusra sont des « rebelles modérés », les fascistes d’Azov sont des guerriers nationalistes bien intentionnés.

Ainsi, selon nos soi-disant démocraties libérales, même s’il peut y avoir de mauvais nazis, il y a aussi de bons fascistes, dont l’adhésion au nazisme n’est qu’une bizarrerie idéologique. Évidemment, ceux qui sont de notre côté sont les bons nazis. Et c’est l’Occident collectif qui décide toujours de qui est qui.

Mais une chose est désormais évidente : la manière flagrante dont le nazisme a été rendu acceptable grâce à une campagne de propagande systématique et incessante répondra aux questions posées par les élèves sur la manière dont les nazis allemands ont pu accéder au pouvoir en 1933 et mener ensuite les politiques qu’ils ont menées.

On m’a dit un jour il y a de nombreuses années : « Grattez un libéral et un fasciste saigne ».

Les événements de ces derniers mois ont prouvé à quel point ce vieil adage est exact.

Roddy Keenan

Originaire d’Irlande, Roddy Keenan est un enseignant et un reporter indépendant basé au Royaume-Uni. Roddy est spécialisé dans la politique internationale et est l’auteur de « US Presidential Elections 1968-2008 : a narrative history of the race for the White House ».

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer