La Crimée possède un littoral accidenté mais magnifique.

Voici la troisième partie d’une série de trois articles sur notre récent voyage en Russie. Lire la première et la deuxième partie.

Nous avons passé près de 20 jours en Russie, dont 5 jours en Crimée. Au cours de notre voyage, nous avons passé environ 70 heures dans des trains, en étroite collaboration avec des Russes que nous n’avions jamais rencontrés auparavant, mais qui ont librement partagé la nourriture et les boissons avec nous. En effet, tout au long de notre voyage, nous avons été traités invariablement avec gentillesse, générosité et hospitalité. Lorsque les gens se sont rendu compte que nous parlions anglais et que nous venions des États-Unis, ils se sont efforcés de communiquer avec nous et de s’assurer que nous, en tant que visiteurs dans leur pays, étions à l’aise et que l’on s’occupait de nous. En bref, il nous est apparu clairement que si de nombreux Américains détestent la Russie, voire les Russes eux-mêmes, cette haine n’est pas réciproque.

Une anecdote illustre bien ce traitement. Environ une demi-heure après le début de notre voyage en train de 27 heures entre la Crimée et Moscou, Rick s’est rendu compte qu’il avait laissé sa ceinture d’argent, contenant environ 2 000 dollars en liquide, dans le coffre-fort de sa chambre d’hôtel moscovite. Cet hôtel au nom pittoresque – l’hôtel Sunflower Avenue – est situé à l’angle de la plus grande mosquée d’Europe. Rick a appelé l’hôtel pour l’informer de ce qui s’était passé et, après quelques allers-retours pour s’assurer que Rick était bien le véritable propriétaire de l’argent, la direction de l’hôtel a déclaré qu’elle le donnerait à toute personne que nous aurions désignée pour le récupérer. Nous avons contacté une amie à Moscou, Yulia, qui s’est rendue à l’hôtel et a pris possession de la ceinture d’argent. Comme nous avions l’intention de quitter la Crimée pour nous rendre directement à Saint-Pétersbourg et de ne pas retourner à Moscou, Yulia s’est également arrangée pour qu’un de ses amis apporte la ceinture à Saint-Pétersbourg, une ville située à au moins quatre heures de train de Moscou. Quelques heures après notre retour, une semaine plus tard, cet ami s’est rendu en voiture à l’hôtel et a remis la ceinture à Rick à l’extérieur de l’hôtel. Et il ne manquait pas un dollar. Évidemment, les choses auraient pu se passer différemment étant donné le nombre de fois où la ceinture d’argent a dû changer de mains avant de revenir à Rick et étant donné que toutes les personnes impliquées savaient que si nous ne revoyions jamais une partie ou la totalité de l’argent, nous ne pourrions pas y faire grand-chose étant donné que nous ne retournions pas à Moscou et que nous allions bientôt repartir pour les États-Unis. Notre foi en l’humanité est restée intacte après cette expérience.

L’autre endroit où nous avons pu constater que la haine ne va que dans un sens est la Crimée, une péninsule de la mer Noire qui a changé de mains, passant de la Russie à l’Union soviétique, puis à l’Ukraine et de nouveau à la Russie, et qui compte trois principaux groupes ethniques distincts. Ces trois groupes ethniques sont les Russes, qui représentent environ 65 % de la population de Crimée, les Ukrainiens, qui constituent 16 % de la population, et les Tatars, qui représentent environ 13 % de la population. Bien qu’il y ait ces différents groupes ethniques, plus de 80 % des Criméens parlent le russe au quotidien.

Après l’effondrement de l’Union soviétique en décembre 1991 et la prise de contrôle de la péninsule par l’Ukraine en dépit d’un référendum organisé en janvier 1991 au cours duquel 94 % des Criméens avaient voté en faveur d’une république autonome, l’Ukraine a rapidement tenté d'”ukrainiser” la Crimée ainsi que la région russophone du Donbas. Dans la pratique, cela s’est traduit par l’interdiction du russe comme langue nationale et comme langue enseignée dans les écoles, et par une tentative d’éradication de la culture et des monuments historiques russes. Ce processus s’est accéléré après le coup d’État de 2014 à Kiev, qui a porté au pouvoir un gouvernement de droite très hostile à la population russe de l’Ukraine. C’est cette hostilité ouverte qui a conduit les Criméens à organiser un référendum pour rejoindre la Russie – un référendum au cours duquel, avec un taux de participation de 83 %, 97 % des électeurs ont voté pour la réunification de la Russie.

De son côté, le gouvernement ukrainien a pris des mesures pour punir les habitants de la Crimée de leur décision de retourner en Russie. Ainsi, l’Ukraine a endigué un canal qui alimentait la Crimée en eau douce et a coupé l’électricité en Crimée, ce qui a privé les Criméens d’électricité pendant des mois. Alors que Zelensky et les États-Unis multiplient les menaces de “reconquête” de la Crimée par l’Ukraine, ce type de mauvais traitement de la Crimée, associé aux attaques périodiques de drones contre des cibles civiles en Crimée, garantit que la Crimée ne retournera jamais de son plein gré à l’Ukraine.

Les Criméens honorent la poétesse ukrainienne Lesya Ukrainka. Photo Dan Kovalik.

L’Ukraine a endigué le canal qui alimente les réservoirs de Crimée en eau douce. Malgré ces mauvais traitements, ni la Russie ni le gouvernement local de Crimée n’ont traité les Ukrainiens de Crimée comme l’Ukraine avait traité sa population russe. Ainsi, loin d’interdire la langue ukrainienne, le parlement de Crimée a adopté en 1998 une loi qui rappelle que le russe, l’ukrainien et le tatar sont les langues officielles de la Crimée. Cette loi a été adoptée en réponse à la loi ukrainienne de 1998 désignant uniquement l’ukrainien comme langue nationale. Même après le référendum de 2014, la loi de Crimée respectant et protégeant les trois langues nationales continue d’être la loi de Crimée. En outre, alors que l’Ukraine a entrepris de détruire les monuments russes et soviétiques en Crimée, il n’y a pas eu de représailles pour faire de même avec les monuments ukrainiens. Pour ne citer qu’un exemple, Irina Alexiava nous a montré la statue de la célèbre poétesse ukrainienne Lesya Ukrainka, qui se dresse toujours dans un endroit bien en vue à Yalta, en Crimée, et sur laquelle des fleurs fraîches ont été déposées.

Les Criméens honorent la poétesse ukrainienne Lesya Ukrainka. Photo Dan Kovalik.

Quant aux Tatars de Crimée, le gouvernement russe s’est empressé d’essayer d’établir de bonnes relations avec ce groupe après le référendum de 2014 en Crimée. Comme beaucoup le savent, les Tatars ont été persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale parce qu’ils étaient soupçonnés de collaboration et ont été déplacés de force de la Crimée vers d’autres républiques soviétiques.

Toutefois, nombre d’entre eux sont revenus en Crimée et, comme indiqué ci-dessus, ils représentent environ 13 % de la population de la Crimée. L’une des premières choses que le président Poutine a faites après le retour de la Crimée à la Russie en 2014 a été de les “réhabiliter” officiellement des accusations de collaboration formulées par le gouvernement de Staline, de leur donner les terres pour lesquelles ils avaient manifesté en Crimée, de leur accorder de modestes réparations monétaires et de construire une nouvelle mosquée pour eux en Crimée. Une fois achevée, cette mosquée sera l’une des plus grandes de toute la Russie.

Toutefois, les lecteurs peuvent à juste titre s’interroger sur l’intervention militaire de la Russie en Ukraine et se demander si elle témoigne de l’antipathie du gouvernement et du peuple russes à l’égard de l’Ukraine et du peuple ukrainien. En discutant avec les gens tout au long de notre voyage, nous avons constaté que presque tout le monde pense que la guerre actuelle, bien que regrettable, était nécessaire pour défendre à la fois la Russie et la population russophone d’Ukraine, mais qu’ils n’ont pas de mauvaise volonté envers l’Ukraine et le peuple ukrainien. Ils s’en prennent plutôt au gouvernement de droite de Kiev, à ses alliés néo-nazis et surtout à l’OTAN qu’ils perçoivent comme le maître des marionnettes de ces forces.

Les personnes que nous avons rencontrées au cours de notre voyage à Saint-Pétersbourg, à Moscou et en Crimée nous ont clairement indiqué que les Ukrainiens étaient leurs “frères et sœurs” et que de nombreux Russes avaient des amis et de la famille en Ukraine. En outre, la Russie a accueilli plus de réfugiés ukrainiens (plus de 5 millions depuis février 2022) que tout autre pays. De nombreux réfugiés se sont réinstallés en Crimée.

Les Russes que nous avons rencontrés ont parlé assez sombrement de la guerre, regrettant les énormes pertes humaines des deux côtés du conflit, et exprimant leur frustration et leur inquiétude quant à la durée de la guerre et au nombre de morts qui en résulteront. En outre, les Russes craignent raisonnablement que la guerre ne dégénère en quelque chose de plus grand et de plus terrible – par exemple, une guerre mondiale qui pourrait impliquer des armes nucléaires. Cette crainte a été amplifiée lorsqu’une attaque de drone, dont le gouvernement américain a maintenant admis qu’elle avait très probablement été lancée par l’Ukraine, a endommagé le Kremlin pendant notre séjour.

Le 9 mai, le Jour de la Victoire en Russie a été discret en raison des menaces terroristes, mais dans les rues, de nombreuses familles se sont souvenues des membres de leur famille morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Ayant été envahis à de nombreuses reprises, les Russes craignent beaucoup plus la guerre que les Américains. Le sentiment dominant que nous avons entendu est qu’ils souhaitent la fin du conflit en Ukraine et “la paix et l’amitié” avec les États-Unis.

En fin de compte, quoi que l’on pense de la guerre qui se déroule en Ukraine et qui s’étend maintenant à la Russie, nous pensons que l’objectif premier de ceux qui vivent aux États-Unis doit être de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour persuader notre gouvernement de désamorcer cette situation qui risque fort d’échapper à tout contrôle et de menacer l’humanité elle-même. Au lieu d’attiser les flammes de la guerre en envoyant davantage d’armes et de munitions en Ukraine, notre gouvernement devrait encourager, au lieu de s’y opposer, une solution négociée au conflit et l’offre d’aide à la négociation de pays comme la Chine, la Turquie, l’Arabie saoudite et Israël.

L’une des premières étapes pour contribuer à la paix est d’accepter de regarder le monde comme le font nos adversaires, y compris la Russie, et d’accepter de faire des concessions à leurs préoccupations légitimes en matière de sécurité. C’est ainsi que la crise des missiles de Cuba a été résolue, par exemple, et c’est ainsi que la crise actuelle peut être résolue.

Dan Kovalik et Rick Sterling – 05 juin 2023

Dan Kovalik est avocat spécialisé dans les droits de l’homme et auteur de sept livres. Il peut être contacté à l’adresse DKovalik@outlook.com.

Rick Sterling est un journaliste basé dans la région de la baie de San Francisco. Il peut être contacté à l’adresse RSterling1@gmail.com.

Source: Antiwar.com

Traduction Arrêt sur info