Source: RT France

Pour RT France, l’avocat Régis de Castelanau a livré son analyse sur le feuilleton politico-judiciaire Benalla, démontant la défense de l’ancien collaborateur et comptant une vingtaine d’infractions pénales de la part des protagonistes de l’affaire.

Invité en duplex pour RT France le 30 juillet, Régis de Castelnau, avocat et auteur du blog «Vu du droit», est revenu sur l’interview d’Alexandre Benalla au Journal du Dimanche, qu’il a qualifiée de «ridicule», dans la mesure où l’ancien collaborateur de l’Elysée y est présenté selon lui comme un «gendre idéal».

Alors qu’Alexandre Benalla a été mis en examen pour de multiples chefs d’inculpation, Régis de Castelnau espère que les magistrats le mèneront à «s’expliquer autrement qu’avec la complaisance dont une certaine presse s’est fait l’objet».

 

 

Pour l’avocat, la défense de l’ancien collaborateur du président de la République est tout à fait «risible» dans la mesure où elle consiste notamment à affirmer qu’il n’a pas frappé de civils, lors de son intervention controversée le 1er mai place de la Contrescape à Paris. Or, «sur le plan juridique, il n’y a pas besoin de taper pour être poursuivi pour violence», rappelle Régis de Castelnau.

Enfin, Régis de Castelanau déclare : «J’ai calculé qu’il y avait environ une grosse vingtaine d’infractions pénales» de la part de l’ensemble des protagonistes impliqués dans l’affaire Benalla. L’avocat évoque notamment de faux témoignages, y compris du ministre de l’Intérieur lorsqu’il assure ne pas connaître personnellement Alexandre Benalla mais l’avoir seulement «croisé» à plusieurs occasions.

Source: RT France

Imprimer