Drapeaux des États-Unis et de la RFA.

L’Allemagne discute de sa dépendance. La Russie et la Chine sont en ligne de mire. Pourtant, la dépendance vis-à-vis des Etats-Unis pèse bien plus lourd. Elle empêche toute forme de souveraineté allemande.

Par Gert Ewen Ungar – 08 novembre 2022

Le grand thème actuel en Allemagne est la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des nations avec lesquelles elle se trouve dans un « conflit de système ». L’exigence est de réduire les dépendances qui se sont créées, car elles sont dangereuses pour le site économique. Dans ce contexte, il s’agit avant tout de la Russie et de la Chine. La Russie était jusqu’à présent l’un des principaux fournisseurs d’énergie de l’Allemagne. La Chine est l’un des principaux partenaires commerciaux de l’Allemagne. Il existe indéniablement une dépendance.

Mais l’accent mis sur les relations commerciales croissantes entre l’Allemagne d’une part et la Russie et la Chine d’autre part cache une dépendance bien plus grande encore de l’Allemagne. La dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des États-Unis est encore plus vaste, voire fondamentale, et ce à plusieurs niveaux.

La dépendance de l’Allemagne est si vaste que l’Allemagne n’ose même pas désigner publiquement qui tire le plus grand profit du sabotage du gazoduc Nord Stream en mer Baltique. Il s’agit bien entendu des États-Unis. Ils éliminent un concurrent important qui, de surcroît, pouvait livrer à des prix bien plus avantageux, tout en renforçant la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des livraisons de gaz liquéfié en provenance de son propre pays. Les Etats-Unis n’ont pas caché que Nord Stream était une épine dans le pied des Etats-Unis. Pourtant, l’évidence n’est pas mentionnée dans les grands médias allemands.

Les États-Unis sont évidemment soupçonnés d’avoir, sinon exécuté eux-mêmes, du moins commandité l’attentat. Tout le monde le sait, personne ne le dit et tout est mis en œuvre pour que l’enquête tombe à l’eau. Habituellement en première ligne dans les discours moraux, les menaces et les condamnations, l’Allemagne politique et médiatique se tait collectivement dans ce contexte. Cette forme particulière de silence allemand doit résonner aux oreilles du reste du monde comme les gémissements à voix basse d’un chien qui a reçu un coup de pied.

Les Etats-Unis ne sont pas le Qatar, pourrait-on faire remarquer dans ce contexte. La ministre allemande de l’Intérieur peut faire de grandes déclarations à l’égard du Qatar, mais elle est silencieuse à l’égard des Etats-Unis. La dépendance de l’Allemagne vis-à-vis des Etats-Unis est si profonde qu’elle noie même l’hybris moral de la politique allemande.

L’Allemagne est dangereusement dépendante dans le domaine numérique. Contrairement à des pays comme la Russie et la Chine, l’Allemagne et l’UE n’ont pas réussi à conserver ne serait-ce qu’un soupçon d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. Google domine sans conteste le marché allemand et européen. Facebook, Instagram et Twitter sont les réseaux sociaux qui font autorité en Allemagne, malgré la concurrence de TikTok. Le projet de cloud européen GAIA X, annoncé à grand renfort de publicité, s’enlise tout comme les études sur Nord Stream. GAIA X devait créer une alternative aux fournisseurs de cloud américains, mais le projet ne dépasse pas le stade initial. Il n’existe aucun moteur de recherche de l’UE ou de l’Allemagne. Toutes les données des utilisateurs allemands partent aux États-Unis. Le fait est qu’il n’y a pas d’autonomie numérique de l’Allemagne ou de l’UE par rapport aux États-Unis. Que celui qui ne trouve pas cela dangereux se taise à propos des dépendances vis-à-vis de la Chine ou de la Russie.

La confiance allemande selon laquelle, en tant qu’alliés, les Etats-Unis ne se retourneraient jamais contre l’Allemagne et l’Europe, est désespérément naïve au vu du sabotage de Nord Stream, qui sert les intérêts des Etats-Unis. Les Etats-Unis sont en mesure de causer des dommages extrêmes à l’UE et à l’Allemagne dans le domaine numérique en raison de leur énorme dépendance vis-à-vis des fournisseurs américains. L’Allemagne ne semble toutefois pas craindre cette énorme dépendance. Pour les Etats-Unis, contrairement à la Russie et à la Chine, les contrats ne sont valables que s’ils servent leurs objectifs. Il est prouvé que les États-Unis ne reculent pas devant la violation des contrats et de la parole donnée. Pourtant, en Allemagne, la relation transatlantique ne fait pas l’objet de discussions. C’est une forme de masochisme politique.

Les grands médias allemands, jusqu’aux chaînes publiques, sont également dépendants. Il est prouvé qu’une carrière journalistique en Allemagne est favorisée par l’appartenance à une institution transatlantique. Une grande partie des rédactions en chef sont occupées par des personnes pour lesquelles on utiliserait le titre d’agent d’influence si elles n’étaient pas liées aux Etats-Unis, mais à la Russie ou à la Chine. Cela explique l’uniformité des médias allemands, surtout en ce qui concerne les thèmes géopolitiques. Il est interdit de critiquer cela, car dans un perfide renversement coupable-victime, la critique du manque de différenciation et de diversité des opinions des médias allemands est transformée en une menace pour la liberté de la presse – par les consommateurs de médias.

En outre, il existe une grande dépendance vis-à-vis des fonds d’investissement américains, comme BlackRock et Vanguard, qui disposent d’une puissance financière qui éclipse même les budgets nationaux. Grâce à leur puissance financière, ces entreprises américaines disposent d’une énorme influence politique dont elles font usage. Le lobbyiste le plus important de BlackRock en Allemagne est le président de la CDU, Friedrich Merz. Il est compréhensible qu’aucune critique de l’influence américaine ne sorte de sa bouche. Comme de nombreux autres hommes politiques allemands, il est lui-même l’exemple vivant de la représentation des intérêts américains directement au Bundestag allemand, pour qui le bien-être des Etats-Unis est plus important que celui de la nation allemande.

Outre le Deep State, l’industrie financière américaine a depuis longtemps assuré son influence sur la politique allemande. La politique allemande veille à ce qu’il en soit toujours ainsi, par exemple avec ses nouveaux projets de réforme des retraites, dans le cadre desquels les pensions de retraite doivent être garanties par des placements sur le marché des capitaux. Ces fonds sont principalement investis dans les grands fonds d’investissement, augmentant ainsi leur puissance financière et leur pouvoir politique. Dans ce domaine également, l’Allemagne est largement dépendante du système bancaire parallèle américain, qui entretient en outre des relations réciproques avec les dirigeants politiques américains. Cette constellation ne représente pas les intérêts allemands.

Aucun des groupes allemands du DAX ne prend de décision de principe contre la volonté de BlackRock. Dans le contexte de cet engagement global des sociétés d’investissement américaines en Allemagne, les discussions allemandes sur les parts d’une compagnie maritime chinoise dans un terminal du port de Hambourg semblent absolument ridicules et éloignées de la réalité. L’Allemagne est tellement liée aux États-Unis par le biais du secteur numérique, médiatique et financier qu’il lui est impossible de formuler une position propre qui s’écarte de la ligne américaine prédéfinie.

Cette dépendance est encore renforcée et cimentée sous le gouvernement fédéral actuel. Comme l’a annoncé la ministre de la Défense Lambrecht (SPD), l’armée allemande a décidé d’acheter des F-35 américains. L’Allemagne snobe ainsi particulièrement la France, car le développement du système d’avion de combat commun Future Combat Air System, en cours de développement avec la France et l’Espagne, risque d’être un peu plus proche de l’échec avec cette décision. Ce n’est pas la première fois que Paris se sent snobé par la démarche solitaire de l’Allemagne. L’engagement de Lambrecht assure aux groupes d’armement américains des milliards de recettes.

Il devrait être devenu clair à quel point la discussion sur la dépendance de l’Allemagne vis-à-vis de la Chine ou de la Russie est tordue. Il ne fait aucun doute que des dépendances existent. C’était voulu dans un monde où la mondialisation était le credo politique central. L’idée de la mondialisation était que les nations liées par le commerce se rapprochent les unes des autres et renoncent à la violence. Cette idée a toujours été biaisée dans le sens où, grâce à cet échange mondial, tous les pays s’aligneraient naturellement sur l’Occident, ce dernier restant toutefois exempt de toute nécessité d’ajuster son système. La crise actuelle en Europe est également l’expression de cette asymétrie, de l’ignorance occidentale des intérêts de la Russie en matière de sécurité.

Alors qu’en Allemagne, on prétend que la mondialisation a échoué face à la « guerre d’agression brutale de la Russie », on ne voit pas à quel point l’Allemagne s’est mise dans une situation de dépendance vis-à-vis des Etats-Unis qui limite massivement la souveraineté du pays. La politique étrangère allemande ne parvient pas à formuler sa propre position par peur des conséquences. Cette dépendance est bien plus dangereuse que les relations commerciales avec la Russie et la Chine, car les Etats-Unis profitent de leur interdépendance avec l’Allemagne pour exercer une influence directe ainsi que pour empêcher les décisions souveraines. Compte tenu des liens entre les médias allemands, les ONG et les think tanks allemands et les organisations transatlantiques dirigées par les États-Unis, non seulement la politique et l’économie financière, mais aussi la presse allemande, se trouvent dans un état d’alignement idéologique.

Actuellement, l’Allemagne n’est pas en mesure de voir tout cela. La condition de la possibilité de se libérer de la dépendance des Etats-Unis disparaît donc également. Cela nécessiterait en effet une contre-attaque intelligente qui utilise ce que le marché mondial met à disposition. Les offres de la Russie et de la Chine en font partie. L’argument de vouloir réduire la dépendance vis-à-vis de la Russie et de la Chine permet de l’approfondir vis-à-vis des États-Unis jusqu’à l’abandon de soi. Une évolution qui sabote la souveraineté de l’Allemagne.

Gert Ewen Ungar

(Traduit de l’allemand par Arrêt sur info)

Source:https://meinungsfreiheit.rtde.life/meinung/153680-beziehung-zu-usa-deutschland-in/?fbclid=IwAR29Axz9I1g8tdYXSjQsAKcivVPU6Vv-0CFQ4MaCli5ZYRhv4CnewukkFZk

RT DE s’efforce d’offrir un large éventail d’opinions. Les contributions d’invités et les articles d’opinion ne doivent pas refléter le point de vue de la rédaction.

En bloquant RT, l’UE vise à faire taire une source d’information critique et non pro-occidentale. Et pas seulement en ce qui concerne la guerre en Ukraine. L’accès à notre site web a été rendu difficile, plusieurs médias sociaux ont bloqué nos comptes. Il ne tient qu’à nous tous de savoir si un journalisme au-delà de la narration mainstream peut continuer à être pratiqué en Allemagne et dans l’UE. Si vous aimez nos articles, n’hésitez pas à les partager partout où vous êtes actifs. C’est possible, car l’UE n’a pas interdit notre travail ni la lecture et le partage de nos articles. Remarque : Toutefois, l’Autriche a introduit un changement à ce sujet le 13 avril, avec la modification de la « loi sur les services de médias audiovisuels », qui pourrait également concerner les particuliers. C’est pourquoi nous vous prions de ne pas partager nos articles sur les médias sociaux en Autriche jusqu’à ce que la situation soit clarifiée.

Imprimer