Dans toute guerre la propagande est des deux côtés. Rien n’est tout blanc ou tout noir. La partie russe est totalement discréditée, sa version officielle des faits censurée. La seule manière de garder un peu d’équilibre est pourtant de l’entendre. A cet effet nous nous efforçons de porter à la connaissance de nos lecteurs quelques déclarations de représentants officiels russes. S.C.


Source: en.kremlin.ru


Vladimir Poutine a tenu une réunion, par vidéoconférence, avec les membres du gouvernement le 23 mars 2022

Ont participé à la réunion le Premier ministre Mikhail Mishustin, le premier vice-Premier ministre Andrei Belousov, le premier chef adjoint du Bureau exécutif présidentiel Sergei Kiriyenko, les vice-Premiers ministres Viktoria Abramchenko, Yury Borisov, Tatyana Golikova, Alexei Overchuk, Marat Khusnullin et Dmitry Chernyshenko, Le vice-premier ministre et chef du personnel du gouvernement, Dmitry Grigorenko, le vice-premier ministre et envoyé plénipotentiaire du président dans le district fédéral d’Extrême-Orient, Yury Trutnev, l’assistant du président, Maxim Oreshkin, le ministre du développement économique, Maxim Reshetnikov, et le ministre des finances, Anton Siluanov. Le ministre du Commerce et de l’Industrie Denis Manturov, le ministre de la Santé Mikhail Murashko, le ministre de l’Agriculture Dmitry Patrushev, le ministre des Transports Vitaly Savelyev, le ministre de la Construction, du Logement et des Services publics Irek Fayzullin, le président de la Chambre des comptes Alexei Kudrin et le chef du Comité exécutif du Front populaire russe Mikhail Kuznetsov ont également été invités à participer à la réunion.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bonjour, chers collègues,

Aujourd’hui, nous allons discuter en détail d’un certain nombre de questions urgentes, et nous allons nous concentrer sur la situation du secteur de la construction, compte tenu de son rôle fondamental dans l’économie et de sa dimension sociale importante.

Avant cela, je voudrais parler d’un sujet que je considère important. Nous avons discuté de cette question avec nos collègues les jours précédents.

« Comme vous le savez, un certain nombre de pays occidentaux ont pris des décisions illégitimes de geler les avoirs russes au cours des dernières semaines. Et le « bloc occidental » a pratiquement tiré un trait sur la fiabilité de ses monnaies. Nous avons également discuté de cet aspect ; et l’Occident a compromis la confiance dans ces monnaies. Les États-Unis d’Amérique et l’UE ont annoncé qu’ils manquaient, en principe, à leurs obligations vis-à-vis de la Russie. Aujourd’hui, tout le monde sait – ils s’en doutaient avant, mais maintenant ils le savent – que les obligations en dollars et en euros pourraient ne pas être remplies.

J’ai déjà donné une définition de ces actions, et je ne vais pas entrer dans les détails. Mais il est absolument clair que, compte tenu des circonstances, cela n’a aucun sens pour nous de livrer nos marchandises à l’Union européenne ou aux États-Unis et d’être payés en dollars, en euros ou dans certaines autres devises.

J’ai donc décidé de mettre en œuvre, dans les plus brefs délais, un ensemble de mesures visant à transférer en roubles russes, pour commencer, les paiements pour le gaz naturel fourni aux « pays inamicaux » ; autrement dit, nous n’accepterons aucune monnaie de compromis pour ces transactions.

En même temps, sur une note séparée, je voudrais noter que la Russie continuera à fournir du gaz naturel dans les volumes convenus et pour les prix convenus comme indiqué dans les contrats existants. Contrairement à certains de nos collègues, nous tenons à notre réputation commerciale de partenaire et de fournisseur fiable.

Ces changements n’affecteront que la monnaie de transaction, qui sera désormais le rouble russe. Je souhaite que le gouvernement donne des instructions à Gazprom en conséquence et modifie les contrats existants.

Dans le même temps, tous nos consommateurs étrangers devraient avoir la possibilité d’effectuer les transactions nécessaires, et une procédure claire et transparente pour effectuer les paiements devrait être créée pour eux, y compris l’achat de roubles russes sur notre marché national des changes. Je souhaite que la Banque de Russie, en collaboration avec le gouvernement, détermine la procédure pour ces transactions dans un délai d’une semaine.

Je propose de passer à l’ordre du jour, et je passe la parole à M. Mishustin.

Monsieur Mishustin, vous avez la parole.

Mikhail Mishustin, Premier ministre : Monsieur le Président, chers collègues,

Lors de la précédente réunion du gouvernement, que vous avez tenue, j’ai fait un rapport détaillé sur les mesures qui ont déjà été prises ainsi que sur nos projets. Ces propositions sont élaborées en plein contact avec vous, Monsieur le Président, sur une base quotidienne.

Maintenant, je veux développer plus en détail l’ensemble des solutions existantes pour améliorer la durabilité de l’économie.

Le siège opérationnel travaille presque 24 heures sur 24 et reste en contact permanent avec les régions, car de nouvelles mesures sont discutées. En plus des 20 lois fédérales déjà adoptées, six autres lois seront bientôt soumises à la Douma d’État. Une trentaine de projets de loi et de propositions supplémentaires sont en cours d’élaboration.

À ce jour, outre les mesures déjà approuvées, environ 200 initiatives ont été sélectionnées, qui sont incluses dans le plan d’action prioritaire, et nous prévoyons que la plupart d’entre elles deviendront opérationnelles d’ici fin mars.

L’une de nos principales tâches est d’aider ceux qui doivent désormais payer plus d’intérêts sur des prêts précédemment émis ou qui ont contracté des prêts à taux variable. Le volume de ce portefeuille de prêts est estimé à environ 11 000 milliards de roubles.

Dans le but de soutenir ces entreprises, une procédure spéciale de restructuration a été proposée. Monsieur le Président, vous et moi en avons discuté en détail. Dans les mois à venir, les emprunteurs ne seront pas tenus de payer la totalité des intérêts, mais pourront les capitaliser et les reporter à la fin de l’année.

Dans le même temps, nous analyserons la situation financière de ces entreprises et adopterons des décisions supplémentaires pour les soutenir. Pour ce faire, le gouvernement établira une liste de critères pour les entreprises emprunteuses qui peuvent bénéficier de l’amortissement intégral de ces intérêts.

Par ailleurs, les paiements effectués par les particuliers dans le cadre de prêts hypothécaires émis avant les changements de taux directeurs resteront tels qu’ils étaient à la fin du mois de février.

Le plus important maintenant est de soutenir les gens. Une résolution a été signée sur le montant maximal d’un prêt qui permettra aux citoyens de demander aux banques un délai de grâce. Ils pourront le faire jusqu’à la fin septembre, à condition que leurs revenus soient inférieurs de 30 % à la moyenne de l’année précédente.

Nous avons accordé une attention particulière au marché du travail. Nous aiderons ceux qui veulent trouver un emploi. Non seulement les chômeurs, mais aussi ceux qui risquent d’être licenciés peuvent désormais utiliser les services des centres pour l’emploi.

De nombreuses initiatives visent à approvisionner le marché intérieur en biens communs. Nous avons consulté nos collègues de l’Union économique eurasienne (UEEA) et décidé de porter la limite du commerce électronique hors taxes à 1 000 euros sur l’ensemble du territoire. Les biens de consommation, principalement les aliments et les médicaments, seront prioritaires lors des procédures douanières aux points de contrôle.

Un domaine important concerne la santé de notre population. Hier, nous avons approuvé une proposition visant à soutenir la vente de produits pharmaceutiques et de biens médicaux en simplifiant les procédures d’enregistrement et d’achat, en subventionnant les taux d’intérêt des prêts et en poursuivant la mise en œuvre du programme de substitution des importations de médicaments et d’équipements médicaux critiques.

Auparavant, nous avons simplifié les procédures d’achat d’équipements médicaux, introduit une interdiction temporaire d’exportation de biens médicaux étrangers et créé davantage de possibilités pour les organisations médicales d’acheter des équipements aux frais du Fonds fédéral d’assurance médicale obligatoire. Les hôpitaux et les cliniques ambulatoires pourront ainsi acheter du matériel médical pour les interventions chirurgicales et les recherches en laboratoire dans n’importe quelle situation, tandis que les gens pourront acheter les médicaments dont ils ont besoin.

Nos compagnies aériennes ont rencontré de grandes difficultés dans ces circonstances. De nombreux avions « immatriculés à l’étranger » ont perdu instantanément leur certificat de navigabilité, sans lequel ils ne peuvent être utilisés. L’approvisionnement en pièces détachées a été interrompu et les services d’assurance ont été interdits. Les sociétés de leasing étrangères exigent que ces avions soient restitués.

Sur la base de la loi sur l’enregistrement des droits sur les aéronefs étrangers que vous avez signée, nous avons reçu la possibilité de les utiliser à l’intérieur du pays.

Le gouvernement a aidé les transporteurs à conserver leurs flottes d’avions étrangers dès les premiers jours. Nous nous efforçons de reprendre les vols avec ces avions dès que possible. Il est important de noter qu’en prenant ces mesures, nous suivons strictement les normes du droit aérien, y compris les règlements internationaux.

Évidemment, notre objectif principal est d’assurer la sécurité des vols. Cela passe avant tout le reste.

Nous avons transféré des centaines d’avions – plus de la moitié de la flotte totale – au registre russe. Pour normaliser la situation dans ce domaine, le gouvernement a pris deux résolutions. Premièrement, nous avons rendu la procédure d’inscription des aéronefs russes au registre d’État russe aussi simple que possible et réduit sa durée de 40 à cinq jours ouvrables. Deuxièmement, nous avons adopté un document établissant un mode spécial d’exécution des contrats de location d’aéronefs avec des sociétés étrangères. Nous avons limité la restitution de ces avions et de leurs moteurs aux propriétaires. Les transporteurs russes seront responsables de l’entretien technique et des réparations conformément aux normes internationales.

Les restrictions ont également touché les navires battant pavillon russe – il leur est interdit d’entrer dans les ports étrangers. Nous ne laisserons certainement pas sans réponse de telles mesures inamicales envers notre pays. Le gouvernement introduira des contre-restrictions proportionnées. La résolution correspondante a été signée.

C’est loin d’être la liste complète des mesures qui sont actuellement en cours d’élaboration.

Un vaste ensemble de mesures a été proposé pour le secteur de la construction. L’année dernière, la construction en Russie a enregistré des résultats records, et nous préparons de nouvelles options de soutien. Elles aideront les constructeurs russes à maintenir le déploiement des locaux civils et industriels au même niveau élevé.

Un troisième train de mesures a été examiné hier. Il comprend le raccourcissement du cycle d’investissement et de construction et la création d’infrastructures connexes, ainsi que le maintien de la procédure permettant de modifier le prix d’un contrat d’État lorsque le coût des ressources augmente.

Un certain nombre de mesures ont été prises pour soutenir la substitution des importations. Hier, la réunion du conseil de l’état-major opérationnel a examiné la possibilité d’ajuster le programme spécial pour stimuler l’élaboration de spécifications de conception par les entreprises russes. Un projet de résolution en ce sens a déjà été soumis au gouvernement.

Un nouveau service en ligne, Import Substitution Exchange, a été lancé. La plateforme devrait rassembler une large base de fournisseurs et assurer le remplacement de certains composants importés par des composants russes, créant ainsi une demande pour les produits nationaux et accélérant la recherche de partenaires potentiels. Ce service permettra de développer les chaînes d’approvisionnement et de remplacer les composants importés manquants.

Un projet de décision gouvernementale a également été préparé pour faciliter l’octroi d’un soutien public aux projets de recherche visant à créer des produits industriels prioritaires.

Le format du contrat spécial d’investissement 1.0, relancé à la mi-mars, a été ajusté, et une résolution correspondante a été signée. Ces contrats peuvent désormais être prolongés de 10 à 12 ans, si les mesures restrictives de leurs partenaires étrangers ont affecté la mise en œuvre du projet. En outre, les exigences obligatoires en matière d’exportation de produits industriels et de diversification des approvisionnements seront supprimées.

En outre, nous avons soutenu les entrepreneurs dans le cadre des marchés publics – nous leur avons permis d’amortir indéfiniment leurs amendes et pénalités s’ils ont violé leurs obligations dans le cadre de contrats publics en raison des sanctions extérieures.

Cette semaine, une résolution a été signée pour accélérer les paiements des produits ou services fournis dans le cadre de contrats de sociétés d’État avec des petites et moyennes entreprises, en réduisant le délai à sept jours ouvrables, afin que les entreprises puissent recevoir les paiements le plus rapidement possible.

Pour les petites entreprises, quatre programmes sont désormais disponibles afin d’accroître la disponibilité des prêts à faible coût. Il s’agit de nouveaux prêts à l’investissement d’une durée maximale de trois ans, d’un programme de prêts à court terme mis en œuvre dans le cadre d’un projet national ciblé et d’une augmentation du niveau maximal de risque que la SME Corporation peut assumer pour les entrepreneurs dans le cadre du mécanisme de garantie dit « parapluie », qui passe de 4,5 % actuellement à 10 %.

Une autre solution est désormais disponible pour les petites entreprises d’un certain nombre de secteurs, qui s’appliquera aux entreprises manufacturières, ainsi qu’aux institutions de la culture, du sport et de la santé publique, de même qu’à l’industrie de la beauté et aux agences de voyage. Il est proposé de prolonger de six mois leur délai de paiement des impôts selon le système simplifié pour la dernière année et le premier trimestre de 2022, suivi de paiements échelonnés pendant six mois. Cela permettra aux entreprises de reporter ces paiements à l’automne et de libérer environ 37 milliards de roubles.

Monsieur le Président, sous vos instructions, les moyens d’améliorer le soutien aux régions ont été étudiés en détail. Afin de réduire le fardeau de la dette, une décision fondamentale a été prise de reporter le remboursement de la dette au titre des prêts budgétaires à une date ultérieure ; et, afin de créer des ressources supplémentaires, d’élargir l’accès aux prêts du Trésor à un total de 10 pour cent de leur rendement afin de générer des ressources supplémentaires (nous en avons discuté lors d’une réunion avec les régions) pour la mise en œuvre des projets en cours.

Je tiens à souligner que bon nombre des activités prévues par le plan ont été préparées conjointement avec les entités constitutives de la Fédération de Russie, avec lesquelles nous sommes en contact permanent, jour et nuit. Les chefs des régions ont abordé ce travail de manière responsable, et je tiens à les remercier également. Tout le monde est en contact permanent.

Parallèlement à la neutralisation des conséquences des sanctions, le gouvernement continuera à s’attaquer aux questions stratégiques que vous avez identifiées, Monsieur le Président, dans le cadre des objectifs de développement national.

L’essentiel des mesures anti-sanctions se concentre sur la réduction des charges administratives, à savoir les inspections, ce qui devrait avoir un effet positif sur les conditions d’exploitation des entrepreneurs et améliorer l’environnement des affaires dans les régions.

Notre priorité est de maximiser la flexibilité de l’économie, d’assurer le fonctionnement ininterrompu des entreprises et de maintenir l’emploi intact.

Mes collègues entreront dans le détail des autres mesures.

Je vous remercie.

Vladimir Poutine : Merci beaucoup, M. Mishustin.

Maintenant, j’ai un événement protocolaire dans mon agenda. Mais avant de faire une courte pause, je voudrais donner la parole à nos collègues : Dmitry Patrushev, Denis Manturov et Mikhail Murashko, afin qu’ils exposent brièvement les mesures visant à assurer la disponibilité de la nourriture, des biens de consommation essentiels, des médicaments et des produits médicaux. Commençons par M. Patrushev

Comme nous l’avons indiqué à la fin de l’année dernière, on assiste à une augmentation des prix sur les marchés alimentaires mondiaux. Cela est dû à un certain nombre de facteurs objectifs, mais ce qui se passe aujourd’hui en Russie impose également un stress supplémentaire au marché. Il est clair que dans de tels cas, la demande est pressante. Certes, nous pouvons constater qu’elle s’est déjà calmée, mais néanmoins, nous devons avoir une vue d’ensemble et prendre en considération tous les facteurs qui créent une certaine situation sur le marché.

(Le ministre de l’agriculture, Dmitry Patrushev, a déclaré que la Russie satisfait pleinement la demande intérieure en aliments de base. Selon le ministre, le complexe agro-industriel russe est généralement en mesure de faire face à toute demande de produits alimentaires, y compris en cas d’augmentation significative. Il a commenté les catégories où il y a un pic de demande et a parlé des mesures que le gouvernement prend pour organiser rapidement la production des articles nécessaires dans les usines russes et résoudre les problèmes actuels de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que de l’avancement de la campagne de semis de printemps et de son soutien financier).

Vladimir Poutine : J’espère que vous et vos collègues dans les régions suivront attentivement toute évolution du commerce de détail et y répondront rapidement.

Dans ce sens, nous avons un niveau de fiabilité assez élevé. L’essentiel ici est de surveiller les problèmes de la chaîne d’approvisionnement et d’y répondre rapidement.

Je m’excuse, mais nous allons faire une pause d’environ 15 minutes, après quoi je demanderai, comme je l’ai déjà dit, à M. Manturov et à M. Murashko de faire un rapport sur leurs domaines respectifs.

Vladimir Poutine : M. Manturov, s’il vous plaît.

Ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Manturov : Merci beaucoup.

Outre l’approvisionnement des détaillants en produits alimentaires, comme je vous l’ai indiqué lors de la réunion précédente, nous surveillons la disponibilité et la production de produits non alimentaires dans notre pays. La demande pour certaines catégories de marchandises était deux à trois fois plus élevée que d’habitude à la fin du mois de février et pendant les dix premiers jours de mars, mais elle a maintenant sensiblement diminué. Les ventes de certains articles sont encore 30 à 40 % plus élevées qu’à la même période de l’année dernière, bien que la demande devienne rapidement saturée.

Par conséquent, les niveaux de stock des entrepôts des produits de consommation courante les plus populaires reviennent au niveau standard. Par exemple, pour les produits de soins personnels, les articles pour enfants et les produits d’entretien ménager, les niveaux de stock varient entre deux semaines et trois mois. Pour tous ces groupes de produits, tant les entreprises russes que les multinationales répondent aux besoins du marché intérieur. Et les producteurs mondiaux disposant d’installations en Russie ne vont pas les arrêter et ne veulent pas perdre leur part.

(Le ministre a poursuivi en donnant des chiffres spécifiques pour les produits sanitaires et cosmétiques pour enfants et autres produits de soins personnels. Selon lui, 84 % des détergents sont produits en Russie. Dans le cas où même une petite fraction des produits importés serait retirée, les entreprises russes et étrangères localisées sont prêtes à augmenter leurs volumes de production).

Nous n’avons pas remarqué de hausse de la demande pour une large gamme de vêtements ou de chaussures. Dans le même temps, compte tenu de la hausse objective des prix et de la suspension des ventes de certaines marques importées, notre propre production nationale de vêtements prend un bon avantage.

Bien sûr, nos consommateurs sont habitués à une grande variété de marques, notamment étrangères. La disparition de certaines d’entre elles ne signifie pas que la population aura des problèmes pour acheter des vêtements. Il existe actuellement plus de mille marques russes de vêtements, de chaussures et d’accessoires de mode, et une situation favorable se dessine pour elles en termes de rapport qualité-prix plus avantageux.

Nous ne sommes pas pressés de chercher des remplaçants pour certaines marques étrangères, d’autant plus que les consommateurs ont leurs propres préférences. Le moment est venu pour la production et les marques russes de commencer à se développer, et pour les nouvelles chaînes de vêtements et de chaussures de commencer à apparaître. Nous aiderons nos entreprises dans cette tâche de toutes les manières possibles.

En ce qui concerne les biens durables, nous avons rassemblé environ 90 % des appareils électroménagers et électroniques, principalement de fabrication étrangère, avec des quantités variables de contenu national. Les stocks de biens déjà fabriqués dureront de 1,5 à 3 mois. La production de composants étrangers et les difficultés logistiques entraînent certainement une augmentation des coûts, qui se répercute sur le prix de détail pour les consommateurs. Toutefois, les producteurs disposent de réserves de pièces détachées pour plusieurs mois, ce qui permet d’atténuer ces hausses dans une certaine mesure.

Les entreprises qui assemblent leurs produits sur le territoire russe ne prévoient pas de quitter le marché russe, d’autant plus que nombre d’entre elles ont des centres de recherche ici. Cela confirme une nouvelle fois qu’elles resteront sur notre marché.

Quant à l’importation d’appareils électroménagers, nos principaux fournisseurs sont des pays amis qui n’ont aucun intérêt à suspendre leurs exportations.

Conformément à vos instructions, Monsieur le Président, nous avons créé le Centre fédéral de planification et d’organisation de la fourniture de médicaments aux citoyens pour les achats centralisés de médicaments dans le cadre du programme d’État « 14 nosologies coûteuses » – il couvre la fourniture de médicaments aux personnes atteintes d’hépatite et de VIH. En particulier, nous achetons de grandes quantités de médicaments pour la Fondation « Circle of Kindness ». Les achats couvriront entièrement nos besoins ; à l’heure actuelle, 85 % des médicaments ont été livrés. Nous n’envisageons aucun risque pour les patients chroniques de ces groupes. Ce système est utilisé depuis de nombreuses années pour la fourniture en temps voulu de médicaments à chaque patient.

Je tiens à souligner qu’en augmentant le volume des lots sous contrat et en signant des contrats à long terme, nous économisons des fonds budgétaires et réduisons les coûts de logistique et de stockage.

Nous sommes déjà en train d’élaborer des plans pour 2023 afin d’assurer des contrats garantis aux producteurs et la livraison en temps voulu des médicaments aux patients.

Le quatrième domaine prioritaire consiste à utiliser ces mécanismes pour la distribution des produits médicaux. Nous travaillons avec le ministère de l’Industrie et du Commerce, en mettant l’accent sur les producteurs nationaux.

Dans cette optique, nous avons préparé des listes prioritaires de produits médicaux à créer et à produire et les avons envoyées au ministère de l’Industrie et du Commerce et à l’Académie des sciences de Russie. La Russie dispose des compétences nécessaires pour nombre d’entre eux.

Notre prochaine priorité est de supprimer les obstacles à la livraison de produits médicaux de qualité efficace sur le marché russe. Cela implique les procédures d’enregistrement spéciales nécessaires pour valider l’efficacité et la sécurité d’un produit. Par conséquent, pour pouvoir lancer un dialogue direct et créer des procédures claires et compréhensibles, nous avons modifié le dossier des produits médicaux. Cela facilitera le travail des producteurs et réduira la période d’examen.

Nous sommes également en train de créer une ligne d’assistance téléphonique sur les médicaments auprès d’un établissement spécialisé.

Nous organisons des consultations sur l’enregistrement des produits médicaux. Il s’agit d’un domaine complexe, c’est pourquoi nous avons besoin de telles consultations.

Enfin, la sixième et dernière priorité concerne la question très sensible du contrôle des prix des médicaments. Cela se fait dans le cadre de la réglementation par l’État des prix des médicaments vitaux et essentiels. Ces prix sont fixes et ne peuvent être modifiés que pour des raisons objectives afin de garantir un prix abordable pour les utilisateurs, y compris dans les pharmacies.

En conclusion, je voudrais souligner que les mesures que nous avons adoptées, et que nous examinons encore au niveau interministériel, ont un effet cumulatif et visent à assurer la disponibilité physique et le caractère abordable des prix, ainsi que la diversité des produits médicaux.

Je vous remercie. Ceci conclut mon rapport.

Vladimir Poutine : Merci.

Je voudrais répéter ce que j’ai dit après le rapport de M. Manturov.

Le départ ou le départ potentiel de certains producteurs étrangers de notre marché crée des opportunités uniques pour les entreprises nationales. C’est ainsi qu’il en a été pour le développement de notre secteur agro-industriel lorsque nous avons restreint les activités de certains producteurs étrangers de produits agricoles et de l’industrie de transformation sur notre marché.

Il est évident qu’à ce stade, nous devons soutenir nos producteurs. Au début de notre réunion, le Premier ministre a parlé d’un certain nombre de mesures que le gouvernement prend pour rendre ce soutien tangible. Je sais que le gouvernement travaille également sur d’autres mesures. Il est nécessaire de continuer à y travailler ensemble, en coopération avec la Banque de Russie et le Bureau exécutif.

Ces efforts ne manqueront pas de produire l’effet escompté, comme ils l’ont fait dans le secteur agro-industriel. Mais bien sûr, nous devons garantir la qualité et la variété et renforcer plutôt que nuire à l’environnement concurrentiel sur le marché. J’espère qu’il en sera ainsi, et je n’ai aucun doute à ce sujet.

Passons au point suivant, qui est la question principale. Aujourd’hui, nous allons passer en revue la mise en œuvre de nos programmes de développement des infrastructures, de construction de biens d’équipement, notamment d’écoles et d’hôpitaux. Nous discuterons séparément des mécanismes de soutien à la construction de logements, l’un des principaux secteurs de notre économie nationale.

Permettez-moi de rappeler que lors d’une récente réunion avec les régions, le 16 mars, nous avons pris plusieurs décisions importantes à ce sujet. Discutons de leur état d’avancement.

De quoi s’agit-il ? Certains points ont déjà été mentionnés, mais je vais les répéter.

Premièrement, nous avons décidé que les investissements publics en capital seraient financés en priorité. L’approvisionnement en matériel et la mise en œuvre des projets doivent être financés intégralement comme prévu. Quant à la mise en œuvre des projets en tant que telle, elle doit être plus flexible et ouverte à différentes solutions technologiques et à l’utilisation de composants dans une gamme donnée.

À ce stade, je voudrais souligner que de nombreux projets déjà lancés dans les régions ont été confrontés à une augmentation objective des coûts estimés. C’était d’ailleurs également le cas au cours de la période précédente, mais c’est encore plus évident aujourd’hui. Pour éviter de perturber les calendriers de construction et pour compenser l’augmentation des prix des matériaux de construction, nous avons convenu en décembre dernier, bien avant les événements actuels, d’allouer des ressources supplémentaires aux régions. Nous devons veiller à ce que ces décisions soient appliquées dans leur intégralité ; ces fonds doivent être alloués aux régions le plus rapidement possible.

Deuxièmement. Il a été décidé d’élargir la capacité des régions à financer leurs dépenses. Entre autres choses, le montant maximal des lignes de crédit allouées à chaque membre constitutif de la Fédération sera augmenté dans le cadre d’un prêt budgétaire. Comme je l’ai dit plus tôt, cette année, il peut atteindre 10 % des recettes totales de la région. Il convient de noter qu’il ne devrait y avoir aucune condition supplémentaire pour bénéficier d’un tel prêt. L’argent sera disponible jusqu’à la fin de l’année fiscale.

Ce faisant, cette année, nous libérerons complètement les régions du remboursement des prêts accordés par le budget fédéral. Ces obligations seront reportées pour la période allant de 2025 à 2029 inclus.

En outre, nous soutiendrons l’accomplissement des obligations sur les titres et les prêts commerciaux contractés par les régions et les communes. Cette année, les prêts budgétaires dont l’échéance va jusqu’en 2029 seront également affectés à ces fins.

Une fois de plus, je voudrais signaler à nos collègues du gouvernement que les décisions susmentionnées ont été prises ; il est nécessaire de les mettre en œuvre sans délai, d’établir rapidement un cadre réglementaire et de transférer les fonds aux régions.

Troisièmement. Une mesure distincte a été adoptée pour soutenir le secteur de la construction et assurer la cohérence de son fonctionnement. Nous avons ici un objectif clair : le portefeuille de prêts hypothécaires, en termes nominaux, doit croître cette année au moins autant que l’année dernière. Bien sûr, je comprends que la situation change et que le marché évolue. Il ne s’agit pas d’un objectif simple, mais d’un objectif difficile ; nous en avons parlé avec nos collègues ce matin. Mais c’est un objectif à atteindre.

Sur la base de cet objectif, nos programmes de prêts préférentiels et de prêts hypothécaires devraient également être affinés. Je suis impatient d’entendre vos propositions à ce sujet aujourd’hui.

Je vous propose de passer à l’ordre du jour. M. Khusnullin, allez-y, s’il vous plaît.

Vice-premier ministre Marat Khusnullin : Monsieur le Président,

Pour atteindre les objectifs que vous avez fixés, nous avons organisé un travail cohérent du personnel avec tous les organes gouvernementaux, tous les clients et toutes les régions. Trois sièges travaillent et coordonnent cela, parfois dès 7h30 du matin. Nous travaillons ainsi tous les jours et parfois même 24 heures sur 24.

La tâche prioritaire que nous nous sommes fixée est d’analyser les installations dans le cadre de nos projets dans notre programme triennal. Notre approche consiste à répondre aux questions suivantes : dans quelle mesure utilisent-elles la substitution des importations et à quelle vitesse pouvons-nous les convertir pour qu’elles se passent de composants importés.

Heureusement, la part des importations dans notre secteur de la construction est faible, et nous pensons donc que nos principaux projets de construction ne connaîtront pas de retard. Au contraire, nous allons accélérer de nombreux projets.

Dans cette optique, nous avons pris de nombreuses décisions, y compris celles du paquet de mesures anticrise. Parmi celles-ci, 17 décisions affectent directement l’industrie de la construction et le secteur du logement et des services publics, et 40 décisions ont un impact indirect sur ce dernier. Nous les mettons en œuvre comme prévu, nous émettons des directives. Nous avons adopté de nombreuses lois et nous appliquons toute une série de règlements.

Nous avons maintenant rédigé un programme fédéral d’investissement ciblé entièrement nouveau, avec de nouvelles approches et la possibilité de le réglementer et de l’adapter avec beaucoup de souplesse. Notre objectif est d’achever la rédaction de ce programme avant le 1er mai en tenant compte de notre calendrier de trois ans avec une prévision sur cinq ans, car ce programme garanti durable nous permet de l’adapter rapidement. Même si quelque chose ne va pas – que ce soit à cause de la substitution des importations ou de la logistique, nous pourrons remplacer certaines installations par d’autres et compléter notre programme annuel, globalement.

Nous avons rédigé de nombreuses décisions juridiques à cet effet. Comme je l’ai dit, elles nous permettent d’être flexibles dans notre gestion. C’est le premier point.

Deuxièmement, littéralement hier, nous avons rédigé une loi en coopération avec le ministère des Finances. De nombreuses entreprises nous ont demandé d’adopter cette loi. Elle modifie le 44-FZ pour permettre l’achat de services de construction clés en main : conception, prospection, fournitures et construction en une seule fois – et ensuite de modifier rapidement toute décision.

Nous avons mis au point le mécanisme de paiement anticipé que les régions attendent maintenant, et nous publierons le document correspondant dans les prochains jours.

(Le vice-premier ministre a ensuite parlé du contrôle de la hausse des coûts des matériaux, ajoutant que les hausses de prix des produits métallurgiques ont été arrêtées. Il a parlé de l’aide financière aux régions, du développement de la construction de logements et du maintien du portefeuille de prêts hypothécaires. Selon lui, le portefeuille hypothécaire actuel est évalué à 13 000 milliards de roubles, soit 11 % du PIB. Les prêts hypothécaires représentent 10 % des actifs du système bancaire, 15 % de l’ensemble des prêts et 47 % des prêts de détail. Il a également parlé du soutien aux promoteurs).

En ce qui concerne les mesures les plus importantes pour soutenir la construction d’infrastructures, nous avons pris des décisions concernant des prêts budgétaires pour le développement des infrastructures pour un montant total de 864 milliards de roubles, y compris toutes les instructions que vous avez émises. Cela comprend le soutien à la région de Nijni Novgorod, à la région de Tcheliabinsk, au territoire de Krasnoïarsk, ainsi qu’aux installations de traitement sur la côte de la mer Noire.

À ce stade, un seul projet mentionné dans vos instructions est en suspens – le chemin de fer du latitudinal nord dans la région autonome de Yamalo-Nenets. Nous proposons de ne pas le supprimer, mais simplement de le reporter d’un an, car il comprend des accords de concession, qu’il est peu probable qu’ils puissent être respectés dans la situation actuelle. Il s’agit de 50 milliards, et nous proposons de répartir les fonds entre les régions. C’est la première proposition.

(Le vice-premier ministre a également soulevé la question du soutien aux régions, notamment en accédant à leurs demandes de remplacement de projets précédemment approuvés si elles ont des difficultés à mettre en œuvre ces projets, ce qui est en fait une mesure anti-crise. Marat Khusnullin a parlé des travaux d’amélioration du secteur du logement et des services publics, de la préparation d’un grand programme de développement pour le secteur du logement et des services publics, ainsi que pour les transports publics et la construction de routes).

Notre projet de routes sûres et de haute qualité est le plus reconnaissable et le plus soutenu par les Russes. Il a obtenu la meilleure note parmi tous les projets nationaux.

Nous travaillons sur les trois tâches et objectifs principaux inclus dans votre décret. L’un d’eux consiste à mettre aux normes 85 % des autoroutes des 105 plus grandes zones urbaines du pays d’ici 2024.

La deuxième tâche consiste à mettre aux normes 50 % des routes régionales, également en 2024. Ainsi, la Russie disposera d’un réseau routier régional de base comprenant plus de 50 % de routes de haute qualité. L’objectif est en fait d’environ 72 % dans tout le pays. C’est un travail très important.

Nous continuons également d’améliorer le réseau routier principal du pays, qui compte désormais 138 000 kilomètres de routes. Je vous ai déjà signalé que ce réseau fédérateur comprend des routes fédérales, régionales et municipales, et que nous devons en améliorer le plus possible. Si des fonds supplémentaires sont alloués, nous pourrions également commencer cette partie de notre travail.

Nous avons beaucoup de travail à faire pour élargir les routes, parce que beaucoup des routes que nous avons aujourd’hui ont besoin d’être élargies. C’est beaucoup moins cher et beaucoup plus rapide, et la capacité de la route est doublée.

En fait, nous avons préparé un programme quinquennal et nous sommes prêts à le soumettre au gouvernement avec le nombre exact d’installations que nous prévoyons de construire. Avec une allocation d’environ 120 milliards supplémentaires cette année, nous pouvons garantir que ces chiffres seront réalisés, et nous essaierons de les réaliser plus tôt que prévu.

(Marat Khusnullin a également fait état de l’avancement de la construction de l’autoroute Moscou-Kazan-Ekaterinbourg et de son prolongement ultérieur vers Perm et Tcheliabinsk, y compris la reconstruction de la route de Ekaterinbourg à Tcheliabinsk, ainsi que de l’élaboration de plusieurs mécanismes législatifs pour le secteur des transports).

Nous avons également une question sur les prêts aux établissements commerciaux. Il s’agit également d’un secteur important de l’économie. Nous n’avons pas encore réglé ce problème ; nous devons d’abord nous occuper du logement. L’étape suivante consistera à finaliser la construction commerciale, car il s’agit également d’un secteur important qui non seulement participe à la construction, mais crée également des emplois.

En général, grâce aux décisions que vous avez énumérées, nous pensons pouvoir réaliser la plupart de nos projets. Je vous remercie pour votre soutien et votre attention constante.

Ceci conclut mon rapport.

(Le ministre de l’Industrie et du Commerce Denis Manturov et le ministre des Finances Anton Siluanov ont commenté le rapport de Marat Khusnullin).

Vladimir Poutine : Résumons un peu. En général, je suis d’accord avec les propositions faites aujourd’hui.

Sur quoi voudrais-je faire des commentaires ?

Tout d’abord, je suggère de soutenir les propositions du gouvernement et d’allouer des fonds supplémentaires pour la construction et la réparation des routes dans les régions cette année. Le montant donné aujourd’hui était d’au moins 120 milliards de roubles. Je propose de procéder à partir de cette somme. Le ministre des Finances est en train de confirmer ces accords, et nous continuerons à le faire.

Deuxièmement, les mesures spéciales dont nous avons discuté aujourd’hui en détail sont nécessaires pour soutenir certains secteurs de l’économie, notamment ceux qui ont été confrontés à des restrictions sur l’exportation de leurs produits. M. Manturov a mentionné une fois de plus les métallurgistes. Nous devons rapidement déployer des plans d’infrastructure et lancer de nouveaux projets de construction afin d’encourager la demande de ces produits, comme je l’ai dit, principalement dans l’industrie métallurgique, afin d’augmenter la demande à l’intérieur du pays. M. Khusnullin a indiqué que le gouvernement travaille déjà sur ce point. Je vous prie de garder ce dossier sous contrôle permanent.

Troisièmement, nous devons nous assurer que de nouvelles installations apparaissent sur le marché du logement afin que nos citoyens, les familles russes, aient une réelle possibilité d’acheter un logement, y compris par le biais de prêts hypothécaires.

Bien sûr, nous pouvons voir comment la situation sur le marché hypothécaire a changé. Et si nous calculons le taux du marché, le taux réel du marché sur les prêts, alors bien sûr, il a sensiblement augmenté. En moyenne, il aurait dû être d’environ 20 %, voire plus.

Permettez-moi d’exposer notre position de principe : nous ne modifierons pas les taux de nos programmes hypothécaires spéciaux, à savoir : six pour cent pour l’hypothèque familiale, trois pour cent pour l’hypothèque rurale et deux pour cent pour l’hypothèque d’Extrême-Orient. Mais je voudrais juste souligner que chacun de ces programmes a des limites dans le temps : certains se terminent fin 2022, d’autres fin 2023, et d’autres encore fin 2024. Nous en parlerons plus tard, mais les gens doivent aussi en être conscients et planifier leurs dépenses en temps voulu en fonction du budget familial, lorsqu’ils réalisent leurs projets d’amélioration de leurs conditions de vie.

En même temps, nous allons réglementer de manière flexible notre autre programme, l’hypothèque préférentielle en général, qui a été lancée en 2020 comme mesure anticrise. Je vous rappelle que nous l’avons introduit dans le cadre d’un ensemble de mesures visant à surmonter les conséquences socio-économiques de la pandémie de coronavirus. Et elle était temporaire, également temporaire. Aujourd’hui, le taux de cette hypothèque préférentielle est de sept pour cent, et le prêt maximum est le même pour toutes les régions et s’élève à trois millions de roubles. M. Khusnullin a déclaré aujourd’hui que, compte tenu des tendances du marché hypothécaire, le gouvernement a proposé de modifier ce programme en augmentant le montant maximal d’une hypothèque préférentielle pour les régions de la capitale – Moscou, Saint-Pétersbourg et les régions de Moscou et de Leningrad – jusqu’à 12 millions de roubles, et pour toutes les autres régions jusqu’à six millions de roubles. Faisons cela. D’accord.

Il est également proposé d’augmenter le taux jusqu’à 12 %. Toutefois, permettez-moi de souligner que même dans ce cas, il sera nettement inférieur, presque deux fois inférieur au taux actuel du marché, presque deux fois, comme je l’ai dit, car il est d’environ 23-24 pour cent. Et ce taux ne sera que de 12.

Voyons comment toutes ces solutions fonctionnent. Je vous le rappelle encore une fois : l’objectif est que le portefeuille de crédits hypothécaires ne croisse cette année pas moins que l’année dernière. Je le répète une fois de plus : c’est difficile, nous le comprenons tous, mais nous devons nous efforcer d’atteindre cet objectif. Si sa dynamique diffère des chiffres prévus, il sera nécessaire d’apporter les modifications appropriées et d’ajuster les paramètres de l’hypothèque préférentielle.

Enfin, je considère qu’il est nécessaire d’apporter un soutien supplémentaire aux promoteurs dans les conditions actuelles. Je suis d’accord avec nos collègues qui ont dit cela. Il faut non seulement continuer à simplifier le cadre réglementaire, mais aussi lancer un nouveau programme de prêts préférentiels aux entreprises de construction qui développent des territoires et favorisent des projets de création de logements modernes de qualité.

Je demande au Gouvernement d’élaborer un tel programme et de commencer à le mettre en œuvre.

Nous avons couvert notre ordre du jour pour aujourd’hui. Je tiens à vous remercier tous d’avoir bien préparé la réunion d’aujourd’hui. Je sais que cela a nécessité un travail acharné à tous les niveaux. J’espère, je suis sûr que tous les domaines de travail proposés, tous les paramètres seront certainement atteints.

Je vous remercie beaucoup.

Source: http://en.kremlin.ru/events/president/news/68037

(Traduction informelle ASI)

Publié le 24 mars 2022 / Arrêt sur info

Imprimer