Dans toute guerre la propagande est des deux côtés. Rien n’est tout blanc ou tout noir. La partie russe est totalement discréditée, sa version officielle des faits censurée. La seule manière de garder un peu d’équilibre est pourtant de l’entendre. A cet effet nous nous efforçons de porter à la connaissance de nos lecteurs quelques déclarations de représentants officiels russes. S.C.


Colonel général Sergeï Rudskoy


Discours du colonel général Sergei Rudskoy, chef de la direction principale des opérations de l’état-major général des forces armées de la Fédération de Russie – 25 mars 2022.


Source: Ministère de défense de la fédération de Russie


Conformément à la décision du commandant en chef suprême depuis le 24 février de cette année. Les Forces Armées de la Fédération de Russie mènent une opération militaire spéciale.

Son objectif principal est de fournir une assistance aux populations des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, qui sont soumises à un génocide par le régime de Kiev depuis 8 ans.

Il était impossible d’atteindre cet objectif par des moyens politiques. Kiev a publiquement refusé d’appliquer les accords de Minsk. Les dirigeants ukrainiens ont essayé à deux reprises en 2014 et 2015 de résoudre le soi-disant problème du Donbass par des moyens militaires, ils ont été vaincus, mais n’ont pas changé leurs plans sur la résolution du conflit par la force dans l’Est du pays. Selon des données fiables, les forces armées de l’Ukraine achevaient la préparation d’une opération militaire visant à prendre le contrôle du territoire des républiques populaires.

Dans ces conditions, il était possible d’aider les républiques de Donetsk et de Lougansk uniquement en leur fournissant une assistance militaire. Ce que la Russie a fait.

Il y avait deux possibilités d’action.

La première consiste à limiter le territoire aux seules RPD et RPL à l’intérieur des frontières administratives des régions de Donetsk et de Lougansk, ce qui est inscrit dans les constitutions des républiques. Mais nous serions alors confrontés à l’alimentation constante par les autorités ukrainiennes du groupement impliqué dans l’opération dite de force conjointe.

C’est pourquoi la deuxième option a été choisie, qui prévoit des actions sur l’ensemble du territoire de l’Ukraine avec la mise en œuvre de mesures pour sa démilitarisation et sa dénazification.

Le déroulement de l’opération a confirmé la validité de cette décision.

Elle est conduite par l’Etat-major dans le strict respect du plan approuvé.

Les tâches sont exécutées en tenant compte de la minimisation des pertes parmi le personnel et de la minimisation des dommages aux civils.

Avec le début d’une opération militaire spéciale, la suprématie aérienne a été gagnée pendant les deux premiers jours.

Les actions offensives des forces armées de la Fédération de Russie sont menées dans différentes directions.

Ainsi, les troupes russes ont bloqué Kiev, Kharkov, Tchernigov, Sumy et Nikolaev. Kherson et la majeure partie de la région de Zaporozhye sont sous contrôle total.

Le public et les experts individuels se demandent ce que nous faisons dans la zone des villes ukrainiennes bloquées.

Ces actions sont menées dans le but de causer de tels dommages à l’infrastructure militaire, à l’équipement, au personnel des Forces armées de l’Ukraine, dont les résultats permettent non seulement d’enchaîner leurs forces et ne leur donnent pas la possibilité de renforcer leur regroupement dans le Donbass, mais ne leur permettront pas non plus de le faire jusqu’à ce que l’armée russe libère complètement les territoires de la RPD et de la RPL.

Initialement, nous n’avions pas prévu de les prendre d’assaut afin d’éviter les destructions et de minimiser les pertes parmi le personnel et les civils.

Et bien que nous n’excluions pas une telle possibilité, cependant, au fur et à mesure que les groupes individuels achèvent leurs tâches, et qu’elles sont résolues avec succès, nos forces et nos moyens se concentreront sur l’essentiel – la libération complète du Donbass.

D’importants territoires des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk ont également été libérés. La milice populaire a pris le contrôle de 276 localités qui étaient auparavant sous le contrôle de l’armée ukrainienne et des bataillons nationaux.

La démilitarisation de l’Ukraine est réalisée à la fois par des frappes de haute précision sur les installations d’infrastructure militaire, les emplacements des formations et des unités militaires, les aérodromes, les points de contrôle, les arsenaux et les entrepôts d’armes et d’équipements militaires, et par les actions des troupes pour vaincre les groupements ennemis adverses.

Actuellement, les forces aériennes ukrainiennes et le système de défense aérienne ont été presque entièrement détruits. Les forces navales du pays ont cessé d’exister.

16 aérodromes militaires principaux ont été détruits, à partir desquels l’aviation de l’AFU effectuait des sorties de combat. 39 bases de stockage et arsenaux ont été détruits, qui contenaient jusqu’à 70% de tous les stocks d’équipement militaire, de matériel et de carburant, ainsi que plus de 1 million 54 mille tonnes de munitions.

Les 24 formations des forces terrestres qui existaient avant le début de l’opération ont subi des pertes importantes. L’Ukraine n’a plus de réserves organisées.

Les pertes sont reconstituées aux dépens des personnes mobilisées et du personnel des forces de défense territoriale qui n’ont pas la formation nécessaire, ce qui augmente le risque de pertes importantes.

Au moment du début de l’opération militaire spéciale, les forces armées de l’Ukraine, avec la garde nationale, comptaient 260 mille 200 militaires. Au cours du mois d’hostilités, leurs pertes se sont élevées à environ 30 mille personnes, dont plus de 14 mille – irrécupérables et environ 16 mille – sanitaires.

Sur les 2 416 chars et autres véhicules blindés de combat qui étaient au combat le 24 février, 1 587 unités ont été détruites ; 636 unités sur 1 509 canons d’artillerie de campagne et mortiers ; 163 sur 535 MLRS ; 112 sur 152 avions, 75 sur 149 hélicoptères ; 36 drones Bayraktar TB2 – 35 ;

180 systèmes de défense aérienne S-300 et Buk M1 sur 148 ; 300 radars sur 117 à des fins diverses.

L’AFU continue d’utiliser sans discernement des armes de forte puissance contre les villes du Donbass. Les frappes du système de missiles Tochka-U sur la population civile de Donetsk et Makeyevka en sont un exemple.

À cet égard, elles sont les cibles principales.

A ce jour, 7 lanceurs Tochka-U ont été détruits, et 85% des missiles sont dans les arsenaux et dans les airs. Cela a considérablement limité les capacités de l’Ukraine pour leur utilisation au combat.

Depuis le début des hostilités, les pays occidentaux ont fourni au régime de Kiev 109 canons d’artillerie de campagne, 3 800 armes antichars, dont des Javelin, Milan, Konkurs, NLAW ATGM, M-72, Panzerfaust-3, 897 Stinger et Igla MANPADS.

Nous considérons que les pays occidentaux commettent une grave erreur en fournissant des armes à Kiev. Cela retarde le conflit, augmente le nombre de victimes et ne pourra pas influencer le résultat de l’opération.

Le véritable objectif de ces fournitures n’est pas de soutenir l’Ukraine, mais de l’entraîner dans un conflit militaire de longue durée « jusqu’au dernier Ukrainien ».

Nous suivons de près les déclarations des dirigeants militaires et politiques des différents pays concernant leur intention de fournir des avions et des systèmes de défense aérienne à l’Ukraine. En cas de mise en œuvre – nous ne laisserons pas cela sans attention.

Nous entendons également les assurances des dirigeants de l’OTAN sur la non-ingérence dans le conflit. Dans le même temps, certains États membres de l’Alliance de l’Atlantique Nord proposent de fermer l’espace aérien au-dessus de l’Ukraine. Je voudrais attirer votre attention sur le fait que les forces armées de la Fédération de Russie répondront immédiatement à ces tentatives.

Afin d’empêcher la restauration des armes et des équipements militaires de l’AFU qui ont été endommagés au combat, les Forces armées russes mettent hors service les entreprises de réparation, les arsenaux, les bases de stockage, les entrepôts logistiques d’armes de haute précision.

À l’heure actuelle, 30 entreprises clés du complexe militaro-industriel ont été touchées par les missiles de croisière X-101, Kalibr, Iskander, et le complexe aéronautique Kinzhal, qui a effectué les réparations de 68% des armes et équipements mis hors d’usage pendant les opérations de combat.

L’armement moderne russe s’est révélé très précis, fiable et capable d’être utilisé de manière opérationnelle.

Je tiens à souligner que les Forces armées de la Fédération de Russie ne frappent pas les infrastructures civiles, y compris la destruction des ponts sur les rivières.

127 ponts ont été détruits dans la zone des opérations militaires. Tous ont été dynamités par les nationalistes ukrainiens afin de dissuader l’avancée de nos troupes.

Un autre exemple d’imprudence est le minage des approches des ports d’Odessa, d’Ochakov, de Tchernomorsk et de Yuzhny, où plus de 400 mines à ancre de types obsolètes sont installées.

Au moins 10 mines ont brisé leur ancre et dérivent dans la partie occidentale de la mer Noire, ce qui constitue une réelle menace pour les navires de guerre et les navires civils.

La criminalité galopante, les pillages, les maraudes et les décès de civils ont été causés par la distribution massive et incontrôlée par le régime ukrainien de dizaines de milliers d’armes légères à la population civile, y compris à des criminels libérés de prison. La situation ne fera qu’empirer à l’avenir.

Le déroulement des hostilités, les témoignages des civils qui ont quitté les localités sous blocus et les militaires ukrainiens capturés montrent qu’aujourd’hui, la capacité de résistance de l’AFU repose sur la peur des représailles des néo-nazis. Leurs représentants sont intégrés dans toutes les unités militaires.

Les piliers du régime de Kiev sont des formations nationalistes telles qu’Azov, Aidar, Secteur droit et d’autres reconnues en Russie comme des organisations terroristes. Rien qu’à Mariupol, elles comptent plus de 7 000 militants qui se battent sous l’apparence de civils, les utilisant comme « bouclier humain ».

Les militants du bataillon Azov font sortir les femmes et les enfants des sous-sols, les menaçant avec des armes, et les envoient vers les unités de la RPD qui avancent afin d’entraver l’avancée de la milice populaire. C’est devenu une pratique courante pour eux.

Les forces armées de la Fédération de Russie, au contraire, cherchent à éviter les pertes inutiles. Avant le début de l’offensive, les unités de l’AFU sont invitées à quitter la zone de combat et à se déplacer avec leur équipement et leurs armes vers le point de déploiement permanent. Ne pas résister lorsque l’offensive commence et ceux qui déposent les armes sont assurés d’être en sécurité.

Il est toujours conseillé aux civils pris dans une zone de guerre de rester chez eux.

Des couloirs humanitaires sont organisés dans toutes les villes pour faire sortir la population de la zone des hostilités, et leur sécurité est également assurée.

Des couloirs humanitaires sont organisés dans toutes les villes pour permettre à la population de quitter la zone où se déroulent les combats, et leur sécurité est maintenue.

En outre, à l’initiative des dirigeants ukrainiens, le pays est devenu le foyer de 6 595 mercenaires et terroristes étrangers provenant de 62 États.

Ils ne sont pas soumis aux règles de la guerre et seront impitoyablement détruits.

Aujourd’hui, le nombre de mercenaires étrangers est en baisse. Cela a été facilité par des frappes de haute précision sur leurs bases et leurs camps d’entraînement. Le 13 mars, plus de 200 militants ont été tués et plus de 400 blessés rien qu’à Starichi et sur le terrain d’entraînement de Yavorovskii.

Je note que pas un seul mercenaire étranger n’est arrivé en Ukraine au cours des sept derniers jours. Au contraire, il y a eu un exode. En une semaine, 285 combattants se sont échappés vers la Pologne, la Hongrie et la Roumanie, j’espère sans Stingers ni Javelins.

Les expériences précédentes ont montré que les systèmes portatifs de défense aérienne (MANPADS) et les ATGM se répandent assez rapidement, de même que les mercenaires qui rentrent chez eux.

De manière générale, les principaux objectifs de la première phase de l’opération ont été atteints. Les capacités de combat des forces armées ukrainiennes ont été considérablement réduites, ce qui nous permet, une fois de plus, de concentrer nos principaux efforts sur la réalisation de l’objectif principal – la libération du Donbass.

En huit ans, dans la zone de ce que l’on appelle « l’opération des forces conjointes », une ceinture de défense a été préparée, profondément échelonnée et bien fortifiée en termes d’ingénierie, consistant en un système de structures monolithiques en béton à long terme.

À cet égard, afin de minimiser les pertes parmi les troupes des forces armées de la Fédération de Russie, des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, la conduite des opérations offensives est précédée d’une attaque à feu nourri contre les bastions de l’ennemi et leurs réserves.

Au début de l’opération militaire spéciale, les milices populaires de la LPR et de la DPR ont été confrontées à un groupe de 59 300 personnes comprenant les unités les plus prêtes au combat des forces armées ukrainiennes, de la garde nationale et des formations nationalistes.

En conséquence, les forces de sécurité ukrainiennes dans la zone d’opération ont perdu environ 16 000 personnes, soit 26 % de leur effectif total au 24 février de cette année.

Plus de 7 000 d’entre elles étaient des pertes irrécupérables.

Le remplacement des pertes est empêché par l’isolement du groupement de troupes ukrainiennes dans le Donbass, la prise de contrôle des gares et des principaux axes routiers par la puissance de feu.

La fourniture de missiles et de munitions, de carburant et de nourriture aux forces ukrainiennes est presque totalement interrompue.

Les dépôts de campagne d’armes et de munitions de missiles et d’artillerie, ainsi que de carburant, situés directement dans la zone d’opération des forces conjointes sont touchés. À ce jour, 32 installations ont été détruites, soit 61 % du total.

Toutes les armes et tous les équipements militaires, y compris ceux de fabrication étrangère, saisis par les forces armées de la Fédération de Russie au cours de l’opération militaire spéciale sont remis aux républiques populaires. Déjà 113 chars et autres véhicules blindés de combat, 138 lance-grenades Javelin et 67 NLAW et d’autres armes de trophée ont été remis.

Les unités de la milice populaire de la République populaire de Lougansk ont libéré 93 % du territoire de la république.

Les combats se déroulent actuellement à la périphérie de Severodonetsk et de Lysychansk.

La milice populaire de la République populaire de Donetsk contrôle 54 % du territoire. La libération de Mariupol se poursuit.

Des unités des forces armées russes et la milice populaire de la République populaire de Donetsk mènent une offensive pour libérer les colonies à l’ouest de Donetsk.

Malheureusement, il y a des pertes parmi nos compagnons d’armes au cours de l’opération militaire spéciale. À ce jour, 1 351 militaires ont été tués et 3 825 blessés.

Toutes les solutions de soutien aux familles seront prises en charge par l’État, l’éducation des enfants jusqu’aux études supérieures, le remboursement intégral des prêts, les solutions de logement.

Nous recevons un grand nombre d’appels de citoyens russes souhaitant participer à l’opération militaire spéciale visant à libérer l’Ukraine du nazisme.

En outre, plus de 23 000 étrangers de 37 pays ont exprimé leur volonté de combattre aux côtés des républiques populaires. Nous avons proposé aux dirigeants de la LPR et de la DPR d’accepter cette aide, mais ils ont déclaré qu’ils défendraient eux-mêmes leur territoire.

Ils ont suffisamment de puissance et de ressources.

Les forces armées de la Fédération de Russie continueront à mener une opération militaire spéciale planifiée jusqu’à ce que les tâches fixées par le commandant en chef suprême aient été accomplies.

Source : Ministère de défense de la fédération de Russie

(Traduction : Arrêt  sur info)

Imprimer