Interview fort éclairante de Sergueï Lavrov au sujet du déroulement des négociations sur l’élargissement de l’OTAN. En clair, sur la « position plutôt rigide, à certains égards arrogante, intransigeante et sans compromis de l’Occident ». Et comment la Russie réagira si les propositions russes sont ignorées. (ASI)


Interview de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, sur la chaîne Perviy Kanal, 13 janvier 2022

Source: mid.ru

Viatcheslav Nikonov: Nous ne trouvons pas aujourd’hui au studio d’Ostankino, comme nous en avons l’habitude, mais à la Maison de réception du Ministère russe des Affaires étrangères de la rue Spiridonovka, C’est ici qu’a été signé le traité interdisant les essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère, l’espace extra-atmosphérique et sous l’eau, et qu’a eu lieu en 1996 le premier sommet du G8.

Nous allons parler des problèmes de l’année 2022, qui a commencé de manière tout à fait inattendue. Tout le monde s’attendait à ce qu’elle commence sur les chapeaux de roue, mais pas à ce point. Au centre de ces événements se trouve un homme qui est l’un des politiciens et diplomates les plus influents dans notre pays et dans le monde: Sergueï Lavrov. Dimitri Simes est avec nous depuis Washington.

Tous les yeux étaient rivés sur les négociations menées par vos adjoints à Genève, à Bruxelles, et aujourd’hui à Vienne sur la sécurité européenne. Apparemment, jusqu’à présent, le caractère impératif des propositions russes exprimées dans le projet de traité de sécurité avec les États-Unis et le projet d’accord avec les pays de l’Otan n’a pas encore « atteint » les partenaires occidentaux. Ils ne sont pas habitués à parler sur un pied d’égalité, selon d’autres conditions que les leurs. Du coup, comment se sont déroulées les négociations? Comme peut-on les qualifier? De succès ou d’échec? Se sont-elles passées mieux, moins bien, ou comme vous l’attendiez? Que va-t-il se passer ensuite?

Sergueï Lavrov: Un autre événement capital de l’histoire mondiale a eu lieu dans cet hôtel particulier. À l’automne 1943, les ministres des affaires étrangères de l’URSS, de la Grande-Bretagne et des États-Unis ont signé une déclaration dans laquelle, pour la première fois depuis la victoire sur le fascisme, la nécessité de créer une organisation mondiale a été mentionnée. C’est symbolique. Aujourd’hui, la situation dont nous parlons a été largement causée par l’Occident qui tente de remettre en question la légitimité universelle de l’Onu, et, au lieu du droit international, invente ses propres « règles » auxquelles tous les autres doivent se conformer.

Les pourparlers reflètent la sérieuse confrontation à l’œuvre sur l’arène internationale: l’Occident tente d’affirmer sa domination, de promouvoir sans réserve tout ce qu’il juge nécessaire pour promouvoir ses intérêts. Cela a été pleinement exprimé lors des pourparlers. Je peux confirmer qu’ils ont été professionnels. La position plutôt rigide, à certains égards arrogante, intransigeante et sans compromis de l’Occident a été présentée de manière globalement calme et professionnelle. Cela nous permet d’envisager la perspective d’une compréhension des pourparlers qui se déroulent à Washington.

La position de la Russie a été présentée de manière tout aussi ferme. Nous avions des arguments que l’Occident n’avait pas. Ils ont fait référence au principe d’indivisibilité de la sécurité. Au cours des négociations, les États-Unis et leurs collègues de l’Alliance de l’Atlantique Nord ont fait référence au fait que notre principale demande – des garanties juridiques à la non-expansion de l’Otan vers l’Est – n’avait pas pu être satisfaite. Ils disent que l’Otan a un protocole: c’est aux Etats membres de décider qui admettre et qui ne pas admettre s’il y a une demande. Mais nous avons persisté à les ramener non pas au protocole de l’Otan, mais aux accords élaborés au sein de l’ensemble de la communauté euro-atlantique et de l’OSCE. Ils considèrent en effet l’indivisibilité de la sécurité comme la liberté de chaque pays de choisir ses propres alliés. La même phrase précise, sans point ni virgule: étant entendu que les États participants, dans ce contexte, « ne renforceront pas leur sécurité au détriment de celle d’autres États ». Aucun pays ou alliance de pays n’a le droit de revendiquer une position dominante dans l’espace euro-atlantique. Tout cela a été convenu dans un paquet de mesures, finalement entériné en 1999 au sommet de l’OSCE à Istanbul par l’adoption de la Charte pour la sécurité européenne. L’Occident ne prend que ce qui lui est bénéfique. Nous partons du principe que la liberté de choisir des alliances est indissociable du caractère inadmissible des mesures qui porteraient atteinte à la sécurité de la Russie et de tout autre État.

Viatcheslav Nikonov: Et donc, mieux, moins bien ou comme prévu?

Sergueï Lavrov: Comme prévu. Je pense que nous connaissons suffisamment bien les négociateurs américains. Nous les avons rencontrés à de nombreuses reprises à diverses occasions, notamment pour les discussions sur le programme nucléaire iranien et le traité START-III (ou New Start). Nous avions une idée approximative de ce que serait la conversation. Il était fondamentalement important pour nous de remplir la directive du Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine. Il a déclaré que nous avions l’obligation de poser ces questions concernant l’ensemble de l’architecture de sécurité européenne dans les termes les plus forts possibles. Il y a non seulement une demande unilatérale de la Russie de ne pas y toucher et de ne rien faire qui nous déplaise, mais aussi des principes visant à assurer la sécurité de tous sans porter atteinte aux intérêts et sans nuire à la sécurité de quiconque.

Dimitri Simes: Vous ne vous attendiez pas et ne pouviez pas vous attendre à ce que les États-Unis et l’Otan acceptent de mener des pourparlers sur une interdiction pour les pays d’Europe de l’Est, avant tout l’Ukraine et la Géorgie, de rejoindre l’Otan. Vous avez dit à juste titre que le résultat était prévisible. Quand on parle avec l’administration et le Congrès à Washington, on comprend que la réaction de la Russie n’est pas prévisible. Il a été suggéré de poursuivre les discussions sur les missiles à portée intermédiaire (c’est du moins ce qu’affirment le département d’État et la Maison Blanche), sur les éventuelles limitations des manœuvres militaires, sur une meilleure information concernant les manœuvres militaires. En ce qui concerne l’élargissement de l’Otan et la progression de son infrastructure en Europe de l’Est, je crois savoir que la Russie a reçu un « non » ferme. Tout le monde se demande quelle sera la réponse de la Russie. Poursuite des négociations, retrait, ou d’autres actions, par exemple de nature technique et militaire ou simplement militaire?

Sergueï Lavrov: La position définie par le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, est qu’il existe des garanties juridiques que l’Otan ne s’étendra pas vers l’Est, qu’elle ne déploiera pas d’armes offensives menaçant la sécurité de la Russie sur les territoires voisins du nôtre et qu’en principe, elle reviendra à la configuration de l’architecture de sécurité européenne sous la forme qu’elle avait en 1997, lors de la signature de l’acte fondateur Otan-Russie. C’est sur cette base qu’a ensuite été créé le Conseil Otan-Russie. Ce sont les trois exigences essentielles. Les autres propositions dépendent de l’issue de la conversation sur ces trois initiatives.

Les membres de l’Otan et les Américains, en effet, rejettent catégoriquement notre droit de faire pression pour que l’Otan ne s’étende pas. J’ai déjà cité des arguments montrant que nos positions ne sont pas basées sur les documents de l’Otan (nous n’avons rien à voir avec eux et eux non plus avec nous), mais sur des documents adoptés au plus haut niveau au sein de l’OSCE, y compris le sommet d’Istanbul de 1999, où la liberté de choisir des alliances est expressément conditionnée par la nécessité d’assurer l’indivisibilité de la sécurité afin que personne n’agisse dans son propre intérêt au détriment de la sécurité d’un autre État.

Si l’on parle de l’OSCE, en 1975, l’ancien président américain Gerarld Ford, lors de la signature de l’acte final d’Helsinki, a déclaré la chose suivante: « L’histoire jugera cette réunion non pas en fonction de ce que nous disons ici aujourd’hui, mais de ce que nous ferons demain, non pas en fonction des promesses que nous faisons, mais des promesses que nous tiendrons ». Au sujet de la non-expansion de l’Otan, on nous a fait de telles promesses. En février 1990, l’ancien secrétaire d’État américain James Baker a déclaré au Secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, que la juridiction militaire de l’Otan ne bougerait pas d’un pouce à l’Est de l’Oder. Par la suite, l’ancien Premier ministre britannique John Major s’est entretenu avec le ministre soviétique de la Défense de l’époque, Dmitri Iazov. Lorsque ce dernier a demandé directement si nous devions craindre une réaction positive aux demandes de la Pologne et de la Hongrie d’adhérer à l’Otan, John Major a assuré qu’il n’y avait aucun projet en ce sens et que ce n’était pas sujet à discussion.

Pour ceux qui disent que personne n’a rien promis à personne, tout figure dans les mémoires de l’ambassadeur britannique en Russie au tournant des années 1990, Rodric Braithwaite. Ils ont été publiés en 2002. Il est surprenant que personne n’y fasse référence. On peut lire que tout cela s’est bien passé, que des promesses ont été faites à Mikhaïl Gorbatchev et à nos autres dirigeants par des personnes pressées et concentrées sur d’autres tâches plus urgentes. En faisant de telles promesses, ils n’avaient prétendument pas l’intention d’induire qui que ce soit en erreur. Une formidable explication à l’anglaise de cette supercherie.

Nous espérons que les promesses faites à Genève et à Bruxelles seront tenues. Il s’agit pour les États-Unis et l’Otan de mettre leurs propositions « sur le papier ». Il leur a été expliqué clairement et à plusieurs reprises que nous devions avoir une réaction point par point à nos documents. Si une disposition ne leur convient pas, qu’ils expliquent pourquoi et le formulent « noir sur blanc ». Si cela vient avec des modifications, qu’ils les fassent par écrit. S’ils veulent enlever ou ajouter quelque chose – même principe. Nous avons exposé notre vision par écrit il y a un mois. Washington et Bruxelles ont eu suffisamment de temps. Les deux ont promis qu’ils mettraient « noir sur blanc » leur réaction.

Viatcheslav Nikonov: Un mois a passé. Sans réaction pour l’instant. On a même entendu dire que les membres de la délégation américaine n’avaient pas tous eu le temps de prendre connaissance de nos propositions. Il est clair qu’il y a une tendance de la part de l’Occident (on s’y attendait) à « enrober », à « disserter » autour des propositions existantes, à faire passer la discussion au niveau des principes en s’éloignant du concret. Combien de temps pouvons-nous attendre les contre-propositions? Combien de temps les négociations peuvent-elles durer? Combien de temps pouvons-nous négocier afin de prendre les décisions concrètes dont le Président russe Vladimir Poutine a parlé?

Sergueï Lavrov: Les pourparlers avec les Etats-Unis ont commencé il y a trois jours, et ils se sont déroulés hier avec les membres de l’Otan. Les Américains nous ont promis d’essayer (mais nous leur avons dit qu’il fallait essayer fort) de faire leurs contre-propositions la semaine prochaine. Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, s’est également porté volontaire au nom de l’Alliance pour mettre sa réaction « sur le papier ». Je pense qu’elle arrivera dans le courant de la semaine. Ensuite, le Ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et moi-même ferons un rapport au Président de la Russie, Vladimir Poutine, car nous agissons sur ses instructions directes, et c’est son initiative. Nous déciderons alors de la manière dont nous répondrons à ce que nos partenaires occidentaux nous proposeront en matière de contre-initiatives.

Dimitri Simes: Si j’ai bien compris, vous pensez qu’il est possible et approprié de poursuivre les négociations. Vous supposez que l’étape suivante consiste pour Washington et Bruxelles à envoyer à la Russie leurs contre-propositions par écrit. Ce n’est pas tout à fait clair pour moi: la Maison Blanche décrit clairement ce qui sera fait à la Russie si elle n’accepte pas les propositions des États-Unis et de l’Otan. Des listes spécifiques de sanctions sont données. Il y aura un vote au Sénat aujourd’hui sur l’une d’entre elles. Ce projet de loi ne passera probablement pas – la Maison Blanche s’y oppose. Il en existe un autre, qui a une chance d’être adopté. Il reflète non seulement la position des démocrates du Sénat, mais aussi celle de la Maison Blanche. Que fera Moscou si une nouvelle fois, avec tel ou tel degré de délicatesse, les propositions russes sont ignorées?

Sergueï Lavrov: Nous n’agirons jamais de la même manière que les Etats-Unis. Les sanctions sont devenues l’instrument principal de leur politique étrangère ces dernières années. La culture de la diplomatie et du compromis est quasiment inexistante. La ligne américaine sur l’arène internationale est dictée par la perception qu’ont les Américains de leur propre « caractère exceptionnel ». Cela n’est même pas nié. Les présidents américains (y compris Barack Obama) ont utilisé l’expression « nation exceptionnelle ». C’est probablement une bonne chose pour apprendre à la jeune génération le respect de son histoire. C’est totalement inacceptable pour la politique mondiale.

Pourquoi avons-nous formulé des propositions? Nous voulons revenir à des méthodes e négociation pour résoudre les problèmes. Comme l’a dit le Président russe Vladimir Poutine, nous avons été « trompés », constamment trompés depuis le début des années 1990. Maintenant, ils demandent ce que nous leur donnerons en échange si nous voulons faire quelque chose dans notre intérêt. Nous avons déjà tout donné. Comptant sur une certaine forme de compréhension du côté de l’Occident, nous n’avons pas réagi sévèrement, depuis les années 1990, aux violations flagrantes des accords sur la non-extension de l’Otan vers l’Est et de nombreuses autres promesses, y compris « sur le papier ». Je fais référence au non-déploiement de forces de combat substantielles sur le territoire des nouveaux membres de manière permanente. Tout cela s’est émoussé depuis longtemps. Ces menaces et ces sanctions sont si arrogantes que cela est clair pour tout le monde. Le Congrès américain a pris plus d’une fois ce genre de décisions absurdes. Je n’exclus rien du tout. Nous réagirons. Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré lors de sa dernière conversation téléphonique avec le président américain Joe Biden que s’ils s’engageaient sur cette voie, ils détruiraient nos relations. Nous ne voulons effrayer personne, nous prendrons des décisions en fonction de la situation spécifique qui émergera à la suite de certaines actions des États-Unis et de leurs alliés occidentaux.

Vous avez mentionné les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée. Parmi les propositions qui nous ont été faites oralement jusqu’à présent, les Américains et les représentants des États membres de l’Otan ont mentionné la réduction des risques, les discussions sur les mesures de confiance, y compris dans le domaine spatial, dans le cyberespace, et la maîtrise des armements – en particulier un accord visant à limiter les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée – comme exemples de domaines sur lesquels de nouvelles discussions pourraient avoir lieu. Moment révélateur: il y a plus de deux ans, après la « rupture » par les Américains du Traité sur les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée (FNI), nous avons fait circuler l’initiative du Président russe Vladimir Poutine auprès de pratiquement tous les membres de l’OSCE. Il a appelé à rejoindre le moratoire unilatéral que nous avions imposé sur le déploiement de missiles terrestres à portée intermédiaire et à plus courte portée. Il était conditionné au non-déploiement des mêmes systèmes de fabrication américaine. Nous avons proposé de faire de ce moratoire un moratoire conjoint. Lorsque nous avons annoncé ce moratoire pour la première fois, les Américains, les Européens et l’Otan ont dit que nous étions rusés: nous avions déjà déployé des missiles Iskander dans la région de Kaliningrad, et nous voulions qu’ils n’aient pas la même possibilité. Dans cette initiative, il y a deux ans, le Président russe Vladimir Poutine a suggéré de convenir de mesures de vérification, qui ont ensuite été précisées par notre Ministère de la Défense. Il s’agissait de les inviter à venir à Kaliningrad, à inspecter les systèmes Iskander qui s’y trouvaient et pour qu’ils s’assurent (comme nous l’avons suggéré à plusieurs reprises) qu’ils ne tombaient pas sous le coup des interdictions imposées par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. En contrepartie, nous aurions visité les bases américaines de défense antimissile en Roumanie et en Pologne pour voir à quoi ressemblaient les lanceurs MK-41. Lockheed Martin, qui les fabrique, les présente sur son site comme des systèmes à double usage: pour la défense antimissile et le lancement de missiles de croisière. Voilà ce qui a été proposé. À l’époque, les paysde l’Otan ont dit que c’était « inutile ». Seul le président français Emmanuel Macron a exprimé sa volonté de discuter, mais pas en tête-à-tête avec la Russie. Le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a de nouveau fait part de ses suspicions en déclarant qu’il s’agissait d’une proposition « douteuse ». Personne n’a dit qu’initialement l’initiative impliquait une vérification.

Aujourd’hui, c’est l’un des résultats concrets que nous avons demandé de fixer « noir sur blanc ». Ils ont eux-mêmes déclaré qu’ils étaient prêts à discuter d’un nouveau régime sur les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée. A cette nuance près: sans préciser s’ils étaient prêts à renoncer à de tels missiles dans un cadre nucléaire. Dans le secteur non-nucléaire, ils vont y réfléchir. Mais il n’y a pas de différence: nucléaire ou non, un missile sera détecté et perçu comme une menace directe par la Fédération de Russie. Il faut en parler. Ils ont « extrait » un élément de nos propositions: l’initiative de ne pas déployer d’armes offensives à proximité des frontières de la Russie. C’est une chose utile, mais si elle reste isolée de la demande principale – ne pas étendre l’Otan à l’Est – elle n’aura pas une importance significative.

Nous prolongeons le régime d’attente, mais il ne pourra pas être long. Le Président russe Vldimir Poutine l’a clairement indiqué lors de la réunion du Collège élargi du Ministère russe des Affaires étrangères et dans les discours qui ont suivi. La réponse doit être rapide. Nous savons que les membres de l’Otan veulent  » enliser  » l’ensemble du processus. Nous avons entendu que les Américains et leurs principaux alliés étaient d’accord pour faire de l’OSCE la principale plateforme. À cet égard, je voudrais dire que nous n’avons avancé aucune initiative à l’OSCE. Nous avons présenté nos propositions, avant tout, au principal acteur qui prend toutes les décisions: les États-Unis. Puis à l’Otan, parce que nous avons un Acte fondateur en vigueur avec elle. C’est avec l’Alliance que les accords ont été conclus dans ce domaine. Ni l’UE ni l’OSCE n’ont participé aux pourparlers entre l’Otan et la Russie et n’ont envoyé aucune information officielle. Le Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, s’inquiète de manière émotionnelle et pas très polie que l’UE soit mise « sur la touche », que la Russie ignore prétendument l’UE. Elle y est allée elle-même – dans l' »arrière-cour » de la sécurité européenne. Je pense que toutes les « tentatives » visant à définir une nouvelle approche, une autonomie stratégique, une « boussole », sont dans l’intérêt de l’Europe. Nous avons de la sympathie pour les initiatives françaises. Personne ne permettra à l’UE de faire quoi que ce soit. Les États-Unis ont déjà tout fait pour que leur « groupe de soutien » obéissant au sein de l’Otan et de l’UE fasse en sorte que l’Alliance devienne un pilier de la sécurité, y compris pour l’UE. Il n’en est pas moins que nous avons remis des documents aux Américains et à l’Otan.

Je veux que ce soit bien compris. Nous n’avons pas initié les négociations à l’OSCE. Les discussions sur la sécurité européenne s’y déroulent depuis de nombreuses années. Il existe un forum spécial: le « dialogue structuré » proposé par les Allemands il y a plusieurs années. Tout cela ne mène nulle part, tout tourne autour de l’Ukraine. Dès que la sécurité européenne est abordée (des réunions spéciales ont lieu tous les mois, voire plus souvent), nos amis occidentaux parlent en chœur de l’Ukraine. Tout se résume à l’Ukraine. Cela était visible aussi lors des discussions à Genève et à Bruxelles. Ce qui se passe aujourd’hui à Vienne est une réunion prévue de longue date, au cours de laquelle la Pologne, en tant que nouvelle présidente de l’OSCE, présentera ses priorités. Pas plus que ça. C’est la routine. Tout le monde parlera, réagira aux priorités polonaises et exprimera son attitude à leur égard. Notre représentant mentionnera les initiatives dont nous parlons maintenant. Mais le format principal est Russie-USA, et un peu Russie-Otan.

Viatcheslav Nikonov: C’était l’une des questions principales, que tout le monde a posé: quel rapport avec l’OSCE? Vous avez bien expliqué que ce n’était pas notre initiative mais un événement de routine visant à retarder le processus. Revenons aux mesures de riposte, aux sanctions qui pourraient être adoptées par notre pays. Certainement, lors des pourparlers avec nos partenaires occidentaux à Genève et à Vienne, a été soulevée la question de savoir ce qui se passerait si nos propositions étaient rejetées. Nos diplomates sont-ils autorisés à expliquer, à déchiffrer, ce que nous plaçons sous l’expression « réponse militaro-technique »?

Sergueï Lavrov: J’ai déjà dit que nous n’allions pas commencer à ressembler aux Américains, qui disent que nous devrions retirer nos troupes d’une partie de notre territoire souverain sous peine de sanctions. C’est inconvenant.

Viatcheslav Nikonov: Avec le soutien de l’Administration américaine a été introduit un projet de loi prévoyant l’imposition de sanctions en cas d’agression russe contre l’Ukraine. Elles incluent des sanctions personnelles à l’encontre d’un certain nombre de personnes, dont le Président, le Ministre russe des Affaires étrangères et d’autres, ainsi que des sanctions à l’encontre de grandes banques russes d’importance systémique. A quel point est-il normal que des sanctions soient annoncées à l’avance? Tout cela en pleines négociations sur la sécurité européenne.

Sergueï Lavrov: C’est une sorte de dépression nerveuse. Dans l’affirmation sans fin de leur propre grandeur, les gens ont atteint un stade psychologique difficile à expliquer. Je suis étonné de lire toutes ces initiatives. Ce sont pourtant des adultes, des politiciens sérieux, ce n’est pas leur première année au Congrès.

Ce genre de démarches ne leur fait absolument pas honneur. Il existe des propositions visant à imposer des sanctions, qu’il y ait ou non une « attaque » contre l’Ukraine. Tout simplement parce que nous ne retirons pas les troupes de notre territoire. Dans le même temps, la délégation américaine à Genève, tout en insistant sur le fait qu’il s’agissait de la clé de tout le reste, a déclaré, en réponse à nos contre-questions, qu’elle n’éloignerait pas ses forces et équipements militaires en Europe de nos frontières. A mes yeux, cela se passe de commentaires. C’est de l’hypocrisie de haut niveau. En ce qui concerne notre réaction potentielle, je répète que nous n’allons pas « brandir la batte » et dire lors des pourparlers que s’ils n’agissent pas dans un certain sens, nous « frapperons ». Nous réagirons à l’évolution réelle de la situation. Les Américains, « bave aux lèvres », et Jens Stoltenberg, « brassent de l’air » en affirmant qu’aucun accord, aucun engagement de non-extension de l’Otan ne peut exister dans la mesure où il s’agit de la liberté de choix de ses alliés. Regardez ce que font les Etats-Unis et l’Occident en lien avec les pays ne faisant pas partie de l’Otan. Par exemple, le Parlement européen a adopté récemment une résolution demandant de stopper le développement de l’Etat de l’Union de la Russie et de la Biélorussie. C’est vrai, un tel document existe. Les Américains essaient d’interdire à de nombreux pays de coopérer avec nous sur le plan militaro-technique: ils menacent de sanctions la Turquie, l’Inde, l’Indonésie ou encore l’Egypte simplement parce que de manière ouverte, sur une base commerciale, ces pays concluent des contrats avec nous. Concernant le Nord Stream 2, il ne s’agit même pas de la liberté de choisir ses alliés, mais simplement de la liberté de mener des activités commerciales normales sur les marchés mondiaux. Il s’avère que l’Allemagne n’a pas la liberté de poursuivre ses intérêts économiques. C’est là que les « doubles standards » entrent en scène de manière retentissante.


Source et photo: mid.ru

Imprimer