La Russie répond aux attaques occidentales

Remarques du ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov et réponses aux questions des médias après le sommet du G20, Denpasar, 15 novembre 2022.

Au cours de la première journée du sommet du G20, les discussions ont porté sur trois sujets : l’énergie, la sécurité alimentaire et la situation sanitaire mondiale.

Nous avons exposé nos approches largement réparties et fondées sur des principes concernant les causes des crises actuelles de l’énergie et de la sécurité alimentaire, en soulignant le rôle inconvenant joué par les États occidentaux dans la création de cette situation. Le président russe Vladimir Poutine en a parlé plus d’une fois en décrivant ce qui s’est passé au début de la pandémie de coronavirus. Les pays occidentaux de l’époque ont imprimé des milliers de milliards de dollars en monnaie fiduciaire pour acheter de la nourriture et des médicaments ; cette mesure n’a fait qu’exacerber la crise. Cette mesure a également été prise au détriment des pays en développement.

Il y a une semaine, Bloomberg a publié une étude détaillée qui conclut que les mesures prises par les pays européens pour renforcer leur propre sécurité énergétique favorisent la pauvreté énergétique dans le monde en développement. Lors du sommet, nous nous sommes prononcés en faveur du maintien de cette sphère à l’écart de la politique. Les pays doivent cesser d’armer l’énergie pour régler leurs comptes politiques, comme nous avons vu l’Union européenne le faire depuis de nombreuses années, notamment avec les pipelines Nord Stream. Nous avons demandé au G20 de s’atteler à la tâche spécifique de supprimer toute barrière discriminatoire et artificielle des marchés mondiaux de l’énergie et avons proposé d’ouvrir un dialogue libre et honnête entre fournisseurs et consommateurs d’énergie. Nous surveillerons leur réaction.

En ce qui concerne la sécurité alimentaire, comme le président Vladimir Poutine l’a dit à plusieurs reprises, nous avons une fois de plus indiqué que la Fédération de Russie dispose de capacités suffisantes pour assurer la stabilité sur les marchés mondiaux des céréales (principalement le blé) et des engrais. Nous avons souligné les obstacles qui nous empêchent encore d’y parvenir, malgré l’accord conclu dans le cadre de l’initiative « paquet » du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, selon lequel l’ONU s’occuperait de tout obstacle aux exportations russes d’engrais et de céréales. Malgré toutes ces difficultés, les sanctions et les restrictions, nous avons déjà exporté 10,5 millions de tonnes de céréales, dont environ 8 millions de tonnes de blé : environ 60 % sont allés vers l’Asie et environ 40 %, vers les pays africains.

Nous nous sommes prononcés en faveur d’un renforcement de la coopération internationale pour accroître la préparation aux maladies infectieuses, comme la pandémie de coronavirus. Nous avons soutenu les efforts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en tant que principale agence internationale chargée de coordonner la réponse de la communauté internationale aux défis sanitaires et aux autres menaces qui pèsent sur l’humanité. Nous avons accueilli favorablement l’idée de créer un fonds de l’OMS et de la Banque mondiale pour répondre aux besoins des pays en développement dans ce domaine.

Nous avons évoqué la nécessité de mettre en œuvre les décisions prises. La vaccination doit être dans le domaine public. Nous avons fourni des exemples de l’écart entre l’état réel des choses et les objectifs déclarés. En particulier, en raison d’approches différentes, les taux de vaccination atteignaient 60 % dans les pays industrialisés et à peine 5 % dans les pays les plus pauvres.

Nous avons également proposé d’abandonner la monopolisation des marchés pharmaceutiques. Nous avons noté que le Spoutnik V de la Russie était le premier vaccin Covid-19 au monde. Bien que l’OMS et la Commission européenne aient délibérément entravé son enregistrement, le vaccin s’est avéré efficace (plus de 95 %) et a été livré à 70 pays.

Nous avons discuté de la question de la sécurité biologique dans le contexte des activités biologiques militaires, que les États-Unis ont menées dans le cadre des programmes du Pentagone dans des dizaines de pays du monde, notamment en Eurasie, le long du périmètre des frontières de la Fédération de Russie et de la République populaire de Chine. Nous avons souligné que nos tentatives pour déterminer ce que ces biologistes militaires faisaient là-bas se sont heurtées à des résistances dans le cadre de la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction et au Conseil de sécurité des Nations unies, où nous avons récemment soulevé cette question. Nous continuerons à travailler à la création d’un mécanisme de vérification efficace et transparent pour ces programmes.

Plusieurs brèves réunions avec des participants de nombreux pays ont eu lieu en marge du sommet. Je pourrai vous en parler plus tard, si vous le souhaitez.

Question : La Russie est-elle prête à signer la déclaration finale du G20 et à accepter toutes ses dispositions ? Comment l’Ukraine y sera-t-elle représentée ? La formulation utilisée dans ce document est-elle acceptable pour la Russie ?

Sergey Lavrov : Le travail sur la déclaration est presque terminé. Comme prévu, ce document sera approuvé après les résultats de la réunion de demain sur la numérisation, à laquelle participera le ministre des finances Anton Siluanov.

La déclaration couvre tous les domaines en discussion tels que l’alimentation, l’énergie, la santé publique et la numérisation. Nos collègues occidentaux ont fait tout leur possible pour politiser ce document et faire passer une formulation qui condamne les actions de la Fédération de Russie au nom du G20, c’est-à-dire nous compris.

Nous leur avons clairement fait comprendre que, s’ils voulaient vraiment aborder cette question qui ne fait en aucun cas partie de l’ordre du jour ou de la compétence du G20, nous devions être honnêtes à ce sujet et consigner nos divergences sur cette question. En effet, une guerre est en cours en Ukraine, une guerre hybride que l’Occident a déclenchée et planifiait depuis de nombreuses années maintenant, depuis qu’il a soutenu la prise de pouvoir au lendemain du coup d’État par des forces néonazies ouvertement racistes. Depuis lors, l’OTAN aménage intensivement le territoire ukrainien, effectue des exercices militaires et fournit des armes. Vous connaissez la suite : le sabotage des accords de Minsk et les premières phases de préparation d’une opération militaire contre le Donbass. Le projet de déclaration fait donc référence à l’échange de vues sur ces questions. Les parties ont réaffirmé leurs positions, qui ont été communiquées à plusieurs reprises aux Nations unies, au Conseil de sécurité des Nations unies et à l’Assemblée générale, notamment lors de l’adoption de la dernière résolution de l’Assemblée générale des Nations unies, qui a été soumise au vote et n’a pas été approuvée à l’unanimité. Nous avons clairement indiqué que toutes les parties avaient leurs propres évaluations, et ces évaluations ont été incluses dans la résolution. L’Occident a ajouté une phrase selon laquelle de nombreuses délégations ont condamné la Russie. Nous avons ajouté une ligne indiquant que d’autres points de vue étaient également inclus. Nous pensons que c’est suffisant. Le G20 n’est pas censé approfondir ces questions. Ce que nous devons faire, c’est discuter d’approches spécifiques pour ramener le régime de Kiev à la normale, afin qu’il cesse de promouvoir des politiques russophobes racistes.

En m’adressant au public, j’ai demandé ce que feraient nos collègues occidentaux si la Belgique interdisait la langue française, tout comme l’Ukraine a imposé une interdiction du russe dans tous les domaines sans exception, ou ce que ferait la Grande-Bretagne si l’Irlande rendait la langue anglaise illégale. Personne n’avait rien à dire à cela.

Si l’Occident était si obsédé par son « idée » et qu’il a essayé d’utiliser cette carte pour perturber le sommet du G20 et l’adoption de sa déclaration finale, puis de nous en rendre responsables, alors il a échoué.

Question : Les États-Unis ont-ils réussi à transformer le G20 en une plateforme exclusivement anti-russe en modifiant l’ordre du jour mondial, ou les pays venus en Indonésie pour discuter des questions qui comptent vraiment ont-ils exprimé leurs points de vue et leurs opinions à huis clos ?

Sergey Lavrov : La majorité des questions à l’ordre du jour du G20 ont été discutées au niveau des experts et des ministres au cours des derniers jours. Les résultats de ces discussions ont été exprimés dans la partie substantielle de la déclaration.

En ce qui concerne l’Ukraine, les États-Unis et tous leurs alliés ont tenu des propos assez agressifs au cours des discussions d’aujourd’hui, accusant la Russie d’ « agression non provoquée contre l’Ukraine ». Plus ils parlent d’ « agression non provoquée », plus tout le monde voit clairement qu’elle a été provoquée par eux, et qu’il ne s’agit pas d’une agression, mais d’une opération visant à protéger les intérêts légitimes de notre pays face aux menaces militaires contre la Russie créées à ses frontières. Il s’agit d’une opération visant à protéger le peuple russe du Donbass.

Une comparaison pertinente me vient à l’esprit dans ce contexte. En Union soviétique, les conférences du parti se tenaient, non pas au ministère des affaires étrangères, mais dans les installations de production, pour discuter de la mise en œuvre des plans quinquennaux. L’ordre du jour semblait être purement industriel, mais il était jugé approprié d’entamer la discussion en dénonçant l’impérialisme américain. Nos collègues occidentaux utilisent une approche similaire pour l’ordre du jour du G20.

Question : Nous disons toujours que les pays dont la population combinée représente les trois quarts de la population mondiale nous soutiennent, y compris les aspects du monde multipolaire dont le président Poutine a parlé au forum de Valdai. Il est difficile de rivaliser avec les sociétés transnationales dans le domaine économique. Des exercices conjoints ont lieu dans le domaine militaire. Qu’en est-il de la diplomatie ? Qu’avez-vous obtenu au sommet du G20 ? Avec qui avez-vous parlé ? Quelles informations et quel soutien diplomatique avez-vous obtenus ? Quelle forme cela pourrait-il prendre à l’avenir ?

Sergey Lavrov : La réponse est très simple : seuls l’Occident et ses satellites les plus proches se sont joints aux sanctions anti-russes. Tous les pays en développement, lorsqu’ils s’expriment sur cette question, qui ne peut être évitée car l’Occident a donné la priorité à l’utilisation de la question ukrainienne dans toutes les discussions, appellent invariablement à un règlement pacifique et à la signature rapide d’accords. Ils savent très bien que le processus est entravé par l’Ukraine, où toute discussion avec la Fédération de Russie a été interdite, y compris dans un récent décret signé par Vladimir Zelensky. Il ne s’agit donc pas d’une question pour nous, comme je l’ai souligné aujourd’hui lors de mes brèves conversations avec le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz.

Question : Avez-vous discuté de l’avenir de l’accord sur les céréales lors de votre rencontre avec le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres ? L’accord expire dans quelques jours. Dans quelles conditions la Russie est-elle prête à renouveler l’accord d’exportation de céréales ?

Sergey Lavrov : Les conditions sont simples. Elles sont toutes énoncées dans l’accord initial, qui comprenait deux parties approuvées en tant qu’accord global.

La première partie concerne l’exportation de céréales ukrainiennes. Elles sont exportées. Toutefois, après que les forces armées ukrainiennes ont utilisé le couloir humanitaire pour exporter des céréales à des fins militaires, nous avons suspendu cette opération. Plus tard, les Ukrainiens ont réaffirmé qu’ils ne le feraient plus. Nos collègues turcs et occidentaux savent qu’ils doivent dissuader l’Ukraine de mener de telles actions inacceptables.

La deuxième partie de l’accord consistait à supprimer tout obstacle à l’exportation de céréales russes. Ici, nous devons reconnaître le mérite du Secrétariat des Nations unies et, personnellement, du Secrétaire général des Nations unies, qui ont fait tout ce qu’ils pouvaient. Cela fait cinq mois, mais aucun résultat concret n’a été obtenu à ce jour. Lors de la réunion d’aujourd’hui, Antonio Guterres a parlé des promesses que lui ont faites les États-Unis et l’UE, notamment en les envoyant sur papier. Elles constituent certaines « bonnes intentions ». Si les promesses sont tenues, les obstacles à l’exportation de nos engrais et de nos céréales seront levés. Toutefois, ce qui importe, ce n’est pas ce qu’ils promettent sur le papier, mais comment ces promesses seront traduites dans la pratique.

Le Secrétaire général de l’ONU (qui se réfère à ses homologues occidentaux) nous assure que tous les opérateurs économiques impliqués dans la chaîne d’approvisionnement des engrais et des céréales russes ont reçu des « signaux rassurants », ce qui signifie qu’ils ne seront pas sanctionnés pour leur participation aux transactions commerciales avec nos céréales, y compris les navires russes faisant escale dans les ports européens ou les navires étrangers, dans les ports russes, ainsi que le fonctionnement sans entrave de la Banque agricole russe et des taux d’assurance raisonnables.

Toutes les promesses ont été mises sur papier. J’espère qu’elles seront mises en œuvre. Le Secrétaire général de l’ONU a promis aujourd’hui qu’il s’agissait d’une question prioritaire pour lui.

Question : Récemment, nos partenaires occidentaux ont changé leur rhétorique concernant les relations avec la Russie – nous entendons de plus en plus les mots « paix » et « négociations » de leur part. L’UE éprouve des difficultés à adopter un nouveau train de sanctions. Quelle en est la raison et à quoi pouvons-nous nous attendre ?

Sergey Lavrov : Il m’est difficile de juger. Un autre esprit est un livre fermé. En particulier, l’esprit de l’UE – ce livre est fermé hermétiquement et ne s’ouvre que rarement, voire pas du tout.

Aujourd’hui, j’ai eu une brève conversation avec le président français Emmanuel Macron, qui a réaffirmé son intention de poursuivre les contacts avec le président russe Vladimir Poutine pour parvenir à des accords qui aideraient à « résoudre toute cette situation ». Je lui ai rappelé que tous les problèmes se trouvaient du côté ukrainien, qui refuse catégoriquement de négocier, en posant des conditions préalables irréalistes et disproportionnées.

Question : Hier, l’UE a officiellement lancé la mission d’assistance militaire pour former 15 000 soldats ukrainiens en Europe. Comment cela peut-il affecter le conflit ukrainien ? Cette décision a-t-elle fait de l’UE un participant direct au conflit ?

Sergey Lavrov : Je pense que l’UE et l’OTAN sont devenues depuis longtemps des participants hybrides dans ce conflit, cette guerre hybride en Ukraine. Cela implique des livraisons d’armes, des exercices, des missions de formation, la fourniture d’une grande quantité de données de renseignement, le choix des cibles (ce que font les Américains), l’utilisation d’instructeurs sur le terrain, ainsi que des milliers de mercenaires.

Quant à la décision de l’UE de lancer la mission d’assistance militaire, elle prend des mesures contradictoires, car le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et d’autres dirigeants européens ont simultanément parlé de transition vers un règlement pacifique. C’est un cas politique de dédoublement de la personnalité, ou, comme l’a dit le président Poutine, l’utilisation de « formes non conventionnelles de relations internationales » spécifiques. » Nous commençons à nous y habituer. Ce sont des choses qui arrivent.

Question : Pensez-vous personnellement que l’Occident envoie des signaux à Kiev sur la reprise des pourparlers de paix ? Que doit-il se passer, selon vous, pour qu’ils aient lieu ?

Sergey Lavrov : Je ne peux pas tourner en rond. La Russie a réaffirmé à de nombreuses reprises par l’intermédiaire du président Poutine que nous ne refusions pas de discuter. C’est l’Ukraine qui a refusé. Plus elle persiste, plus il sera difficile de parvenir à un accord.

Quant aux signaux occidentaux adressés à Vladimir Zelensky, nous avons vu divers rapports occidentaux citant des sources anonymes. Il semblerait que l’administration américaine lui ait recommandé d’être plus conciliant. Ils ajoutent qu’il n’a pas besoin d’agir véritablement de manière constructive, mais que cela est nécessaire pour contrer les arguments des pays occidentaux qui mettent en doute la nécessité de lui envoyer davantage d’armes.

Le discours de Vladimir Zelensky au sommet aujourd’hui était extrêmement « intéressant ». Le pays qui assure la présidence du G20 a décidé de lui donner l’occasion de prononcer son discours. Il s’agissait d’une déclaration préenregistrée qui a duré 20 minutes, alors que tous les autres orateurs ont eu environ trois minutes pour donner leur avis. Vladimir Zelensky a parlé pendant 20 minutes. Il était impossible de l’interrompre, car il s’agissait d’une déclaration préenregistrée que, apparemment, personne ne voulait éteindre. Je n’ai tiré qu’une seule conclusion de son discours : le président ukrainien n’écoute pas les conseils de l’Occident. Je ne vais pas citer tout ce qu’il a dit, mais sa rhétorique était belliqueuse, russophobe et agressive. Le meilleur exemple de l’essence de cette déclaration et de l’état mental de cette personne est sa phrase déplacée sur le débarquement des Alliés en Normandie en 1944, qui est devenu le tournant de la Seconde Guerre mondiale. Tirez vos propres conclusions.

Question : Le journal Politico a rapporté aujourd’hui que le Département d’Etat américain préparait le terrain pour des pourparlers de paix entre l’Ukraine et la Russie à l’approche de l’hiver. Envisagez-vous des contacts concrets avec Washington dans ce contexte ?

Hier, vous avez eu une conversation téléphonique avec le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu. Cependant, aucune des deux parties n’a fourni de détails sur cette conversation. Pouvez-vous nous dire de quoi vous avez parlé ? Prévoyez-vous une rencontre personnelle ?

Sergueï Lavrov : En ce qui concerne les informations selon lesquelles les Américains se préparent à des pourparlers, ces rumeurs vont et viennent. Nous avons cessé d’y réagir. Nous aimerions voir des preuves concrètes d’une volonté occidentale de « discipliner » Zelensky et lui expliquer qu’il ne peut pas continuer ainsi, car cela va à l’encontre des intérêts du peuple ukrainien et de lui-même.

Quant à ma conversation avec le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, nous avons parlé de la rédaction de la déclaration finale du sommet du G20, y compris de la partie concernant l’accord sur les céréales. Il n’est pas prévu de rencontre en face à face car nous nous sommes déjà rencontrés aujourd’hui.

Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie

Traduction Arrêt sur info

Imprimer