Palestinians flee Khan Younis in the southern Gaza Strip, January 26, 2024. (Atia Mohammed/Flash90)


La campagne de tromperie d’Israël contre l’UNRWA ne semble pas fonctionner comme prévu. Pourquoi ?


Au cours des deux dernières semaines, le gouvernement israélien a organisé un cours magistral sur la manière d’utiliser les médias occidentaux pour diffuser des fausses nouvelles et de la propagande et pour justifier les mesures anti-palestiniennes prises par les États-Unis et leurs alliés. Cela a fonctionné, mais seulement en partie.

Le 26 janvier, dans une décision préliminaire historique sur l’accusation de génocide portée par l’Afrique du Sud contre Israël, la Cour internationale de justice (CIJ) a estimé qu’il était « plausible » qu’Israël commette des actes violant la Convention sur le génocide et a exigé qu’il prenne « des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture des services de base et de l’assistance humanitaire dont les Palestiniens de la bande de Gaza ont un besoin urgent afin de remédier aux conditions de vie défavorables auxquelles ils sont confrontés ».

Israël n’en a pas tenu compte et, quelques heures plus tard, a lancé une campagne de tromperie visant à affaiblir l’UNRWA, la principale agence humanitaire des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, afin d’infliger davantage de souffrances et de morts à près de deux millions de Palestiniens déplacés, blessés, malades et affamés dans la bande de Gaza.

Israël a transmis aux médias occidentaux un « dossier » alléguant qu’une douzaine d’employés de l’UNRWA à Gaza travaillaient pour le Hamas et avaient même participé à l’attaque du 7 octobre contre Israël.

Après que les médias complaisants ont immédiatement relayé ces allégations non fondées dans le monde entier sans prendre la peine de procéder à une vérification indépendante, les États-Unis et d’autres pays ont suspendu le financement vital de l’UNRWA. Pendant ce temps, d’éminents politiciens ont commencé à demander la « fermeture » de l’UNRWA, comme le souhaite depuis longtemps Israël dans ses efforts pour annuler la reconnaissance des Palestiniens qu’il a déplacés en tant que « réfugiés » et pour invalider leur droit au retour sur les terres d’Israël qui leur ont été volées.

Rien de tout cela n’est nouveau ou extraordinaire.

Les grands médias occidentaux, du New York Times au Wall Street Journal en passant par CNN et NBC, aident depuis longtemps Israël à diffuser sa propagande et à atteindre ses objectifs politiques.

Au cours du siècle dernier, ces organisations et leurs homologues en Europe ont régulièrement diffusé des récits israéliens sans remettre en question leur véracité, tout en ignorant, en minimisant ou en déformant les perspectives palestiniennes. Leurs efforts ont aidé Israël à gagner la guerre des récits et à poursuivre son assaut colonial contre les Palestiniens dans une impunité presque totale.

Enfin, jusqu’à récemment, car la tradition peu glorieuse d’Israël qui réussit à blanchir ses mensonges et sa propagande par l’intermédiaire des médias traditionnels occidentaux est aujourd’hui exposée et remise en question, et semble commencer à se dissiper dans l’ère de l’information dominée par les nouveaux médias.

En effet, depuis le 7 octobre, une série d’enquêtes indépendantes sur les événements en Israël et en Palestine et sur les reportages des médias occidentaux à leur sujet ont révélé comment Israël utilise les médias occidentaux traditionnels pour tromper le monde, réduire au silence les Palestiniens et leurs alliés, saper le droit international, dissimuler ses violations systématiques des droits de l’homme et faire avancer son programme de colonisation.

La première couverture médiatique occidentale des allégations de terrorisme à l’encontre de l’UNWRA est peut-être le meilleur exemple de ce phénomène.

Israël a soudainement présenté un dossier « explosif » sur les liens présumés entre le Hamas et le personnel de l’UNRWA parce qu’il voulait détourner l’attention de la décision de la CIJ sur ses propres actes génocidaires et, au lieu de cela, soulever des doutes sur la crédibilité de l’agence cruciale de l’ONU.

Grâce en grande partie aux reportages non critiques des médias occidentaux, le plan d’Israël a réussi, du moins en partie, puisqu’il a déclenché d’importantes réductions de financement et une audition au Congrès américain sur le thème « UNRWA Exposed : Examining the Agency’s Mission and Failures » (L’UNRWA dévoilé : examen de la mission et des échecs de l’agence).

Les membres du Congrès ont accusé l’UNRWA d’avoir « des liens de longue date avec le terrorisme et de promouvoir l’antisémitisme », apparemment sur la base d’affirmations israéliennes diffusées dans les médias. Ils ont également présenté un projet de loi intitulé « UNRWA Elimination Act » (loi sur l’élimination de l’UNRWA) demandant la dissolution complète de l’agence humanitaire et le transfert de toutes ses responsabilités au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Mais des rapports et des enquêtes indépendants ont rapidement révélé des failles importantes dans le récit israélien que les médias dominants avaient adopté et diffusé avec empressement.

À mesure que les journalistes occidentaux en dehors des grands médias, les médias du Sud comme Al Jazeera, les militants et les universitaires ont commencé à poser des questions sur les accusations portées contre l’UNRWA, l’histoire d’Israël a commencé à s’effilocher.

Incapable de fournir des preuves tangibles de l’implication du personnel de l’UNRWA dans les attentats du 7 octobre, l’agence de renseignement qui a distribué le « dossier » a déclaré que ses informations provenaient « d’interrogatoires de prisonniers palestiniens ». Cette révélation a éveillé les soupçons des journalistes et des universitaires qui suivent le conflit, Israël étant connu pour utiliser la torture afin d’extorquer de faux aveux aux prisonniers palestiniens. Se rendant compte que la communauté internationale mettait en doute leur version des faits, les agents de renseignement israéliens l’ont tout simplement modifiée et ont commencé à dire qu’ils avaient obtenu ces informations par le biais de la surveillance.

Alors que de nombreux pays prenaient la défense de l’UNRWA, Israël a dû faire face à un examen minutieux de ses allégations à l’encontre de l’agence américaine et a communiqué ses « documents de renseignement » douteux à un nombre encore plus grand de journalistes.

Une analyse du dossier par la chaîne britannique Sky News a révélé que ces documents affirment que seuls six employés de l’UNRWA sont entrés en Israël le 7 octobre, et non 12 comme cela avait été initialement suggéré. Elle a noté que « les documents des services de renseignement israéliens font plusieurs affirmations dont Sky News n’a pas vu la preuve et beaucoup de ces affirmations, même si elles sont vraies, n’impliquent pas directement l’UNRWA ».

Après avoir également analysé les documents, la chaîne britannique Channel 4 est parvenue à une conclusion similaire et a déclaré que le dossier de six pages « ne fournit aucune preuve à l’appui de l’affirmation explosive selon laquelle le personnel de l’ONU a été impliqué dans des attaques terroristes contre Israël ».

Les accusations de terrorisme portées contre l’UNRWA constituent peut-être l’exemple le plus frappant de la mise en cause des grands médias occidentaux qui, depuis le 7 octobre, diffusent sans esprit critique les fabrications et la propagande israéliennes. Mais ce n’est pas le seul.

Les allégations israéliennes concernant les « tunnels terroristes » et les « centres de commandement du Hamas » sous les hôpitaux de Gaza, qui ont été répétées par la plupart des médias occidentaux sans aucun examen ou tentative de vérification, se sont également révélées sans fondement grâce à plusieurs enquêtes de sources ouvertes, à des reportages approfondis réalisés par des journalistes locaux sur le terrain et à de nombreuses preuves vidéo.

En février, la chaîne de télévision Al Araby TV a filmé ce qu’Israël prétendait être un « tunnel du Hamas » découvert sous l’hôpital Sheikh Hamad, dans le nord de la bande de Gaza, et qui s’est avéré n’être rien d’autre qu’un puits d’eau.

Auparavant, en décembre, un rapport explosif du New York Times sur l’utilisation de la violence sexuelle par le Hamas lors de l’attaque du 7 octobre a été critiqué pour la faiblesse de ses sources et le manque de rigueur de ses reportages. Le journal de référence a finalement dû retirer un épisode de podcast qu’il avait préparé sur le sujet.

À propos du rapport et du podcast du Times sur les violences sexuelles, le site d’investigation The Intercept a déclaré que « les critiques ont mis en évidence des divergences majeures dans les récits présentés par le Times, des commentaires publics ultérieurs de la famille d’un des principaux sujets de l’article dénonçant ce dernier, et des commentaires d’un témoin clé semblant contredire une affirmation qui lui est attribuée dans l’article ».

L’Electronic Intifada a publié plusieurs articles et podcasts contenant plus de détails sur l’enquête du New York Times concernant son article sur les viols collectifs, confirmant pour la plupart l’absence de preuves crédibles ou de témoins oculaires dans les histoires que les institutions israéliennes, y compris les forces armées, ont partagées avec les médias mondiaux.

Le site d’investigation progressiste Mondoweiss a expliqué dans un rapport intitulé « Nous méritons la vérité sur ce qui s’est passé le 7 octobre » que « les chercheurs qui ont recoupé les déclarations avec la liste des victimes du terrorisme tenue par l’administration israélienne de la sécurité sociale ont montré que plusieurs histoires horribles que les premiers intervenants et les membres [de l’armée israélienne] ont initialement racontées aux journalistes ne correspondent pas à des personnes ou à des décès réels ».

Le Guardian de Grande-Bretagne a publié un rapport détaillé sur la façon dont « CNN fait face à un retour de bâton de la part de son propre personnel concernant les politiques éditoriales qui, selon eux, ont conduit à une régurgitation de la propagande israélienne et à la censure des perspectives palestiniennes dans la couverture de la guerre à Gaza par la chaîne ».

Le projet Oct7factcheck – un recueil exhaustif d’affirmations, de leur origine, de leurs propagateurs et des preuves qui les confirment ou les réfutent, mis en place par l’initiative Tech for Palestine – a également publié les résultats d’enquêtes indépendantes sur une douzaine d’accusations et de rapports israéliens parmi les plus spectaculaires concernant l’attaque du Hamas, qui ont été repris sans esprit critique par la plupart des médias occidentaux, et a démenti la plupart d’entre eux, les jugeant faux et dépourvus de preuves.

Ils montrent, par exemple, que certaines des preuves présentées par Israël lors de l’audience de la CIJ – preuves republiées par les principaux médias occidentaux sans poser de questions – étaient fausses.

« Au cours des quatre derniers mois, les affirmations concernant le 7 octobre ont influencé le récit public », notent-ils. « Des récits d’atrocités, parfois bricolés à partir de témoins oculaires peu fiables, parfois entièrement fabriqués, ont été transmis à des chefs d’État et utilisés pour justifier la violence militaire d’Israël.

À mesure que de nouvelles preuves révèlent que les histoires qu’Israël offre aux médias sur les Palestiniens et le Hamas sont fabriquées, non fondées ou exagérées, les journalistes internationaux ont tendance à passer plus de temps à vérifier la véracité des offres de propagande d’Israël – et plus de temps à faire leur travail de reportage des faits et de la vérité.

– Chercheur émérite à l’Université américaine de Beyrouth

Source: Al Jazeera