La révélation des atrocités commises à Abou Ghraib a montré au monde l’injustice perpétuée par la guerre contre la « terreur ». La révélation a commencé le 28 avril 2004 avec la parution des photos des tortures infligées par les États-Unis à des prisonniers irakiens à la prison d’Abu Ghraib en Irak, suivie, deux jours plus tard, par le reportage de Seymour Hersh où il dressait le tableau d’une politique délibérée d’abus. (ASI)

Prisonnier irakien à qui l’on a intimé qu’il serait électrocuté s’il tombait de la boîte.

“Je suis en vacances cette semaine, mais j’ai pensé qu’il serait utile de republier un article douloureux que j’ai écrit il y a vingt ans pour le New Yorker sur un groupe de soldats de l’armée américaine qui sont devenus incontrôlables au milieu d’une guerre en Irak qui, leur disait-on, était menée contre le terrorisme qui avait frappé l’Amérique le 11 septembre 2001. Ce que les GI ont fait à l’époque est ce que toute armée fait en temps de guerre lorsque la haine et la peur de l’ennemi sont encouragées et qu’elles sont présentes dans tous les rangs, du plus petit soldat au plus haut général. Il faut un chef spécial, comme vous le verrez plus loin, qui déconcerte ses supérieurs en ne couvrant pas les crimes de ses soldats et de leurs officiers supérieurs, et qui le fait en sachant que sa carrière est terminée. Si seulement il existait aujourd’hui au Moyen-Orient des dirigeants aussi intrépides”.

Par Seymour Hersh, le 2 janvier 2024


Article tiré des archives du journaliste américain Seymour Hersh

Première diffusion le 30 avril 2004 dans The NewYorker


À l’époque de Saddam Hussein, Abu Ghraib, à vingt kilomètres à l’ouest de Bagdad, était l’une des prisons les plus tristement célèbres au monde, avec des tortures, des exécutions hebdomadaires et des conditions de vie déplorables. Jusqu’à cinquante mille hommes et femmes – aucun décompte précis n’est possible – ont été enfermés à Abu Ghraib à un moment donné, dans des cellules de douze pieds sur douze qui n’étaient rien d’autre que des fosses humaines.

Lors du pillage qui a suivi l’effondrement du régime, en avril dernier, l’immense complexe pénitentiaire, alors déserté, a été dépouillé de tout ce qui pouvait être enlevé, y compris les portes, les fenêtres et les briques. Les autorités de la coalition ont fait carreler les sols, nettoyer et réparer les cellules, ajouter des toilettes, des douches et un nouveau centre médical. Abu Ghraib est désormais une prison militaire américaine. Toutefois, la plupart des prisonniers – à l’automne, ils étaient plusieurs milliers, y compris des femmes et des adolescents – étaient des civils, dont beaucoup avaient été arrêtés lors de ratissages militaires aléatoires et aux postes de contrôle des autoroutes. Ils se répartissaient en trois catégories vaguement définies : les criminels de droit commun, les détenus de sécurité soupçonnés de “crimes contre la coalition” et un petit nombre de dirigeants présumés “de grande valeur” de l’insurrection contre les forces de la coalition.

En juin dernier, Janis Karpinski, général de brigade de réserve de l’armée, a été nommé commandant de la 800e brigade de police militaire et chargé des prisons militaires en Irak. Le général Karpinski, seule femme commandant dans la zone de guerre, était un officier expérimenté en matière d’opérations et de renseignement qui avait servi dans les forces spéciales et lors de la guerre du Golfe de 1991, mais elle n’avait jamais dirigé un système pénitentiaire. Elle est désormais responsable de trois grandes prisons, de huit bataillons et de 3400 réservistes de l’armée, dont la plupart, comme elle, n’ont reçu aucune formation sur le traitement des prisonniers.

Le général Karpinski, qui voulait être soldat depuis l’âge de cinq ans, est consultante en affaires dans la vie civile et s’est montrée enthousiaste à propos de son nouveau travail. Dans une interview accordée en décembre dernier au St. Petersburg Times, elle a déclaré que, pour de nombreux détenus irakiens d’Abu Ghraib, “les conditions de vie sont désormais meilleures en prison que chez eux. À un moment donné, nous avons craint qu’ils ne veuillent pas partir”.

Un mois plus tard, le général Karpinski a été officiellement admonesté et discrètement suspendu, et une enquête majeure sur le système pénitentiaire de l’armée, autorisée par le lieutenant-général Ricardo S. Sanchez, commandant en chef en Irak, était en cours. Un rapport de cinquante-trois pages, obtenu par le New Yorker, rédigé par le major général Antonio M. Taguba et non destiné à être rendu public, a été achevé à la fin du mois de février. Ses conclusions sur les défaillances institutionnelles du système pénitentiaire de l’armée étaient dévastatrices. Plus précisément, Taguba a constaté qu’entre octobre et décembre 2003, il y a eu de nombreux cas d’ “abus criminels sadiques, flagrants et gratuits” à Abu Ghraib. Selon Taguba, ces abus systématiques et illégaux ont été perpétrés par des soldats de la 372e compagnie de police militaire, ainsi que par des membres de la communauté américaine du renseignement. (La 372e compagnie était rattachée au 320e bataillon de police militaire, qui relevait du quartier général de la brigade de Karpinski). Le rapport de Taguba énumère certains des actes répréhensibles :

“Briser des lampes chimiques et verser le liquide phosphorique sur les détenus ; verser de l’eau froide sur des détenus nus ; battre des détenus avec un manche à balai et une chaise ; menacer des détenus masculins de les violer ; autoriser un garde de la police militaire à recoudre la plaie d’un détenu qui avait été blessé après avoir été frappé contre le mur de sa cellule ; sodomiser un détenu avec une lampe chimique et peut-être un manche à balai, et utiliser des chiens de travail militaires pour effrayer et intimider les détenus en les menaçant d’attaque et, dans un cas, en mordant réellement un détenu”.

Ces allégations sont étayées par des preuves stupéfiantes, a ajouté M. Taguba, à savoir “des déclarations détaillées de témoins et la découverte de preuves photographiques extrêmement explicites”. Les photographies et les vidéos prises par les soldats au moment où les abus se produisaient n’ont pas été incluses dans son rapport, a précisé M. Taguba, en raison de leur “nature extrêmement sensible”.

Les photographies, dont plusieurs ont été diffusées dans l’émission “60 Minutes 2” de la chaîne CBS la semaine dernière, montrent des G.I. impudiques narguant des prisonniers irakiens nus qui sont contraints de prendre des poses humiliantes. Six suspects – le sergent-chef Ivan L. Frederick II, connu sous le nom de Chip, qui était l’officier le plus gradé, le spécialiste Charles A. Graner, le sergent Javal Davis, le spécialiste Megan Ambuhl, la spécialiste Sabrina Harman et le soldat Jeremy Sivits – font actuellement l’objet de poursuites judiciaires en Irak, sous les chefs d’accusation suivants :un septième suspect, le soldat Lynndie England, a été réaffecté à Fort Bragg, en Caroline du Nord, après être tombé enceinte.

Les photographies sont éloquentes. Sur l’une d’elles, le soldat England, une cigarette à la bouche, fait un signe de pouce en l’air et pointe du doigt les parties génitales d’un jeune Irakien, nu à l’exception d’un sac de sable sur la tête, alors qu’il se masturbe. Trois autres prisonniers irakiens cagoulés et nus sont montrés, les mains croisées par réflexe sur leurs parties génitales. Un cinquième prisonnier a les mains le long du corps. Sur une autre photo, England se tient bras dessus bras dessous avec le spécialiste Graner ; tous deux sourient et lèvent le pouce derrière un groupe d’environ sept Irakiens nus, genoux pliés, empilés maladroitement les uns sur les autres en forme de pyramide. Une autre photo montre un groupe de prisonniers nus, toujours empilés en pyramide. Près d’eux se tient Graner, souriant, les bras croisés ; une femme soldat se tient devant lui, penchée en avant, et elle aussi sourit. Ensuite, il y a un autre groupe de corps cagoulés, avec une femme soldat debout devant, prenant des photos. Une autre photographie encore montre un prisonnier agenouillé, nu, sans cagoule, la tête momentanément détournée de l’appareil photo, posé de manière à donner l’impression qu’il pratique une fellation sur un autre prisonnier, nu et cagoulé.

Une telle déshumanisation est inacceptable dans n’importe quelle culture, mais elle l’est particulièrement dans le monde arabe. Les actes homosexuels sont contraires à la loi islamique et il est humiliant pour les hommes d’être nus devant d’autres hommes, a expliqué Bernard Haykel, professeur d’études moyen-orientales à l’université de New York. “Le fait d’être mis l’un sur l’autre et forcé de se masturber, d’être nu devant l’autre, tout cela est une forme de torture”, a déclaré M. Haykel.

Les deux visages irakiens qui apparaissent sur les photographies sont ceux d’hommes morts. Il y a le visage meurtri du prisonnier n° 153399 et le corps ensanglanté d’un autre prisonnier, enveloppé dans de la cellophane et emballé dans de la glace. Il y a une photo d’une pièce vide, éclaboussée de sang.

Les mauvais traitements infligés par le 372e aux prisonniers semblaient presque routiniers – un fait de la vie de l’armée que les soldats n’avaient pas besoin de cacher. Le 9 avril, lors d’une audience au titre de l’article 32 (l’équivalent militaire d’un grand jury) dans l’affaire contre le sergent Frederick, à Camp Victory, près de Bagdad, l’un des témoins, le spécialiste Matthew Wisdom, un médecin généraliste, a raconté à la salle d’audience ce qui s’était passé lorsque lui et d’autres soldats avaient livré sept prisonniers, cagoulés et ligotés, au “site dur” d’Abu Ghraib – sept niveaux de cellules où étaient logés les détenus considérés comme les plus dangereux. Ces hommes étaient accusés d’avoir déclenché une émeute dans une autre section de la prison. Wisdom raconte :

“Le SFC Snider a attrapé mon prisonnier et l’a jeté dans un tas. . . . Je ne pense pas qu’il était juste de les mettre dans un tas. J’ai vu le SSG Frederick, le SGT Davis et le CPL Graner marcher autour du tas en frappant les prisonniers. Je me souviens que le SSG Frederick a frappé un prisonnier sur le côté de sa cage thoracique. Le prisonnier n’était pas un danger pour le SSG Frederick. . . . Je suis parti après cela”.

Lorsqu’il est revenu plus tard, Wisdom a témoigné :

“J’ai vu deux détenus nus, l’un se masturbant et l’autre agenouillé, la bouche ouverte. J’ai pensé que je devais sortir de là. Je n’ai pas pensé que c’était bien…. J’ai vu le SSG Frederick s’approcher de moi et il a dit : “Regardez ce que font ces animaux quand on les laisse tranquilles deux secondes.” J’ai entendu le soldat de première classe England crier : “Il devient dur.”

Wisdom a déclaré qu’il avait raconté à ses supérieurs ce qui s’était passé et qu’il avait supposé que “le problème était réglé”.  Il a ajouté : “Je ne voulais tout simplement pas participer à quelque chose qui semblait criminel.”

L’une des nombreuses photographies emblématiques du scandale de la torture à la prison d’Abou Ghraib : Lynndie England forçant un détenu, connu des gardiens sous le nom de “Gus”, à ramper et à aboyer comme un chien en laisse. England tient une laisse attachée à un prisonnier effondré sur le sol, U.S. Army / Criminal Investigation Command (CID). Saisi par le gouvernement américain. Date de la prise de vue, 2003.

Les abus ont été rendus publics grâce à l’indignation du spécialiste Joseph M. Darby, un député dont le rôle est apparu lors de l’audience de l’article 32 à l’encontre de Chip Frederick. Un témoin du gouvernement, l’agent spécial Scott Bobeck, membre de la division des enquêtes criminelles de l’armée, a déclaré au tribunal, selon une transcription abrégée mise à ma disposition : “L’enquête a commencé après que le sous-lieutenant Darby […] a reçu un CD du CPL Graner […]. . .Le SFC Snider a attrapé mon prisonnier et l’a jeté dans un tas. . . . Je ne pense pas qu’il était juste de les mettre dans un tas. J’ai vu le SSG Fred Il est tombé sur des photos de détenus nus”. Bobeck a déclaré que Darby avait “d’abord déposé une lettre anonyme sous notre porte, puis il s’est présenté et a fait une déclaration sous serment. Il s’en voulait beaucoup et pensait que c’était très mal”.

Interrogé plus avant, l’enquêteur de l’armée a déclaré que Frederick et ses collègues n’avaient reçu aucune “directive de formation” à sa connaissance. Les policiers militaires du 372e avaient été affectés à des tâches routinières de circulation et de police à leur arrivée en Irak, au printemps 2003. En octobre 2003, le 372e a reçu l’ordre d’assurer la garde de la prison d’Abu Ghraib. Frederick, âgé de trente-sept ans, était bien plus âgé que ses collègues et était un leader naturel ; il avait également travaillé pendant six ans comme gardien pour l’administration pénitentiaire de Virginie. Bobeck a expliqué :

Ce que j’ai compris, c’est que le SSG Frederick et le CPL Graner étaient des médecins de route et qu’ils ont été mis en charge parce qu’ils étaient des gardiens de prison civils et qu’ils savaient comment les choses étaient censées se dérouler”.

Bobeck a également déclaré que des témoins avaient dit que Frederick, à une occasion, “avait frappé un détenu à la poitrine si fort que le détenu a failli faire un arrêt cardiaque”.

Lors de l’audience au titre de l’article 32, l’armée a informé Frederick et ses avocats, le capitaine Robert Shuck, un avocat de l’armée, et Gary Myers, un civil, que deux douzaines de témoins qu’ils avaient demandés, dont le général Karpinski et tous les co-accusés de Frederick, ne comparaîtraient pas. Certains ont été excusés après avoir exercé leur droit au cinquième amendement ; d’autres ont été jugés trop éloignés de la salle d’audience. “L’objectif d’une audience au titre de l’article 32 est de faire comparaître des témoins et de découvrir des faits”, m’a dit Gary Myers. “Nous nous sommes retrouvés avec un agent du C.I.D. et aucune victime présumée à interroger. À l’issue de l’audience, le président de la commission d’enquête a estimé qu’il y avait suffisamment de preuves pour convoquer une cour martiale à l’encontre de Frederick.

Myers, qui était l’un des avocats de la défense militaire lors des poursuites engagées contre My Lai dans les années 1970, m’a dit que la défense de son client consistera à dire qu’il a exécuté les ordres de ses supérieurs et, en particulier, les directives des services de renseignements militaires. Il m’a dit : “Pensez-vous vraiment qu’un groupe de jeunes de la Virginie rurale a décidé de faire cela tout seul ? Qu’ils ont décidé que le meilleur moyen d’embarrasser les Arabes et de les faire parler était de les faire marcher nus ?

Dans des lettres et des courriels adressés à des membres de sa famille, Frederick a souligné à plusieurs reprises que les équipes du renseignement militaire, qui comprenaient des officiers de la C.I.A., des linguistes et des spécialistes de l’interrogatoire travaillant pour des entreprises privées de défense, étaient la force dominante à Abou Ghraib. Dans une lettre écrite en janvier, il a déclaré :

“J’ai remis en question certaines des choses que j’ai faites à Abu Ghraib …J’ai posé des questions sur certaines des choses que j’ai vues… comme le fait de laisser des détenus dans leur cellule sans vêtements ou en sous-vêtements féminins, de les menotter à la porte de leur cellule – et la réponse que j’ai reçue était : “C’est ainsi que le renseignement militaire (MI) veut que les choses se fassent”. . . . . Le MI nous a également demandé de placer un prisonnier dans une cellule d’isolement avec peu ou pas de vêtements, sans toilettes ni eau courante, sans ventilation ni fenêtre, pendant une période pouvant aller jusqu’à trois jours”.

Les officiers du renseignement militaire “nous ont encouragés et nous ont dit ‘Bon travail’, qu’ils obtenaient maintenant des résultats et des informations positifs”, écrit Frederick. “Le CID était présent lorsque les chiens de travail militaires étaient utilisés pour intimider les prisonniers à la demande du MI. À un moment donné, Frederick a raconté à sa famille qu’il avait pris à part son officier supérieur, le lieutenant-colonel Jerry Phillabaum, commandant du 320e bataillon de la police militaire, et l’avait interrogé sur les mauvais traitements infligés aux prisonniers. Il lui a répondu : “Ne t’en fais pas”. ”

En novembre, écrit Frederick, un prisonnier irakien sous le contrôle de ce que les gardiens d’Abu Ghraib appelaient les “O.G.A.”, ou autres agences gouvernementales – c’est-à-dire la C.I.A. et ses employés paramilitaires – a été amené dans son unité pour y être interrogé. “Ils l’ont tellement stressé que l’homme est décédé. Ils ont mis son corps dans un sac mortuaire et l’ont emballé dans de la glace pendant environ vingt-quatre heures dans la douche. . . . Le lendemain, les médecins sont venus mettre son corps sur une civière, lui ont posé une fausse intraveineuse dans le bras et l’ont emmené”. Le cadavre de l’Irakien n’a jamais été enregistré dans le système de contrôle des détenus de la prison, raconte Frederick, “et n’a donc jamais eu de numéro”.

La défense de Frederick est, bien sûr, très intéressée. Mais les plaintes formulées dans ses lettres et ses courriels ont été renforcées par deux rapports internes de l’armée : celui de Taguba et celui du chef des forces de l’ordre de l’armée, le prévôt Donald Ryder, un général de division.

À l’automne dernier, le général Sanchez a ordonné à Ryder d’examiner le système pénitentiaire en Irak et de recommander des moyens de l’améliorer. Le rapport de Ryder, déposé le 5 novembre, a conclu qu’il existait des problèmes potentiels en matière de droits de l’homme, de formation et de main-d’œuvre, dans l’ensemble du système, qui nécessitaient une attention immédiate. Il a également abordé de sérieuses préoccupations concernant la tension entre les missions de la police militaire affectée à la garde des prisonniers et les équipes de renseignement qui souhaitaient les interroger. Les règlements de l’armée limitent les activités de renseignement de la police militaire à la collecte passive. Mais quelque chose a mal tourné à Abu Ghraib.

Selon le rapport Ryder, des preuves remontant à la guerre d’Afghanistan montrent que des médecins militaires ont travaillé avec des agents de renseignement pour “créer des conditions favorables à des entretiens ultérieurs” – un euphémisme pour briser la volonté des prisonniers. “De telles actions vont généralement à l’encontre du bon fonctionnement d’un centre de détention, qui tente de maintenir sa population dans un état de conformité et de docilité. La brigade du général Karpinski, a indiqué M. Ryder, “n’a pas reçu l’ordre de modifier les procédures de son établissement pour fixer les conditions des interrogatoires des MI, ni de participer à ces interrogatoires”. Ryder a demandé l’établissement de procédures pour “définir le rôle des soldats de la police militaire … séparer clairement les actions des gardes de celles du personnel du renseignement militaire”. Les officiers qui dirigent la guerre en Irak ont été mis en garde.

Ryder a toutefois atténué son avertissement en concluant que la situation n’avait pas encore atteint un point critique. Bien que certaines procédures aient été défectueuses, il a déclaré n’avoir trouvé “aucune unité de police militaire appliquant délibérément des pratiques de confinement inappropriées”. Son enquête a été au mieux un échec et au pire une dissimulation.

Dans son rapport, Taguba a réfuté son collègue général de manière polie mais directe. “Malheureusement, un grand nombre des problèmes systémiques apparus lors de l’évaluation [de Ryder] sont les mêmes que ceux qui font l’objet de la présente enquête”, écrit-il. “En fait, bon nombre des abus subis par les détenus se sont produits pendant cette évaluation ou à peu près au moment où elle a eu lieu. Le rapport poursuit : “Contrairement aux conclusions du rapport du MG Ryder, je constate que le personnel affecté à la 372e compagnie de la MP, 800e brigade de la MP, a reçu l’ordre de modifier les procédures de l’installation afin de “créer les conditions” pour les interrogatoires de l’IM”. Les officiers de renseignement de l’armée, les agents de la C.I.A. et les entrepreneurs privés “ont activement demandé que les gardes de la MP établissent des conditions physiques et mentales favorables à l’interrogatoire des témoins”.

Taguba a étayé son affirmation en citant des preuves tirées de déclarations sous serment faites aux enquêteurs de la C.I.D. de l’armée. La spécialiste Sabrina Harman, l’une des M.P. accusées, a déclaré que c’était son travail de maintenir les détenus éveillés, y compris un prisonnier cagoulé qui a été placé sur une boîte avec des fils attachés à ses doigts, à ses orteils et à son pénis. Elle a déclaré : “Le MI voulait les faire parler. C’est le travail de Graner et de Frederick de faire des choses pour le MI et l’OGA afin de faire parler ces personnes”.

Un autre témoin, le sergent Javal Davis, qui est également l’un des accusés, a déclaré aux enquêteurs de la C.I.D. : “J’ai vu des prisonniers dans la section de détention MI […] se faire faire diverses choses que je remettrais en question d’un point de vue moral. . . . On nous a dit qu’ils avaient des règles différentes”. Taguba a écrit : “Davis a également déclaré qu’il avait entendu MI insinuer aux gardiens de maltraiter les détenus. Lorsqu’on lui a demandé ce que MI avait dit, il a déclaré ‘Détachez ce type pour nous’. ‘Assurez-vous qu’il passe une mauvaise nuit’. ‘Assurez-vous qu’il reçoive le traitement’. “Les services de renseignements militaires ont fait ces commentaires à Graner et Frederick, a déclaré Davis. D’après ce que j’ai compris, l’état-major du MI a fait des compliments à Graner… des déclarations du genre : “Bon travail, ils s’en sortent très vite. Ils répondent à toutes les questions. Ils donnent de bonnes informations”. ”

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’avait pas informé sa hiérarchie de ces abus, le sergent Davis a répondu : ” Parce que j’ai supposé que s’ils faisaient des choses qui sortaient de l’ordinaire ou qui n’étaient pas conformes aux directives, quelqu’un aurait dit quelque chose. De plus, l’aile” – où les abus ont eu lieu – “appartient au MI et il semble que le personnel du MI ait approuvé les abus”.

Un autre témoin, le spécialiste Jason Kennel, qui n’a pas été accusé d’actes répréhensibles, a déclaré : “Je les ai vues nues, mais le MI nous demandait d’enlever leurs matelas, leurs draps et leurs vêtements.” (Il a ajouté que, si le M.I. voulait qu’il le fasse, “il fallait qu’il me donne des papiers”. (Il a ajouté que, selon lui, si le MI voulait qu’il fasse cela, “il fallait qu’il me donne des documents”). Taguba a également cité un entretien avec Adel L. Nakhla, un traducteur employé par Titan, un contractant civil. Il a raconté qu’une nuit, une “bande de gens du MI” a assisté aux sévices infligés par Graner et Frederick à un groupe de détenus menottés et entravés.

Le général Taguba a réservé ses mots les plus durs aux officiers du renseignement militaire et aux entrepreneurs privés. Il a recommandé que le colonel Thomas Pappas, commandant de l’une des brigades du renseignement militaire, soit réprimandé et reçoive une sanction non judiciaire, et que le lieutenant-colonel Steven Jordan, ancien directeur du Joint Interrogation and Debriefing Center, soit relevé de ses fonctions et réprimandé. Il a également demandé qu’un contractant civil, Steven Stephanowicz, de CACI International, soit licencié, réprimandé et privé de ses autorisations de sécurité pour avoir menti à l’équipe d’enquêteurs et permis ou ordonné à des policiers militaires “qui n’étaient pas formés aux techniques d’interrogatoire de faciliter les interrogatoires en “fixant des conditions” qui n’étaient ni autorisées” ni conformes aux règlements de l’armée. “Il savait clairement que ses instructions équivalaient à des violences physiques”, a écrit M. Taguba. Il a également recommandé des mesures disciplinaires à l’encontre d’un deuxième employé de CACI, John Israel. (Une porte-parole de CACI a déclaré que la société n’avait “reçu aucune communication officielle” de l’armée à ce sujet).

“Je soupçonne”, conclut Taguba, que Pappas, Jordan, Stephanowicz et Israel “étaient directement ou indirectement responsables des abus commis à Abou Ghraib”, et je recommande vivement que des mesures disciplinaires soient prises immédiatement.

Les problèmes au sein du système pénitentiaire de l’armée en Irak n’ont pas été cachés aux hauts gradés. Pendant les sept mois d’affectation de Karpinski, a noté Taguba, au moins une douzaine d’incidents officiellement signalés concernant des évasions, des tentatives d’évasion et d’autres problèmes de sécurité graves ont fait l’objet d’une enquête par des officiers de la 800e brigade de la police militaire. Certains de ces incidents ont conduit au meurtre ou à la blessure de détenus et de policiers militaires, et ont donné lieu à une série d’enquêtes sur les “enseignements tirés” au sein de la brigade. Karpinski approuvait invariablement les rapports et signait les ordres demandant des changements dans les procédures quotidiennes. Mais Taguba a constaté qu’elle n’assurait pas le suivi et ne faisait rien pour s’assurer que les ordres étaient exécutés. Si elle l’avait fait, a-t-il ajouté, “des cas d’abus auraient pu être évités”.

Le général Taguba a également constaté qu’Abou Ghraib était rempli au-delà de sa capacité et que le corps de garde de la police militaire manquait cruellement d’effectifs et de ressources. “Ce déséquilibre a contribué aux mauvaises conditions de vie, aux évasions et aux manquements en matière de responsabilité”, a-t-il écrit. Selon M. Taguba, il existait des différences flagrantes entre le nombre réel de prisonniers disponibles et le nombre officiellement enregistré. L’absence de contrôle approprié signifiait également que de nombreux Irakiens innocents étaient détenus à tort – indéfiniment, semble-t-il, dans certains cas. L’étude Taguba note que plus de 60 % des détenus civils d’Abu Ghraib ont été considérés comme ne constituant pas une menace pour la société, ce qui aurait dû leur permettre d’être libérés. La défense de Mme Karpinski, selon l’étude Taguba, était que ses supérieurs rejetaient “régulièrement” ses recommandations concernant la libération de ces prisonniers.

Mme Karpinski était rarement présente dans les prisons qu’elle était censée diriger, a écrit M. Taguba. Il a également constaté un large éventail de problèmes administratifs, dont certains qu’il considère comme “sans précédent dans ma carrière militaire”. Les soldats, a-t-il ajouté, étaient “mal préparés et mal entraînés […] avant le déploiement, sur le site de mobilisation, à l’arrivée sur le théâtre des opérations et tout au long de la mission”.

Le général Taguba a passé plus de quatre heures à interroger Mme Karpinski, qu’il a décrite comme extrêmement émotive : “Ce que j’ai trouvé particulièrement troublant dans son témoignage, c’est son refus total de comprendre ou d’accepter que bon nombre des problèmes inhérents à la 800e brigade de la police militaire ont été causés ou exacerbés par un mauvais leadership et le refus de son commandement d’établir et d’appliquer des normes et des principes de base parmi ses soldats”.

Taguba a recommandé que Karpinski et sept officiers et soldats de la police militaire de la brigade soient relevés de leur commandement et fassent l’objet d’une réprimande formelle. Aucune procédure pénale n’a été suggérée pour Karpinski ; apparemment, la perte d’une promotion et l’indignité d’une réprimande publique ont été considérées comme des punitions suffisantes.

Après la diffusion de l’histoire sur CBS la semaine dernière, le Pentagone a annoncé que le général de division Geoffrey Miller, le nouveau chef du système pénitentiaire irakien, était arrivé à Bagdad et avait pris ses fonctions. Il était auparavant le commandant du centre de détention de Guantánamo Bay. Le général Sanchez a également autorisé l’ouverture d’une enquête sur d’éventuels actes répréhensibles commis par des interrogateurs militaires et civils.

Alors que la colère internationale grandissait, les hauts gradés de l’armée et le président Bush ont insisté sur le fait que les actions de quelques-uns ne reflétaient pas la conduite de l’armée dans son ensemble. Le rapport de Taguba constitue cependant une étude sans complaisance des fautes collectives et de l’échec de la direction de l’armée au plus haut niveau. Le tableau qu’il dresse d’Abu Ghraib est celui d’une violation systématique des règlements de l’armée et des conventions de Genève, et d’une gestion quotidienne des prisonniers confiée en grande partie aux unités de renseignement militaire de l’armée et à des employés civils sous contrat. La priorité était d’interroger les prisonniers et d’obtenir des renseignements, y compris par l’intimidation et la torture.

Les mauvais traitements infligés à Abu Ghraib n’ont sans doute guère contribué à faire progresser le renseignement américain. Willie J. Rowell, qui a servi pendant trente-six ans en tant qu’agent du CID, m’a dit que l’usage de la force ou de l’humiliation avec les prisonniers est invariablement contre-productif. “Ils vous diront ce que vous voulez entendre, que ce soit vrai ou non”, a déclaré M. Rowell. “Vous pouvez me fouetter jusqu’à ce que je vous dise ce que vous voulez que je dise. Vous n’obtenez pas d’informations justes.”

En vertu de la quatrième convention de Genève, une puissance occupante peut emprisonner des civils qui représentent une menace “impérative” pour la sécurité, mais elle doit établir une procédure régulière pour s’assurer que seuls les civils qui restent une véritable menace pour la sécurité sont maintenus en prison. Les prisonniers ont le droit de faire appel de toute décision d’internement et de faire réexaminer leur cas. Human Rights Watch s’est plaint au secrétaire à la défense Donald Rumsfeld que des civils en Irak restaient en détention mois après mois sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux. Abu Ghraib était devenu, en fait, un autre Guantánamo.

Comme le montrent clairement les photographies d’Abou Ghraib, ces détentions ont eu d’énormes conséquences : pour les civils irakiens emprisonnés, dont beaucoup n’avaient rien à voir avec l’insurrection grandissante, pour l’intégrité de l’armée et pour la réputation des États-Unis dans le monde.

Le capitaine Robert Shuck, l’avocat militaire de Frederick, a conclu sa défense lors de l’audience de l’article 32 le mois dernier en déclarant que l’armée “tentait de faire expier ses péchés à ces six soldats”. De même, Gary Myers, l’avocat civil de Frederick, m’a dit qu’il soutiendrait devant la cour martiale que la culpabilité dans cette affaire allait bien au-delà de son client. “Je vais traîner devant la cour tous les officiers de renseignement et les entrepreneurs civils impliqués que je pourrai trouver”, a-t-il déclaré. “Croyez-vous vraiment que l’armée a relevé un officier général à cause de six soldats ? Il n’y a aucune chance.

Seymour Hersh

Première diffusion le 30 avril 2004 dans The New Yorker

Traduction: Arretsurinfo.ch