Moon of Alabama – 4 juin 2022

Le colonel Markus Reisner de l’armée autrichienne présente l’état actuel (vidéo) de la guerre.

Deux des faits qu’il mentionne étaient nouveaux pour moi :

L’armée ukrainienne a déplacé sept brigades de ses forces de défense territoriale de l’ouest vers la zone située à l’est du Dniepr. Si elles étaient au complet, chacune d’entre elles aurait compté environ 3 000 soldats. C’est beaucoup de troupes, mais il s’agit d’infanterie pure, sans armes lourdes et avec un entraînement extrêmement limité. Le colonel Reisner a également montré une collection de 15 vidéos dans lesquelles des membres de ces unités et d’autres décrivent des situations désespérées, déclarent la retraite ou appellent leurs commandants à la négligence.

Si le moral est si mauvais, c’est parce que ces troupes ne s’en sortent pas bien.

Yves Smith, avec un merveilleux titre dans le style du Daily Mail :

L’évolution de la situation de guerre n’est pas nécessairement à l’avantage de l’Ukraine ou de l’Occident, mais ils prévoient de négocier lorsqu’ils auront un peu renversé la situation. – Yves Smith / Naked Capitalism (en anglais)

Un contact de longue date nous a transmis ce message d’un ancien haut responsable militaire américain :

Un colonel de l’armée de terre vient d’entrer dans le bâtiment :

« J’ai parlé à quelqu’un aujourd’hui qui m’a dit que la formation de base des Ukrainiens est de 10 jours, puis ils partent au front. Taux de pertes de 65%. Au moins le double ou plus des pertes des Russes, mais on n’en entend pas parler. »

Je doute fort que les unités russes, de la manière dont elles combattent actuellement, aient un taux de pertes supérieur à 10%. La Russie fait régulièrement tourner ses unités pour leur donner un peu de repos et leur permettre de se reconstituer. C’est une guerre d’artillerie russe classique et l’infanterie n’intervient que lorsque les Ukrainiens sont déjà vaincus.

Si ce broyage permanent se poursuit, les Ukrainiens atteindront bientôt un point de rupture.

Pourquoi l’Allemagne a-t-elle été si lente à livrer des armes ? – Spiegel

Le Bundesnachrichtendienst (BND), l’agence allemande de renseignement extérieur, craint que la résistance ukrainienne ne soit même brisée au cours des quatre à cinq prochaines semaines. Dans un certain nombre de briefings classifiés de ces derniers jours, les analystes du BND ont noté que si les Russes se déplacent beaucoup plus lentement qu’au début de la guerre, ils sont capables de conquérir chaque jour de petits morceaux de territoire. Le BND pense qu’il est possible que les troupes de Poutine puissent contrôler l’ensemble du Donbass d’ici août.

Dans une interview en allemand, le colonel Reisner explique ce que signifierait cette « rupture » de la résistance ukrainienne :

« Quatre systèmes de roquettes mobiles, c’est purement symbolique ». – 4 juin 2022 – N-tv

Q : Vous avez parlé d’une réaction en chaîne qui pourrait se développer du côté ukrainien.

R : Le danger est qu’une panique générale éclate dans la poche et que les soldats tentent de se replier sur une ligne favorable, plus facile à tenir. Si cela se fait de manière ordonnée, il s’agira d’une ligne à l’est de Sloviansk et de Kramatorsk. Mais si la panique s’installe, cette dernière ligne pourrait être beaucoup plus profonde, au niveau du Dniepr.

Ce moment permettrait une « opération en profondeur » russe, dans laquelle un deuxième échelon de troupes russes fraîches pénétrerait profondément à l’arrière de l’armée ukrainienne sur la rive ouest du Dniepr, détruirait les lignes d’approvisionnement ukrainiennes et chasserait la résistance restante.

Certains adultes reconnaissent ce qui se passe.

Les appels à la fin du conflit se multiplient alors que la crise russo-ukrainienne atteint son centième jourChina Daily

Jeffrey Sachs, professeur à l’université de Columbia qui a été conseiller de trois secrétaires généraux des Nations unies, a déclaré qu' »il est dans l’intérêt de l’Ukraine de retourner à la table des négociations, ce qu’elle a refusé de faire depuis fin mars ».
« Je pense que les États-Unis devraient reconnaître qu’ils ont agi de manière irresponsable en poussant à l’élargissement de l’OTAN en Ukraine et en Géorgie », a-t-il déclaré au China Daily.

La désagréable vérité au sujet de l’Ukraine – Andrew Latham / The Hill

[Il ne reste qu’une seule autre issue concevable : une Ukraine fragmentée et partiellement démembrée, qui ne fait ni partie intégrante de l’Occident ni entièrement de la sphère d’influence russe. Une Ukraine fragmentée dans la mesure où l’ensemble du Donbas et peut-être d’autres territoires échapperont au contrôle de Kiev ; partiellement démembrée dans la mesure où la Crimée continuera à faire partie de la Russie (du moins aux yeux des Russes) ; et ne faisant pas pleinement partie de l’Occident dans la mesure où elle ne sera pas libre d’adhérer à l’OTAN ou même d’avoir un partenariat significatif avec l’UE. En d’autres termes, cette issue n’est pas seulement impossible, elle n’est même pas improbable.

Comment la guerre va se terminer. – 3 juin 2022 – Gilbert Doctorow

Pour être précis, dès le début, l’enjeu numéro un pour Moscou au moment où elle s’est lancée dans son aventure militaire en Ukraine était géopolitique :

s’assurer que l’Ukraine ne sera plus jamais utilisée comme une plateforme pour menacer la sécurité de l’État russe, que l’Ukraine ne deviendra jamais membre de l’OTAN. Nous pouvons supposer sans risque que la neutralité de l’Ukraine, garantie et supervisée au niveau international, fera partie de tout règlement de paix. Elle serait parfaitement soutenue par une nouvelle réalité sur le terrain, à savoir le découpage de plusieurs mini-États favorables à la Russie et dépendants d’elle sur l’ancien territoire de l’Ukraine orientale et méridionale. Dans le même temps, cette solution élimine de l’agenda politique international bon nombre des accusations portées contre la Russie, qui soutiennent les sanctions vicieuses actuellement appliquées à la FR, à grands frais pour l’Europe et le monde entier : il n’y aura pas d’acquisitions territoriales.

Si Kiev est contraint de reconnaître l’indépendance de ces deux, trois ou plus anciens oblasts comme le réclament leurs populations, c’est une situation pleinement compatible avec la Charte des Nations unies. En un mot, une décision du Kremlin de ne pas annexer des parties de l’Ukraine au-delà de la Crimée, qui est depuis longtemps tranquillement acceptée par beaucoup en Europe, préparerait la voie à un retour progressif à des relations civilisées au sein de l’Europe et même, éventuellement, avec les États-Unis.

Bienvenue à bord Gilbert :

Désarmer l’Ukraine -24 Février 2022 -Moon of Alabama

En regardant cette carte, je crois que l’état final le plus avantageux pour la Russie serait la création d’un nouveau pays indépendant, appelé Novorussiya, sur les terres situées à l’est du Dniepr et au sud le long de la côte, qui abritent une population majoritairement russe et qui, en 1922, avaient été rattachées à l’Ukraine par Lénine. Cet État serait politiquement, culturellement et militairement aligné sur la Russie.

Pour des raisons économiques, j’ai par la suite ajouté :

La Novorossiya comprend approximativement les zones rouges et jaunes de la carte ci-dessus. Elle comprend également les précieuses mines de fer et les usines de Kryvyi Rih, développées par les Soviétiques, à l’ouest du fleuve Dniepr.

Le minerai de fer de Kryvyi Rih, le charbon du Donbass, le pétrole et le gaz de la côte orientale et le port de Mariupol constituent ensemble l’industrie lourde qui était le cœur économique de l’Ukraine. Ensemble, ils constitueraient un pays viable et même bien loti, avec 80+% du PIB que l’Ukraine avait auparavant.

La Russie peut maintenant se permettre de ralentir ce projet. Le temps joue en sa faveur. Les prix du pétrole et du gaz sont en hausse. Pour la Russie, la guerre est monétairement neutre ou rentable. L’ « Occident » est déjà désuni. En raison des sanctions contre la Russie, ses économies vont sombrer dans la stagflation et l’agitation sociale est à portée de main.

Au fil du temps, l’envie de lever les sanctions auto destructrices ne fera qu’accroître l’acceptation par l’Occident de la solution russe à son problème avec l’OTAN.

Moon of Alabama

Traduction Arrêt sur info

Imprimer