Alors que l’Occident est occupé à gérer ses propres difficultés économiques tout en coupant les exportations russes, peu d’attention est accordée à ceux qui souffrent le plus, écrit Ramzy Baroud.


Afrique

Pâtisserie frite sur un marché hebdomadaire dans le nord du Ghana, 2017. (CIFOR, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)


Par Ramzy Baroud, 3 mai 2022
Common Dreams

Alors que les titres de l’actualité internationale restent largement focalisés sur la guerre en Ukraine, peu d’attention est accordée aux conséquences horribles de cette guerre qui se font sentir dans de nombreuses régions du monde.

Même lorsque ces répercussions sont abordées, une couverture disproportionnée est allouée aux pays européens, comme l’Allemagne et l’Autriche, en raison de leur forte dépendance aux sources d’énergie russes.

Le scénario le plus terrible, cependant, attend les pays du Sud qui, contrairement à l’Allemagne, ne seront pas en mesure de remplacer les matières premières russes par d’autres. Des pays comme la Tunisie, le Sri Lanka et le Ghana, et bien d’autres, sont confrontés à de graves pénuries alimentaires à court, moyen et long terme.

La Banque mondiale met en garde contre une “catastrophe humaine” résultant de l’aggravation de la crise alimentaire, elle-même due à la guerre Russie-Ukraine. Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré à la BBC que son institution prévoit une hausse “énorme” des prix des denrées alimentaires, pouvant atteindre 37 %, ce qui signifierait que les personnes les plus pauvres seraient contraintes de “manger moins et d’avoir moins d’argent pour d’autres choses, comme la scolarité.”

Cette crise inquiétante vient s’ajouter à une crise alimentaire mondiale existante, résultant de perturbations majeures des chaînes d’approvisionnement mondiales, conséquence directe de la pandémie de Covid-19, ainsi qu’à des problèmes préexistants, résultant de guerres et de troubles civils, de la corruption, de la mauvaise gestion économique, des inégalités sociales, etc.

Avant même la guerre en Ukraine, le monde avait déjà faim. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), on estime que 811 millions de personnes dans le monde “seront confrontées à la faim en 2020”, soit un bond massif de 118 millions par rapport à l’année précédente.

Compte tenu de la détérioration continue des économies mondiales, en particulier dans les pays en développement, et de l’inflation consécutive et sans précédent dans le monde, ce chiffre a dû faire plusieurs grands bonds depuis la publication du rapport de la FAO en juillet 2021, portant sur l’année précédente.

En effet, l’inflation est désormais un phénomène mondial. Aux États-Unis, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 8,5 % par rapport à l’année précédente, selon la société de médias financiers Bloomberg. En Europe, “l’inflation (a atteint) le chiffre record de 7,5 %”, selon les dernières données publiées par Eurostat. Aussi troublants que soient ces chiffres, les sociétés occidentales, dont les économies sont relativement saines et qui disposent d’une marge de manœuvre pour les subventions publiques, sont plus susceptibles de résister à la tempête de l’inflation, si on les compare aux pays d’Afrique, d’Amérique du Sud, du Moyen-Orient et de nombreuses régions d’Asie.

La guerre en Ukraine a eu un impact immédiat sur l’approvisionnement alimentaire de nombreuses régions du monde. La Russie et l’Ukraine combinées représentent 30 % des exportations mondiales de blé. Des millions de tonnes de ces exportations sont acheminées vers les pays du Sud dépendant des importations alimentaires, principalement les régions d’Asie du Sud, du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne. Si l’on considère que certaines de ces régions, qui comptent parmi les pays les plus pauvres du monde, luttent déjà sous le poids de crises alimentaires préexistantes, on peut affirmer sans risque de se tromper que des dizaines de millions de personnes ont déjà faim ou risquent de souffrir de la faim dans les mois et les années à venir.

Sanctions sévères imposées par les États-Unis

Un autre facteur résultant de la guerre est la sévérité des sanctions occidentales imposées à la Russie par les États-Unis. Le préjudice de ces sanctions sera probablement plus ressenti dans d’autres pays qu’en Russie même, du fait que cette dernière est largement indépendante sur le plan alimentaire et énergétique.

Bien que la taille globale de l’économie russe soit comparativement plus petite que celle des principales puissances économiques mondiales comme les États-Unis et la Chine, ses contributions à l’économie mondiale la rendent absolument essentielle. Par exemple, la Russie représente un quart des exportations mondiales de gaz naturel, selon la Banque mondiale, et 18 % des exportations de charbon et de blé, 14 % des expéditions d’engrais et de platine, et 11 % du pétrole brut. Couper le monde d’une telle richesse en ressources naturelles alors qu’il tente désespérément de se remettre de l’impact horrible de la pandémie équivaut à un acte d’automutilation économique.

Bien sûr, certains risquent de souffrir plus que d’autres. Alors que l’on estime que la croissance économique diminuera fortement – jusqu’à 50 % dans certains cas – dans les pays qui alimentent la croissance régionale et internationale, comme la Turquie, l’Afrique du Sud et l’Indonésie, la crise devrait être beaucoup plus grave dans les pays qui visent la simple subsistance économique, dont de nombreux pays africains.

Un rapport publié en avril par le groupe humanitaire Oxfam, citant une alerte émise par 11 organisations humanitaires internationales, a averti que “l’Afrique de l’Ouest est frappée par la pire crise alimentaire de la décennie”. Actuellement, 27 millions de personnes souffrent de la faim dans cette région, un chiffre qui pourrait passer à 38 millions en juin si rien n’est fait pour enrayer la crise.

Selon le rapport, ce chiffre représenterait “un nouveau niveau historique”, puisqu’il s’agirait d’une augmentation de plus d’un tiers par rapport à l’année dernière. Comme dans d’autres régions en difficulté, la pénurie alimentaire massive est le résultat de la guerre en Ukraine, en plus des problèmes préexistants, au premier rang desquels la pandémie et le changement climatique.

Alors que les milliers de sanctions imposées à la Russie n’ont pas encore atteint leur objectif, ce sont les pays pauvres qui ressentent déjà le poids de la guerre, des sanctions et du bras de fer géopolitique entre les grandes puissances. Alors que l’Occident est occupé à gérer ses propres problèmes économiques, il ne se préoccupe guère de ceux qui souffrent le plus. Et alors que le monde est contraint d’opérer une transition vers un nouvel ordre économique mondial, il faudra des années aux petites économies pour réussir cet ajustement.

S’il est important que nous reconnaissions les vastes changements apportés à la carte géopolitique du monde, n’oublions pas que des millions de personnes souffrent de la faim, payant le prix d’un conflit mondial auquel elles ne participent pas.

Ramzy Baroud

Ramzy Baroud est journaliste et rédacteur en chef de la Palestine Chronicle. Il est l’auteur de cinq livres dont : “These Chains Will Be Broken : Histoires palestiniennes de lutte et de défiance dans les prisons israéliennes”(2019), “Mon père était un combattant de la liberté : Gaza’s Untold Story” (2010) et “The Second Palestinian Intifada : A Chronicle of a People’s Struggle” (2006). M. Baroud est chercheur principal non résident au Center for Islam and Global Affairs (CIGA) de l’Université Zaim d’Istanbul (IZU). 

Cet article a été publié initialement sur Common Dreams