Ukraine – Le grand mensonge universel

Par Stella Calloni, 16 mai 2022

La suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations unies demandée par les États-Unis a transformé cet organe en une institution illégale et biaisée à un moment où l’Argentine a pris la présidence, un pays qui a voté en faveur de ce que Washington exigeait, sans avoir enquêté sur les événements de Bucha, en Ukraine, où des cadavres ont été exhibés les mains liées dans le dos et d’autres données aberrantes ne correspondant pas aux victimes d’un attentat.

Dans une question comme celle des droits de l’homme, qui exige tant de vérité, il est illégal de prendre une résolution telle que la suspension de la Russie, alors que les faits n’ont pas encore fait l’objet d’une enquête, en ne répondant qu’à la demande du gouvernement ukrainien, alors qu’en plus les troupes russes avaient quitté cette zone le 30 mars de cette année, quelques jours avant l’apparition de la vidéo où des cadavres sont vus, considérés comme faux par les journalistes qui ont couvert cette zone.

L’utilisation de fausses vidéos est une tactique courante dans la guerre psychologique en tant que propagande diffusée par les médias d’isolement de masse contrôlés par le pouvoir hégémonique, pour horrifier le monde.

Dans Patas Arriba : la Escuela del mundo al Revés, un livre essentiel de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, dans un encadré où il se réfère à «l’ère de l’information »  il rappelle qu’à Noël 1989, « nous avons tous pu contempler le plus horrible témoignage du meurtre de Nicolae Ceausescu en Roumanie (…) Nous avons vu beaucoup de ces cadavres grâce à la diffusion mondiale de la télévision et grâce au « bon travail » des agences internationales qui alimentent en images les journaux et les magazines. Les rangées de morts, déformées par la torture, ont secoué le monde.

Mais « plus tard certains journaux (les plus sérieux) ont publié la rectification que peu ont lu (…) les cadavres n’avaient rien à voir avec cette histoire, et n’avaient pas été déformés par la torture mais par le passage du temps. Les journalistes les avaient déterrés d’un cimetière et les avaient fait poser pour les caméras. »

Dans le cas de l’Ukraine, la plupart des vidéos qui ont envahi le monde avec des images étaient fausses, même tirées des invasions américaines de l’Irak, de la Libye et d’autres. Les cadavres de Bucha avec les mains liées avec des rubans blancs sur les bras, utilisés par les pro-Russes, n’étaient pas au milieu de mares de sang et tout indiquait qu’ils avaient été transférés à cet endroit, pourquoi les Russes tueraient-ils leurs propres partisans ?

La Russie a immédiatement nié la responsabilité de ces événements, les dates ne coïncidaient pas, mais l’équipe d’enquête du Times Visual s’est déplacée pour aider le gouvernement ukrainien, lorsque la nouvelle s’est répandue que les causes du décès n’étaient pas claires.

Montrant des images montrant « des objets sombres semblables à la taille d’un corps humain » qui seraient « apparus entre le 9 et le 11 mars » dans une rue de Bucha, l’équipe du Times a tenté de donner aux lanceurs d’alerte ukrainiens un cadre de certitude, malgré que les habitants du lieu aient démenti devant plusieurs équipes de presse que des corps étaient restés dans les rues pendant des semaines.

Pour les correspondants de guerre de cette région – dont certains ont été menacés et persécutés – qui ont pu observer les corps, ils ont semblé avoir été déplacés de quelque part.

Et qui avait la réputation d’emmener les prisonniers dans des caves où ils étaient torturés, interrogés et souvent disparus ou leurs corps jetés dans les rues ? Il s’agissait des agents de sécurité et des bataillons nazis ukrainiens, des mercenaires et des paramilitaires incorporés par le président Volodimir Zelensky dans l’armée ukrainienne.

La mesure de suspension de la Russie, soutenue par ses partenaires et par certains pays sur lesquels les États-Unis exerçaient de fortes pressions, que l’on peut bien qualifier de « chantage », a été prise en présumant que la version ukrainienne était vraie.

Ce n’est pas surprenant si vous analysez les mensonges par lesquels l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, le Yémen et d’autres pays ont été envahis, comme la Syrie qui continue de résister jusqu’à présent depuis 2011, l’OTAN répétant les mêmes méthodes sauvages qui ont été utilisées pour envahir les pays au cours du siècle dernier tout au long de la guerre froide.

La plus médiatisée ces derniers temps était la question des armes de destruction massive dont l’Irak était censée disposer, malgré le fait que des experts internationaux aient assuré que cela n’existait pas. Ce n’est que lorsqu’il ne resta plus rien debout, dans ces lieux qui avaient été « le berceau de la civilisation » et que près d’un million de morts furent dénombrés – une majorité dans les sinistres prisons où se pratiquaient de nouvelles tortures – que Washington reconnut qu’il avait commis une « erreur ». .

En Libye, où l’invasion a commencé avec l’entrée de mercenaires et de troupes spéciales des États-Unis et de ses partenaires via Benghazi, ce qui a produit un massacre parmi la population soi-disant rebelle dans ce qu’ils ont appelé « le printemps libyen ». Tant en Irak qu’en Libye et dans d’autres pays de ce XXIe siècle, les violations des droits de l’homme des milliers et des milliers de personnes tuées par des mercenaires de l’OTAN n’ont suscité aucune réaction, seulement des plaintes d’organisations de défense des droits de l’homme, qui ont été ignorées par le silence de la presse du pouvoir hégémonique.

Des millions de réfugiés ont fui pieds nus, sans vêtements, de tous les pays envahis et détruits, la grande majorité avait perdu leur maison, mais personne au monde n’a pris de mesures humanitaires, personne n’a envoyé d’aide humanitaire pour ces vrais réfugiés, qui continuent de mourir ce jour dans les eaux méditerranéennes en essayant d’atteindre l’Europe, dont les armées ont participé aux bombardements brutaux, aux pillages et aux crimes contre l’humanité.

Personne n’a suspendu les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne du Conseil des droits de l’homme de l’ONU ou d’autres responsables de ces invasions d’une cruauté inhabituelle, pour rester dans ces territoires et piller leurs ressources naturelles comme ils le font.

À l’heure actuelle, en violation des normes internationales, seul le discours unique de Washington est entendu, en raison de la censure qui a été imposée au monde comme jamais auparavant. Le double standard des puissants est une attaque contre l’humanité dans son ensemble. C’est le grand mensonge universel, l’information utilisée comme arme de guerre.

Ni les États-Unis ni l’Europe colonisée n’ont hésité une seconde à décider non seulement d’une guerre économique d’une ampleur inconnue, mais ils ont mis fin en quelques heures au droit des peuples et aux droits de l’homme à recevoir des informations véridiques, comme l’affirment les agences de l’ONU. La liberté d’expression, terme depuis longtemps vidé de son contenu, a été annulée dans le monde entier, ce qui viole également tous les droits des pays et des peuples du monde.

Ces invasions ne peuvent être comparées à ce qui s’est passé entre la Russie et l’Ukraine, ou plutôt, les États-Unis, l’OTAN, la Grande-Bretagne et Israël. Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a pris une décision stratégique, pour la défense de son pays, il a décidé de faire un pas stratégique, alors que son pays était entouré par les anciennes républiques séparées de l’ex-Union soviétique, qui étaient occupées par des troupes étrangères et bourrées d’armes distribuées par l’OTAN dont ils font partie, mais sans les avantages qu’ils pourraient avoir et avec des obligations comme celles-ci pour servir de tremplin aux « besoins » impériaux.

Les États-Unis se préparaient depuis des années à envahir la Fédération de Russie, que Poutine a réussi à construire pour devenir une puissance mondiale. La Russie était une obsession permanente, tout comme Cuba, ou la Palestine pour les Israéliens. Le plan établi par le gouvernement de la Fédération de Russie ne comportait aucun ordre de s’emparer de l’Ukraine, mais faisait partie d’une opération de démilitarisation de la frontière commune et des positions militaires ukrainiennes où les armes de l’OTAN arrivaient pour installer leur base d’opérations avec des armes nucléaires comme elles l’ont fait dans la plupart des anciennes républiques de l’ex-Union soviétique.

Un autre objectif de l’opération militaire russe était de démontrer comment l’Ukraine devenait un territoire occupé par des groupes et organisations armés nazis et néonazis, ce qui représente un danger non seulement pour la Fédération de Russie, mais pour l’Europe et le monde.

La « guerre froide » n’a jamais pris fin et dans ce cas, personne dans le monde de la politique internationale ne pouvait ignorer que les États-Unis avaient traîné leurs partenaires obéissants depuis l’Europe pour mener à bien le coup d’État de 2014 et depuis la place Maidan où une violence extrême avait été déclenchée par ces groupes nazis, mercenaires de l’Otan chargés du sale boulot, sous couvert d’un « printemps ukrainien ».

Les services de renseignement du pouvoir hégémonique ont couvert tous les crimes commis à partir de 2014 contre la population et les persécutions politiques contre les Russes, les Tziganes, y compris les Juifs, les communistes et les mouvements politiques, provoquant des massacres ignorés jusqu’à aujourd’hui, dont l’incendie d’un siège syndical régional à Odessa où se tenait un meeting, brûlant 49 personnes, dont de jeunes étudiants.

La question est de savoir si la Commission internationale indépendante enquêtera sur ce qui se passait en Ukraine, à Kiev et dans d’autres endroits où les hordes nazies ont imposé la terreur et si cette enquête reconnaîtra le génocide commis jusqu’à présent contre la population des républiques indépendantes de Donetzk et Lugansk, sur lequel il existe des preuves solides. Même des journalistes européens ont présenté des documentaires sur la cruauté de cette guerre silencieuse, maintes fois dénoncée par le gouvernement russe devant toutes les organisations internationales.

Pour être crédible, la commission d’experts envoyée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU doit enquêter sur les crimes commis pendant et après le coup d’État de février 2014 en Ukraine par lequel, et après une propagande abondante, l’acteur comique, Volodimir Zelensky allié aux néo -Les nazis, a fini par arriver au gouvernement.

D’autre part, aucun gouvernement européen n’ignore l’existence d’organisations civiles et militaires telles que le bataillon Azov, et plusieurs autres nazis déclarés, qui utilisent la croix gammée en toute impunité et vénèrent Adolf Hitler et qui se sont consacrés à persécuter, assassiner et terroriser ceux qu’ils considèrent comme « ses ennemis». L’empire en déclin et sa force de police mondiale, l’OTAN, agissent illégalement dans le monde, alors que même la grave situation interne aux États-Unis ne peut être contrôlée.

Il est très grave d’attribuer à la Russie les bombardements menés par les Ukrainiens contre Donetsk, où il y a eu des dizaines de morts et de blessés filmés par des caméramans nazis regroupés en bataillons comme Azov et d’autres qui font déjà partie de l’armée ukrainienne sur décision de Zelensky , transformé par la propagande des États-Unis et de ses associés en « un héros de la démocratie occidentale ».

Il faut étudier les discours de Zelensky avant et maintenant, qui nous révèlent à quel point son travail d’acteur était commode, répétant le scénario consistant à se placer en victime et en « héros » bien que personne n’ignore dans quels bureaux du Pentagone et de l’OTAN il était écrit.

Il était facile pour Zelensky de jouer un rôle avec les gestes typiques d’un acteur, avec une mise en scène magnifique, des parlementaires « occidentaux » applaudissant et appelant à la solidarité avec l’Ukraine, où ni les droits de l’homme ni les droits des peuples ne sont respectés.

Cela a abouti à l’utilisation de l’Ukraine, l’un des foyers les plus actifs du nazisme, qui commence à émerger et à progresser en Europe et dans le monde. Cela n’est pas surprenant car les plans d’expansion impériale mondiale sont menés par les secteurs fondamentalistes du l’impérialisme, ceux-ci sont fascistes jusqu’à la moelle et agissent face à l’émergence de la Chine, de la Fédération de Russie et d’autres pays importants sur l’échiquier mondial, qui désespère un empire en déclin et incapable même de contrôler la grave situation intérieure actuelle.

De plus, cette résolution de suspendre la Russie du Conseil des droits de l’homme devient un précédent et, en fait, il était déjà prévu de suspendre également Cuba, et les pays qui défendent leur droit à l’autodétermination, à la souveraineté et à la vraie liberté menacée chaque jour par la sauvagerie d’un empire en déclin, qui sème la terreur dans le monde. 60% de la population mondiale vit dans des pays qui ont choisi la voie de la libération, mais cela est soigneusement caché par les médias de masse de la désinformation.

Stella Calloni, 16 mai 2022

Journaliste argentine,

Membre du Réseau International d’Artistes et Intellectuels en Défense de l’Humanité

URL: https://arretsurinfo.ch/ukraine-le-grand-mensonge/

Imprimer