Imaginez que tous les fonctionnaires soient interrogés par des journalistes comme celui-ci

Par Caitlin Johnstone – 29 mars 2023

Un échange fascinant a eu lieu l’autre jour lors d’une conférence de presse de l’ONU entre Xu Dezhi, de China Global Television Network, et Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, au sujet de l’occupation militaire de la Syrie par les États-Unis. L’échange est intéressant à la fois pour le parti pris pro-américain affiché par un fonctionnaire de l’ONU et pour la manière dont il illustre la part de vérité qui peut être révelée lorsque les journalistes font ce qu’ils sont censés faire dans la salle de presse.

M. Xu, qui a déjà réalisé des reportages sur le terrain en Syrie a posé à M. Haq des questions difficiles sur l’attaque d’une base militaire américaine dans l’est de la Syrie la semaine dernière; attaque qui a blessé plusieurs soldats américains et tué un sous-traitant américain. Dans sa réponse M. Haq a affirmé de manière extrêmement incorrecte qu’il n’y avait pas de forces armées américaines en Syrie et a refusé de dire si l’occupation militaire américaine d’une partie du pays était illégale.

Voici la transcription de l’ONU de la partie essentielle de cet échange:

Xu : N’appelez-vous pas tout le monde à respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie ?

Haq : Bien sûr, c’est une évidence, et il est évidemment important que la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie soient respectées. En même temps, vous êtes conscients de la complexité de la situation des forces étrangères, mais nous leur demandons de faire preuve de retenue.

Xu : Mais pensez-vous que la présence de l’armée américaine en Syrie est illégale ou non ?

Haq : Ce n’est pas une question que nous traitons à ce stade. Il y a eu une guerre.

Xu : Mais, est-ce que c’est… parce que cela me semble très familier cette semaine. Nous parlons beaucoup de la Charte des Nations unies, du droit international et des résolutions correspondantes. Mais il me semble qu’une présence du ministère des affaires étrangères dans un autre pays sans invitation, c’est autre chose.

Haq : je vous laisse le soin de faire votre analyse. Qu’il y ait… A ce stade, il n’y a pas…

Xu : Quelle est la différence entre la situation en Syrie et la situation en Ukraine ?

Haq : Il n’y a pas de forces armées américaines en Syrie. Je n’ai donc pas de… Ce n’est pas une situation parallèle à d’autres.

Xu : Vous êtes sûr qu’il n’y a pas de personnel militaire américain en Syrie ?

Haq : Je crois qu’il y a une activité militaire. Mais, en termes de présence terrestre en Syrie, je n’en ai pas connaissance.

Xu : D’accord. Cinq militaires américains ont été blessés dans cette attaque. S’il n’y a pas de militaires américains en Syrie, comment ont-ils pu être blessés ? C’est bizarre, non ? Dois-je vous interroger à ce sujet ? Et au fait, si vous parlez de la résolution, le droit international ici est la résolution du Conseil de sécurité 2254 (2015), je crois, qui dit dans son paragraphe PA [préambule], “réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne, ainsi qu’aux buts et principes de la Charte des Nations Unies”.

Haq : Oui. J’en suis conscient. Et comme vous le voyez, c’est accepté par les membres du Conseil de sécurité eux-mêmes.

Xu : Oui. Donc, pour en revenir à ma question, est-ce illégal d’avoir une présence en Syrie pour la base américaine, selon la résolution pertinente que je viens de lire ?

Haq : La résolution en question le demande et nous demandons à tous les pays de la respecter. Je n’irai pas plus loin à ce stade.

Pour être tout à fait clair, il s’agit d’un fonctionnaire des Nations unies. M. Haq occupe son poste actuel de porte-parole adjoint depuis près de dix ans et répond régulièrement à des questions sur la Syrie dans le cadre de ses fonctions.

La présence de militaires américains en Syrie n’est pas un secret obscur ; elle est constamment mentionnée dans les médias grand public. L’autre jour, le New York Times a rapporté que “l’Amérique a toujours plus de 900 soldats, et des centaines d’entrepreneurs, en Syrie”.

M. Haq ignorait ce fait extrêmement important et pertinent, ou prétendait malhonnêtement l’ignorer. L’interprétation la plus charitable de ses actions lors de cette conférence de presse est qu’il ne savait sincèrement pas que les États-Unis avaient des forces armées en Syrie.

Pour mettre les choses en perspective, c’est comme si vous étiez un fonctionnaire des Nations unies et que vous répondiez régulièrement aux questions de la presse sur l’Ukraine, mais que vous ne sachiez pas que la Russie a envahi l’Ukraine et qu’elle y mène une guerre depuis l’année dernière.

Haq est le fils d’un politicien pakistanais, mais il s’exprime avec un accent américain impeccable, et ses acrobaties pour esquiver les questions de Xu sur les États-Unis impressionneraient même Jen Psaki.

Mon passage préféré est celui où il dit “Je vous laisse faire votre analyse”, parce que c’est une déviation tellement brillante qui peut être utilisée pour n’importe quelle question gênante que vous pouvez imaginer (“Monsieur, pourquoi tenez-vous une tête humaine coupée dans vos mains en ce moment ?”). “Ecoutez, je vous laisse faire votre analyse”).

Les questions directes et intellectuellement honnêtes de Xu étaient tout ce qu’il fallait pour que Haq s’expose comme un laquais de l’empire, et je ne peux pas m’empêcher de fantasmer sur la façon dont le monde serait merveilleux si cela se produisait tout le temps.

Je veux dire, comparez cette question  avec le spectacle  qui a éclaté dans la conférence de presse de la Maison Blanche au début du mois lorsque Simon Ateba, de Today News Africa, a interrompu une stupide apparition publicitaire de la troupe de Ted Lasso pour se plaindre que la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, ne l’avait pas appelé depuis sept mois. L’ensemble du corps de presse a immédiatement pris la défense de la responsable de la Maison Blanche de la manière la plus flagorneuse qui soit, se retournant contre leur confrère journaliste en disant de manière paternaliste à Ateba de se taire et de s’occuper de ses affaires.

Des journalistes de plateformes très influentes comme Reuters, AP et CNN ont réprimandé Ateba en l’appelant “Soyez respectueux !” et “Occupez-vous de vos affaires”, une femme criant même “Décorum !” à pleins poumons comme un enfant débordé. Zeke Miller, de l’agence AP, s’est même excusé pour la “démonstration” d’Ateba, en déclarant : “Je veux juste exprimer nos excuses, au sein du corps de presse, aux personnes qui nous regardent à la maison, pour la démonstration que nous avons vue tout à l’heure”.

C’est le genre de lèche-bottes rampants qui isolent l’attaché de presse de la fonction gouvernementale la plus puissante de la planète. Imaginez ce qui se passerait si la presse avait été aussi opposée à Jean-Pierre que Xu Dezhi l’a été avec Farhan Haq de l’ONU. Imaginez les contradictions qui pourraient être révélées, l’hypocrisie qui pourrait être mise en lumière, les questions gênantes qui pourraient être poursuivies jusqu’à ce qu’une réponse fructueuse soit trouvée.

Au lieu de cela, le gouvernement le plus puissant du monde est représenté par des personnes dont le seul trait de caractère est la capacité à éviter habilement de fournir des réponses significatives de la part de copains adorateurs du pouvoir qui ne veulent rien d’autre que d’être leur ami. C’est tout le contraire d’une dynamique saine, et tout le contraire d’une presse libre.

Il ne devrait pas être nécessaire qu’un journaliste des médias d’État chinois pose des questions gênantes sur le gouvernement le plus puissant et le plus destructeur de la planète ; les journalistes occidentaux devraient s’empresser de poser ces questions, parce que c’est ce que leur travail est censé être. Le fait que ce ne soit pas le cas montre que la presse libre a été remplacée par la propagande, et que la responsabilité a été remplacée par le service aveugle du pouvoir.

Caitlin Johnstone

Source : Caitlin Johnstone

Traduction Arrêt sur info