Cela nous amène à la folie de l’ingérence de Washington dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine et à sa guerre de sanctions contre la première.

Publié le 16 avril 2022 sur David Stockman sous le titre An Inflationary Black Swan Is Haunting the Fed


Extrait

[…] Enfin, il y a la question de l’énergie et des produits de base en général. En résumé, l’indice CPI de mars pour tous les produits de base a atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré.

C’est exact. Comparé aux précédents sommets de l’inflation, le chiffre de mars 2022 en glissement annuel se situe maintenant dans une catégorie à part :

Variation annuelle de l’IPC des produits de base :

Q1 2022 : 14.22% ;
Q3 2008 : 6.68% ;
Q1 1980 : 13.69% ;
Q4 1974 : 12.83%.

Voici ce qu’il en est. Entre la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, nous parlons du filon-mère géographique des matières premières énergétiques, métalliques et agricoles. Pour les raisons que nous développons ci-dessous, la guerre d’Ukraine n’est pas prête de se terminer, ce qui signifie qu’entre les goulets d’étranglement de la mer Noire, la destruction de l’activité économique en Ukraine et la guerre des sanctions contre la Russie, il n’y aura pas de retour à la normale et à l’équilibre entre l’offre et la demande dans le secteur des matières premières avant un long moment.

La Fed, bien sûr, dira qu’elle n’est pas responsable de la guerre de Washington/Bruxelles contre la place centrale mondiale des matières premières. Mais qu’importe. La flambée des prix des matières premières garantira que l’inflation globale restera “extraordinairement” élevée pendant de nombreux trimestres à venir.

Par conséquent, qu’ils le veuillent ou non, les imprimeurs de monnaie ne seront plus en activité dans un avenir prévisible.

Le cœur de l’éruption des prix des produits de base est, bien entendu, l’énergie. Dans ce cas, les augmentations de prix ont été si importantes et menacent d’augmenter encore plus qu’elles ne pourront pas être éliminées de l’indice d’inflation global avant de nombreux trimestres, même si leurs effets secondaires se répercutent sur les prix de l’industrie, des transports et des services.

À cet égard, la hausse de mars par rapport aux années précédentes pour les trois principaux produits énergétiques utilisés par les ménages est littéralement hors normes. La variation des prix par rapport à mars 2021 a été la suivante :

Fioul : +51.7% ;

Essence : +48.0% ;

Gaz naturel : +21.7%

Variation en pourcentage du mazout, de l’essence et du gaz naturel, 2012-2022

Cela nous amène à la folie de l’ingérence de Washington dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine et à sa guerre de sanctions contre la première.

Il s’agit en fait de prolonger une guerre destructrice que l’Ukraine ne peut pas gagner, de poursuivre imprudemment le prétendu droit de Washington de déterminer ce qui se passe aux portes de la Russie et de détruire le système mondial d’échange et de paiement dollarisé sur lequel repose en fait la prospérité précaire de l’Amérique.

Pourtant, Washington est maintenant tellement investi dans cette aventure malencontreuse qu’il a essentiellement remis les clés aux clowns dangereux qui dirigent le gouvernement de Kiev. Ils ont été faussement transformés en l’incarnation même des héros de Churchill, tandis que le cloaque infiniment corrompu, autoritaire et influencé par les néonazis qui passe pour être le gouvernement ukrainien est prétendument devenu la ligne de front dans la bataille pour la démocratie et les droits de l’homme.

Il n’est donc pas surprenant que les pleurnichards ukrainiens, dotés d’un pouvoir considérable, exigent une fois de plus un embargo sur le pétrole russe et que les négociants en énergie cessent totalement de commercer avec eux. Selon Business Insider :

“Les sanctions imposées en temps de guerre n’ont pas permis de stopper complètement le flux des exportations d’énergie en provenance de Russie, ce qui est inacceptable pour le président Volodymyr Zelenskyy. Le gouvernement a demandé à certains des plus grands négociants en matières premières de cesser de transporter du pétrole russe.”

“Le fait est que les négociants font du commerce et qu’ils aident la Russie à recevoir ce prix du sang”, a déclaré dimanche au Financial Times l’un des conseillers de M. Zelenskyy, Oleg Ustenko.”

Il se trouve que la Russie d’avant-guerre exportait environ 8 millions de barils de brut, de condensat et de produits raffinés par jour – un chiffre qui pourrait diminuer de 3 millions de barils par jour plus tard ce printemps selon l’AIE et bien plus encore si l’Europe décidait de commettre un Hara Kiri économique et de couper entièrement les exportations de pétrole russe.

Il va sans dire que, dans le contexte d’un marché mondial du pétrole de 100 millions de barils, le système d’approvisionnement russe, désormais en péril, représente la différence entre un baril de pétrole à 100 dollars et un baril de pétrole à 300 dollars.

Ainsi, ces clowns de Kiev veulent essentiellement que le monde se suicide économiquement. Et tout cela parce qu’ils ont auparavant insisté pour adhérer à l’OTAN et mener une guerre brutale contre la population russophone du Donbas au cours des huit dernières années – une entreprise sauvage qui a entraîné la mort de 14 000 civils et qui, en comparaison, est sans commune mesure avec les dommages civils actuels causés par la Russie.

Pourtant, il n’y a probablement pas de retour en arrière possible. Lorsque les Russes finiront par prendre le contrôle du Donbas et de la rive nord de la mer Noire, la guerre de sanctions de Washington/Bruxelles contre la Russie sera portée à des niveaux absurdes, avec de nouvelles perturbations du complexe énergétique.

La Fed a-t-elle vu tout cela venir ?

Bien sûr que non.

Mais en faisant passer son bilan de 900 milliards de dollars à 9 000 milliards de dollars en moins de 14 ans, a-t-elle envisagé la possibilité d’un cygne noir sur les marchés mondiaux des matières premières et les chaînes d’approvisionnement ?

De toute évidence, non.

David Stockman

On peut lire le texte intégral sur Lewrockwell.com