Après le discours du président Vladimir Poutine (version française ici) le 24 octobre 2014 au Le Club de Discussion Valdaï, Dominique de Villepin et Wolfgang Schüssel (ancien chancelier fédéral d’Autriche) ont pris la parole (voir le texte du discours de Villepin ici). Vladimir Poutine a alors réagi à leurs interventions – brièvement et avec humour – avant la session de questions-réponses.

 Extrait sous-titré de la brève intervention de Vladimir Poutine à Valdaï le 24 octobre 2014

Retranscription.

Je voudrais commencer par dire que dans l’ensemble, je suis d’accord avec Wolfgang [Schüssel] et Dominique [de Villepin]. Je souscris pleinement à ce qu’ils ont dit.

Cependant, j’aimerais clarifier certains points. Il semble que Dominique a parlé de la crise ukrainienne comme de la cause de la détérioration des relations internationales. Naturellement, cette crise est une cause, mais ce n’est pas la cause principale. La crise en Ukraine est elle-même le résultat d’un déséquilibre dans les relations internationales.

J’ai déjà mentionné dans mon discours les causes de ces événements, et mes collègues en ont également parlé. Je pourrai m’étendre sur la question si vous le souhaitez. Toutefois, cela est principalement le résultat de ce déséquilibre dans les relations internationales.

En ce qui concerne les questions soulevées par Wolfgang, nous allons y revenir : nous pourrons parler des élections, et de la fourniture de ressources énergétiques à l’Ukraine et l’Europe.

Cependant, je voudrais répondre à l’expression « Wolfgang est un optimiste, tandis que la vie est plus difficile pour les pessimistes. »

J’ai déjà évoqué cette plaisanterie un peu grossière sur un pessimiste et un optimiste, mais je ne peux pas m’empêcher de la rapporter à nouveau. Voilà cette vieille anecdote sur un pessimiste et un optimiste : un pessimiste boit son cognac et fronce les sourcils en disant : « Ça pue la punaise ! », alors qu’un optimiste attrape une punaise de lit, l’écrase, puis la renifle en disant : « Une légère odeur de cognac… »

Je préfère être le pessimiste qui boit du cognac que l’optimiste qui renifle des punaises !… [Rires]

Bien qu’il semble que les optimistes se portent mieux, notre objectif commun est de vivre une vie décente – sans abuser de l’alcool.

À cette fin, nous devons éviter les crises et affronter ensemble tous les défis et menaces, et établir des relations sur la scène mondiale qui nous aideraient à atteindre ces objectifs.

Plus tard, je serai prêt à répondre à certaines des autres questions qui ont été soulevées.

Merci.

Vladimir Poutine | 24 octobre 2014, Sotchi

Texte original (russe) : http://kremlin.ru/news/46860

Traduction (anglais) : http://eng.news.kremlin.ru/news/23137

Traduction française : http://www.sayed7asan.blogspot.fr   

Source: http://sayed7asan.blogspot.ch

Imprimer