CE QU’ON VOUS INTERDIT DE VOIR

Un témoignage de première main sur l’endroit où Kiev affirme que des tranchées contiennent des milliers de corps.

Eva Bartlett est une journaliste indépendante canadienne. Elle a passé des années sur le terrain à couvrir les zones de conflit au Moyen-Orient, notamment en Syrie et en Palestine (où elle a vécu près de quatre ans). 

Voici ce que j’ai découvert en allant visiter la « fosse commune » signalée près de Marioupol par les medias occidentaux,
sur la foi des affirmations des autorités ukrainiennes.

Par Eva Bartlett, 28 avril 2022 © Eva Bartlett

Cet article a été publié initialement le 28 avril 2022 sur RT et le 30 avril sur Dailytelegraph.co.nz

Selon des médias occidentaux, les forces russes ont enterré jusqu’à 9 000 civils de Marioupol dans des « fosses communes », dans une ville juste à l’ouest de la ville ukrainienne. Ces rapports présentent de l’imagerie satellite comme preuve supposée des affirmations qu’ils ont reprises des responsables de Kiev selon lesquelles « les corps ont peut-être été enterrés en couches » et « les Russes ont creusé des tranchées et les ont remplies de cadavres tous les jours tout au long du mois d’avril ». Je me suis rendu sur le site en question et n’ai trouvé aucune fosse commune.

Le 23 avril, j’ai rejoint le journaliste de RT Roman Kosarev lors d’une visite sur place, dans la ville de Mangush. Ce que j’ai vu, ce sont de nouvelles parcelles de sépulture ordonnées, dont certaines encore vides – une extension d’un cimetière qui existe déjà sur place. Pas de fosse commune. De nombreuses tombes ont des pancartes avec les noms et les dates de naissance du défunt lorsqu’elles sont disponibles, et les parcelles restantes ont été numérotées en fonction de l’inhumation.

Étant donné que les médias font essentiellement du copier-coller à partir de la même source – l’ancien maire de Mariupol, Vadym Boichenko ( qui semble maintenant être loin de là ) – je citerai l’ article du Washington Post . Boichenko, note l’article, « a appelé le site le » nouveau Baby Yar « , faisant référence à l’une des plus grandes fosses communes d’Europe située dans la périphérie de Kiev, où 33 000 Juifs ont été tués par les nazis en 1941 pendant la Seconde Guerre mondiale ».

C’est tragiquement ironique à plusieurs niveaux. Un maire qui blanchit les néo-nazis qui se sont déchaînés dans sa ville – notamment ceux du bataillon Azov, qui ont utilisé des civils comme boucliers humains, occupé et militarisé des infrastructures civiles, exécuté à bout portant des civils – compare une présumée (et de fait inexistante) fosse commune à un massacre nazi de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant ce temps, le régime de Kiev a réécrit l’histoire, faisant des nazis de la Seconde Guerre mondiale et de leurs collaborateurs des héros de la nation. L’exemple le plus notoire étant le personnage de la Seconde Guerre mondiale, Stepan Bandera.

L’autre affirmation alarmante de Boichenko était que la prétendue « fosse commune » était « le plus grand crime de guerre du 21e siècle ».  Cela ne fait que 22 ans que nous sommes entrés dans ce siècle, mais nous avons déjà vu l’invasion et la destruction de l’Irak par les États-Unis, le nivellement de Raqqa en Syrie, la guerre en cours de l’Arabie saoudite au Yémen – qui sont tous des prétendants bien plus plausibles que ce grand nulle part des soit-disant « charniers » de Mangush.

En réalité, le site compte environ 400 parcelles individuelles, dont près de 100 vides. Les 9 000 corps et le « plus grand crime de guerre du 21e siècle » n’est qu’une des affirmations de propagande absurde, faites par un maire qui a fui sa ville, mais pourtant promues par les médias qui, en bas de page, ont admis qu’ils ne pouvaient vérifier les affirmations de manière indépendante – mais … après.

Les fossoyeurs démentent les allégations de charniers. En se promenant sur le site, deux hommes responsables des enterrements sont arrivés et, lorsqu’ils ont été confrontés aux accusations de charniers de l’ancien maire, ils ont rejeté ces allégations avec véhémence.

« Ce n’est pas une fosse commune et personne ne jette les corps dans une fosse », m’a dit l’un d’eux.

© Eva Bartlett

Selon eux, ils enterrent chaque personne dans un cercueil et une tombe séparée, les détails sont enregistrés à la morgue, et lorsque des documents concernant le nom et l’âge sont donnés, la tombe est marquée d’une pancarte qui les informe . Sinon, un nombre est utilisé pour les identifier.

Fait intéressant, ils ont également noté qu’une  partie des nouvelles tombes comprenait des soldats ukrainiens enterrés. « Ils sont humains aussi », a déclaré l’un des hommes. Pour ceux qui ont des doutes quant à l’emplacement, voir le rapport de Roman : ses images de drone montrent qu’il s’agit précisément du même emplacement que celui indiqué sur les images satellite utilisées par les médias occidentaux.
Dans le même temps, comme l’a noté Roman, les charniers sont quelque chose dont le gouvernement de Kiev a déjà été accusé. Il a cité le chef du DPR, Denis Pushilin, comme ayant déclaré qu’au moins 300 sites de ce type avaient été découverts depuis 2014.

Il a également parlé de ce dont il a été témoin. « En 2014 ou 2015, des charniers ont été découverts alors que des combattants Azov ou Aidar se retiraient de la région de Donetsk. J’ai même vu une femme, elle a été déterrée, elle avait les bras attachés dans le dos, elle était en fin de grossesse et elle avait un trou dans la tête, donc ça veut dire qu’elle a été exécutée.

Le journaliste américain George Eliason, qui vit à Lugansk depuis de nombreuses années, a écrit sur ces atrocités présumées. Dans un documentaire sur la question, il a déclaré: « Je suis ici depuis cinq minutes et puis on me dit que les cinq premières personnes qu’ils ont trouvées, c’étaient cinq têtes décapitées. C’étaient tous des civils. Qui fait ça aux gens ?  »

Cette histoire d’une fosse commune à Mangush est un nouveau faux des médias occidentaux, qui poussaient auparavant les bébés en couveuse à être jetés au sol par des soldats irakiens, poussaient des mensonges sur les ADM en Irak et diffusaient des informations sur une attaque chimique à Douma qui ne s’est jamais produite. , pour ne citer que quelques – uns parmi leur litanie de canulars .

Pendant ce temps, quand j’étais à Marioupol les 21 et 22 avril, oui il y a eu des destructions – grâce à ces forces ukrainiennes néo-nazies et régulières occupant les étages supérieurs des bâtiments résidentiels et les utilisant comme positions militaires, attirant ainsi des tirs de retour sur les bâtiments – mais J’ai aussi vu des gens dans les rues, et le début du processus de nettoyage avant que la reconstruction puisse avoir lieu.

Je vais répéter ce que j’ai dit sur les reportages des médias occidentaux sur la Syrie ( qui, d’après mon expérience, sur le terrain dans ce pays, sont largement malhonnêtes) : ceux qui promeuvent ces canulars et la propagande de guerre ont du sang sur les mains. Après les innombrables mensonges émanant des grands médias occidentaux, j’espère que les gens exerceront leur esprit critique chaque fois qu’une nouvelle affirmation est avancée, en particulier lorsqu’elle est répétée en chœur par les « usual suspects ».

Marioupol libéré –  25 avr. 2022

Les rues de Marioupol, y compris des zones à 1 km de l’usine d’Azovstal où les dernières forces ukrainiennes sont retranchées . Oui, il y a des destructions, c’est ce qui se passe lorsque les forces ukrainiennes et les nazis s’incrustent dans des zones résidentielles et occupent des immeubles à appartements.

[Voir également ce clip, où le journaliste Roman Kosarev explique pourquoi il y a destruction : https://t.me/Reality_Theories/5907 ]

Maintenant que les combats sont terminés, la reconstruction de Marioupol peut commencer.

Eva Bartlett

Source: RT

Reproduit par Arrêt sur info le 30 avril 2022
Imprimer