Par Moon of Alabama – Le 10 novembre 2018

Rappel tiré de la dernière revue hebdomadaire de MoA :

31 octobre – Yémen – Après la mort de 200 000 personnes, un gouvernement américain embarrassé appelle enfin à des négociations

Les EAU et leurs mercenaires ont renouvelé leur vaste attaque contre le port d’Hodeidah. S’ils le capturent, ils contrôleront tous les approvisionnements dans les zones houthies. Les Saoudiens et les EAU semblent utiliser les 30 jours que Trump leur a donnés pour obtenir un gain maximal.

L’attaque dirigée par les Émirats arabes unis a presque atteint Hodeidah. La ville et son port sont le seul moyen qui reste pour fournir de la nourriture à quelque 20 millions de personnes vivant dans la capitale, Sanaa, et sur les hauts plateaux du nord. Si Hodeidah devait tomber, les Houthis et leurs alliés devraient se soumettre aux Saoudiens ou voir leur peuple mourir de faim.

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), qui travaille à Hodeidah, note :

Il n’existe désormais plus qu’une voie terrestre viable reliant Hodeidah à Sanaa et un risque très élevé que de nouvelles attaques aériennes ou terrestres sur les routes ou les ponts puissent interdire complètement l’accès entre les villes, coupant ainsi le dernier itinéraire de ravitaillement en nourriture, en carburant et en médicaments à un grand nombre des 20 millions de Yéménites, environ, qui dépendent des importations par Hodeidah pour satisfaire leurs besoins fondamentaux.

Actuellement, les Houthis essaient la même tactique que celle qui avait précédemment bloqué les tentatives des Émirats arabes unis de conquérir Hodeidah (en haut à gauche sur la carte). Ils ont coupé la longue voie d’approvisionnement des Émirats arabes unis, en provenance du sud, le long de la côte ouest, par laquelle la force d’attaque (en rouge) reçoit de la nourriture, du carburant et des munitions. Si les dernières nouvelles sont correctes, ils ont atteint cet objectif à deux endroits.

Il est relativement facile d’interrompre la ligne logistique pendant quelques heures. Il est beaucoup plus difficile de tenir les positions de blocage. Le paysage le long de la côte est plat et les forces mercenaires des Émirats arabes unis disposent de chars, d’artillerie et de soutien aérien, ce qui manque aux Houthis. Ce sont des combattants de l’infanterie de montagne, ils n’ont aucun moyen de se défendre sur des terrains plats. Ils devront recourir à des attaques surprises constantes à différents endroits le long de la ligne de ravitaillement pour maintenir l’équilibre avec les forces des EAU. Ils ont un peu de réussite (photos) avec ça. On ignore s’ils disposent des combattants et des réserves de munitions nécessaires pour poursuivre de telles attaques pendant longtemps.

Dès le début de la guerre des Saoudiens / Émirats arabes unis contre le Yémen, la stratégie saoudienne visait à affamer les hauts plateaux. Leurs attaques aériennes ont été concentrées sur les sources d’approvisionnement en eau, les fermes, les usines agricoles, la pêche et les voies de transport. Ils ont bloqué les itinéraires de contrebande et entravé le ravitaillement humanitaire. Ils ont pris le contrôle de la banque centrale du Yémen et ont délibérément provoqué une hyperinflation.

Certains produits de contrebande arrivent encore sur les marchés de Sanaa, mais ils sont maintenant trop chers pour la plupart des gens. Le CNRC remarque :

Le panier de dépenses minimum de survie (SMEB), qui représente les besoins de nourriture, d’eau, d’hygiène et de combustible de cuisson, a été révisé à 73 000 YER ($104) par mois la semaine dernière, reflétant une augmentation des coûts de plus de 40% depuis juillet cette année. L’inflation des prix des produits de première nécessité, associée à la dépréciation rapide du riyal yéménite et à l’absence de revenus sont parmi les principaux facteurs de l’aggravation de la crise de la faim au Yémen.

Le président du comité suprême de la révolution, Mohammed Ali al-Houthi, a écritdans le Washington Post :

Le blocus de la ville portuaire est destiné à mettre les Yéménites à genoux. La coalition utilise la famine et le choléra comme armes de guerre. Elle fait également du chantage aux Nations Unies en menaçant de réduire sa contribution, comme s’il s’agissait d’un organisme de bienfaisance et non d’une responsabilité requise par le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité.
Les États-Unis veulent être considérés comme un médiateur honnête – mais ils participent et dirigent parfois l’agression contre le Yémen.

Hier, les États-Unis ont annoncé qu’ils cesseraient de ravitailler en carburant les avions saoudiens qui bombardent le Yémen. Cela signifie peu. Les Saoudiens ont leur propre flotte aérienne de ravitailleurs et ont à présent suffisamment d’expérience pour l’utiliser. Les avions des EAU viennent depuis une base en Érythrée, ce qui ne nécessite aucun ravitaillement en carburant. Le soutien du renseignement américain aux Saoudiens et la livraison d’autres fournitures de guerre se poursuivent. Il y a aussi des troupes américaines sur le terrain qui pourraient bien diriger l’attaque saoudienne / UAE.

Le ministère russe des Affaires étrangères a critiqué la tactique américaine consistant à demander un cessez-le-feu dans 30 jours tout en intensifiant la lutte :

“… Compte tenu du fait que Washington offre un soutien militaire direct aux unités de la coalition combattant au Yémen, la sincérité des déclarations des États-Unis en faveur de la fin la plus rapide possible de la phase active du conflit yéménite est mise en question“, a dit le ministère.

“Jusqu’à présent, tout indique que les États-Unis ne prévoient pas de changer de politique au Yémen et que les participants à la confrontation armée dans ce pays cherchent toujours à régler le conflit par la force”, a souligné le ministère.

Appeler à un cessez-le-feu dans 30 jours et mettre fin au ravitaillement en carburant des avions saoudiens sont des feuilles de vigne de la part des États-Unis qui ignorent la famine imposée délibérément à des millions de Yéménites. Les États-Unis ont les moyens de faire en sorte que les Saoudiens et les EAU arrêtent d’attaquer Hodeidah. Début octobre, le président Trump a lui-même déclaré que les dirigeants saoudiens ne survivraient pas deux semaines sans l’appui des États-Unis. Ce n’était pas une exagération.

Si l’administration Trump le voulait vraiment, la guerre contre le Yémen cesserait demain. Au lieu de cela, elle envisage de qualifier les Houthis d’organisation terroriste. Cette étape constituerait une escalade majeure qui rendrait tout dialogue de paix beaucoup plus difficile.

Les attaques des Houthis sur la ligne de ravitaillement des forces attaquantes le long de la côte ouest constituent la dernière chance d’empêcher la chute du port de Hodeidah et la famine imminente de millions de personnes. Je leur souhaite bonne chance.

Moon of Alabama

Traduction: http://lesakerfrancophone.fr/yemen-tenir-hodeidah-est-la-derniere-chance-des-houthis

Imprimer