L’unique centrale électrique de Gaza a été détruite par des missiles de l’armée israélienne. Le titre du quotidien Le Monde laisse penser qu’il s’agit d’un accident

Plus d’électricité, donc plus d’approvisionnement en eau. On savait bien qu’Israël n’hésitait jamais à bombarder des objectifs civils. Mais on n’imaginait pas qu’il se permettrait de frapper une infrastructure vitale pour toute la population de Gaza. Et que nos autorités politiques resteraient sans réagir, sans appeler à des sanctions immédiates.

Comble d’absurdité, pendant que l’armée israélienne est en train d’écraser Gaza sous les bombes, l’UE est réunie pour instaurer de nouvelles sanctions contre la Russie! 

Le Monde se borne à dire en titre: La seule centrale électrique de Gaza prend feu (29.07.2014)

Ce titre est scandaleux: il laisse entendre qu’il aurait pu s’agir d’un incendie accidentel. Et il faut arriver à la fin du premier paragraphe de l’article pour trouver le mot bombardement:

 » Dans la nuit du lundi au mardi 29 juillet, la seule centrale électrique de la bande de Gaza, qui assure à elle seule le tiers de la consommation d’électricité du territoire, a cessé de fonctionner. Après un bombardement, les réservoirs de carburant de l’usine ont pris feu. « 

Voir la vidéo

Silvia Cattori | 29 juillet 2014

Imprimer