Un texte profondément humain de Jeremy Salt sur les interventions de l’Occident conduisant aujourd’hui à la guerre entre la Russie et l’UkraineRéd. 

Jeremy Salt a enseigné l’histoire moderne du Moyen-Orient à l’Université de Melbourne, à la Bosporus University à Istanbul et à la Bilkent University à Ankara pendant de nombreuses années. Parmi ses publications récentes son livre paru en 2008 : The Unmaking of the Middle East. A History of Western Disorder in Arab Lands (University of California Press).

Par Jeremy Salt – 14 avril 2022 – Al Mayadeen Net


La propagande dirigée contre la Russie et Poutine entre dans la même catégorie que la guerre de propagande menée contre l’Irak, la Libye et la Syrie.

Au moment où vous pensez que la propagande ne peut pas être pire, elle devient pire. L’Irak de 1990 devait sûrement être le pire que l’on puisse imaginer, n’est-ce pas, le bébé prématuré jeté hors de sa couveuse au Koweït, l’infirmière en pleurs qui s’est avérée être la fille de l’ambassadeur koweïtien aux États-Unis. Puis vint l’Irak en 2003, et ce fut pire que le pire, des armes chimiques prêtes à frapper le Royaume-Uni en 45 minutes, et suffisamment d’anthrax dans la fiole brandie par Colin Powell à l’ONU pour détruire le sud de Manhattan. Puis vint la Libye, les viols de femmes, les attaques aériennes du dictateur fou contre son propre peuple ; ensuite la Syrie, la “révolution” bidon illustrée par des photos et le dictateur brutal détruisant son propre peuple par des attaques à l’arme chimique et devinez qui est intervenu pour le sauver ? Nul autre que le dernier monstre dans sa tanière, la bête, l’ogre, Vladimir Poutine.

Partout, les gouvernements honnêtes sont horrifiés. Le cri monte des États-Unis et de ses alliés : “Violation flagrante de l’ordre international basé sur des règles ! Bien sûr, personne n’a fait plus de dégâts et victimes, littéralement, dans les règles écrites pour garantir la paix et la sécurité mondiales que les États-Unis et/ou leurs alliés, en Palestine, au Liban, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen, sans parler des Balkans et des pays d’Amérique latine qui sont tombés sous le marteau américain. L’ordre n’a pas seulement été transformé en désordre mais en chaos global. Les invasions, les guerres, les guerres indirectes, les frappes aériennes et les occupations agressives lancées par ces soi-disant “démocraties libérales” ont mis fin à la vie de millions de personnes, ont transformé des millions d’autres en réfugiés et ont ruiné ou détruit des pays entiers. Comme l’hypocrisie a été un motif courant dans les attaques “occidentales” sur des terres lointaines pendant des siècles, pourquoi perdre du temps à parler de l’horreur “occidentale” des violations de “l’ordre international fondé sur des règles”.

La caricature peut fonctionner. À la fin du XIXe siècle, la presse britannique a qualifié le poète soufi shaykh qui résistait à l’intervention européenne dans la Corne de l’Afrique de “mollah fou du Somaliland”, alors qu’il n’était ni mollah ni fou. Dans les années 1950, les mêmes médias se sont moqués de Muhammad Musaddiq, le Premier ministre qui avait nationalisé le pétrole iranien, parce qu’il semblait pleurer et porter son pyjama. En général, cependant, la force motrice de la propagande est un poison sans limite, qui crée une telle haine que les gens sont prêts à croire n’importe quoi, à justifier n’importe quoi, à écrire n’importe quoi et à faire n’importe quoi pour voir l’ennemi anéanti.

L’invalidation morale, épithète par épithète, va jusqu’à la déshumanisation. L’ennemi en tant qu’être humain est supprimé de l’espèce. La référence de William Gladstone aux Turcs dans les années 1870 comme “le seul spécimen anti-humain de l’humanité” me vient à l’esprit. Peu importe que les crimes commis par les troupes irrégulières ottomanes dans les Balkans aient été largement dépassés par les atrocités commises contre les musulmans par les Russes et leur “armée de vengeance” bulgare lorsque la guerre a finalement éclaté en 1877 : Gladstone ne s’intéresse pas à ces massacres commis par d’anciens chrétiens.

Au VIIe siècle, les Arabes sont arrivés en Europe, mais se sont rapidement repliés, tandis que les Turcs sont venus et sont restés. La combinaison de l’Islam en tant que menace idéologique et des Turcs en tant que némésis militaire constitue le défi le plus redoutable auquel les rois, princes et cités-États européens aient jamais été confrontés, avec des répercussions qui se sont poursuivies jusqu’à nos jours.

Le rejet conjoint de l’Islam et des Turcs en tant que peuple a constitué le fondement propagandiste des efforts déployés pendant des siècles pour les chasser tous deux d’Europe. Les guerres balkaniques de 1912-13 ont presque achevé la tâche, même si l’Europe n’a pas encore fait grand cas des centaines de milliers de musulmans ethniquement nettoyés de leur patrie macédonienne et des régions environnantes. En 1990, la population restante devait subir une troisième vague et l’Europe était choquée, comme si cela n’était jamais arrivé auparavant. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, des siècles de sectarisme anti-islamique et anti-turc n’attendent que d’être arrachés du sac de chiffons de l’histoire : le public britannique a déjà été formé à croire que l’innommable Turc est congénitalement capable de commettre n’importe quel crime, aussi odieux soit-il.

En 1914, les crimes commis par les Allemands dans la ” pauvre petite Belgique ” se sont avérés être principalement des mensonges. Comme cette guerre était en fait une guerre civile au sein de la civilisation “occidentale”, l’ennemi allemand devait être transformé en autre chose : les Huns, un peuple d’Asie centrale qui est apparu en Europe au Ve siècle et a tout balayé devant lui. Ils ont conquis les Goths et les tribus allemandes avant de disparaître dans l’histoire, laissant une empreinte indélébile sur le caractère allemand, comme l’ont soudainement découvert les propagandistes britanniques. L’Allemand en tant que Hun était une bête avec un casque à pointes, grognant, écumant la bouche et prêt à violer.

Son alternative de propagande était l’Allemand en tant que singe casqué, toujours aussi hargneux et prêt au viol. Après avoir appris à haïr les Huns, les soldats britanniques partaient les tuer la conscience tranquille, tandis que leurs femmes entretenaient le feu à la maison et haïssaient tout autant les Huns. Après 1941, l’imagerie a été reprise par les propagandistes américains : le soldat japonais a été transformé en singe dégouttant, les articulations traînant sur le sol, aussi prêt que le Hun à violer la première femme blanche venue. Les “dommages collatéraux” acceptables étaient la population civile déshumanisée : On pouvait bombarder Tokyo et larguer des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki parce que ce n’était pas de vrais humains qui étaient tués. En Allemagne, les bombardements incendiaires de Dresde, Konigsberg, Hambourg et d’autres villes ont brûlé vifs des dizaines de milliers de personnes en une seule nuit. Le racisme inhérent à la décision d’anéantir deux villes japonaises comptant une importante population civile ne fonctionnera pas car les Allemands sont des Européens mais ils n’en restent pas moins des nazis qui méritent leur sort.

En 1948, la “pauvre petite Belgique” a été remplacée par le petit “Israël” assiégé, sans défense contre les hordes arabes qui se massaient autour de ses frontières. Chaim Weizmann, qui devait être le premier président de l’État sioniste, a fait la une des journaux en annonçant une seconde extermination imminente des Juifs, cette fois par les Arabes. Il s’agissait d’un mensonge conçu pour l’effet de propagande : en privé, il rejetait ce qu’il avait dit pour la diffusion publique, assurant à ses alliés américains qu'”Israël” pourrait rapidement vaincre toute forme de regroupement des forces arabes.  Loin d’assiéger le régime sioniste de toutes parts, elles étaient peu nombreuses sur le terrain, dépassées en nombre et en armes par les sionistes même au début de la guerre et dépourvues du moindre semblant de contrôle militaire bien coordonné.  La plupart des villages palestiniens ne disposaient que de quelques fusils pour se défendre.

La vérité avait été inversée : ce n’était pas “Israël” qui était assiégé, mais les Palestiniens, sur le point de se faire voler leurs terres par des colons récemment arrivés, soutenus par un “Occident” théoriquement attaché à l’autodétermination et à l’ordre international “fondé sur des règles”.  L’installation de cet État colon au cœur même du Moyen-Orient géographique en 1917 a servi les intérêts stratégiques de l’ “Occident” (en particulier de la Grande-Bretagne) et a continué à les servir depuis lors.

En 1967, la propagande a encore fonctionné : les doubles mensonges d’une “frappe préventive”/”Israël” à nouveau menacé d’extermination ont rempli les médias transatlantiques. En réalité, l’ “attaque préventive” était une guerre d’agression soigneusement préparée, destinée à détruire le symbole fondamental du nationalisme panarabe, Gamal Abdel Nasser, et à occuper le reste de la Palestine. Derrière les portes closes des agences de renseignement, il ne faisait aucun doute qu'”Israël” triompherait : la question n’était pas de savoir “si” mais “combien de temps” “Israël” mettrait à écraser ses ennemis et les conclusions étaient de quelques semaines tout au plus.

Les médias britanniques, en particulier, se sont montrés enthousiastes, quand ils n’étaient pas malveillants, en transformant le nom de Nasser en “nazi” dans leurs caricatures de propagande.  Le “dictateur du Nil” de 1956 avait enfin eu sa chance, et David, avec sa fronde d’armements fournis par l’Occident, avait triomphé. L’assurance de repli d’ “Israël” était l’armement nucléaire qu’il venait de développer. Dans le contexte de l’Ukraine, il convient de se rappeler qu’Anthony Eden, d’humeur folle et sanguinaire, a déclaré qu’il préférait voir l’empire britannique disparaître en se battant plutôt que d’être relégué au rang de pays de seconde zone comme les Pays-Bas ou le Portugal par la perte du canal.

C’est peut-être ce qui rend la situation si dangereuse. La guerre d’Ukraine s’annonce comme marquant la fin d’une époque de primauté mondiale “occidentale”. De tous côtés, elle est existentielle, pour la Russie, pour une puissance mondiale en déclin, les États-Unis, pour l’OTAN et, bien sûr, pour le gouvernement ukrainien. Après s’être relevée des cendres de l’URSS et s’être rétablie en tant que puissance mondiale, la Russie doit être arrêtée : il reste à voir jusqu’où l’ “Occident”, mené par

Ces dernières années, les États-Unis se sont fait tirer l’oreille à plusieurs reprises, notamment en Syrie, où l’intervention russe a bloqué la tentative orchestrée par les États-Unis et le Golfe de renverser le gouvernement syrien. Pendant que les États-Unis parlaient, ce sont les frappes aériennes russes qui ont brisé les reins de l’État islamique ; en conséquence, la Russie dispose désormais d’une base aérienne qu’elle n’avait pas avant 2015, ainsi que d’installations de transbordement pour sa marine à Tartous. En 2014, les États-Unis ont orchestré le renversement du président élu de l’Ukraine, un coup que Poutine a contré en arrachant la Crimée pour punir l’Ukraine et protéger la position navale de la Russie en mer Noire. Le coup d’État de Maidan a préparé le terrain pour le déroulement de la prochaine étape du plan des États-Unis et de l’OTAN visant à transformer l’Ukraine en un État anti-russe activement hostile, juste à la frontière de la Russie. Aucun président russe – et pas seulement Poutine – ne pouvait laisser cela se produire sans relever le gant qui avait été jeté.

Il y a les faits et les faits médiatiques, autrement dit les faits réels et les faux faits. Les faits réels ne comptent pour les gouvernements occidentaux et leurs médias que s’ils servent les intérêts “occidentaux”. En général, cependant, les faux faits – les fake news – dominent lorsqu’il s’agit de questions la portée mondiale. Sur l’Irak, la Libye et la Syrie, les médias ont été une mine jaillissante d’abus, de désinformation, de mensonges purs et simples et de suppression de toute information qui exposait la fausseté de leur récit. Ils font maintenant la même chose à propos de l’Ukraine, accusant la Russie d’avoir lancé les attaques de missiles sur Bucha et la gare de Donetsk sans le moindre élément de preuve.

Dans ce dernier cas, l’idée que la Russie tuerait les civils qu’elle a sauvés de la mort et de la destruction par l’armée ukrainienne est manifestement absurde, mais comme tout accès à des informations contraires est supprimé et que le pilonnage de Poutine se poursuit sans relâche, les gens tombent dans le panneau partout en “Occident”. Jour après jour, on les amène à accepter ce qui pourrait arriver ensuite, en fonction de la mesure dans laquelle les États-Unis et leurs partisans sont prêts à aller jusqu’au bout, mais une guerre ouverte contre la Russie, avec toutes ses conséquences horribles, plutôt que la guerre par procuration qui se déroule actuellement, ne peut être exclue.

La Grande-Bretagne ayant empêché la Russie de faire valoir ses arguments, le Conseil de sécurité des Nations unies a ensuite accueilli un homme qui s’est d’abord fait connaître en tant que comédien de bas étage à la télévision ukrainienne. Son profil médiatique lui a sans doute été d’un grand secours lorsqu’il a changé de voie pour se lancer dans la politique. Zelensky est un artiste médiatique expérimenté qui sait comment travailler avec un public, en particulier lorsque ce dernier a déjà été conditionné pour croire tout ce qu’il a à dire, en l’occurrence continuer à calomnier Poutine et la Russie à l’ONU et devant les parlements du monde entier.

La Brigade Azov et ses brutaux compagnons idéologiques sans âme ont remplacé l’État islamique, Jabhat al Nusra, Ahrar al Sham, Jaysh al Islam et leurs clones brutaux, de sorte que Vladimir Poutine a maintenant remplacé Bachar al Assad comme le plus grand criminel de guerre du monde. On pourrait penser que George Bush, Tony Blair et Barack Obama seraient au moins dans la course, mais ils n’y sont même pas, car c’est l’ “Occident” qui décide qui fait la course et qui gagne. Dans le jargon des courses de chevaux, la course est truquée avant même que les barrières ne se lèvent.

Le titre de plus grand criminel de guerre devrait certainement être attribué sur la base de la responsabilité du nombre de vies anéanties et de pays détruits par une invasion ou une guerre par procuration ou soumis à une attaque de missiles par drone, mais non, les organisateurs de cette course ont des critères différents. Il ne s’agit pas de savoir qui est le plus grand criminel de guerre, mais qui ils peuvent persuader de l’être. Sur cette base, l’ “Occident” a connu un succès éminent à chaque fois, les médias sociaux et d’entreprise fonctionnant comme un bras de propagande du gouvernement.

Alors que le Turc était innommable et que le Hun était un Asiatique déplacé, la Russie du 19e siècle était mi-asiatique, mi-barbare, mais jamais totalement civilisée, aux yeux des “Occidentaux”. Au 19e siècle, la Russie du “grand jeu”, qui absorbait l’Asie centrale et le Caucase et s’opposait aux intérêts impériaux britanniques en Afghanistan et en Iran, était le principal ennemi de la Grande-Bretagne. L’ours russe peut bien danser dans un dessin animé de Punch, mais la menace n’a jamais été destinée à être cachée par la fantaisie ; dans les années 1950, l’ours portait un marteau et une faucille ; aujourd’hui, en hibernation depuis 1989, il est caricaturé comme rugissant à nouveau lorsqu’il sort de sa grotte.

La propagande dirigée contre la Russie et Poutine entre dans la même catégorie que la guerre de propagande menée contre l’Irak, la Libye et la Syrie. Ce n’est pas l’ours qui bave, mais l’ensemble des médias “occidentaux”. Ecumant et frustrés parce que s’ils gagnent haut la main la guerre de propagande, ils ne gagnent pas la guerre qui compte, celle qui se déroule sur le terrain. Néanmoins, ils ont mis au point un modèle qui convient à toutes les circonstances. Quelle que soit la nature de votre désaccord – la Syrie, la Russie et l’Ukraine ou la pandémie de Covid – vous serez exclu des médias institutionnels si vous élevez la voix, vous serez déclassé par les médias sociaux pour avoir diffusé des “fausses informations” et vous perdrez probablement des amis. La vérité (“ce que vous devez savoir”) est ce que les médias vous disent qu’elle est. Ceux qui rentrent dans le rang – qui se conforment – doivent se souvenir de la nuée de mensonges racontés sur l’Irak, la Libye et la Syrie par ces mêmes médias, des mensonges qui ont été essentiels au lancement et au maintien de guerres qui ont détruit des pays et mis fin à des millions de vies.

Après la dernière guerre en Irak, le New York Times et le Washington Post se sont excusés de s’être “trompés” sur les armes de destruction massive, mais ce n’était qu’une tromperie intéressée, car il était évident dès le départ que l’Irak n’en possédait pas. C’était la conclusion des inspecteurs en désarmement, mais ces organes influents de l’opinion publique voulaient vous faire croire le contraire. Rappelez-vous encore les mensonges colportés par les médias sur la Syrie et la corruption du rapport de l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) sur une attaque présumée à Douma en 2018 pour montrer exactement le contraire de ce que les inspecteurs ont conclu, à savoir qu’il était très peu probable que le gouvernement syrien soit responsable. C’est le rapport corrompu qui a fait les gros titres, et non la preuve de la corruption du responsable de l’OIAC lui-même.

Les médias se livrent actuellement à la même manipulation de la vérité au sujet de l’Ukraine et il ne fait aucun doute qu’ils trouveront la même excuse pathétique si les vérités enfouies sous un monticule de mensonges sont un jour déterrées. Le résultat des “démocraties libérales” est un secteur des médias répressif qui rivalise avec les pires États autoritaires de l’histoire moderne.

Jeremy Salt

Source : Al Mayadeen Net

Traduction