Nos amis sont maltraités dans les geôles des colonisateurs, les quelques libérés semblent physiquement dévastés (des squelettes traumatisés physiquement et psychologiquement). Je ne peux pas sortir leurs images de ma tête (par exemple Basem Tamimi, voir la photo ci-dessous, avant son arrestation et après les sévices subis). D’autres, comme Issa Amro, sont battus par des voyous coloniaux.

Basem Tamimi

Voir la vidéo : Les “nazis de notre temps” https://www.facebook.com/gilad.atzmon/videos/852779492928887

Nous qui vivons sous le régime sionazi essayons d’être actifs et productifs du mieux que nous pouvons, dans la limite de nos capacités et de notre « marge de manœuvre ».

Les habitants de la bande de Gaza sont dans une situation désespérée de non-survie : ils voient leurs familles être anéanties, ne trouvent aucun soin médical pour les blessés ou les malades, meurent de faim et n’ont pas d’eau potable ; ils savent que des centaines de millions de personnes dans le monde sont apathiques et que les hommes politiques sont achetés ou soumis au chantage par les criminels.

76 ans de colonisation et de nettoyage ethnique sont-ils suffisants ? Huit millions de Palestiniens sont devenus des réfugiés ou des personnes déplacées. Est-ce suffisant ? 160.000 Palestiniens tués et plus d’un million blessés depuis 1948 ! Est-ce suffisant ?

À quoi peut conduire de plus ce projet de colonisation ? Peut-être une issue à l’ « australienne » ou à l’ « américaine » pour nous, Palestiniens indigènes ?

Mais si davantage de gens ne détournent pas le regard, mais restent humains et agissent de manière humaine… alors peut-être qu’il y aura de l’espoir pour ce qui reste de l’humanité. S’IL VOUS PLAÎT, donnez de votre temps et de votre énergie, organisez-vous et résistez. Nous devons vaincre… un jour.

Israël coupable d’« extermination, torture et violences sexuelles » à Gaza : l’enquête de l’ONU […] intervient quelques jours seulement après que le secrétaire général de l’ONU a annoncé son intention d’inclure Israël dans une « liste de la honte » des nations et des groupes armés extrémistes qui nuisent aux enfants dans les zones de conflit.

Le carnage, le génocide et les massacres continuent.

La rapporteuse spéciale de l’ONU, Francesca Albanese, a écrit sur la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU :

« Je salue la résolution de cessez-le-feu du Conseil de sécurité du 10 juin. En attendant une évaluation complète, voici quelques observations critiques :

1. Le Conseil de sécurité ne peut pas porter atteinte au droit des peuples à l’autodétermination. Le CSNU n’a pas le pouvoir de déterminer « qui » gouvernera ou devrait gouverner Gaza ou le reste des territoires palestiniens occupés. Les Palestiniens (partout, à commencer par l’ensemble du territoire palestinien occupé) devront choisir lors d’élections libres et démocratiques, non pilotées, contrôlées ou opposées par des étrangers, a fortiori par ceux qui ont commis ou soutenu des crimes contre eux au cours de 8 mois de guerre génocidaire. La peur des partis idéologiquement « extrémistes » ne peut justifier une ingérence dans le libre arbitre du peuple (en Palestine, en Israël, en Europe ou ailleurs).

2. L’Est de Jérusalem fait partie du territoire palestinien occupé, avec ou sans mention dans la résolution de cessez-le-feu, et Israël doit également s’en retirer : l’annexion reste illégale.

3. Israël, et NON la communauté internationale, devrait payer pour le reconstruction de Gaza. Il y a quelque chose de pédagogique à être tenu responsable de ses propres crimes, notamment le domicide scolasticide et la destruction du système de santé.

4. Guérir les blessures de ce génocide doit rester la priorité absolue pour l’organisme chargé d’assurer la paix et la sécurité des générations présentes et futures. Puisse désormais le Conseil de sécurité des Nations Unies garantir le respect de toutes les parties concernées. Cessez-le-feu maintenant. »

* Les États-Unis ne sont plus complices du génocide. Les États-Unis s’engagent effectivement dans le génocide !

* Le 8 juin, environ 100.000 personnes ont formé une « ligne rouge » de trois kilomètres entourant la Maison Blanche à Washington, D.C. pour protester contre le génocide à Gaza et le rôle des États-Unis dans le massacre de Palestiniens

* « Cette semaine en Palestine », sur le thème « Aide humanitaire à Gaza », est désormais accessible en ligne.

*Lettre ouverte de Stuart Rees et de 150 universitaires australiens à Anthony Albanese, Premier ministre australien : « Pourquoi une collusion avec ce gouvernement israélien grotesque ? »

*Si je dois mourir, le poème de Refaat Alareer

Si je dois mourir

si tu dois vivre

pour raconter mon histoire

pour vendre mes affaires

pour acheter un bout de toile

et quelques ficelles

(qu’elle soit blanche avec une longue traîne)

ainsi, un enfant, quelque part à Gaza

cherchant dans les cieux

son père, parti dans le brasier –

sans dire au revoir à personne

même pas à sa chair

même pas à lui-même –

pourra voir le cerf-volant, mon cerf-volant que tu as fait,

s’envoler vers les hauteurs

et penser pour un instant que c’est un ange

qui ramène l’amour

Si je dois mourir

que cela porte l’espoir

que cela devienne un conte.

****

S’IL VOUS PLAIT, restez humain et gardez la Palestine vivante

Par Mazin Qumsiyeh, Palestine occupée
Professeur à l'université de Bethleem
Photo de Mazin Qumsiyeh, souvent humilié, brutalisé, par les soldats de l'armée occupante israélienne:



Source: Blog de l'auteur: http://qumsiyeh.org
 http://palestinenature.org
Comptes Facebook Personnel : https://www.facebook.com/mazin.qumsiyeh.9 
Institut : https://www.facebook.com/PIBS.PMNH
(Traduction Ismfrance.org)