CovertAction Magazine expose ici l’action secrète du NED


[Source: ned.org]


Cet article illustre le rôle sinistre que la National Endowment for Democracy (NED) a joué en Ukraine au cours de ce siècle pour provoquer la Russie.


Par Jeremy Kuzmarov – 7 mars 2022 – Covertactionmagazine.com


[Source : ned.org]

Effacement de documents pour préserver le grand mensonge d’une invasion russe non provoquée.

La National Endowment for Democracy (NED) – une émanation de la CIA fondée au début des années 1980 pour promouvoir les initiatives de « promotion de la démocratie » dans le monde – a supprimé de sa base de données consultable « Awarded Grants Search » tous les enregistrements relatifs au financement de projets en Ukraine.

La page Web archivée capturée le 25 février 2022 à 14:53 montre que la NED a accordé 22 394 281 $ sous la forme de 334 subventions à l’Ukraine entre 2014 et aujourd’hui. La capture à 23:10 le même jour montre « Aucun résultat trouvé » pour l’Ukraine. À l’heure actuelle, il n’y a toujours pas de « No results found » pour l’Ukraine.

La recherche en utilisant « Ukraine » comme mot-clé (par opposition à un « pays du projet » dans les captures originales) donne « Aucun résultat trouvé. » La recherche des titres des projets financés énumérés dans la dernière capture web « intacte » ne donne aucun résultat.

En outre, les critères de recherche de la base de données actuelle ont été restreints. Auparavant, les financements de 2014 à aujourd’hui pouvaient être recherchés ; actuellement, seuls les financements de 2017 à aujourd’hui peuvent être recherchés dans les menus déroulants. De nombreux reportages antérieurs au 25 février corroborent ce montant de 22 394 281 $.

Validation du grand mensonge

L’effacement des dossiers de la NED est nécessaire pour valider le grand mensonge de l’administration Biden – repris par les médias – selon lequel l’invasion russe de l’Ukraine n’a pas été provoquée.

Dans une récente déclaration de solidarité avec l’Ukraine, la NED a reconnu qu’elle avait été « un fier partenaire des groupes de la société civile ukrainienne, des médias et des défenseurs des droits de l’homme depuis 1989 – avant que le peuple ukrainien ne déclare son indépendance en 1991 – alors qu’ils ont fait face à d’énormes défis pour construire un pays indépendant et libre ».

Le président de la NED, Duane Wilson, a admis lors d’un forum de la NED sur l’Ukraine, le 4 mars, que l’Ukraine était le quatrième programme de subvention de la NED dans le monde. Wilson a déclaré que « la dotation est fière d’avoir eu l’Ukraine comme partenaire majeur depuis 1989, avant l’indépendance, en soutenant les organisations de la société civile ukrainienne. »

Exposer les crimes de guerre russes mais pas ukrainiens.

L’agenda anti-russe de la NED a été détaillé par l’un des intervenants du forum du 4 mars, Olha Aivagurski, qui a déclaré qu’une grande partie de son travail avec une ONG financée par la NED se concentrait sur la documentation des crimes de guerre russes.

Les crimes de guerre de l’armée ukrainienne, dont l’ampleur est détaillée dans un nouveau documentaire de RT News « Donbass, hier, aujourd’hui et demain », ont été négligés.

Il comprend des images de fouilles de sites de fosses communes dans le Donbass où des milices néonazies rattachées à l’armée ukrainienne ont massacré puis enterré des centaines de civils[1].

La NED, cependant, s’est engagée à faire avancer le récit caricatural décrivant l’Ukraine comme un vaillant David combattant le méchant ours russe.

Les révolutions de couleur

La NED a joué un rôle central dans le déclenchement du conflit avec la Russie en soutenant deux révolutions de couleur dirigées contre le dirigeant ukrainien pro-russe Viktor Yanukovych – un successeur potentiel de Volodymyr Zelensky en cas de victoire de la Russie.

La révolution de couleur de 2004 a remplacé Ianoukovitch par Viktor Iouchtchenko, qui était favorable à l’admission de l’Ukraine dans l’OTAN et a adopté un programme d’ajustement structurel du Fonds monétaire international (FMI) qui a profité aux investisseurs américains tout en réduisant les programmes sociaux.

.

La révolution orange de 2004 en Ukraine. [Source : encyclopediaofukraine.com].

Les activistes de la NED ont employé une vaste stratégie de relations publiques qui comprenait : a) l’envoi en bus à Kiev de manifestants payés venant de l’extérieur de la ville ; b) la création d’une station de protestation télévisée en ligne et d’un attirail d’agitation ; et c) la fourniture d’une formation délocalisée aux dirigeants étudiants anti-Yanukovych. La stratégie était basée sur les écrits de Gene Sharp et sur un modèle que la NED avait utilisé avec succès en Serbie avec un groupe de jeunes appelé « Otpor », qui a contribué à la défaite du socialiste Slobodan Milosovic aux élections de septembre 2000.

Gene Sharp : L’auteur du manuel de la révolution non violente.Le  maestro des coups d’État Gene Sharp. [Source : bbc.com]

Une approche parallèle a été utilisée lors du soulèvement de la place Maidan en février 2014, qui a abouti à l’éviction de Ianoukovitch – qui avait été réélu en 2010 – et à l’avènement d’un régime pro-occidental à Kiev.

Durant l’automne 2013, la NED a nommé comme boursier Dante Fascell Sergii Leschenko, un journaliste qui a révélé comment Ianoukovitch avait payé le stratège du parti républicain Paul Manafort 1,2 million de dollars comme consultant politique[2].

Signe de l’influence de la NED, le président ukrainien Petro Porochenko (2014-2020)-un des principaux bénéficiaires du coup d’État de Maidan actuellement en attente de procès pour trahison-a conféré l’Ordre de la princesse Olga, l’une des plus hautes distinctions de l’Ukraine, au Dr Nadia Diuk[42], ancienne vice-présidente et conseillère principale de la NED pour l’Europe et l’Eurasie.

( voir la vidéo: Le choix démocratique de l’Ukraine – Nadia Diuk – [Source: youtube.com]

Préserver la fiction d’une invasion russe non provoquée.

En 2020, la NED a versé 4,6 millions de dollars à l’Ukraine à des fins de sensibilisation aux violations présumées des droits de l’homme par la Russie en Crimée et dans l’est de l’Ukraine, et pour fomenter l’opposition et la résistance à la Russie.

La grande portée du programme de la NED montre clairement l’importance de l’organisation. Cependant, l’administration Biden ayant l’intention de préserver la fiction selon laquelle l’invasion/contre-offensive russe n’a pas été provoquée, la censure et la suppression des documents sont nécessaires.

Jeremy Kuzmarov

Jeremy Kuzmarov est l’auteur de quatre livres sur la politique étrangère américaine, notamment Obama’s Unending Wars (Clarity Press, 2019) et The Russians Are Coming, Again, avec John Marciano (Monthly Review Press, 2018)

[Camilla Thompson a contribué au reportage].

(1)Un journaliste américain cité dans le film, George Eliason, a déclaré avoir envoyé à plusieurs reprises des rapports de crimes de guerre à des médias américains qui l’ont ignoré. ↑

(2) Leschenko est ensuite devenu membre du parlement où il a fait pression pour une intégration plus étroite de l’Ukraine à l’Europe. À l’époque, Leschenko a rejoint le parti du cinquième président de l’Ukraine, Petro Porochenko, mais a ensuite soutenu le néolibéral Volodymr Zelensky. Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine en février 2022, Leschenko a comparé Vladimir Poutine à Adolf Hitler.Jeremy Kuzmarov est directeur de la rédaction du magazine CovertAction.

Source : Covertactionmagazine.com

Traduction Arrêt sur info

Imprimer