Cette semaine n’est pas tant celle de la mort de la démocratie occidentale que celle où il est désormais impossible de nier que la démocratie occidentale est morte depuis un bon bout de temps.

Le Royaume-Uni et les États-Unis envoient tous deux une assistance militaire à Israël pour commettre un acte de génocide calculé et délibéré, qui est déjà en cours.

Plus de 500 enfants ont été tués à Gaza la semaine dernière, et plus de 2 000 ont été mutilés, beaucoup d’entre eux ayant subi des blessures qui changeront radicalement leur vie. Personne ne peut prétendre ne pas savoir ce qui se passe déjà ou ce qui est sur le point de se produire. L’interruption de l’approvisionnement en eau et en nourriture de Gaza est un crime international majeur, que les partisans occidentaux de l’“ordre fondé sur des règles” refusent universellement de condamner.

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, rien n’illustre mieux l’absence de toute démocratie digne de ce nom que le fait qu’aucun parti politique majeur ne s’oppose au génocide, malgré l’opposition massive de l’opinion publique.

Les médias et la classe politique occidentaux, achetés et rétribués, sont extrêmement nerveux dans le monde occidental. Maintenant qu’ils abordent le génocide final auquel le sionisme a toujours aspiré, ils sont confrontés à une forte résistance populaire.

Dans toute l’Europe, il existe un fossé énorme entre l’unanimité sioniste des hommes politiques et une bien meilleure compréhension de la situation palestinienne de la part du grand public. Il est tout à faut révélateur que la réaction de la classe politique sioniste se traduise par une vague de répression fasciste pure et simple.

En France, Macron a décrété illégale toute manifestation pro-palestinienne, mais comme souvent, le peuple français ne supporte pas ce genre d’autoritarisme.

 

Au Royaume-Uni, la police a adopté la tactique lâche d’arrêter deux individus, l’un à Brighton et l’autre à Manchester, pour avoir manifesté en faveur des Palestiniens. En vertu de la fameuse législation draconienne “anti-terroriste” de Tony Blair, ils risquent jusqu’à 14 ans de prison.

Le jeune homme de Manchester a été arrêté sur le site même du célèbre “massacre de Peterloo” [le 16 août 1819, la cavalerie chargea une manifestation pacifique de 60 000 à 80 000 personnes rassemblées pour demander une réforme de la représentation parlementaire], dont des générations de Britanniques ont appris à l’école qu’il s’agissait d’un crime terrible violant les droits à la liberté d’expression et de réunion. Laissons l’ironie de la chose s’installer.

Vous pouvez sortir dans les rues du Royaume-Uni avec un drapeau israélien et crier que vous voulez que tous les Palestiniens soient expulsés de Gaza. Cela n’a rien d’illégal. Si vous dites que les Palestiniens ont le droit de résister à leur génocide, alors ça le devient.

Il semble qu’il s’agisse là d’une analyse de la législation en vigueur au Royaume-Uni, en France et dans de nombreux autres pays occidentaux.

L’objectif est de nous terroriser tous. Cela ne fonctionnera pas.

La Commission européenne s’est montrée férocement sioniste et enthousiaste à l’égard de ce génocide palestinien. Elle a affiché le drapeau israélien sur son siège du Berlaymont. Elle a pris parti de la manière la plus féroce qui soit.

drapeau israël

Il est donc profondément inquiétant que la Commission européenne s’efforce activement de faire taire les informations et les commentaires pro-palestiniens sur les réseaux sociaux. La Commission européenne s’est adressée à toutes les grandes organisations de réseaux sociaux, et les menace d’amendes massives si elles ne suppriment pas les informations que l’Union européenne désapprouve.

Il est tout à fait absurde de penser que, dans la confusion de la guerre, la Commission européenne – qui est à 100 % partie prenante – soit qualifiée pour décréter quelles informations sont vraies et quelles informations sont fausses, et quels commentaires sont légitimes. Thierry Breton, le commissaire européen en charge de cette opération, est un ancien directeur général des sociétés d’électronique – et de la Défense – Atos et Thomson. Il n’a aucun intérêt véritable pour la liberté d’expression, et est engagé dans un processus visant à faire taire la dissidence à des fins militaires, ce qui est tout simplement un acte fasciste.

Nous sommes témoins du fait que presque tous les gouvernements occidentaux facilitent délibérément les massacres, le nettoyage ethnique et le génocide. Nous sommes témoins du fait que presque tous les gouvernements occidentaux se retournent contre leur propre population pour écraser la dissidence contre cette complicité dans le génocide.

Cette semaine n’est pas tant celle de la mort de la démocratie occidentale que celle où il est désormais impossible de nier que la démocratie occidentale est morte depuis un bon bout de temps.

Craig Murray – 13 octobre 2023

Article original en anglais: Craigmurray.org