Patrick J. Buchanan –  25 févr. 2022 – Antiwar


Lorsque le Russe Vladimir Poutine a exigé que les États-Unis excluent l’Ukraine comme futur membre de l’alliance de l’OTAN, les États-Unis ont archi répondu : L’OTAN a une politique de la porte ouverte. Toute nation, y compris l’Ukraine, peut demander à devenir membre et être admise. Nous ne changerons pas cela.

Dans la déclaration de Bucarest de 2008, l’OTAN avait placé l’Ukraine et la Géorgie, toujours plus à l’est dans le Caucase, sur la voie de l’adhésion à l’OTAN et de la couverture en vertu de l’article 5 du traité, qui stipule qu’une attaque contre l’un des membres est une attaque contre tous.

Incapable d’obtenir une réponse satisfaisante à sa demande, Poutine a envahi et réglé la question. Ni l’Ukraine ni la Géorgie ne deviendront membres de l’OTAN. Pour empêcher cela, la Russie entrera en guerre, comme elle l’a fait hier soir.

Poutine a fait exactement ce qu’il nous avait prévenu qu’il ferait.

Quelle que soit la personnalité du président russe, qui fait actuellement l’objet d’un vif débat ici aux États-Unis, il a établi sa crédibilité.

Quand Poutine prévient qu’il va faire quelque chose, il le fait.

Trente-six heures après le début de cette guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui pourrait être la pire en Europe depuis 1945, il convient de répondre à deux questions :

Comment en sommes-nous arrivés là ? Et où allons-nous à partir de là ?

Comment en sommes-nous arrivés au point où la Russie – croyant qu’elle est dos au mur et que les États-Unis, en rapprochant toujours plus l’OTAN, l’y ont mise – en est arrivée à choisir la guerre avec l’Ukraine plutôt que d’accepter le sort et l’avenir qu’elle croit que l’Occident réserve à la Mère Russie ?

Réfléchissez. Entre 1989 et 1991, Mikhaïl Gorbatchev a permis la chute du mur de Berlin, la réunification de l’Allemagne et la libération de toutes les “nations captives” d’Europe de l’Est.

Après avoir effondré l’empire soviétique, Gorbatchev a permis à l’Union soviétique de se dissoudre en 15 nations indépendantes. Le communisme est autorisé à expirer en tant qu’idéologie dominante de la Russie, le pays où le léninisme et le bolchevisme ont pris racine en 1917.

Gorbatchev a mis fin à la guerre froide en Europe en éliminant toutes les causes du côté de Moscou de la fracture historique.

Poutine, ancien colonel du KGB, est arrivé au pouvoir en 1999 après la décennie désastreuse de Boris Eltsine, qui a ruiné la Russie.

Cette année-là, Poutine a vu l’Amérique mener une campagne de bombardement de 78 jours sur la Serbie, nation des Balkans qui était historiquement un protectorat de la Mère Russie.

Cette année-là également, trois anciennes nations du Pacte de Varsovie, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, ont été intégrées à l’OTAN.

Contre qui ces pays devaient-ils être protégés par les armes américaines et l’alliance de l’OTAN, la question a été posée à juste titre.

La question a semblé trouver une réponse complète en 2004, lorsque la Slovénie, la Slovaquie, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, la Roumanie et la Bulgarie ont été admises dans l’OTAN, un groupe qui comprenait trois anciennes républiques de l’URSS elle-même, ainsi que trois autres anciens pays du Pacte de Varsovie.

Puis, en 2008, la déclaration de Bucarest a mis la Géorgie et l’Ukraine, toutes deux limitrophes de la Russie, sur la voie de l’adhésion à l’OTAN.

La même année, la Géorgie a attaqué sa province sécessionniste d’Ossétie du Sud, où les troupes russes faisaient office de forces de maintien de la paix, faisant des victimes.

Cette attaque déclenche une contre-attaque de Poutine par le tunnel de Roki, en Ossétie du Nord, qui libère l’Ossétie du Sud et pénètre en Géorgie jusqu’à Gori, lieu de naissance de Staline. George W. Bush, qui s’était engagé à “mettre fin à la tyrannie dans notre monde”, n’a rien fait. Après avoir brièvement occupé une partie de la Géorgie, les Russes sont partis mais sont restés en tant que protecteurs des Ossètes du Sud.

L’establishment américain a déclaré qu’il s’agissait d’une guerre d’agression russe, mais une enquête de l’UE a accusé le président géorgien Mikheil Saakashvili d’avoir déclenché la guerre.

En 2014, un président pro-russe démocratiquement élu en Ukraine, Viktor Ianoukovitch, a été renversé à Kiev et remplacé par un régime pro-occidental. Plutôt que de perdre Sébastopol, la base navale historique de la Russie en Crimée, Poutine s’est emparé de la péninsule et l’a déclarée territoire russe.

Teddy Roosevelt a volé le Panama avec des remords similaires.

Ce qui nous amène à aujourd’hui.

Quoi que nous puissions penser de Poutine, il n’est pas Staline. Il n’a pas assassiné des millions de personnes ni créé un archipel de goulags.

Il n’est pas non plus “irrationnel”, comme le disent certains experts. Il ne veut pas d’une guerre avec nous, qui serait pire que ruineuse pour nous deux.

Poutine est un nationaliste russe, un patriote, un traditionaliste et un réaliste froid et impitoyable qui cherche à préserver la Russie en tant que grande puissance respectée qu’elle a été et qu’elle peut redevenir.

Mais ce ne sera pas le cas si l’expansion de l’OTAN ne s’arrête pas ou si son État frère, l’Ukraine, devient membre d’une alliance militaire dont la plus grande fierté est d’avoir gagné la guerre froide contre la nation que Poutine a servie toute sa vie.

Le président Joe Biden promet presque toutes les heures : “Nous n’allons pas faire la guerre en Ukraine.” Pourquoi alors n’exclurait-il pas d’emblée l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, ce qui nous obligerait à faire ce que Biden lui-même dit que nous, Américains, ne devrions jamais faire pour notre propre survie : entrer en guerre avec la Russie ?

Patrick J. Buchanan est l’auteur de Churchill, Hitler, and “The Unnecessary War” : How Britain Lost Its Empire and the West Lost the World. Pour en savoir plus sur Patrick Buchanan et lire les articles d’autres auteurs et dessinateurs de Creators, visitez la page Web de Creators à l’adresse www.creators.com.

Source: Antiwar

(Traduction: Arrêt sur info)