Préambule

Une attaque en règle contre le Dr Fauci, responsable de la lutte contre le Covid-19 aux Etats Unis

Chacun se souvient des foucades de Donald Trump au sujet de l’épidémie de covid-19. Ses propos parfois grotesques avaient eu pour effet d’alimenter les campagnes de presse visant à discréditer les approches thérapeutiques de la covid-19 dont tout particulièrement celui proposé par Didier Raoult le médecin à la tête de l’Institut Hospitalo-Universitaire de Marseille, institut consacré à la recherche sur les maladies infectieuses et leurs traitements.

Pourtant, la politique promue par l’Etat fédéral sous Donald Trump ressemblait en réalité comme deux gouttes d’eau à la politique mise en place dans d’autres pays, la France notamment: pas de prise en charge thérapeutique, instauration de confinements, fermetures d’écoles, port du masque, vaccination de masse, y compris chez les jeunes.

Aux Etats Unis comme ailleurs, les médecins, généralistes ou spécialistes, opposé à ces politiques ont eu toutes les peines du monde à se faire entendre, s’exposant notamment à des attaques en règle de la part des médias.

Ici, deux spécialistes, un épidémiologiste professeur à Harvard et un professeur de politique de la santé à Stanford, n’y vont pas par quatre chemins et accusent le Dr Anthony Fauci, le scientifique qui a défini la stratégie américaine de prise en charge de l’épidémie de coronavirus, d’avoir trompé le pays.

C’est en effet un véritable réquisitoire que dressent les deux chercheurs qui rappellent ce fait élémentaire: «le contrôle d’une seule maladie infectieuse n’est pas synonyme de santé».

Un principe ignoré non seulement aux Etats Unis mais aussi en France et dans tant d’autres pays. DJI

 

Dr Fauci. Image: Wikipedia.org


Comment Fauci a trompé l’Amérique – Opinion

Par Martin Kulldorff et Jay Bhattacharya

Paru le 1er novembre 2021 sur Newsweek sous le titre How Fauci Fooled America | Opinion

Quand la pandémie a frappé, l’Amérique avait besoin de quelqu’un vers qui se tourner pour avoir des conseils. Les médias et l’opinion publique se tournèrent tout naturellement vers le Dr Fauci – directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, un chercheur en immunologie estimé et un des conseillers pour le Covid choisi par le président Donald Trump. Malheureusement, le Dr Fauci s’est trompé sur les principales questions d’épidémiologie et de santé publique. La réalité et les études scientifiques l’ont maintenant rattrapé.

 

Voici les principaux problèmes

L’immunité naturelle

En poussant à la vaccination obligatoire, le Dr Fauci méconnaît l’immunité naturelle acquise par ceux qui ont guéri du COVID, soit plus de 45 millions de personnes aux États Unis. De plus en plus de preuves indiquent que l’immunité naturelle est plus forte et plus durable que l’immunité induite par la vaccination. Une étude menée dans l’entité sioniste a montré que les vaccinés étaient 27 fois plus susceptibles de contracter un COVID symptomatique que les non vaccinés qui s’étaient remis d’une infection antérieure.

Nous connaissons l’immunité naturelle contre les maladies depuis au moins la peste athénienne de 430 av JC. Les pilotes, les camionneurs et les débardeurs le savent, et les infirmières le savent mieux que quiconque. Sur instructions de Fauci, les hôpitaux licencient des infirmières héroïques qui se sont remises du COVID qu’elles ont contracté tout en soignant des patients. Grâce à cette immunité robuste, elles peuvent soigner en toute sécurité les patients les plus âgés et les plus fragiles avec un risque de transmission encore plus faible que les vaccinés.

Protéger les personnes âgées

Alors que n’importe qui peut être infecté, le risque de mourir pour les personnes âgées est plus de mille fois supérieur à celui des jeunes. Après plus de 700 000 décès COVID signalés en Amérique, nous savons maintenant que les confinements n’ont pas permis de protéger les personnes âgées à haut risque. Confronté à l’idée d’une protection ciblée des personnes vulnérables, le Dr Fauci a admis qu’il n’avait aucune idée de comment y parvenir, soutenant que ce serait impossible. On peut le comprendre de la part d’un scientifique de laboratoire, mais les scientifiques de la santé publique ont proposé de nombreuses suggestions concrètes qui auraient été utiles si Fauci et d’autres responsables ne les avaient pas ignorées.

Que pouvons-nous faire maintenant pour minimiser la mortalité due au COVID ? Les efforts de vaccination actuels devraient viser à atteindre les personnes de plus de 60 ans qui ne sont ni guéries ni vaccinées contre le COVID, y compris les personnes difficiles à atteindre et moins aisées dans les zones rurales et les centres-villes. Au lieu de cela, le Dr Fauci a poussé à l’obligation vaccinale pour les enfants, les étudiants et les adultes en âge de travailler qui sont déjà immunisés – toutes les populations à faible risque – causant d’énormes perturbations sur le marché du travail et entravant le fonctionnement de nombreux hôpitaux.

Fermetures d’écoles

Les écoles sont les principaux lieux de transmission de la grippe, mais pas de la COVID. Bien que les enfants soient infectés, leur risque de décès par COVID est minime, inférieur à leur risque déjà faible de mourir de la grippe. Tout au long de la vague épidémique du printemps 2020, la Suède a maintenu les crèches et les écoles ouvertes pour tous ses 1,8 million d’enfants âgés de 1 à 15 ans, sans masques, tests ou distanciation sociale. Le résultat? Zéro décès COVID chez les enfants et un risque COVID pour les enseignants inférieur à la moyenne des autres professions. À l’automne 2020, la plupart des pays européens lui ont emboîté le pas, avec des résultats similaires. Compte tenu des effets dévastateurs des fermetures d’écoles sur les enfants, le plaidoyer du Dr Fauci pour les fermetures d’écoles est peut être la plus grosse erreur de sa carrière.

Masques

L’étalon-or de la recherche médicale sont les essais randomisés, et il y en a maintenant deux sur les masques COVID pour adultes. Pour les enfants, il n’y a aucune preuve scientifique solide que les masques fonctionnent. Une étude danoise n’a trouvé aucune différence statistiquement significative entre le port et le non-port du masque en ce qui concerne l’infection à coronavirus. Dans une étude au Bangladesh, l’intervalle de confiance de 95 % a montré que les masques réduisaient la transmission entre 0 et 18 %. Par conséquent, les masques ont un avantage nul ou limité. Il existe de nombreuses mesures plus utiles de contrôle de la pandémie sur lesquelles le Dr Fauci aurait pu insister, telles qu’une meilleure ventilation dans les écoles et l’embauche de personnel de maison de retraite doté d’une immunité naturelle.

Recherche des cas contacts

Pour certaines maladies infectieuses, comme Ebola et la syphilis, la recherche des cas contacts est d’une importance cruciale. Pour une infection virale qui circule très largement telle que COVID, cette recherche est un gaspillage inutile de précieuses ressources de santé publique qui n’a pas arrêté la maladie

Dommages collatéraux pour la santé publique

Un principe fondamental de la santé publique est que la santé est multidimensionnelle; le contrôle d’une seule maladie infectieuse n’est pas synonyme de santé. En tant qu’immunologue, le Dr Fauci n’a pas correctement pris en compte et pesé les effets désastreux des confinements sur le dépistage et le traitement du cancer, le suivi des maladies cardiovasculaires, le traitement du diabète, ls taux de vaccination [hors covid] des enfants, la santé mentale et les surdoses d’opioïdes, pour n’en citer que quelques-uns. Les Américains vivront avec – et mourront de – ces dommages collatéraux pendant de nombreuses années à venir.

Dans les conversations privées, la plupart de nos collègues scientifiques sont d’accord avec nous sur ces points. Alors que quelques – uns se sont exprimés, pourquoi ne le font-ils pas davantage ? Eh bien, certains ont essayé mais n’y sont pas parvenus. D’autres ont gardé le silence quand ils ont vu des collègues calomniés et salis dans les médias ou censurés par Big Tech. Certains sont des fonctionnaires à qui il est interdit de contredire la politique officielle. Beaucoup ont peur de perdre leur poste ou des subventions de recherche, sachant que le Dr Fauci a la haute main sur la plus grosse somme d’argent consacrée à la recherche sur les maladies infectieuses dans le monde. La plupart des scientifiques ne sont pas des experts en épidémies de maladies infectieuses. Si nous étions, disons, des oncologues, des physiciens ou des botanistes, nous aurions probablement aussi fait confiance au Dr Fauci.

Les preuves sont là. Gouverneurs, journalistes, scientifiques, présidents d’université, administrateurs d’hôpitaux et chefs d’entreprise peuvent continuer à suivre le Dr Anthony Fauci ou ouvrir les yeux. Après plus de 700 000 décès dus au COVID et les effets dévastateurs des confinements, il est temps de revenir aux principes de base de la santé publique.

Martin Kulldorff

Jay Bhattacharya

Martin Kulldorff, Ph.D., est épidémiologiste, biostatisticien et professeur de médecine à la Harvard Medical School . Jay Bhattacharya, MD, Ph.D., est professeur de politique de la santé à la Stanford University School of Medicine . Tous deux sont chercheurs affiliés au Brownstone Institute nouvellement formé

Source: https://www.newsweek.com/how-fauci-fooled-america-opinion-1643839


Traduit  de l’anglais par Mounadil

Imprimer