La nécessité d’accords écrits empêchant la poursuite de l’expansion de l’OTAN le président Vladimir Poutine l’a évoquée à maintes reprises. Plus récemment, lors du discours prononcé à Moscou le 21 décembre 2021 devant les hauts gradés de l’armée. asi



Réunion élargie du Collège du Ministère de la Défense s’est tenue à Moscou sous la direction du Commandant en chef suprême des Forces armées russes Vladimir Poutine

Vladimir Poutine a participé à la réunion annuelle élargie du Conseil du ministère de la Défense au Centre de contrôle de la défense nationale.

Moscow, 21 décembre, 2021

Source: Kremlin

Outre les dirigeants des forces armées, les représentants des organes du pouvoir d’État et des organisations publiques, ont participé à la réunion les responsables du commandement des districts militaires, des flottes et des flottilles, des formations et des unités militaires, ainsi que les cadets et les étudiants des établissements d’enseignement supérieur du ministère russe de la Défense, qui ont été invités à participer pour la première fois.

Après la réunion, le président a visité une exposition thématique consacrée à la réunion finale du Conseil du ministère de la Défense en 2021. Accompagné du ministre de la Défense Sergei Shoigu, le Président a inspecté des échantillons prometteurs d’armes et de soutien logistique de l’armée russe – des modèles avancés d’armements, d’équipements, de communications, de renseignements et de contrôle.

* * *

Président de la Russie Vladimir Poutine : Bon après-midi, camarades officiers,

Mettons-nous au travail.

Nous avons toujours accordé et accordons toujours la priorité au développement des forces armées et aux efforts visant à renforcer la capacité de défense de la Russie, et nous continuerons à le faire à l’avenir.

Aujourd’hui, lors de la réunion annuelle élargie du Conseil du ministère de la Défense, nous allons discuter de ce qui a été accompli dans le domaine du développement militaire tout au long de l’année 2021, des résultats obtenus dans les principaux domaines et, bien sûr, nous allons tracer les tâches futures. C’est ce que nous faisons toujours lors des réunions annuelles du Conseil.

Je tiens à souligner d’emblée que, tout comme 2020, l’année qui s’achève a été quelque chose d’extraordinaire, principalement en raison de la poursuite de la pandémie de coronavirus. Vous et moi en sommes conscients. Et il est de la plus haute importance que les forces armées accomplissent efficacement et sans heurts toutes leurs tâches dans ce contexte difficile.

Ainsi, les travaux de modernisation de l’armée et de la marine se sont poursuivis à grande échelle. En conséquence, la part des armes modernes a dépassé 71 % dans les troupes et 89 % dans les forces nucléaires stratégiques.

Nous avons continué à développer activement des systèmes d’armes de pointe. Certains d’entre eux, à savoir les systèmes Avangard et Kinzhal, ont été mis en service de combat.

La marine a accompli un large éventail de tâches. Les navires et les sous-marins russes ont constamment patrouillé tous les secteurs importants des océans du monde. Un groupement naval combiné et des unités d’aviation à long rayon d’action ont accompli avec succès des tâches d’entraînement au combat dans les mers Baltique et du Nord et dans des zones éloignées des océans Atlantique et Pacifique. Un groupe de sous-marins et d’autres navires ont fait de même dans l’océan Arctique, opérant dans des conditions de glace difficiles.

Je tiens également à noter une nouvelle augmentation du niveau d’entraînement au combat des troupes. Les résultats des exercices stratégiques conjoints Zapad 2021 l’ont montré de manière convaincante, les participants s’étant exercés avec succès à accomplir les tâches visant à assurer la sécurité de l’État de l’Union de la Russie et du Belarus.

Nos militaires en Syrie ont agi honorablement, comme il sied à des soldats russes. Leur présence et l’aide qu’ils apportent à la population civile pour résoudre les problèmes humanitaires contribuent de manière tangible au renforcement de la stabilité dans cette république.

Depuis plus d’un an, nos soldats de la paix aident à maintenir la stabilité dans le Haut-Karabakh. En grande partie grâce à leurs efforts, la situation humanitaire s’est améliorée dans la région ; plusieurs districts ont été déminés, l’infrastructure sociale a été restaurée et les sites historiques et culturels ont été préservés. Je tiens à remercier le personnel chargé des missions de maintien de la paix pour son professionnalisme, son endurance et sa persévérance.

Les médecins militaires méritent les plus grands éloges pour leur travail acharné dans des conditions difficiles, pour l’aide inestimable qu’ils apportent à la population civile : plus de 30 500 patients ont été traités dans les installations médicales du ministère de la défense, dont près de la moitié étaient des civils.

Les médecins militaires ont aidé la population civile de neuf régions à lutter contre le coronavirus ; ils ont même participé à la réadaptation de patients qui ont souffert de cas modérés ou graves d’infection par le coronavirus et continuent de le faire. Les gens continuent à suivre des traitements de réhabilitation dans 32 centres de santé du ministère de la Défense. Je vous remercie.

Je tiens à souligner que l’armée elle-même a pris les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation du coronavirus dans ses rangs. Près de 100 % du personnel militaire a été vacciné. Cela a permis d’endiguer la vague d’infection et de protéger la santé des militaires, assurant ainsi une haute disponibilité au combat des unités et divisions de l’armée. Certes, l’armée a souffert du coronavirus ; il y a eu des cas graves et des pertes – des pertes hors combat. Mais dans l’ensemble, les forces armées ont géré ce problème avec succès.

La force de construction militaire a fonctionné avec une grande efficacité. Je ne parle pas seulement de la construction dans les délais d’une quantité importante d’infrastructures pour l’armée et la marine. Les constructeurs militaires ont également contribué à assurer l’approvisionnement ininterrompu en eau de la Crimée et de Sébastopol. Ils ont également contribué à la construction de centres médicaux multifonctionnels et d’autres installations importantes sur le plan social dans de nombreuses régions.

Camarades officiers,

En nous appuyant sur les bases solides et sur les puissants acquis de la recherche et de la technologie de ces dernières années, nous devons absolument continuer à améliorer et à renforcer nos forces armées, et c’est exactement ce que nous ferons.

La situation militaro-politique dans le monde reste compliquée, avec un potentiel de conflit accru et de nouveaux foyers de tension dans plusieurs régions. En particulier, l’augmentation des forces militaires des États-Unis et de l’OTAN à proximité directe de la frontière russe et les exercices militaires majeurs, y compris ceux qui ne sont pas programmés, sont une source de préoccupation.

Il est extrêmement inquiétant que des éléments du système américain de défense globale soient déployés à proximité de la Russie. Les lanceurs Mk 41, qui se trouvent en Roumanie et doivent être déployés en Pologne, sont adaptés au lancement des missiles de frappe Tomahawk. Si cette infrastructure continue à progresser, et si les systèmes de missiles des États-Unis et de l’OTAN sont déployés en Ukraine, leur temps de vol vers Moscou ne sera plus que de 7 à 10 minutes, voire de 5 minutes pour les systèmes hypersoniques. C’est un énorme défi pour nous, pour notre sécurité.

Dans ce contexte, comme vous le savez, j’ai invité le président américain à entamer des discussions sur l’élaboration d’accords concrets. Au cours de notre conversation, il a d’ailleurs proposé de nommer des hauts fonctionnaires pour superviser ce domaine. C’est en réponse à sa proposition que nous avons rédigé nos propositions visant à empêcher la poursuite de l’expansion de l’OTAN vers l’Est et le déploiement de systèmes de frappe offensive dans les pays limitrophes de la Russie. Comme vous le savez, nous avons envoyé les projets d’accords correspondants à nos collègues américains et aux dirigeants de l’OTAN.

Nous avons besoin de garanties juridiquement contraignantes à long terme. Nous savons très bien que même les garanties juridiques ne peuvent pas être totalement sûres, car les États-Unis se retirent facilement de tout traité international qui a cessé d’être intéressant pour eux pour une raison quelconque, parfois en donnant des explications et parfois non, comme ce fut le cas avec les traités ABM et Ciel ouvert – rien du tout.

Cependant, il nous faut au moins quelque chose, au moins un accord juridiquement contraignant plutôt que de simples assurances verbales. Nous savons ce que valent ces assurances verbales, ces belles paroles et ces promesses. Prenez le passé récent, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, lorsqu’on nous a dit que nos inquiétudes concernant l’expansion potentielle de l’OTAN vers l’est étaient absolument sans fondement. Et puis nous avons assisté à cinq vagues d’expansion du bloc vers l’est. Vous rappelez-vous comment cela s’est passé ? Vous êtes tous des adultes. Cela s’est passé à une époque où les relations de la Russie avec les États-Unis et les principaux États membres de l’OTAN étaient sans nuage, voire complètement alliées.

Je l’ai déjà dit en public et je vous le rappelle à nouveau : Des spécialistes américains étaient présents en permanence dans les installations d’armement nucléaire de la Fédération de Russie. Ils s’y rendaient tous les jours à leur bureau, avaient des pupitres et un drapeau américain. Cela n’était-il pas suffisant ? Que faut-il de plus ? Des conseillers américains travaillaient au sein du gouvernement russe, des officiers de carrière de la CIA donnaient leurs conseils. Que voulaient-ils de plus ? Quel était l’intérêt de soutenir le séparatisme dans le Caucase du Nord, avec l’aide même d’ISIS – enfin, si ce n’est pas ISIS, il y avait d’autres groupes terroristes. Ils soutenaient manifestement les terroristes. Pour quoi faire ? Quel était l’intérêt d’élargir l’OTAN et de se retirer du traité ABM?

Ils sont à blâmer pour ce qui se passe en Europe maintenant, pour l’escalade des tensions là-bas. La Russie a dû réagir à chaque étape, et la situation n’a cessé d’empirer. Elle ne cessait de se détériorer. Et nous voici aujourd’hui dans une situation où nous sommes obligés de la résoudre : Après tout, nous ne pouvons pas permettre le scénario que j’ai mentionné. Quelqu’un est-il incapable de comprendre cela ? Cela devrait être clair.

Parfois je me demande : Pourquoi ont-ils fait tout cela dans les conditions de l’époque ? Ce n’est pas clair. Je pense que la raison réside dans l’euphorie de la victoire dans la soi-disant guerre froide ou la soi-disant victoire dans la guerre froide. Cela est dû à leur mauvaise évaluation de la situation à l’époque, à leur analyse erronée et non professionnelle des scénarios probables. Il n’y a tout simplement pas d’autres raisons.

Je voudrais insister à nouveau sur le fait que nous ne demandons pas de conditions spéciales et exclusives pour nous-mêmes. La Russie défend une sécurité égale et indivisible dans l’ensemble de l’Eurasie.

Naturellement, comme je l’ai déjà noté, si nos collègues occidentaux poursuivent leur ligne manifestement agressive, nous prendrons des mesures de réciprocité militaro-techniques appropriées et répondrons durement à leurs démarches inamicales. Et je tiens à souligner que nous avons pleinement droit à ces actions qui visent à assurer la sécurité et l’indépendance de la Russie.

Comme nous le savons bien, ils opèrent à des milliers de kilomètres de leur territoire national sous différents prétextes, dont la nécessité d’assurer leur propre sécurité. Lorsque le droit international et la Charte des Nations unies les gênent, ils les déclarent obsolètes et inutiles. En revanche, lorsque quelque chose répond à leurs intérêts, ils se réfèrent immédiatement aux normes du droit international, de la Charte des Nations unies, du droit humanitaire international, etc. Ces manipulations sont gênantes.

À cet égard, comme je l’ai déjà dit, il est important de poursuivre le développement planifié, régulier et systémique des forces armées, notamment en fonction de leurs priorités, énoncées dans la dernière version de la stratégie de sécurité nationale et du concept de construction et de développement des forces armées jusqu’en 2030.

L’année prochaine, nous devrons nous concentrer sur les principales tâches suivantes.

Premièrement, il est nécessaire de poursuivre l’acquisition planifiée et bien équilibrée d’armes et d’équipements modernes pour les unités militaires et d’accorder une attention particulière aux livraisons de systèmes de haute précision, de systèmes de reconnaissance, de navigation, de communication et de contrôle de pointe.

Deuxièmement, les programmes d’entraînement au combat et à la tactique devraient donner la priorité aux efforts visant à maîtriser les armes modernes, ainsi que les nouvelles formes et méthodes d’opérations de combat. À cet égard, les programmes d’entraînement au combat devraient être modifiés, afin de pouvoir être pris en compte lors des exercices de l’année prochaine, notamment l’exercice du poste de commandement stratégique Vostok 2022.

Troisièmement, le succès total dans de nombreux domaines dépend désormais directement d’une prise de décision réfléchie et rapide. Dans le domaine militaire, lors des opérations de combat, les décisions sont prises en quelques minutes, voire quelques secondes. Il est donc nécessaire de développer des systèmes d’aide à la décision pour les commandants à tous les niveaux, notamment au niveau tactique, et d’introduire des éléments d’intelligence artificielle dans ces systèmes.

Quatrièmement, il va sans dire que des algorithmes opérationnels efficaces doivent être établis à tous les niveaux, et que des systèmes automatiques avancés doivent également être introduits. Dans le même temps, nous pouvons constater que les conflits militaires modernes ne se déroulent pas selon des schémas préétablis. Comme précédemment, les commandants jouent un rôle clé dans ces conflits. Beaucoup de choses dépendent de leurs connaissances, de leur expérience, de leurs qualités personnelles, et ceux qui prennent des décisions vraiment non conventionnelles gagnent des batailles. Par conséquent, lors de l’entraînement aux opérations et au combat, il est nécessaire de former des commandants polyvalents qui possèdent des connaissances dans tous les domaines. Ils doivent figurer dans le vivier des hauts commandants militaires, et il est nécessaire de les surveiller dès maintenant, de les guider et de leur offrir des possibilités de promotion ultérieure.

Et, enfin, voici le cinquième aspect. Compte tenu de la situation internationale compliquée, il est nécessaire de développer la coopération militaire et militaro-technique avec les États membres de l’Organisation de coopération de Shanghai et de l’Organisation du traité de sécurité collective et d’accorder une attention particulière au renforcement de la capacité de défense de l’État de l’Union Russie-Bélarus.

Collègues,

Une de nos priorités absolues est d’augmenter le niveau des garanties sociales pour le personnel militaire. Les défenseurs de la patrie accomplissent des tâches spéciales qui sont souvent très compliquées, exigeantes et périlleuses. Nous veillerons à ce qu’ils soient dûment récompensés pour leurs services.

Comme les années précédentes, l’indemnité militaire doit être équivalente et même supérieure aux salaires des industries de pointe. Nous nous sommes mis d’accord sur ce point avec le gouvernement il y a plusieurs années.

Pour votre information, nous avons réussi à maintenir cette corrélation. Selon les prévisions, le salaire moyen dans l’ensemble de l’économie à la fin de l’année sera de 55 000 roubles et le salaire moyen dans les industries de pointe (pétrole, finances et transports) sera de 63 200 roubles. Selon mes données (les chiffres du ministère des finances sont légèrement plus élevés), l’indemnité militaire moyenne du ministère de la défense pour les lieutenants en 2021 est de 81 200 roubles. Le chiffre peut différer car tous les lieutenants sont différents et servent différemment – mais le niveau moyen de rémunération est de 81 200 roubles, tandis que les industries de pointe affichent 63 200 roubles.

Le gouvernement doit ajuster l’indemnité en fonction de l’inflation et, bien sûr, augmenter les pensions militaires, en temps voulu et dans la mesure qui garantira le maintien de cette corrélation.

Nous continuons à fournir au personnel militaire des logements permanents comme prévu. Cette année, 4 350 militaires ont acheté de nouveaux appartements grâce aux aides au logement. Au cours des trois prochaines années, quelque 9 000 militaires bénéficieront de ces aides. Nous prévoyons d’allouer environ 113 milliards de roubles du budget fédéral à cette fin.

Le système d’hypothèques cumulatives continue de fonctionner efficacement. Grâce à ce programme, 15 000 militaires ont satisfait à leur droit au logement en 2021. 34 000 autres obtiendront un nouveau logement en 2022-2024.

Les logements de service sont fournis au même rythme. Quelque 35 000 militaires l’auront obtenu à la fin de l’année, soit 14 % de plus que notre plan.

Nous continuerons à nous intéresser de très près à ces questions et à d’autres concernant la sécurité sociale du personnel militaire.

Enfin, je voudrais remercier la direction et le personnel du ministère de la Défense pour leur service honnête et leurs bonnes performances. Je suis convaincu que vous continuerez à faire preuve de professionnalisme et de compétence et à faire de votre mieux pour atteindre des résultats élevés. Je vous souhaite beaucoup de succès dans votre service au profit de la Russie et de notre peuple.

Je vous remercie.

Ministre de la Défense Sergei Shoigu : Camarade Commandant en chef suprême,

La situation militaro-politique mondiale se détériore, et la tension augmente aux frontières occidentales et orientales de la Russie. Les États-Unis augmentent leur déploiement avancé aux frontières de la Russie : un total de quelque 8 000 soldats américains de rotation ont été stationnés dans les pays d’Europe de l’Est.

En ce qui concerne le groupe de forces américaines en Allemagne, les États-Unis ont réactivé le Theatre Fires Command, qui était responsable de l’utilisation des missiles à portée intermédiaire avant 1991. La nouvelle Multi-Domain Task Force a été formée et sera armée de divers systèmes de missiles offensifs.

Une infrastructure pour le déploiement d’une brigade blindée américaine est en cours de création en Pologne. La capacité antimissile Aegis Ashore sera bientôt opérationnelle. Une installation BMD similaire en Roumanie a déjà été mise en service de combat.

Le déploiement du segment Pacifique du système global de DMB américain est en cours. Un commandement de forces conjointes du Commandement allié Opérations (ACO) a été établi à Norfolk pour contrôler les communications maritimes dans l’Atlantique Nord et l’Arctique.

Les États-Unis et l’OTAN augmentent constamment l’ampleur et l’intensité de l’entraînement militaire près de la Russie. Ces exercices incluent de plus en plus l’utilisation de l’aviation stratégique et la simulation de frappes de missiles nucléaires sur des cibles russes. Le nombre de vols d’avions stratégiques près des frontières russes a plus que doublé. L’OTAN accorde une attention particulière au redéploiement de troupes sur le flanc oriental du bloc, y compris à partir de la partie continentale des États-Unis.

Les exercices militaires comprennent divers scénarios impliquant l’utilisation de groupes de forces de la coalition et de troupes non membres de l’OTAN (Géorgie, Moldavie et Ukraine) contre la Russie. La volonté de l’Alliance d’impliquer les forces armées ukrainiennes dans ses activités militaires menace la sécurité, compte tenu des tentatives de Kiev de trouver une solution militaire dans le Donbass.

L’aménagement militaire du territoire ukrainien par les pays de l’OTAN est en cours. La situation est encore aggravée par les livraisons d’hélicoptères américains et alliés, de véhicules aériens de combat sans pilote et de missiles antichars guidés. La présence de plus de 120 membres de sociétés militaires privées américaines à Avdeyevka et Priazovskoye, dans la région de Donetsk, a été prouvée de manière fiable.

Ils installent des positions de tir dans des maisons d’habitation et des installations sociales et préparent les forces d’opérations spéciales ukrainiennes et les groupes armés d’extrême droite à des hostilités actives. Des agents de guerre chimique non identifiés ont été livrés à Avdeyevka et Krasny Liman à des fins de provocations. Les militaires ukrainiens continuent de bombarder les quartiers civils du Donbass et les positions des milices populaires des républiques de Lougansk et de Donetsk pour provoquer une riposte.

La déstabilisation de l’Afghanistan est lourde de conséquences pour l’exportation du terrorisme et de la drogue vers les pays de l’OTSC.

Nous suivons de près l’évolution de la situation et réagissons rapidement à toutes les menaces pour la sécurité militaire.

La propagation croissante du coronavirus est un facteur supplémentaire qui affecte la situation. Le ministère de la Défense déploie des efforts systématiques pour y faire face. Grâce aux mesures adoptées, le taux d’infection dans les forces armées est 2,3 fois inférieur à la moyenne nationale, et le taux de mortalité est 50,4 fois inférieur.

Le nombre de laboratoires dans les forces armées a été multiplié par 8,5 et le nombre de tests a été porté à 50 000 par semaine, soit 32 fois plus que dans le secteur civil. Le délai pour les tests PCR a été réduit de 24 heures à 1 heure et demie. L’enregistrement d’un nouveau test qui donne des résultats en 30 minutes est presque terminé.

Les vaccins ont été administrés à 100 % du personnel de l’armée et à 70 % du personnel civil. Les rappels prévus sont administrés sous surveillance constante. L’immunité collective à grande échelle a été atteinte et maintenue.

Grâce à votre soutien, un complexe d’installations de haute technologie du 27e centre de recherche du ministère de la Défense a été construit en moins d’un an. Des médicaments contre les nouvelles infections y sont déjà développés.

Le ministère de la Défense joue un rôle actif dans l’aide à la population civile. Toutes vos instructions concernant l’aide à 16 régions et sept pays étrangers avec 5 000 travailleurs médicaux, ainsi que la fourniture de 71 tonnes de médicaments et plus de 1 000 tonnes d’oxygène, ont été respectées. Les 32 hôpitaux construits en 2020 participent activement à l’élimination de la pandémie dans toutes les régions de Russie.

Une série de mesures sur la lutte contre le coronavirus nous permettra de maintenir le haut niveau de préparation au combat des forces armées, de réaliser toutes les missions prévues et d’améliorer la qualité de l’armée et de la marine.

Quant à l’état des forces armées, la dotation en postes d’officiers a dépassé 96 %. Cette année, 13 000 officiers supplémentaires ont été envoyés dans les troupes. Le nombre de militaires sous contrat a été deux fois plus élevé que celui des conscrits. Soixante-sept pour cent d’entre eux ont une formation professionnelle supérieure ou secondaire. Dans l’ensemble, le recul démographique du passé a été surmonté et les effectifs des forces armées ont atteint 91%.

Aujourd’hui, tous les commandants de troupes terrestres ont une expérience du combat. Le chiffre correspondant est de 92 % pour les pilotes, de 58 % pour les spécialistes de la défense aérienne et de 62 % pour la marine.

Le problème chronique du logement permanent a été résolu après de nombreuses années. Depuis 2018, le personnel de l’armée reçoit des logements selon le calendrier prévu. Plus de 19 500 personnes ont bénéficié d’un logement permanent cette année. Les taux de fourniture de logements de service ne baissent pas. Cette année, 35 000 personnes ont reçu des appartements. Des subventions pour la sous-location de logements ont été versées à plus de 64 000 membres de l’armée.

La majorité absolue du personnel militaire soutient les activités de défense de l’État et fait confiance aux dirigeants du pays.

En ce qui concerne l’augmentation des capacités de combat de nos forces armées : la force de missiles stratégiques a achevé le réarmement du premier régiment de missiles avec les ICBM Avangard dotés de véhicules de glissement hypersoniques. Les premiers lanceurs Yars ont été mis en service de combat dans deux autres régiments de la force de missiles stratégiques.

La composante d’aviation stratégique nucléaire a reçu quatre plates-formes de missiles stratégiques Tu-95MS modernisées. Un sous-marin nucléaire lanceur d’engins supplémentaire de classe Borei-A, armé de missiles balistiques Bulava, a été mis en service dans la marine.

Grâce aux efforts constants et à grande échelle entrepris sous la direction du commandant en chef suprême, la part des armes modernes dans la triade nucléaire du pays a atteint le niveau historique de 89,1 %.

Une infrastructure moderne est créée simultanément à la livraison des dernières armes aux forces nucléaires stratégiques. Cette année, nous avons construit 690 installations de haute technologie.

Plus de 2 400 systèmes d’armes nouveaux ou améliorés ont été livrés à l’armée, et des divisions motorisées et de chars, ainsi que des brigades de missiles et de défense aérienne, ont été déployées.

Des brigades d’aviation et de missiles de défense aérienne ont été créées dans les forces aérospatiales. Pas moins de 151 pièces d’équipement d’aviation nouvelles ou modernisées ont été livrées.

Les forces de défense aérienne et antimissile ont été équipées de plus de 30 nouveaux systèmes, dont les systèmes de défense aérienne S-400 Triumf et S-350 Vityaz. Un régiment d’aviation distinct a été créé et équipé des intercepteurs MiG-31K armés de missiles hypersoniques Kinzhal.

Les capacités de combat et la technologie de commande du système spatial intégré (ISS) sont en cours d’amélioration. Le cinquième satellite Kupol a été mis en orbite. La construction de la station de commande occidentale modernisée de l’ISS est terminée et la station fonctionne en mode pilote. Les essais du drone de longue endurance Altius-RU sont terminés. La livraison des drones de reconnaissance et de frappe Inokhodets et Forpost est en cours.

Les pistes et les infrastructures de base ont été rénovées sur 29 aérodromes au cours des sept dernières années dans le cadre de la modernisation du système de base des forces armées, afin que les nouveaux avions livrés puissent les utiliser.

La marine a reçu trois sous-marins modernes, quatre navires de surface, 10 bateaux d’assaut, 17 navires et bateaux de soutien, ainsi que trois systèmes de missiles côtiers. Cette année, la marine a vu se former quatre nouvelles unités militaires, dont un régiment d’artillerie et un régiment de génie naval.

Les tests d’État du missile de croisière hypersonique basé en mer Zircon sont en voie d’achèvement. Les livraisons en série commenceront l’année prochaine. Les installations d’infrastructure côtière de Baltiysk et Novorossiysk ont été mises en service. La construction de logements sociaux à Gadzhiyevo est en voie d’achèvement. Elle couvrira entièrement les besoins des familles de sous-mariniers, y compris les équipages des nouveaux sous-marins de croisière à propulsion nucléaire qui entreront en service dans les quatre prochaines années.

Près de 500 unités d’équipements nouveaux et modernisés, 13 000 ensembles d’équipements d’atterrissage et de systèmes de parachutes ont été fournis aux troupes aéroportées, et deux régiments de parachutistes aéroportés ont été formés.

Ainsi, la tâche de réarmement fixée par le commandant en chef suprême est remplie avec diligence. La part des armes modernes dans l’équipement de l’armée et de la marine s’élève à 71,2 %.

Mesurées en termes de modernisation, nos forces armées sont un leader mondial, alors que nous sommes au neuvième rang en termes de dépenses de défense. Grâce à la gestion opérationnelle des ressources financières, plus de 258 milliards de roubles seront alloués à la fourniture d’armes de haute précision. D’ici 2026, le nombre de porteurs d’armes de haute précision à longue portée augmentera de 30 %, et le nombre de missiles de croisière de différents types de déploiement doublera.

Un certain nombre d’innovations sont introduites pour mettre en œuvre le programme d’armement de l’État et l’ordre de défense de l’État. Il s’agit de la conclusion de contrats d’État à long terme, jusqu’à 10 ans, garantissant la livraison en temps voulu d’armes et d’équipements aux troupes, ainsi que la préparation technologique et l’uniformisation de la charge de travail des entreprises industrielles. La part de ces contrats d’État s’élevait à 83 % en 2021. La construction d’ici 2030 de 34 navires de surface et sous-marins, dont 20 navires de haute mer, est un exemple positif de leur mise en œuvre. Cette approche permettra d’assurer la continuité entre le programme d’armement de l’État en vigueur jusqu’en 2027 et le nouveau programme jusqu’en 2033 actuellement en préparation.

Une approche intégrée de la maintenance et de la réparation des équipements aéronautiques est mise en œuvre dans le cadre des contrats de cycle de vie qui sont conclus directement avec les fabricants sur la base du coût d’exploitation par heure de vol. Les termes et conditions de ces contrats prévoient la maintenance de 100 % des avions et hélicoptères en service. Cela a permis de maintenir le niveau d’équipement aéronautique en bon état de fonctionnement à 83 pour cent ou plus, soit plus du double de ce que nous avions en 2012.

Le système d’information unifié pour les règlements des ordres de la défense de l’État créé par le ministère de la Défense est devenu le premier outil du pays pour le suivi et le contrôle automatisés permanents de l’utilisation des fonds budgétaires. Aujourd’hui, il s’agit d’un outil essentiel pour la prise de décisions concernant le versement d’acomptes aux entreprises de l’industrie de la défense et l’ajustement de l’ordre de défense de l’État. En conséquence, malgré les mesures restrictives existantes, l’ordre de défense de l’État a été rempli à 99,4 % en termes d’achats, et à 99,7 % en termes de réparations et de modernisation.

En ce qui concerne l’aptitude des forces à accomplir les tâches qui leur sont confiées, le principal événement des exercices a été l’exercice stratégique conjoint Russie-Biélorussie Ouest-2021, qui a montré la capacité des groupes de base nouvellement créés à accomplir efficacement les tâches visant à assurer la sécurité régionale. Environ 200 000 militaires y ont participé, dont 2 000 de l’OTSC, de l’OCS et d’autres pays. Des systèmes robotiques d’assaut produits en série ont été utilisés à grande échelle pour la première fois dans des formations de combat.

Les forces armées ont effectué tous les exercices d’entraînement au combat prévus, dont 45 exercices internationaux de différents niveaux. Cette année, dans le cadre des contrôles instantanés visant à tester l’aptitude au combat des troupes, des unités et des formations ont effectué des regroupements à une distance de plus de 3 500 kilomètres tout en menant des missions d’entraînement et de combat sur des champs de tir situés en dehors des zones de responsabilité assignées.

Pour la première fois dans l’histoire moderne, un exercice opérationnel a été mené avec un groupe des forces de la flotte du Pacifique dans la zone de haute mer, où les forces de la flotte ont effectué un déploiement secret dans une région éloignée de l’océan Pacifique.

Une expédition arctique intégrée sans précédent, Umka, a été menée sur l’archipel de la Terre François-Joseph. Toutes les armes testées ont satisfait à leurs spécifications techniques dans les hautes latitudes et les basses températures.

Les pays étrangers manifestent un intérêt croissant pour les Jeux internationaux de l’armée. Il s’agit du plus grand événement de ce type, qui s’est déroulé sur le territoire de 11 États. Plus de 6 200 militaires de 42 pays y ont pris part. Les Jeux ont été suivis par plus de 1,5 million de spectateurs. Les exercices de combat intenses ont permis d’accroître le niveau d’entraînement des commandants et des états-majors à l’exécution de tâches sur un terrain inconnu, ainsi que d’améliorer la cohésion des formations et des unités des forces armées.

En ce qui concerne l’exécution des tâches à l’étranger, le contingent russe continue de remplir sa mission de maintien de la paix dans le Haut-Karabakh. Il a découvert et détruit 26 065 engins explosifs et mené 222 opérations humanitaires. En conséquence, le Haut-Karabakh vit dans des conditions de cessez-le-feu, de paix et de sécurité depuis plus d’un an maintenant.

Le contingent russe est le principal garant de la préservation de la paix en Syrie. Une aide a été apportée à l’Etat syrien dans le règlement des tensions qui s’étaient aggravées dans le sud du pays au cours de l’été. La participation directe des conseillers russes a permis d’éviter les effusions de sang et de stabiliser la situation dans le gouvernorat de Daraa. Le personnel militaire russe a mené plus de 3 000 opérations humanitaires et livré plus de 5 000 tonnes de marchandises. Le personnel médical militaire a porté assistance à 132 000 civils. Plus de 2 300 000 citoyens syriens ont regagné leur lieu de résidence d’avant-guerre.

Nous continuons à améliorer l’infrastructure militaire et sociale de nos bases militaires à l’étranger. Les travaux d’extension de la piste ouest de la base aérienne de Khmeimim ont été achevés. La construction d’un centre culturel et de loisirs et d’un complexe sportif sur une surface totale de plus de 8000 mètres carrés a été achevée en Arménie.

Le ministère de la défense entretient une coopération avec les forces armées de 109 pays. Cela démontre de façon graphique la futilité des tentatives occidentales d’isoler la Russie sur la scène internationale.

Nous avons continué à renforcer les relations alliées avec l’OTSC, la CEI et l’OCS. Cette année, nous avons effectué la troisième patrouille aérienne conjointe avec l’Armée populaire de libération de la Chine et la première patrouille maritime. Nous allons poursuivre ce travail.

La Chine, l’Inde, l’Algérie, l’Égypte, le Vietnam et le Myanmar restent nos principaux partenaires en matière de coopération militaro-technique. Des délégués de 109 pays ont participé à la neuvième conférence de Moscou sur la sécurité internationale en juin dernier. Il s’agissait de l’événement militaro-politique le plus important au monde en termes de nombre de participants.

Le forum annuel de l’armée a encouragé la coopération militaro-technique internationale. Des délégations de 117 États étrangers y ont participé, tandis que le nombre de visiteurs a dépassé 1,7 million de personnes.

Formation militaire avancée. Nous avons achevé la mise en place d’un réseau d’universités du ministère de la Défense et la transformation numérique de l’enseignement militaire, en créant un environnement éducatif numérique intégré dans les écoles et les établissements de recherche. Nous avons organisé l’enrôlement de plus de 13 000 cadets et stagiaires. Le nombre de candidats à l’enrôlement des hommes était de plus de six et celui des femmes de 17 par place.

Conformément à vos instructions, nous avons commencé à augmenter progressivement le système de formation militaire dans les écoles civiles. Actuellement, plus de 63 000 élèves fréquentent 104 centres de formation militaire.

De nouveaux blocs ont été achevés et équipés des dernières installations éducatives et matérielles au corps de cadets d’Omsk. La construction d’un centre sportif avec une piscine et une patinoire a été achevée à l’école militaire de Tver Suvorov. Au cours des deux prochaines années, nous créerons une école militaire Souvorov à Irkoutsk, des écoles pour filles à Krasnoïarsk et Khabarovsk, et une école pour enfants surdoués dans le technopôle d’innovation militaire ERA à Anapa.

La protection sociale. Monsieur le Président, grâce à vos décisions, nous avons mis en œuvre des mesures supplémentaires de soutien social pour le personnel militaire qui protège la sécurité de l’État dans des conditions impliquant un risque pour la vie.

Le ministère de la Défense a alloué 180,2 milliards de roubles supplémentaires pour augmenter le nombre de militaires sous contrat en 2021-2023. La solde des militaires a été augmentée de 3,7 % cette année. En 2022 et 2023, elle sera augmentée au-delà du plan initial. Ces mesures augmentent l’attrait du service militaire et le nombre de professionnels hautement qualifiés désireux de rejoindre les forces armées.

Le ministère de la Défense a créé un système efficace d’interaction avec les autorités sur les questions de soutien social aux familles de militaires. En conséquence, le nombre d’épouses de militaires à la recherche d’un emploi a été divisé par 19, et le nombre d’enfants en attente d’une place dans un jardin d’enfants, par 15.

Des travaux sont en cours pour offrir des opportunités et des privilèges supplémentaires au personnel militaire et à leurs familles. Dans le cadre du programme de fidélité « Russian Army Partners » lancé le 1er novembre, le personnel militaire a accès à une réduction de 30 % sur une large gamme de produits vendus dans les magasins partenaires de Voentorg.

Les décisions du ministère de la Défense concernant la médecine militaire ont permis de la porter aux postes les plus avancés du pays. Aujourd’hui, 50 organisations médicales militaires offrent des services de télémédecine, et plus de 1 500 de ces services ont été fournis en 2021, ce qui a contribué à réduire la morbidité globale du personnel militaire.

Cette année, le complexe de construction militaire a mis en service des installations médicales avancées gérées par le ministère de la Défense à Moscou, Saint-Pétersbourg et Vladikavkaz, ce qui a permis de mettre une assistance médicale qualifiée et spécialisée à la disposition d’un plus grand nombre de militaires et de civils.

En outre, conformément à vos instructions, un nouveau centre de diagnostic a été construit à Kyzyl. Des travaux sont en cours pour construire des centres médicaux à Saint-Pétersbourg, à Moscou et dans la région de Toula. La superficie totale des sites en construction s’élèvera à près de 80 000 mètres carrés.

Hébergement des troupes. Deux bases militaires ont été construites sur les îles et archipels de l’Arctique, ainsi que dans des zones côtières éloignées. Le service de combat des unités de défense aérienne et des systèmes de missiles côtiers y a été organisé. La rénovation de cinq aérodromes destinés à recevoir tous les types d’avions est presque terminée. Ces mesures ont permis de protéger de manière fiable les frontières arctiques de la Russie contre les activités militaires agressives des États étrangers.

Une attention particulière est accordée aux livraisons dans le Nord. Cette année, plus de 72 000 tonnes de cargaisons diverses ont été livrées à 152 stations de déploiement difficiles d’accès. Les livraisons étaient terminées au 1er octobre.

Le travail de nettoyage des dégâts environnementaux dans l’Arctique s’est poursuivi. Au cours de l’année, 3200 tonnes de ferraille ont été collectées et retirées de la zone. Au total, plus de 28 000 tonnes de débris ont été retirées depuis le début de ces travaux.

Cette année, le complexe de construction militaire a mis en œuvre de grands projets d’infrastructure dans un délai serré de trois, quatre et sept mois. Ce résultat a été obtenu grâce à l’utilisation de projets techniques standard et modernes. En conséquence, un rouble investi a rapporté plus de deux roubles d’actifs fixes nouvellement introduits.

Les implantations militaires se développent comme prévu. Cette année, 692 bâtiments et structures de parcs et de zones d’habitation de baraquements ont été construits.

Le travail d’équipe pour la construction de complexes de ravitaillement en carburant sur les aérodromes militaires se poursuit avec quatre complexes de ravitaillement supplémentaires construits cette année. Les compagnies pétrolières ont investi 21,4 milliards de roubles dans ce projet.

Le système de stockage des missiles et des munitions est continuellement amélioré avec la construction de 66 nouvelles installations de stockage modernes, ce qui porte leur nombre total à 602.

Conformément aux instructions du Président de la Fédération de Russie, une unité de la Force ferroviaire reconstruit la ligne principale Baïkal-Amour sur la section Ulak-Fevralsk, longue de 339 kilomètres. Les travaux préparatoires ont été entièrement achevés en avance sur le calendrier. Une nouvelle voie ferrée est en cours de pose sur le tronçon Drogoshevsk-Skalisty.

Les propriétés qui ne sont pas utilisées pour les besoins des forces armées ont été transférées aux propriétaires municipaux. Il s’agit d’un effort continu avec 2 982 propriétés transférées cette année. Les fonds ainsi économisés ont été utilisés pour construire de nouvelles infrastructures militaires.

Travail militaro-politique. Les commandants en chef et les commandants des organes militaro-politiques ont continué à maintenir le haut niveau de l’état moral et politique des forces et leur aptitude à accomplir des missions de combat dans toutes les conditions. Dans le même temps, l’éventail des tâches traitées par les organes militaro-politiques s’élargit. Il reste encore beaucoup à faire dans ce secteur.

En cette année du 76e anniversaire de la Victoire, le ministère de la Défense a mis en œuvre de grands projets patriotiques et culturels. Des défilés militaires ont été organisés dans 28 villes. Par tradition, la principale parade navale a eu lieu.

Afin de préserver la mémoire historique, 86 étendards de combat ont été remis aux entités constitutives de la Fédération de Russie. Le complexe de musées et de temples est devenu la destination d’un véritable pèlerinage russe. Plus de 100 événements majeurs ont été organisés sur son territoire depuis le début de l’année, auxquels ont assisté près de trois millions de personnes. Au total, 248 parcs patriotes ont été ouverts dans le pays, dont 29 rien que cette année.

Le travail systématique d’éducation des jeunes à l’esprit patriotique militaire s’est poursuivi. Son cœur est le mouvement de la Jeune Armée, qui a embrassé toutes les régions de Russie et compte plus d’un million d’adolescents. Cette année, il a fêté son cinquième anniversaire.

En collaboration avec les dirigeants de Moscou et de la région de Moscou, nous avons organisé le Centre Avangard pour l’éducation militaire patriotique de la jeunesse. Depuis le début de l’année, plus de 10 000 jeunes hommes et femmes y ont suivi une formation militaire et de combat primaire. Des centres identiques sont en cours de création dans toutes les villes de plus de 100 000 habitants. Conformément à vos instructions, 40 centres de ce type ont été créés à ce jour.

Au début de cette année, le ministère de la Défense a organisé un complexe télévisuel multifonctionnel doté de matériel et d’équipements de studio. Il permet d’informer le public sur le développement et les activités des forces armées à un nouveau niveau qualitatif. Ainsi, toutes les conditions sont réunies pour réaliser des films patriotiques sur cette base, sur ordre du ministère de la Défense et des autres organismes armés.

Camarade Commandant en chef suprême,

Toutes les tâches assignées aux Forces armées pour 2021 ont été accomplies. La capacité de combat des forces armées a augmenté de 12,8 % ; le niveau prescrit de capacité de défense nationale a été assuré. La mise en œuvre de tous les contrats signés a assuré la livraison de plus de 5 000 modèles d’armement principal. Le réarmement de l’armée et de la marine et l’entretien régulier ont permis de maintenir l’équipement militaire en bon état à hauteur de 95 %.

Plus de 3 000 bâtiments et installations d’une superficie totale de 2,5 millions de mètres carrés ont été mis en service. En 2021, le volume global des investissements en capital transférés aux utilisateurs a dépassé 155 milliards de roubles. Ainsi, le nombre de projets de construction inachevés a été considérablement réduit.

La société russe a une grande estime pour les activités du ministère de la défense. Plus de 90 % des citoyens russes sont convaincus que les forces armées sont capables de défendre le pays, et 88 % sont fiers de l’armée et de la marine.

Je voudrais vous présenter les tâches hautement prioritaires pour 2022.

Dans le cadre du programme de réarmement, nous devons doter les forces de missiles stratégiques de 21 lanceurs, avec des missiles balistiques intercontinentaux Yars, Avangard et Sarmat, et les mettre en service de combat. Les unités nucléaires stratégiques de l’armée de l’air devraient recevoir deux porte-missiles stratégiques Tupolev Tu-160M. Le Generalissimo Suvorov, un sous-marin lanceur de missiles balistiques stratégiques de classe Borei-A, devrait entrer en service dans la marine.

En ce qui concerne les forces polyvalentes. Les forces terrestres, les forces aéroportées et les troupes côtières de la marine devraient recevoir plus de 1 000 véhicules blindés, chars et systèmes d’artillerie modernes. L’armée de l’air et la marine devraient recevoir 257 avions nouveaux et modernisés, ainsi que des systèmes de missiles sol-air S-400 Triumf pour cinq bataillons de défense aérienne. La marine devrait recevoir cinq sous-marins, 11 navires et trois canonnières. Les unités militaires devraient recevoir deux systèmes de missiles côtiers.

Les effectifs des services contractuels devraient augmenter de 14 700 personnes. Il est nécessaire de préparer et de réaliser l’exercice du poste de commandement stratégique de Vostok et de Grom. Nous devons mettre en service 3 000 bâtiments et structures simultanément à l’acquisition de nouveaux armements et équipements. La transformation numérique des bureaux de recrutement devrait être achevée au cours des deux prochaines années. Cela permettra, d’une part, de réduire les effectifs et, d’autre part, d’augmenter les salaires.

Le ministère de la défense a accompli beaucoup de choses dans le but de renforcer les capacités de défense du pays, mais il reste encore beaucoup à faire.

Ainsi, au fil des ans, d’énormes projets de rénovation d’infrastructures en retard se sont accumulés dans les bases et établissements militaires. Nous prenons des mesures, mais ce n’est pas suffisant. Nous demanderons au gouvernement de tripler le financement à ces fins. Nous réaliserons un inventaire des logements pour les officiers d’ici la fin du premier trimestre de 2022, et nous proposerons ultérieurement un plan de financement pour l’attribution de ces logements, ainsi que le financement nécessaire pour les contrats de sous-location de logements.

Camarade commandant en chef suprême,

Conformément à vos instructions, nous continuerons à assurer le développement durable des forces armées et à améliorer leurs capacités de combat tout au long de 2022. Nous discuterons des résultats de nos activités de manière très détaillée lors de notre réunion à participation limitée.

Voilà qui conclut mon rapport.

Vladimir Poutine : Sur une note informelle, je voudrais ajouter quelques mots à ce que le ministre a dit et à ce que j’ai dit dans mes remarques préliminaires. Tout le monde en discute et, bien sûr, en premier lieu les forces armées. Je fais référence à nos documents, à nos projets de traités et d’accords sur la garantie de la stabilité stratégique que nous avons envoyés aux dirigeants des États-Unis et de l’OTAN.

Nous constatons déjà que certains de nos détracteurs les interprètent comme un ultimatum de la Russie. S’agit-il d’un ultimatum ou non ? Bien sûr que non.

Pour rappel : tout ce que nos partenaires – appelons-les ainsi – les États-Unis ont fait au cours des années précédentes, censés assurer leurs intérêts et leur sécurité à des milliers de kilomètres de leur territoire national – ils ont fait ces choses difficiles, les plus audacieuses, sans l’autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies.

Quel était le prétexte pour bombarder la Yougoslavie ? A-t-il été autorisé par le Conseil de sécurité, ou quoi ? Où est la Yougoslavie et où sont les États-Unis ? Ils ont détruit le pays. Certes, il y avait un conflit interne, ils avaient leurs propres problèmes, mais qui leur a donné le droit de mener des frappes aériennes contre une capitale européenne ? Personne. Ils ont juste choisi de le faire, et leurs satellites couraient derrière eux en glapissant. Voilà pour le droit international.

Sous quel prétexte sont-ils allés en Irak ? C’était l’Irak qui développait des armes de destruction massive. Ils y sont allés, ont détruit le pays, ont créé un foyer de terrorisme international, puis il s’est avéré qu’ils ont fait une erreur : « Les services de renseignements nous ont fait défaut. » Wow ! Ils ont détruit un pays. Les renseignements ont échoué – c’est tout ce qu’ils avaient à dire pour justifier leurs actions. Il s’est avéré qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive là-bas. Au contraire, tout avait été détruit comme convenu.

Comment sont-ils entrés en Syrie ? Avec l’autorisation du Conseil de sécurité ? Non. Ils font ce qu’ils veulent. Cependant, ce qu’ils font, ou essaient ou prévoient de faire en Ukraine, ne se passe pas à des milliers de kilomètres de notre frontière nationale. C’est sur le pas de notre porte. Ils doivent comprendre que nous n’avons tout simplement plus aucun endroit où nous retirer.

Il y a des experts ici, assis avec nous, je reste en contact permanent avec eux. Les États-Unis ne possèdent pas encore d’armes hypersoniques, mais nous savons quand ils en disposeront. Elles ne peuvent pas être cachées. Tout est consigné, les essais réussis ou non. Nous avons une idée du moment où cela pourrait arriver. Ils fourniront des armes hypersoniques à l’Ukraine et les utiliseront ensuite comme couverture – cela ne signifie pas qu’ils commenceront à les utiliser demain, car nous avons déjà Tsircon et eux non – pour armer les extrémistes d’un État voisin et les inciter à s’en prendre à certaines régions de la Fédération de Russie, comme la Crimée, lorsqu’ils penseront que les circonstances sont favorables.

Croient-ils vraiment que nous ne voyons pas ces menaces ? Ou pensent-ils que nous allons rester les bras croisés face aux menaces qui pèsent sur la Russie ? C’est là le problème : nous n’avons tout simplement pas de marge de manœuvre pour reculer. Telle est la question.

Les conflits armés et les effusions de sang ne sont absolument pas notre choix. Nous ne voulons pas que les événements prennent cette tournure. Nous voulons utiliser des moyens politiques et diplomatiques pour résoudre les problèmes, mais nous voulons au moins disposer de garanties juridiques clairement formulées. C’est sur ce point que portent nos propositions. Nous les avons mises sur papier et envoyées à Bruxelles et à Washington, et nous espérons recevoir une réponse claire et complète à ces propositions.

Certains signaux montrent que nos partenaires semblent disposés à travailler sur ce point. Cependant, il existe également un danger qu’ils tentent de noyer nos propositions dans les mots, ou dans un marécage, afin de profiter de cette pause et de faire ce qu’ils veulent.

Que ce soit clair pour tout le monde : nous en sommes conscients, et cette tournure des événements, ces développements, ne nous conviendront pas. Nous attendons avec impatience des pourparlers constructifs et significatifs, avec un résultat visible – et dans un délai précis – qui garantirait une sécurité égale pour tous.

C’est ce que nous nous efforcerons d’atteindre, mais nous ne pourrons le faire que si les forces armées se développent correctement. Ces dernières années, nous avons réussi à le faire, et nous avons atteint un bon niveau de préparation au combat. Je l’ai mentionné, et le ministre vient d’en faire état. Nous avançons à un rythme décent – le genre de rythme dont nous avons besoin.

Il y a des questions qui nécessitent plus d’attention, comme l’aspect production, que nous traitons en permanence. Comme vous le savez peut-être, nous nous réunissons à Sotchi deux fois par an. Pourquoi Sotchi ? Ce n’est pas à cause du beau temps, mais parce que tout le monde s’y rend, et que nous faisons abstraction des distractions telles que les questions de routine pour nous concentrer sur l’industrie de la défense et le développement des forces armées. Ces réunions sont tout à fait significatives et efficaces.

Je le répète, les questions sont nombreuses, mais nous les maîtrisons. J’espère vivement que nous continuerons à maintenir ce rythme alors que nous progressons dans nos efforts pour assurer la sécurité de la Russie et de ses citoyens.

Merci beaucoup. Bonne année !

Fin (traduction non officielle)

Source: http://en.kremlin.ru/events/president/news/67402

Voir aussi: https://syria.mil.ru/fr/index/syria/news/more.htm?id=12399937@egNews

Imprimer