D’anciens responsables du renseignement, citant la Russie, affirment que le pouvoir monopolistique des grandes entreprises technologiques est vital pour la sécurité nationale.

Par  Glenn Greenwald – 21 avril 2022

Un groupe d’anciens responsables du renseignement et de la sécurité nationale a publié lundi une lettre signée conjointement, dans laquelle ils avertissent que les tentatives législatives en cours visant à restreindre ou à briser le pouvoir des monopoles Big Tech – Facebook, Google et Amazon – mettraient en danger la sécurité nationale car, selon eux, leur pouvoir de censure centralisé est crucial pour faire avancer la politique étrangère des États-Unis. La majeure partie de cette lettre est consacrée à l’invocation répétée de la grave menace que représenterait la Russie pour les États-Unis, comme l’illustre l’invasion de l’Ukraine, et elle souligne à plusieurs reprises les dangers de Poutine et du Kremlin pour justifier la nécessité de préserver le pouvoir de Big Tech sous sa forme maximaliste. Toute tentative de restreindre le pouvoir monopolistique de Big Tech compromettrait donc la lutte des États-Unis contre Moscou.

Alors que l’une de leurs principales affirmations est que le pouvoir monopolistique des Big Tech est nécessaire pour combattre (c’est-à-dire censurer) la “désinformation étrangère”, plusieurs de ces responsables sont eux-mêmes des agents de désinformation de premier plan : beaucoup sont les mêmes anciens responsables du renseignement qui ont signé la lettre pré-électorale, désormais tristement célèbre et démentie, affirmant frauduleusement que les e-mails authentiques de Hunter Biden avaient les “caractéristiques” de la désinformation russe (James Clapper, ancien directeur du renseignement national d’Obama, Michael Morrell, ancien directeur de la CIA d’Obama, Leon Panetta, ancien chef de la CIA et du Pentagone d’Obama). D’autres signataires de cette nouvelle lettre ont des liens financiers étroits avec les grandes entreprises technologiques dont ils défendent le pouvoir au nom de la sécurité nationale (Morrell, Panetta, Fran Townsend, ancien conseiller à la sécurité nationale de Bush).

L’objectif déclaré de la lettre est de mettre en garde contre les dangers pour la sécurité nationale de deux projets de loi bipartisans différents – l’un en instance au Sénat, l’autre à la Chambre – qui interdiraient aux monopoles des grandes entreprises technologiques d’utiliser leur pouvoir vertical pour “discriminer” les concurrents (de la manière dont Google, par exemple, utilise son activité de moteur de recherche pour enterrer les vidéos des concurrents de sa propriété YouTube, comme Rumble, ou de la manière dont Google et Apple utilisent leurs magasins et dont Amazon utilise sa domination sur les services d’hébergement pour détruire les concurrents).

Un projet de loi au Sénat est coparrainé par les sénateurs Amy Klobuchar (D-MN) et Charles Grassley (R-IA), et a attiré un large soutien dans les deux partis, tout comme un projet de loi similaire à la Chambre des représentants, coparrainé par le président de la commission antitrust de la Chambre des représentants, David Cicilline (D-RI), et le membre de rang, le représentant Ken Buck (R-CO). L’ampleur du soutien bipartisan que chaque projet de loi a recueilli – et l’animosité généralisée à l’égard de Big Tech que reflète ce soutien du Congrès – a choqué les lobbyistes de Google, Amazon, Apple et Facebook, qui ont l’habitude d’obtenir ce qu’ils veulent à Washington grâce à des dons généreux aux principaux politiciens de chaque parti.

Cette lettre d’anciens responsables de la sécurité nationale est, en un sens, un acte de désespoir. Les projets de loi ont reçu le soutien des principales commissions compétentes en matière d’antitrust et de technologies de pointe. Au Sénat, cinq membres conservateurs de la commission républicaine qui ont critiqué ouvertement le pouvoir des grandes entreprises technologiques – Grassley, Sens. Lindsey Graham (R-SC), Ted Cruz (R-TX), Josh Hawley (R-MI), le sénateur John Kennedy (R-LA) – se sont joints aux démocrates pour assurer l’adoption d’un projet de loi par la commission judiciaire par un vote de 16-6, avec un projet de loi complémentaire adopté par cette commission avec le soutien de 20 des 22 sénateurs. Comme le rapportent Sara Sirota et Ryan Grim de The Intercept : “Les deux projets de loi font frémir les grandes entreprises technologiques”, car “un vote à l’étage serait probablement un coup d’éclat pour les grandes entreprises technologiques”.

L’animosité extrême dont font preuve une grande partie de la gauche et de la droite à l’égard de Big Tech fait qu’il est très difficile pour un législateur de s’opposer officiellement à ces propositions de loi s’il est contraint de prendre publiquement position lors d’un vote en séance. De nombreux sénateurs ayant des liens financiers avec Big Tech – y compris les deux sénateurs démocrates de Californie qui représentent la Silicon Valley et bénéficient de leurs largesses (les sénateurs Dianne Feinstein et Alex Padilla) – ont exprimé des réserves sur ces efforts de réforme et ont refusé de coparrainer le projet de loi, tout en votant OUI lorsqu’ils ont été contraints de voter en commission. Cela montre que la pression de l’opinion publique pour freiner les Big Tech devient trop importante pour permettre à la Silicon Valley de forcer les législateurs à ignorer les souhaits de leurs électeurs grâce aux dons des lobbyistes. Ces politiciens travailleront en coulisses pour tuer les efforts visant à freiner les grandes entreprises technologiques, mais ne voteront pas contre ces efforts s’ils sont forcés de prendre position publiquement.

En conséquence, le dernier espoir de Big Tech est d’empêcher le projet de loi d’atteindre le plancher où les sénateurs seraient obligés de s’exprimer, un objectif qu’ils espèrent voir avancer par le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer de New York, en raison de ses liens étroits avec la Silicon Valley. “Les deux enfants [de Schumer] sont employés par des entreprises que les propositions visent à limiter”, rapporte le New York Post : “Jessica Schumer est une lobbyiste enregistrée chez Amazon, selon les registres de l’État de New York. Alison Schumer travaille chez Facebook en tant que responsable du marketing produit”. Malgré cela, Schumer a affirmé à The Intercept qu’il soutient les deux projets de loi et qu’il votera en leur faveur, même s’il s’est engagé dans des manœuvres visant à empêcher les projets de loi d’obtenir un vote complet au plancher.

C’est là qu’interviennent ces anciens responsables du renseignement et de la sécurité nationale. Si ces anciens agents de la CIA, de la sécurité intérieure et du Pentagone ont peu d’influence sur les commissions judiciaires du Sénat et les commissions antitrust de la Chambre, ils bénéficient d’une grande loyauté de la part des commissions de sécurité nationale du Congrès. Ces commissions, créées pour exercer un contrôle sur les agences militaires et de renseignement américaines, sont notoirement captives de l’État de sécurité nationale américain. L’objectif apparent de cette nouvelle lettre est d’insister sur le fait que le pouvoir monopolistique des Big Tech est vital pour la sécurité nationale des États-Unis – parce qu’il est nécessaire pour eux de censurer la “désinformation” sur Internet, surtout maintenant avec la grave menace russe reflétée par la guerre en Ukraine – et ils exigent donc que les projets de loi anti-Big-Tech soient d’abord examinés non seulement par les comités judiciaires et antitrust, mais aussi par les comités de sécurité nationale où ils exercent leur pouvoir et leur influence, qui n’ont traditionnellement joué aucun rôle dans la réglementation du secteur technologique :

Nous demandons aux commissions du Congrès compétentes en matière de sécurité nationale – notamment les commissions des services armés, du renseignement et de la sécurité intérieure de la Chambre et du Sénat – de procéder à un examen de toute législation susceptible d’entraver les principales entreprises technologiques américaines dans la lutte contre les risques de cyber-sécurité et de sécurité nationale émanant de l’autoritarisme numérique croissant de la Russie et de la Chine.
Pourquoi ces anciens responsables de la sécurité nationale et du renseignement sont-ils si dévoués à la préservation du pouvoir sans entrave des grandes entreprises technologiques de contrôler et de censurer l’internet ? Une explication évidente est celle qui court toujours à Washington : plusieurs d’entre eux ont un intérêt financier à servir l’agenda de Big Tech.

Lire la suite de l’article de Greenwald ICI