L’avocat Malcom Shaw plaidant pour Israël devant la Cour mondiale vendredi. (Capture d’écran UN TV)

Dans sa défense contre les allégations de l’Afrique du Sud selon lesquelles Israël commet un génocide à Gaza, un avocat britannique qui a plaidé pour Israël devant la Cour mondiale vendredi a minimisé les nombreuses déclarations de hauts fonctionnaires israéliens sur l’intention génocidaire contre les Palestiniens, les qualifiant de simples “affirmations hasardeuses” qui ne prouvent rien.

Le conseiller royal Malcolm Shaw, pour Israël, a déclaré à la Cour :

“Concernant les actes dans cette affaire, il n’y a guère plus que des affirmations hasardeuses pour démontrer qu’Israël a ou a eu l’intention spécifique de détruire en tout ou en partie le peuple palestinien en tant que tel”.

Selon M. Shaw, il est impossible de prouver qu’il y a eu génocide si l’intention n’est pas prouvée. “C’est comme Hamlet sans le prince, une voiture sans moteur”, a-t-il déclaré. Comme l’a souligné M. Shaw, les avocats de l’Afrique du Sud ont donc “mis l’accent sur l’intention”.

Ils ont exposé en détail la “rhétorique génocidaire” des responsables israéliens et la manière dont elle a influencé les soldats et les aviateurs israéliens qui ont attaqué Gaza. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait référence à deux reprises à un génocide de l’Ancien Testament, laissant entendre qu’il fallait faire de même pour Gaza, a expliqué l’avocat Tembeka Ngcukaitobi.

“L’invocation du génocide d’Amalek était tout sauf anodine”, a déclaré hier M. Ngcukaitobi. Il a ensuite montré une vidéo de soldats israéliens chantant pour célébrer une victoire à Gaza, dans laquelle ils mentionnent Amalek.

Le 9 octobre, a exposé M. Ngcukaitobi, avocat de l’Afrique du Sud, le ministre de la défense, Yoav Gallant

“a briefé la situation à l’armée où il a assuré qu’Israël imposerait un blocus total à Gaza, qu’il n’y aurait ‘ni électricité, ni nourriture, ni eau, ni carburant’, que tout serait verrouillé parce qu’Israël se bat contre des ‘animaux’ … S’adressant aux troupes en poste à la frontière de Gaza, il leur a indiqué qu’il avait levé toutes les restrictions et que Gaza ne redeviendrait jamais ce qu’elle avait été auparavant.”

“Nous allons tout éliminer. Nous atteindrons tous les moindres recoins. Nous éliminerons tout, nous atteindrons toutes les zones sans aucune restriction”.

“Le ministre du patrimoine, Amichai Eliyahu, a déclaré qu’Israël devait trouver des solutions plus douloureuses que la mort pour les habitants de Gaza. Ce n’est pas une réponse que de dire que ni l’un ni l’autre ne sont à la tête de l’armée. Ils sont ministres du gouvernement israélien. Ils votent à la Knesset et sont en mesure de définir la politique de l’État. L’intention de détruire Gaza a été nourrie au plus haut niveau de l’État” …

“De hauts responsables politiques et militaires ont encouragé, sans la moindre censure, le réserviste de l’armée israélienne Ezra Yachin, âgé de 95 ans et vétéran du massacre de Deir Yassin contre les Palestiniens en 1948, à s’adresser aux soldats avant l’invasion terrestre de la bande de Gaza. Lors de son intervention, il s’est fait l’écho du même sentiment tout en étant conduit dans un véhicule officiel de l’armée israélienne, vêtu de la tenue de l’armée israélienne.”

“Je citerai les triomphants, je les achèverai et je ne laisserai rien derrière moi. Effacez leur mémoire. Effacez-les, ainsi que leurs familles, leurs mères et leurs enfants. Ces animaux ne méritent plus de vivre. Si vous avez un voisin arabe, n’attendez pas. Allez chez lui et tirez lui dessus. Nous les voulons envahir. Pas comme avant. Nous allons envahir et saccager tout ce qui bouge et détruire les maisons”.

Ce sont là quelques-unes des affirmations que M. Shaw a qualifiées vendredi d’“affirmations hasardeuses”. Selon lui, l’intention d’Israël est plutôt de “faire face au Hamas” en réponse à son attaque du 7 octobre contre Israël. Si, au cours de cette action, Israël a outrepassé les lois de la guerre, cela sera “traité au moment opportun” par le “système juridique rigoureux” d’Israël.

Shaw a affirmé qu’Israël prévient les civils d’une attaque imminente par le biais d’un “usage étendu et sans précédent” d’appels téléphoniques et de distribution de tracts. En général, ces appels donnent aux habitants dix minutes pour quitter leurs bâtiments avant qu’ils ne soient bombardés.

Malcolm a fait valoir que la Cour internationale de justice n’était pas compétente pour entendre la plainte de l’Afrique du Sud, car celle-ci n’avait pas établi l’existence d’un différend entre deux États. Shaw a déclaré que l’Afrique du Sud n’avait pas attendu la réaction à sa communication verbale avant de porter plainte contre elle devant la CIJ le 29 décembre.

Il a également ridiculisé l’argument de l’Afrique du Sud, jeudi, sur la nécessité d’un contexte historique pour placer l’attaque du Hamas du 7 octobre dans une histoire de 75 ans de dépossession par Israël et de mauvais traitements infligés aux Palestiniens.

Shaw a demandé : “Pourquoi ne pas remonter à la décision de 1922 de la Société des Nations de créer le mandat britannique en Palestine, ou à la déclaration Balfour de 1917 qui a démontré l’intention de la Grande-Bretagne de créer une patrie juive en Palestine, ou même de mentionner les tribus israélites qui s’y trouvaient il y a 3 000 ans?

Joe Lauria, 12 janvier 2024

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant aux Nations unies pour le Wall Street Journal, le Boston Globe et d’autres journaux, dont la Gazette de Montréal, le London Daily Mail et le Star de Johannesburg. Il a été journaliste d’investigation pour le Sunday Times of London, journaliste financier pour Bloomberg News et a commencé sa carrière professionnelle à 19 ans comme pigiste pour le New York Times. Il est l’auteur de deux livres, A Political Odyssey, avec le sénateur Mike Gravel, préfacé par Daniel Ellsberg, et How I Lost By Hillary Clinton, préfacé par Julian Assange.

Source: Consortiumnews.com