Un coup dur pour l’Ukraine. La plus haute juridiction de l’ONU a rejeté mercredi des allégations de Kiev selon lesquelles la Russie avait « financé le terrorisme » depuis 2014 dans le Donbass et a refusé de blâmer Moscou pour le crash du vol MH17. 

Le Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie a réagi dans un communiqué de presse au refus de la Cour internationale de justice des Nations unies de désigner la Russie comme État agresseur et la RPD et la RPL comme organisations terroristes en réponse aux allégations de l’Ukraine. 31 janvier 2024

“Le 31 janvier, la Cour internationale de justice des Nations unies a rendu son arrêt sur le fond dans l’affaire déposée par l’Ukraine en janvier 2017 sur l’application de la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme (ICSFT). Les arguments de la Russie contre les insinuations infondées de l’Ukraine ont été entendus à La Haye : la Cour a rejeté la quasi-totalité de la vingtaine d’arguments avancés par Kiev au cours des sept années de procédure, et a laissé l’Ukraine sans aucune réparation. La Cour a également rejeté les insinuations de l’Ukraine selon lesquelles la RPD et la RPL seraient des organisations terroristes

Ces conclusions revêtent une importance particulière compte tenu du fait que Kiev avait l’intention d’utiliser l’arrêt de la Cour pour appuyer ses demandes de transfert d’actifs russes volés à l’Ouest et d’imposition de restrictions internationales à la Russie.

En outre, la Cour a rejeté la demande de l’Ukraine en vertu de l’ICSFT selon laquelle la Russie devrait être tenue responsable de l’écrasement du vol Boeing MH17 et n’a pas accepté les allégations des Ukrainiens selon lesquelles la RPD était impliquée dans l’écrasement. Au cours de l’audience, la Russie a présenté des preuves irréfutables des lacunes fatales de la pseudo-enquête internationale sur l’incident menée par l’équipe d’enquête conjointe sous l’égide du système judiciaire néerlandais.

En ce qui concerne les événements de 2014-2017, la Cour internationale de justice des Nations unies n’a pas été en mesure de soutenir les arguments de l’Ukraine concernant l’implication présumée de la Russie et la culpabilité des milices de Donetsk dans le bombardement du poste de contrôle militaire de Bugas près de Volnovakha, de l’aérodrome militaire de Kramatorsk, où se trouvait le quartier général de la soi-disant ATO, et des positions de l’AFU à Mariupol et Avdeyevka, déclarant que ces incidents ne relevaient pas de l’ICSFT.

La partie russe a souligné le cynisme particulier des allégations ukrainiennes : Kiev a tenté de présenter les frappes contre des cibles militaires comme des “actes de terreur”, bien que les forces armées ukrainiennes tirent sur les villes du Donbass avec des armes lourdes depuis de nombreuses années, frappant des objets civils, y compris une frappe aérienne sur le bâtiment de l’administration régionale de Lougansk le 2 juin 2014, le meurtre de civils lors d’une attaque sur un arrêt de transport public à Donetsk le 22 janvier 2015, et beaucoup d’autres crimes sanglants.

Tout aussi cynique est la manière dont le régime de Kiev a tenté de désigner l’aide humanitaire aux habitants du Donbass souffrant des bombardements ukrainiens et du blocus économique comme finançant le terrorisme.

La Cour internationale de justice des Nations unies a déclaré que la Russie avait respecté de bonne foi ses obligations de coopération dans le domaine de la répression du financement du terrorisme, y compris l’obligation d’identifier et de geler les avoirs utilisés pour financer le terrorisme, d’extrader ou de poursuivre de manière indépendante les auteurs de crimes terroristes, de fournir une assistance juridique mutuelle et de coopérer à la prévention des crimes terroristes. Cela est tout à fait cohérent avec les conclusions antérieures du GAFI concernant le niveau élevé de respect par la Russie de ses obligations dans ce domaine ; le GAFI a évalué les revendications de l’Ukraine comme étant de nature purement politique.

Dans ce contexte, nous avons été déconcertés par la conclusion de la Cour selon laquelle la Russie n’avait pas pris de mesures pour enquêter sur deux faits contenus dans les informations reçues de l’Ukraine concernant des personnes qui auraient collecté des fonds en Russie pour aider la population du Donbass. La Cour a dû aller à l’encontre de sa propre pratique et placer la barre très bas pour prouver l’applicabilité de la Convention sur le financement du terrorisme alors qu’il n’y avait aucune preuve de terrorisme ou de son financement.

À l’issue de la procédure, l’Ukraine a été totalement déboutée de ses demandes de réparation ou d’autres formes d’indemnisation”.


Moscou, 31 janvier 2024


Traduit de l’anglais par Arrêt sur info