Israël Shamir revient doucement de sa convalescence. ASI

Shutterod

La guerre en Ukraine

Par Israël Shamir – 13 mai 2022

Le déclencheur immédiat des problèmes a été le « sommet de Genève des deux présidents » Poutine et Biden, le 16 juin 2021, qui a apparemment mal tourné. Nous ne savons pas ce qui a mal tourné. Maintenant, les fonctionnaires russes pro-occidentaux se sont enfuis en Géorgie et en Israël ; ils sont remplacés par des fonctionnaires anti-occidentaux. La relation Est-Ouest ne peut pas être inversée facilement.

Les Russes sont très semblables aux Ukrainiens. Tous deux sont des combattants têtus. Au XX° siècle, ils ont choisi des stratégies différentes : Les Russes ont choisi l’internationalisme, les Ukrainiens le nationalisme. Le nationalisme ukrainien était anti-russe ; alors que les Russes ne nourrissaient aucun sentiment négatif à l’égard des Ukrainiens. Il était naturel pour les Ukrainiens de flirter avec les puissances anti-russes. Mais lorsque les responsables ukrainiens ont commencé à se déclarer alliés de l’OTAN, même les Russes les plus « internationaux » se sont alarmés.

Le pape de Rome et Noam Chomsky ont compris les raisons immédiates de la guerre de manière similaire : L’OTAN avait  aboyé à la porte de Poutine, et il a réagi. En décembre 2021, Poutine a proposé au niveau diplomatique que l’OTAN se retire jusqu’à sa ligne du milieu des années 1990, et il a suggéré qu’une discussion pacifique sur les frontières de l’OTAN pourrait avoir une vertu préventive, face à la menace d’un conflit. Poutine a proposé un accord international sur les frontières de l’OTAN, une solution politique sur laquelle tout le monde pourrait s’entendre : proposition ignorée avec arrogance ; l’OTAN a refusé de discuter de cette idée. Poutine est très contrarié.

D’autres tentatives de discussions pour sortir du clivage Est/Ouest n’ont pas abouti. L’Occident décline toute proposition de Poutine. Et voilà la guerre qui commence.

L’OTAN a commencé à expédier des armements et des munitions, et a déployé ses espions. Leur collecte de renseignements leur a permis de couler un gros navire russe nommé Moscou. Ils ont fourni les coordonnées en temps réel des navires et des avions russes. Depuis le début, il est clair que la Russie combat l’OTAN plus que les Ukrainiens, qu’elle considère comme des frères. Ce pathos de temps de guerre était un développement assez inattendu. Poutine a toujours eu la réputation d’être un dirigeant doux, qui refuse de se laisser entraîner dans des guerres. La Russie a évité la guerre pendant de nombreuses années sous le règne de Poutine, et des générations de Russes se sont habituées à une vie paisible et prospère. Soudain, en vertu de circonstances indépendantes de leur volonté, ils sont passés à une vie de guerre et de sanctions.

Rétrospectivement, les avertissements n’avaient pas manqué. Les Russes ont été empêchés de participer aux Jeux olympiques par une conspiration internationale d’une hypocrisie flagrante. Les athlètes russes ont été accusés de se doper. Or les athlètes occidentaux ont eux aussi recours au dopage, mais ils savent comment contourner les règles. Les Norvégiens ont prétendu qu’ils souffraient d’asthme et qu’ils avaient besoin de médicaments spéciaux (qui améliorent les performances) afin de le soigner. Les Américains avaient leurs propres excuses, tout comme les athlètes de nombreuses autres nations. Le RUSADA russe, M. Grigori Rodchenkov, a été soudoyé par les États-Unis pour fournir des preuves du dopage russe. Les Russes affirment que ces preuves reposent sur des falsifications. Quoi qu’il en soit, le fonctionnaire russe a fait défection vers l’ouest, une démarche inédite depuis la guerre froide. La Russie a été traitée en paria tout au long des jeux ; elle n’a pas été autorisée à jouer son hymne national ni à afficher son drapeau. Les Russes sont persécutés par l’establishment olympique depuis des générations. Il existe bel et bien une guerre non déclarée contre les athlètes russes (voir ici l’histoire complète*). Le schéma est indéniable. Les athlètes russes sont régulièrement pénalisés pour des activités que d’autres nations pratiquent en toute impunité. Il faut que cela cesse.

Heureusement pour tout le monde, la guerre en Ukraine s’est pratiquement tarie. Les dirigeants ukrainiens supplient désespérément l’ONU de les aider à poursuivre la guerre, comme si le bataillon Azov et le reste des militants violents, cruels et voyous avaient besoin d’être payés pour tirer sur des gens. Les démocrates américains ont rédigé un projet d’aide à la guerre en Ukraine de près de 40 milliards de dollars, qui a récemment été bloqué à lui seul par le sénateur Rand Paul du Kentucky. La guerre en Ukraine est devenue un enjeu politique aux États-Unis. Tant les néoconservateurs de droite que les néolibéraux de gauche espèrent faire passer cette guerre au Congrès.

Les Russes sont mécontents de la guerre comme solution à la crise ukrainienne. Ils parlent de « trahison », ce qui signifie que le soutien politique derrière l’offensive s’amenuise. Les Russes pensent plutôt qu’ils peuvent faire dérailler la guerre de l’OTAN et les sanctions internationales en retenant judicieusement le gaz et le pétrole de l’Europe. L’embargo sur le pétrole arabe a mis les États-Unis à genoux dans les années 1970 en utilisant exactement cette stratégie. L’OTAN existe pour faire la guerre ; lui faire la guerre ne fait que l’alimenter. La seule façon de vaincre l’OTAN est de l’affamer. La Russie possède de grandes quantités de pétrole, de gaz et de blé. Elle produit de l’aluminium, du fer, du charbon, de l’acier, du titane et de l’électricité bon marché. L’économie russe a été qualifiée de « gilet pare-balles » en raison de sa capacité à résister aux chocs géopolitiques.

En quoi les sanctions nuisent-elles exactement à la Russie ? Les gels bancaires poussent simplement la Russie dans les bras de la Chine, qui a littéralement un besoin illimité d’énergie et de matières premières russes. Le pétrodollar américain est sur le point de se retrouver libellé en roubles. Les histoires de boycott de la part de Twitter, Facebook et Pornhub soulignent le caractère ridicule des sanctions occidentales. « L’UE met Abramovitch sur la liste noire, cible les secteurs de l’énergie et du luxe… »

Il semble que seule la mafia juive de Russie sera touchée par les sanctions internationales. L’efficacité des sanctions occidentales est follement exagérée par les médias occidentaux et l’arrivée implacable de l’hiver a toujours été un signe avant-coureur de la victoire russe. Comme le dit Biden, « Ce sera un hiver très sombre ».

L’Allemagne a besoin de l’énergie russe. Elle en a toujours eu besoin. Elle en aura toujours besoin. Il n’y a tout simplement pas d’autre option pour l’Allemagne. En tant que base de l’OTAN, l’Allemagne est dans une position unique pour forger une paix durable avec la Russie. Les Allemands pourraient bénéficier grandement d’une augmentation du commerce vers l’Est le long de voies telles que le China-Europe Railway Express, mais ils restent étouffés par leurs radotages qu’ils traînent comme des boulets. Le commerce de la guerre n’est plus rentable. Les grands acteurs fournissent désormais à la Chine tout ce dont elle a besoin pour fabriquer la richesse du monde, et la Russie est dans une position unique pour être un producteur majeur. Le reste de l’Europe est également bien placé pour profiter du nouvel empire chinois, si seulement ils pouvaient cesser de se chamailler assez longtemps pour en tirer un bénéfice. L’empire anglo-américain mourant est la seule entité qui profite de la division du continent eurasien.

Israël Shamir

*https://www.sport-express.ru/olympics/reviews/polnaya-hronologiya-rossiyskogo-dopingovogo-skandala-za-chto-nas-lishili-flaga-1776006/

Source: https://www.unz.com/ishamir/ukraine-war/

Imprimer