Par Murtaza Hussain

Paru le 1e septembre 2021 sur The Intercept


Un nouveau rapport du projet “Costs of war” [coûts de la guerre] expose des estimations stupéfiantes des coûts humains et financiers de la guerre mondiale perpétuelle menée par les États-Unis.

La guerre mondiale contre le terrorisme menée par les États-Unis a tué près d’un million de personnes dans le monde et a coûté plus de 8 000 milliards de dollars depuis son lancement il y a vingt ans. Ces chiffres stupéfiants sont tirés d’un rapport historique publié mercredi par le projet “Costs of War” de l’université Brown, un travail de recherche ininterrompu visant à documenter l’impact économique et humain des opérations militaires menées après le 11 septembre 2001.

Le rapport – qui examine le bilan des guerres menées en Irak, en Syrie, en Afghanistan, au Pakistan, en Somalie et dans d’autres régions où les États-Unis sont militairement engagés – est le dernier d’une série publiée par le projet sur les coûts de la guerre. Il fournit la comptabilité publique la plus complète à ce jour des conséquences des conflits américains de longue durée au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Afrique, appelés aujourd’hui les “guerres perpétuelles“.

“Il est essentiel que nous rendions correctement compte des conséquences vastes et variées des nombreuses guerres et opérations antiterroristes menées par les États-Unis depuis le 11 septembre, alors que nous nous pensons maintenant à toutes les vies perdues”, a déclaré la codirectrice du projet, Neta Crawford, dans un communiqué de presse accompagnant le rapport. “Notre comptabilité va au-delà des chiffres du Pentagone, car les coûts de la réaction au 11 septembre se sont répercutés sur l’ensemble du budget.”

Les coûts économiques vertigineux de la guerre contre le terrorisme ne sont rien en comparaison de l’impact humain direct, mesuré en termes de personnes tuées, blessées et chassées de chez elles.

Selon les dernières estimations du projet sur les coûts de la guerre, 897 000 à 929 000 personnes ont été tuées pendant les guerres. Parmi ces personnes, 387 000 sont considérées comme des civils, 207 000 comme des membres des forces militaires et de police nationales, et 301 000 comme des combattants de l’opposition tués par les troupes de la coalition dirigée par les États-Unis et leurs alliés.

Le rapport indique également qu’environ 15 000 militaires et sous-traitants américains ont été tués au cours des guerres, ainsi qu’un nombre similaire de troupes occidentales alliées déployées dans les conflits et plusieurs centaines de journalistes et de travailleurs humanitaires.

La question de savoir combien de personnes ont perdu la vie dans les conflits de l’après-11 septembre a fait l’objet d’un débat permanent, bien que les chiffres soient dans tous les cas extraordinairement élevés.

Des études antérieures sur les coûts de la guerre ont chiffré le nombre de morts à des centaines de milliers, une estimation comptabilisant les personnes directement tuées par la violence.

Selon une estimation réalisée en 2015 par l’organisation Physicians for Social Responsibility, lauréate du prix Nobel, bien plus d’un million de personnes ont été tuées directement et indirectement dans les guerres en Irak, en Afghanistan et au Pakistan uniquement.

La difficulté de calculer le nombre de morts est accrue par le refus de l’armée américaine de comptabiliser le nombre de personnes tuées lors de ses opérations, ainsi que par l’éloignement des régions où se déroulent de nombreux conflits.

Comme ses études précédentes, le bilan calculé par le projet sur les coûts de la guerre se concentre uniquement sur les décès directement causés par la violence pendant la guerre mondiale contre le terrorisme et n’inclut pas “les décès indirects, à savoir ceux causés par la perte d’accès à la nourriture, à l’eau et/ou aux infrastructures, les maladies liées à la guerre” qui ont résulté des conflits.

Les notes de bas de page du rapport indiquent également que “certaines des personnes classées comme combattants de l’opposition peuvent en fait avoir été des civils également, car il existe des pressions politiques pour classer les morts comme militants plutôt que comme civils” – une mise en garde qui concorde avec la pratique avouée du gouvernement américain de qualifier de combattants tous les “hommes d’âge militaire” tués dans ses opérations, sauf preuve du contraire.

Ces pratiques se sont poursuivies sous de multiples administrations. Une enquête récente du site d’information axé sur les militaires Connecting Vets a inclus des vidéos et des récits ayant fait l’objet de fuites lors de la campagne de drones de 2019 dans la province de Helmand en Afghanistan.

L’histoire comprenait des témoignages d’anciens opérateurs de drones qui ont déclaré qu’ils avaient reçu le feu vert pour tuer toute personne vue tenant un talkie-walkie ou portant un gilet tactique dans la province, qui était sans sécurité et ne disposait pas de service de téléphonie cellulaire fiable.

Pour certains responsables américains habilités à autoriser les frappes de drones, frustrés par leur incapacité à obtenir une victoire stratégique ou même des conditions de négociation favorables avec les talibans, “la mesure du succès était d’accumuler les cadavres”.

Le rapport du projet sur les coûts de la guerre précise que ses conclusions sur les décès liés aux guerres sont sous réserve et très probablement incomplètes, et qu’un grand nombre de morts ne sont toujours pas comptabilisés.

Bien que l’on puisse affirmer avec certitude que près d’un million de personnes ont été tuées depuis le début de la guerre mondiale contre le terrorisme, même ce chiffre stupéfiant est, selon Crawford, codirecteur du projet, “probablement un vaste sous-comptage du véritable tribut que ces guerres ont fait payer à la vie humaine”.

Coûts économiques

Les coûts économiques comptabilisés par le rapport sur les dépenses liées à la guerre comprennent 2300 milliards de dollars dépensés par le gouvernement américain pour les opérations militaires en Afghanistan et au Pakistan, 2100 milliards de dollars en Irak et en Syrie, et 355 milliards de dollars en Somalie et dans d’autres régions d’Afrique.

Un montant supplémentaire de 1100 milliards de dollars a été consacré aux mesures de sécurité intérieure aux États-Unis depuis 2001, ce qui porte les dépenses directes liées à la guerre contre le terrorisme dans le pays et à l’étranger au montant astronomique de 5800 milliards de dollars.

Mais même cela ne représente pas la totalité des dépenses imposées par les guerres. Des dizaines de milliers de soldats américains sont revenus de zones de guerre étrangères mutilés et traumatisés, faisant de beaucoup d’entre eux des personnes à charge à long terme du gouvernement fédéral.

Le coût de la prise en charge des handicaps et des soins médicaux de ces anciens combattants devrait dépasser les 2200 milliards de dollars d’ici 2050, par rapport au total actuel de 465 milliards de dollars de l’après-11 septembre, ce qui porterait la facture économique totale des guerres à 8000 milliards de dollars.

Le rapport compile plusieurs sources différentes pour donner un total du coût des guerres de l’après-11 septembre, y compris les crédits pour les dépenses de guerre des départements de la défense et de l’État, les augmentations du budget de fonctionnement de base du département de la défense, les paiements d’intérêts sur les emprunts, les sommes engagées pour les futurs services des anciens combattants et les dépenses du département de la sécurité intérieure pour la prévention et la réponse aux attaques terroristes.

Même cette comptabilité approfondie ne donne pas une image complète des dépenses américaines : le chiffre total de 8000 milliards de dollars indiqué dans le rapport ne comprend pas l’argent dépensé pour l’aide humanitaire et le développement économique dans les zones de guerre, et ne tient pas compte non plus des futurs paiements d’intérêts qui seront encourus sur le déficit massif supporté pour financer les guerres.

Nombreux sont ceux qui trouveront le coût financier astronomique de la guerre mondiale contre le terrorisme exaspérant, non seulement en raison du peu de résultats obtenus en retour, mais aussi en raison de l’écart entre le prix actuel des guerres et le montant initialement annoncé par les responsables américains.

La guerre en Irak fournit un exemple qui donne à réfléchir. En septembre 2002, Lawrence Lindsey, alors conseiller économique en chef du président George W. Bush, estimait que les dépenses “maximales” liées à l’invasion et à l’occupation imminentes se situeraient entre 100 et 200 milliards de dollars.

Plus tard dans l’année, Mitch Daniels, alors directeur de l’Office of Management and Budget, a fourni une estimation encore plus modeste des coûts, affirmant que la guerre en Irak coûterait probablement aux contribuables américains entre 50 et 60 milliards de dollars.

En réalité, l’invasion et l’occupation de l’Irak – qui n’est que l’un des nombreux conflits menés par les États-Unis dans le monde depuis le 11 septembre 2001 – ont coûté des milliers de milliards de dollars, tout en déstabilisant le Moyen-Orient et en engendrant des conflits secondaires qui ont continué à attirer les États-Unis, au prix de nouvelles dépenses et de nouvelles pertes de vies humaines.

Les événements actuels soulignent de manière sinistre à quel point la situation est devenue incontrôlable. La récente attaque terroriste à l’aéroport en Afghanistan, qui a tué plus d’une douzaine de membres des services américains et environ 170 Afghans, a été revendiquée par une branche locale de l’État islamique, un groupe terroriste qui n’existait pas au début de la guerre mondiale contre le terrorisme et qui a vu le jour dans le chaos créé par l’occupation américaine de l’Irak.

Les conflits semblent ne pas avoir de fin en vue, même si les États-Unis ont décidé de cesser leur occupation de 20 ans en Afghanistan.

“Qu’avons-nous vraiment accompli en 20 ans de guerres post-11 septembre ? Des millions de vies et des billions de dollars plus tard, qui a gagné ? Qui a perdu, et à quel prix ?”, a déclaré Stephanie Savell, codirectrice du projet “Coûts de la guerre”.

“Dans vingt ans, nous devrons encore compter avec les coûts sociétaux élevés des guerres d’Afghanistan et d’Irak – bien après le départ des forces américaines.”

Murtaza Hussain

Murtaza Hussain est un journaliste de The Intercept qui se concentre sur la sécurité nationale et la politique étrangère. Son compte Twitter


Traduction : Chronique de Palestine

Imprimer