Défilé aux flambeaux des néo-nazis en Ukraine, janvier 2015. (Frest777/Wikimédia Commons)

État de l’Union : Le groupe avait été exclu de l’aide américaine en raison de ses violations des droits de l’homme et de ses liens avec les néo-nazis.

Un porte-parole du Département d’Etat a déclaré lundi que la tristement célèbre Brigade Azov de l’Ukraine serait désormais éligible pour recevoir une aide militaire, affirmant que l’actuelle Brigade Azov de l’Ukraine est structurellement distincte de ses itérations passées en tant qu’unité de la Garde nationale formée à partir d’une milice ultranationaliste avec des éléments néo-nazis.

Azov, bien qu’étant une unité de la Garde nationale ukrainienne, a longtemps été interdite de recevoir une aide américaine en vertu de la “loi Leahy”, qui interdit l’octroi d’une aide militaire à des unités étrangères accusées de manière crédible de violations des droits de l’homme.

L’unité avait de nombreux liens avec divers groupes néo-nazis et ultranationalistes. Son fondateur, Andriy Biletsky, avait par le passé déclaré publiquement qu’il pensait que la “mission” de la nation ukrainienne était de “mener les races blanches du monde dans une croisade finale […] contre les Untermenschen dirigés par les Sémites”. Azov a également recruté activement des suprémacistes blancs en dehors de l’Ukraine pour combattre pour lui.

Les liens nazis de l’Azov ont conduit le Congrès à inscrire explicitement l’unité comme inéligible à l’aide, aussi récemment que dans les crédits de défense 2022.

Pendant le siège de Marioupol, la brigade Azov est devenue célèbre en Ukraine pour sa défense de la ville, bien que plus de 900 de ses combattants aient fini par se rendre aux Russes. Après leur capture, 22 membres de la brigade ont été jugés pour terrorisme. Comme les combattants de la brigade capturés à Marioupol sont toujours détenus comme prisonniers de guerre par la Russie, “Free Azov” est devenu un slogan courant dans les manifestations pro-guerre et pro-gouvernementales à Kiev.

La Russie a réagi à la décision de l’administration Biden en déclarant que Washington “flirtait avec les néonazis”.

Ce n’est pas la première fois que l’on constate la proximité entre les libéraux atlantistes américains et Azov. L’ambassadeur d’Obama en Russie, Michael McFaul, a prononcé un discours en 2023 devant le logo Wolfsangel d’Azov, dérivé des SS, aux côtés de membres de l’unité à l’université de Stanford.

Pendant le siège de Marioupol, la brigade Azov est devenue célèbre en Ukraine pour sa défense de la ville, bien que plus de 900 de ses combattants aient fini par se rendre aux Russes. Après leur capture, 22 membres de la brigade ont été jugés pour terrorisme. Comme les combattants de la brigade capturés à Marioupol sont toujours détenus comme prisonniers de guerre par la Russie, “Free Azov” est devenu un slogan courant dans les manifestations pro-guerre et pro-gouvernementales à Kiev.

La Russie a réagi à la décision de l’administration Biden en déclarant que Washington “flirtait avec les néonazis”.

Mason Letteau Stallings, 12 juin 2024

Mason est le stagiaire de la rédaction de l’ISI pour l’été 24 à The American Conservative. Il est étudiant à l’université Washington de St. Louis et rédacteur en chef du Danforth Dispatch, un journal étudiant indépendant de cette université. Il est également chroniqueur mensuel à l’American Postliberal.

Source:https://www.theamericanconservative.com/biden-administration-allows-military-aid-to-ukraines-azov-brigade/