Ron Unz est l’éditeur en chef de The Unz Review, « une sélection de médias alternatifs rassemblant des perspectives intéressantes, importantes et controversées largement exclues des médias dominants américains»Il y tient une chronique intitulée American Pravda, où il revient sur les mensonges, dissimulations et omissions de l’histoire officielle et de la presse institutionnelle. La Pravda était l’organe officiel en URSS, devenu aujourd’hui un synonyme de propagande d’Etat en Occident.


Par Ron Unz | 25 juin 2018 | Unz Review

1ère partie

Un puissant barrage peut retenir une immense quantité d’eau, mais une fois brisé, l’inondation qui en résulte peut balayer tout ce qui se trouve sur son passage. J’ai passé presque toute ma vie à ne jamais mettre en doute le fait qu’un tireur solitaire nommé Lee Harvey Oswald avait tué le président John F. Kennedy, ni qu’un autre tireur solitaire avait pris la vie de son frère cadet, Robert, quelques années plus tard. Puis, quand j’en suis arrivé à accepter que ces contes de fées n’étaient que des contes de fées, fait reconnu par nombre d’élites politiques disant pourtant publiquement le contraire, j’ai commencé à considérer d’autres aspects de cette importante histoire, le plus évident étant de savoir qui était derrière cette conspiration et quels en étaient les motifs.

Mais le passage d’un demi-siècle et la mort, naturelle ou non, de presque tous les témoins de cette époque réduit drastiquement tout espoir de parvenir à une conclusion définitive. Au mieux, nous pouvons évaluer des possibilités et des plausibilités plutôt que des probabilités élevées et encore moins des certitudes. Et étant donné l’absence totale de preuves tangibles, notre exploration des origines de l’assassinat doit nécessairement reposer sur une prudente spéculation.

Avec un tel éloignement temporel, une vue de hauteur peut être un point de départ raisonnable qui nous permettra de nous concentrer sur les quelques éléments mettant en lumière une plausible conspiration, éléments qui semblent raisonnablement bien établis. Les récents livres de David Talbot et James W. Douglass sont un bon résumé de l’ensemble des preuves accumulées au fil des décennies par une armée de chercheurs diligents intéressés par cet assassinat. La plupart des instigateurs les plus visibles de ce crime semblent avoir eu des liens étroits avec le crime organisé, la CIA ou divers groupes d’activistes anti-Castro, avec un chevauchement considérable entre ces catégories. Oswald lui-même correspondait certainement à ce profil, bien qu’il était très probablement le simple « homme de paille » qu’il prétendait être, tout comme Jack Ruby, l’homme qui l’a rapidement réduit au silence et dont les liens avec le milieu criminel étaient profonds et dataient depuis longtemps.

Un enchaînement inhabituel d’événements a fourni certaines des preuves les plus solides de l’implication de la CIA. Victor Marchetti, un agent de carrière de la CIA, s’est élevé dans la hiérarchie pour devenir l’adjoint spécial du directeur adjoint, un poste d’une certaine importance, avant de démissionner en 1969 à cause de divergences politiques. Bien qu’il ait mené une longue bataille avec les censeurs du gouvernement à propos de son livre intitulé La CIA et le Culte du renseignement, il a gardé des liens étroits avec de nombreux anciens collègues de l’agence.

Au cours des années 1970, les révélations du Comité sénatorial de l’Église et du Comité spécial de la Chambre sur les assassinats avaient commencé à casser l’image de la CIA auprès du public, et les soupçons quant aux liens possibles entre celle-ci et l’assassinat de JFK augmentaient d’autant. En 1978, le chef du contre-espionnage de la CIA, James Angleton, et un collègue ont fourni à Marchetti un renseignement explosif, déclarant que l’agence pourrait avoir l’intention d’admettre un lien avec l’assassinat, qui avait impliqué trois tireurs, mais ferait porter la faute à E. Howard Hunt, un ancien officier de la CIA qui était devenu célèbre pendant le Watergate, en le faisant passer pour un agent voyou, ainsi que quelques autres collègues tout aussi discrédités. Marchetti a publié l’article dans The Spotlight, un tabloïd national dirigé par Liberty Lobby, une organisation populiste de droite basée à Washington. Bien que le sujet ait été presque totalement ignoré par les médias grand public, The Spotlightétait alors au sommet de son influence, avec près de 400 000 abonnés, soit un lectorat aussi important que le total combiné de The New RepublicThe Nation et National Review.

L’article de Marchetti suggérait que Hunt était effectivement à Dallas pendant l’assassinat, ce qui a donné lieu à une poursuite en diffamation avec des dommages-intérêts potentiels assez importants pour mettre la publication en faillite. Mark Lane, chercheur de longue date sur l’assassinat de JFK, a pris conscience de la situation et a offert ses services à Liberty Lobby, espérant utiliser les procédures judiciaires, y compris le processus de découverte et le pouvoir d’assignation à comparaître, comme moyen d’obtenir des preuves supplémentaires sur l’assassinat, et après diverses décisions de justice et appels, l’affaire n’a finalement été jugée qu’en 1985.

Comme Lane le raconte dans son best-seller de 1991, Plausible Denial, sa stratégie s’est généralement révélée très efficace, lui permettant non seulement de remporter le verdict du jury contre Hunt, mais aussi d’obtenir le témoignage sous serment d’un ancien agent de la CIA sur son implication personnelle dans le complot ainsi que les noms de plusieurs autres participants, bien qu’ils aient prétendu que leur rôle avait été strictement périphérique. Et même si Hunt a continué, pendant des décennies, à nier totalement tout lien avec l’assassinat, vers la fin de sa vie, il a réalisé une série d’interviews enregistrées sur bande vidéo dans lesquelles il a admis avoir effectivement été impliqué dans l’assassinat de JFK et nommé plusieurs autres conspirateurs, tout en affirmant que son propre rôle n’avait été que périphérique. Les aveux explosifs de Hunt sur son lit de mort ont été relatés dans un important article de Rolling Stone, en 2007, et ont également fait l’objet d’une analyse approfondie dans les livres de Talbot, en particulier le deuxième, mais ont encore été largement ignorés par les médias.

Beaucoup de ces mêmes conspirateurs apparents, issus de la même alliance de groupes, avaient déjà été impliqués dans les diverses tentatives du gouvernement américain pour assassiner Castro ou renverser son gouvernement communiste, et ils avaient développé une hostilité amère envers le président Kennedy pour ce qu’ils considéraient comme sa trahison pendant le fiasco de la Baie des Cochons et par la suite. Par conséquent, il y a une tendance naturelle à considérer cette animosité comme le facteur central derrière l’assassinat, une perspective généralement suivie par Talbot, Douglass et de nombreux autres écrivains. Ils en concluent que Kennedy est mort aux mains des anticommunistes de la ligne dure, outragés par sa faiblesse à l’égard de Cuba, de la Russie et du Vietnam, sentiments qui étaient certainement répandus dans les cercles politiques de droite au plus fort de la guerre froide.

Si cette explication de l’assassinat est certainement possible, elle est loin d’être certaine. On peut facilement imaginer que la plupart des participants de niveau inférieur aux événements de Dallas étaient motivés par de telles considérations, mais que les figures centrales qui ont organisé l’intrigue et mis les choses en mouvement avaient des motivations différentes. Tant que tous les conspirateurs étaient d’accord sur l’élimination de Kennedy, il n’y avait pas besoin d’un accord absolu sur le motif. En effet, les hommes qui ont longtemps été impliqués dans le crime organisé ou dans des opérations clandestines de renseignement ont certainement l’expérience du secret opérationnel, et beaucoup d’entre eux ne s’attendent pas à connaître l’identité, et encore moins les motifs précis, des hommes se tenant au sommet de l’opération qu’ils sont en train d’exécuter.

Nous devons également faire une distinction nette entre l’implication d’individus particuliers et l’implication d’une organisation en tant qu’organisation. Par exemple, le directeur de la CIA, John McCone, était loyal à Kennedy, avait été nommé pour faire le ménage quelques années avant l’assassinat et était sûrement innocent de la mort de son patron. D’autre part, les preuves considérables montrant que de nombreux agents de la CIA ont participé à l’action ont naturellement éveillé les soupçons envers certains de leurs supérieurs les plus haut placés, peut-être même en tant qu’organisateurs principaux de cette conspiration.

Ces raisonnables spéculations peuvent avoir été amplifiées par des éléments de partialité personnelle. Beaucoup des auteurs éminents qui ont enquêté sur l’assassinat de JFK au cours des dernières années sont de fervents libéraux et ont peut-être laissé leur idéologie obscurcir leur jugement. Ils cherchent souvent à localiser les organisateurs de l’élimination de Kennedy parmi les figures de droite qu’ils n’aiment pas, même lorsque l’affaire est loin d’être vraiment plausible.

Mais considérez les motifs supposés des anticommunistes purs et durs, près du sommet de la hiérarchie de la sécurité nationale, qui auraient pu organiser l’élimination de Kennedy parce qu’il s’est écarté d’une solution militaire complète dans l’affaire de la Baie des cochons et les incidents de la crise des missiles cubains. Étaient-ils si absolument sûrs qu’un président Johnson aurait une politique si différente au point de risquer leur vie ou leur position publique pour organiser une conspiration en vue d’assassiner un président américain ?

La future élection présidentielle était prévue dans moins d’un an, et le changement de position de Kennedy sur les droits civils lui aurait probablement coûté la quasi-totalité des États du Sud, ceux-là même qui lui avaient fourni sa marge de victoire électorale en 1960. Une série de déclarations publiques ou de fuites embarrassantes auraient pu suffire à le démettre de ses fonctions par des moyens politiques traditionnels, peut-être en le remplaçant par un dur de la guerre froide comme Barry Goldwater ou un autre Républicain. Les militaristes ou les hommes d’affaires, ceux impliqués par les recherches des libéraux sur JFK, auraient-ils été si désespérés qu’ils n’auraient pas attendu ces quelques mois supplémentaires pour voir ce qui se passerait ?

Basé sur des preuves extrêmement circonstancielles, le livre de Talbot, The Devil’s Chessboard, publié en 2015, une sorte de suite à Brothers, suggère que l’ancien directeur de la CIA, Allan Dulles, pouvait être le probable cerveau de la conspiration, son motif étant un mélange entre ses opinions extrêmes vis-à-vis de la guerre froide et sa colère personnelle à cause de son renvoi de la CIA en 1961.

Bien que son implication soit certainement possible, des questions évidentes se posent pourtant. Dulles était un retraité de soixante-dix ans, avec une très longue et distinguée carrière dans la fonction publique, ainsi qu’un frère ayant servi comme secrétaire d’État d’Eisenhower. Il venait de publier The Craft of Intelligence, qui bénéficiait d’un traitement très favorable dans les médias de l’établissement, et il était lancé dans une grande tournée promotionnelle pour ses livres. Aurait-il vraiment tout risqué – y compris la réputation de sa famille dans les livres d’histoire – pour organiser le meurtre d’un président élu des États-Unis, un acte sans précédent, d’une nature totalement différente de celle d’essayer de destituer un dirigeant guatémaltèque au nom de supposés intérêts nationaux américains ? Il est certain qu’utiliser ses nombreux contacts avec les médias et les services de renseignements pour divulguer des informations embarrassantes sur les escapades sexuelles notoires de JFK au cours de la prochaine campagne présidentielle aurait été un moyen beaucoup plus sûr de tenter d’obtenir un résultat équivalent. Et il en va de même pour J. Edgar Hoover et beaucoup d’autres puissants personnages de Washington qui haïssaient Kennedy pour des raisons similaires.

Par contre, il est plus facile d’imaginer que ces personnes aient eu une certaine connaissance de la conspiration ou qu’elles l’ont peut-être même facilitée ou y ont participé dans une mesure limitée. Et une fois qu’elle a réussi, et que leur ennemi personnel a été remplacé, ils auraient certainement été extrêmement disposés à aider à camoufler et à protéger la réputation du nouveau régime, un rôle que Dulles a pu jouer en tant que membre le plus influent de la Commission Warren. Mais ces activités sont différentes d’être l’organisateur clé de l’assassinat d’un président.

Tout comme dans le milieu de la sécurité nationale, de nombreux dirigeants du crime organisé étaient indignés des actions entreprises par l’administration Kennedy. À la fin des années 1950, Robert Kennedy ciblait particulièrement la mafia lorsqu’il était conseiller juridique en chef du Comité sénatorial sur le racisme dans le monde du travail. Mais pour l’élection de 1960, le patriarche de la famille, Joseph Kennedy, avait utilisé ses propres liens de longue date avec la mafia pour obtenir son soutien à la campagne présidentielle de son fils aîné et, de l’avis général, les votes volés par les machines politiques corrompues, à Chicago et ailleurs, ont contribué à placer JFK à la Maison-Blanche, et Robert Kennedy comme procureur général. Frank Sinatra, un partisan enthousiaste de Kennedy, avait également aidé à faciliter cet arrangement en utilisant son influence auprès des dirigeants sceptiques de la mafia.

Cependant, au lieu de rembourser ce soutien électoral crucial par des faveurs politiques, le procureur général Robert Kennedy, ignorant peut-être toute négociation, a rapidement déclenché une guerre totale contre le crime organisé, beaucoup plus grave que tout ce qui avait été fait auparavant au niveau fédéral, et les chefs du crime ont considéré cela comme un coup de poignard dans le dos de la part de la nouvelle administration. Quand Joseph Kennedy est mort d’un accident vasculaire cérébral incapacitant, fin 1961, ils ont également perdu tout espoir qu’il puisse utiliser son influence pour faire respecter les accords qu’il avait conclu l’année précédente. Les écoutes du FBI révélèrent que le chef de la mafia, Sam Giancana, avait décidé de faire tuer Sinatra pour son rôle dans cette affaire ratée, n’épargnant la vie du chanteur que parce qu’il aimait particulièrement la voix de l’un des Italo-Américains les plus célèbres du XXe siècle.

Ces chefs du crime organisé et certains de leurs proches associés, comme le patron des Teamsters, Jimmy Hoffa, ont certainement développé une forte haine envers les Kennedy, ce qui a naturellement amené certains auteurs à désigner la mafia comme les organisateurs probables de l’assassinat, mais je trouve personnellement cela peu probable. Pendant de nombreuses décennies, les patrons américains du crime entretenaient des relations complexes et variées avec des personnalités politiques, qui étaient parfois leurs alliés et parfois leurs persécuteurs, et il y a sûrement eu beaucoup de trahisons au fil des années. Cependant, je ne connais pas un seul cas où une personnalité politique, même modérément connue sur la scène nationale, ait été la cible d’un assassinat par la mafia, et il semble peu probable que la seule exception puisse être un président populaire, acte qu’ils auraient probablement considéré comme étant complètement hors de leur domaine d’activité. Par contre, si des individus bien placés dans la sphère politique de Kennedy ont mis en branle un complot pour l’éliminer, ils auraient peut-être trouvé facile de s’assurer la coopération enthousiaste de divers dirigeants de la mafia.

En outre, les preuves solides selon lesquelles de nombreux agents de la CIA ont été impliqués dans le complot donnent à penser qu’ils ont été recrutés et organisés par une personne haut placée dans leur propre hiérarchie du renseignement ou du monde politique plutôt que par la possibilité moins probable qu’ils aient été recrutés uniquement par des dirigeants du monde parallèle du crime organisé. Et bien que les patrons du crime aient pu organiser l’assassinat eux-mêmes, ils n’avaient certainement pas les moyens d’orchestrer le camouflage ultérieur opéré par la Commission Warren, et les dirigeants politiques américains n’auraient pas été disposés à protéger les chefs de la mafia des enquêtes et des sanctions appropriées pour un tel acte odieux.

Si un mari ou une femme est retrouvé assassiné, sans suspect ou motif évident à portée de main, l’attitude normale de la police est d’enquêter soigneusement sur le conjoint survivant, et bien souvent cette suspicion s’avère correcte. De même, si vous lisez dans vos journaux que dans un obscur pays du Tiers Monde deux dirigeants farouchement hostiles, tous deux avec des noms imprononçables, partageaient le pouvoir politique suprême jusqu’à ce que l’un d’entre eux soit soudainement frappé dans un mystérieux assassinat par des conspirateurs inconnus, vos pensées prendraient certainement une direction évidente. Au début des années 1960, la plupart des Américains ne percevaient pas la politique de leur propre pays sous un tel jour, mais ils se trompaient peut-être. En tant que nouveau venu dans le monde énorme et souterrain de l’analyse du complot contre JFK, mon attention a immédiatement été retenue par l’évidente suspicion à l’égard du vice-président Lyndon B. Johnson (LBJ), le successeur immédiat du dirigeant assassiné et le plus évident bénéficiaire du crime.

Les deux livres de Talbot et celui de Douglass, totalisant quelque 1500 pages, ne consacrent que quelques paragraphes au soupçon d’implication de Johnson. Le premier livre de Talbot rapporte qu’immédiatement après l’assassinat, le vice-président avait exprimé une inquiétude frénétique à ses assistants personnels qu’un coup d’État militaire pourrait être en cours ou qu’une guerre mondiale pourrait éclater, et suggère que ces quelques mots occasionnels démontrent son innocence évidente, bien qu’un observateur plus cynique puisse se demander si ces remarques n’ont pas justement été prononcées dans cette intention. Le deuxième livre de Talbot cite un conspirateur de bas étage affirmant que Johnson avait personnellement organisé le complot et admet que Hunt pensait la même chose, mais traite de telles accusations avec un scepticisme considérable, avant d’ajouter une seule phrase reconnaissant que Johnson pourrait avoir été un partisan passif ou même un complice. Douglass et Peter Dale Scott, auteur de l’influent livre Deep Politics and the Death of JFK, publié en 1993, ne semblent même pas avoir envisagé cette possibilité.

Des considérations idéologiques sont probablement la raison principale de cette remarquable réticence. Bien que les libéraux aient fini par détester LBJ vers la fin des années 1960 à cause son escalade dans l’impopulaire guerre du Vietnam, au fil des décennies ces sentiments se sont estompés tandis que les doux souvenirs de son adoption de la législation historique sur les droits civils et de sa création des programmes dits de la « Grande Société » ont élevé sa stature dans ce camp idéologique. En outre, cette législation a longtemps été bloquée au Congrès et n’est devenue loi qu’à cause du raz-de-marée démocrate au Congrès en 1964, à la suite du martyre de JFK, et il pourrait être difficile pour les libéraux d’admettre que leurs rêves les plus chers n’ont été réalisés que grâce à un acte de parricide politique.

Kennedy et Johnson étaient peut-être des rivaux personnels intensément hostiles, mais il semble qu’il y ait eu peu de divergences idéologiques vraiment profondes entre les deux hommes, et la plupart des figures de proue du gouvernement de JFK ont continué à servir sous son successeur, une autre source d’énorme embarras pour tout libéral qui en serait venu à soupçonner que le premier ait été assassiné par une conspiration impliquant le second. Talbot, Douglass, et beaucoup d’autres partisans de gauche préfèrent pointer du doigt des méchants beaucoup plus dignes de l’être tels que des extrémistes, des combattants anticommunistes de la guerre froide et des éléments de droite, notamment les hauts responsables de la CIA, comme l’ancien directeur Allan Dulles.

Un facteur supplémentaire aidant à expliquer l’extrême réticence de Talbot, Douglass et d’autres à considérer Johnson comme un suspect évident peut être les réalités de l’industrie de l’édition de livres. Dans les années 2000, les différentes théories expliquant le complot contre JFK étaient devenues depuis longtemps sans intérêt et étaient traitées avec dédain dans les cercles dominants. La solide réputation de Talbot, ses 150 entrevues originales et la qualité de son manuscrit ont brisé cette barrière et ont attiré The Free Press, un éditeur très respectable, puis, par la suite, a engendré une critique fortement positive de la part d’un universitaire de premier plan dans le New York Times Sunday Book Review et un segment télévisé d’une heure diffusé sur C-Span Booknotes. Mais s’il avait consacré de l’espace à exprimer des soupçons disant que notre 35e président aurait été assassiné par notre 36e, le poids de cet élément supplémentaire de « théorie de conspiration scandaleuse » aurait certainement assuré que son livre ait coulé sans laisser de trace.

Cependant, si nous nous débarrassons de ces aveuglements idéologiques et des considérations pratiques de l’édition américaine, la preuve prima facie de l’implication de Johnson semble tout à fait convaincante.

Prenons un point très simple. Si un président est frappé par un groupe de conspirateurs inconnus, son successeur aurait normalement le plus grand intérêt à les retrouver, de peur qu’il ne devienne leur prochaine victime. Pourtant, Johnson n’a rien fait, à part nommer la Commission Warren qui a couvert toute l’affaire, accusé un « tireur solitaire »erratique, et mort, comme par hasard. Cela semble remarquablement étrange de la part d’un LBJ innocent. Cette conclusion ne dit pas que Johnson ait été le cerveau, ni même un participant actif, mais elle soulève le fort soupçon qu’il avait au moins une certaine connaissance de l’intrigue, et jouissait d’une bonne relation personnelle avec certains des maîtres d’œuvre.

Une conclusion similaire est étayée par une analyse inverse. Si le complot a réussi et Johnson est devenu président, les conspirateurs devaient sûrement avoir eu raisonnablement confiance dans le fait qu’ils seraient protégés plutôt que d’être traqués et punis comme traîtres par le nouveau président. Même un assassinat entièrement réussi comporterait d’énormes risques à moins que les organisateurs ne croient que Johnson ferait exactement ce qu’il a fait, et le seul moyen d’y parvenir serait de le sonder sur ce plan, au moins d’une manière vague, et d’obtenir son acquiescement passif.

Sur la base de ces considérations, il semble extrêmement difficile de croire qu’un complot d’assassinat contre JFK ait eu lieu sans que Johnson ne le sache à l’avance, ou qu’il n’ait pas été pas une figure centrale dans le camouflage du crime qui s’en est suivi.

Et puis les détails spécifiques de la carrière de Johnson et sa situation politique à la fin de 1963 renforcent grandement ces arguments entièrement génériques. Un correctif très utile à cette approche de style « ne voyez pas le diable » envers Johnson de la part des auteurs libéraux de JFK est le livre The Man Who Killed Kennedy : The Case Against LBJ, de Roger Stone, publié en 2013. Stone, un agent politique républicain de longue date, qui a débuté sous la direction de Richard Nixon, présente un puissant argumentaire montrant que Johnson était le genre d’individu qui aurait pu facilement prêter sa main au meurtre politique, et aussi qu’il avait de bonnes raisons de le faire.

Entre autres choses, Stone rassemble une énorme masse d’informations convaincantes concernant les décennies de pratiques extrêmement corrompues et criminelles de Johnson au Texas, y compris des affirmations assez plausibles selon lesquelles celles-ci auraient pu inclure plusieurs meurtres. Dans un étrange incident datant de 1961 qui préfigure étrangement la conclusion de la Commission Warren, un inspecteur du gouvernement fédéral enquêtant sur un important stratagème de corruption au Texas impliquant un proche allié de LBJ a été retrouvé mort de cinq balles dans la poitrine et l’abdomen. Pourtant la mort a été officiellement déclarée « suicide » par les autorités locales, et cette conclusion a été rapportée sans être mise en question dans les pages du Washington Post.

Certes, un aspect remarquable de la carrière de Johnson est qu’il est né très pauvre, qu’il a occupé des emplois gouvernementaux mal payés tout au long de sa vie, mais qu’il a prêté serment comme le président le plus riche de l’histoire américaine moderne, ayant accumulé une fortune personnelle de plus de 100 millions de dollars actuels, les gains financiers de ses bienfaiteurs corporatifs ayant été blanchis par l’entremise de l’entreprise de son épouse. On se souvient si peu de cette étrange anomalie de nos jours qu’un journaliste politique de premier plan a exprimé son incrédulité totale lorsque je lui en ai parlé il y a dix ans.

Stone esquisse aussi efficacement la situation politique très difficile à laquelle Johnson devait faire face à la fin de 1963. Il était à l’origine entré dans la course à la présidence de 1960 en tant que l’un des Démocrates les plus puissants du pays et le candidat de son parti, certainement comparé à un Kennedy beaucoup plus jeune, qu’il dépassait largement en stature politique et qu’il méprisait aussi quelque peu. Sa défaite, qui impliquait de nombreuses transactions sournoises de part et d’autre, a été un énorme coup personnel. Les moyens par lesquels il a réussi à devenir vice président ne sont pas tout à fait clairs, mais Stone et Seymour Hersh dans The Dark Side of Camelot suggèrent fortement que le chantage personnel était un facteur plus important que l’équilibre géographique des votes. Quoi qu’il en soit, la victoire de Kennedy en 1960 aurait été beaucoup plus difficile sans que le Texas ne tombe de justesse dans la corbeille démocrate, et la fraude électorale de la puissante machine politique de Johnson semble en avoir été un facteur important.

Dans de telles circonstances, Johnson s’attendait naturellement à jouer un rôle majeur dans la nouvelle administration, et il avait même demandé un important rôle politique mais, au lieu de cela, il s’est trouvé immédiatement mis à l’écart et traité avec un mépris total, devenant bientôt un personnage abandonné sans autorité ou influence. Au fil du temps, les Kennedy avaient même prévu se débarrasser de lui, et quelques jours avant l’assassinat, ils discutaient déjà de qui mettre à sa place pour la future élection. Une grande partie de la longue histoire de corruption extrême de Johnson au Texas et à Washington est apparue après la chute de Bobby Baker, son principal homme de main politique et, sous les encouragements de Kennedy, Life Magazine préparait un énorme exposé de ses antécédents sordides et souvent criminels, jetant les bases de sa mise en accusation et peut-être d’une longue peine de prison. À la mi-novembre 1963, Johnson semblait être une figure politique désespérée et au bout du rouleau, mais une semaine plus tard, il est devenu le président des États-Unis, et tous ces scandales tourbillonnants ont été soudainement oubliés. Stone prétend même que l’immense espace du magazine réservé à la mise en accusation de Johnson a finalement été rempli par l’histoire de l’assassinat de JFK.

En plus de documenter efficacement la sordide histoire personnelle de Johnson et sa destruction imminente par les Kennedy à la fin de 1963, Stone ajoute également de nombreux témoignages personnels fascinants, qui peuvent être fiables ou non. Selon lui, alors que son mentor, Nixon, regardait la scène au poste de police de Dallas où Jack Ruby a tiré sur Oswald, il est devenu blanc comme un linge et a expliqué qu’il connaissait personnellement le tireur, donc son nom de naissance, Rubenstein. Alors qu’il travaillait pour un comité de la Chambre en 1947, un proche allié et éminent avocat de la mafia lui avait conseillé d’engager Ruby comme enquêteur, et lui avait dit qu’il était « l’un des hommes de Lyndon Johnson ». Stone affirme également que Nixon avait un jour fait remarquer que bien qu’il ait longtemps cherché à obtenir la présidence, contrairement à Johnson « je n’étais pas prêt à tuer pour elle ». Il rapporte en outre que l’ambassadeur du Vietnam, Henry Cabot Lodge, et de nombreuses autres personnalités politiques de Washington étaient absolument convaincus de l’implication directe de Johnson dans l’assassinat.

Stone a passé plus d’un demi-siècle comme agent politique impitoyable, une position qui lui a fourni un accès personnel unique aux individus qui ont participé aux grands événements du passé, mais qui porte aussi la réputation de peu respecter la vérité, et l’on doit soigneusement peser ces facteurs conflictuels les uns par rapport aux autres. Personnellement, j’ai tendance à croire la plupart des histoires de témoins oculaires qu’il fournit. Mais même les lecteurs qui restent sceptiques devraient trouver utile la grande collection de détails sordides concernant l’histoire de LBJ que le livre fournit.

Pour finir, un incident historique apparemment sans rapport a, à l’origine, soulevé mes propres soupçons quant à la participation de Johnson.

Juste avant le déclenchement de la guerre des Six jours, en 1967, Johnson avait envoyé l’U.S.S. Liberty, notre navire de collecte de renseignements le plus perfectionné, pour rester au large des côtes dans les eaux internationales et surveiller de près la situation militaire. Il a été publié des affirmations selon lesquelles il avait accordé à Israël un feu vert pour son attaque préventive, mais craignant de risquer une confrontation nucléaire avec les Soviétiques à cause de leur soutien envers la Syrie et l’Égypte, avait strictement circonscrit les limites de l’opération militaire, envoyant le Liberty pour garder un œil sur les développements et peut-être aussi pour « montrer à Israël qui était le patron ».

Que cette reconstruction soit correcte ou non, les Israéliens ont rapidement lancé une attaque totale contre ce navire presque sans défense malgré le grand pavillon américain qu’il déployait, ont lancé leurs avions de chasse et leurs torpilleurs pour le couler au cours d’un assaut qui a duré plusieurs heures, tout en mitraillant les canots de sauvetage pour s’assurer qu’il n’y aurait pas de survivants. La première étape de l’attaque avait visé l’antenne de communication principale, et sa destruction ainsi que le brouillage israélien empêchaient toute communication avec les autres forces navales américaines situées dans la région.

En dépit de ces conditions très difficiles, un membre de l’équipage a héroïquement réussi à installer une antenne de remplacement pendant l’attaque, et en essayant de nombreuses fréquences différentes, il a réussi à échapper au brouillage et à contacter la sixième flotte américaine, les informant de la situation désespérée. Pourtant, bien que des avions de transport aient été envoyés à deux reprises pour sauver le Liberty et chasser les attaquants, chaque fois ils ont été rappelés, apparemment sur ordre direct des plus hautes autorités du gouvernement américain. Une fois que les Israéliens ont appris que d’autres forces américaines avaient appris la nouvelle, ils ont rapidement interrompu leur attaque, et le Liberty fortement endommagé a fini par se traîner jusqu’au prochain port, avec plus de 200 marins morts et blessés, ce qui représente la plus grande perte de soldats américains dans un incident naval depuis la Seconde Guerre mondiale.

Bien que de nombreuses médailles aient été remises aux survivants, la nouvelle de l’incident a été totalement recouverte par le sceau du secret et, dans un geste sans précédent, même les médailles d’honneur du Congrès n’ont été décernées qu’au cours d’une cérémonie privée. Les survivants ont également été sévèrement menacés d’une cour martiale immédiate s’ils parlaient de ce qui s’était passé, avec la presse ou qui que ce soit. Malgré la preuve accablante que l’attaque était intentionnelle, une cour d’enquête navale présidée par l’amiral John S. McCain, Jr, le père de l’actuel sénateur, a blanchi l’incident en le faisant passer pour un tragique accident, et une censure totale des médias a complètement enterré les faits. La véritable histoire n’a commencé à sortir que des années plus tard, lorsque James M. Ennes, Jr, un survivant du Liberty, a pris le risque de graves conséquences juridiques et a publié, en 1979, Assault on the Liberty.

En l’occurrence, les interceptions par la NSA des communications israéliennes entre les avions d’attaque et Tel-Aviv, traduites de l’hébreu, ont pleinement confirmé que l’attaque avait été entièrement délibérée, et comme beaucoup de morts et de blessés étaient des employés de la NSA, la suppression de ces faits a grandement choqué leurs collègues. Mon vieil ami Bill Odom, le général trois étoiles qui dirigeait la NSA pour Ronald Reagan, a plus tard habilement contourné les restrictions de ses maîtres politiques en faisant de ces interceptions incriminantes une partie du programme standard de formation Sigint requis pour tous les agents de renseignement.

En 2007, un ensemble inhabituel de circonstances a finalement mis fin à cette censure de trente ans par les médias grand public. L’investisseur immobilier Sam Zell, un milliardaire juif extrêmement dévoué à Israël, avait orchestré un rachat par effet de levier de la Tribune Company, société mère du Los Angeles Times et du Chicago Tribune, n’investissant qu’une partie de son propre argent, la majeure partie du financement provenant des fonds de pension de la société qu’il était en train d’acquérir. Largement acclamé comme « le danseur sur les tombes » pour ses investissements financiers astucieux, Zell s’est vanté publiquement que ce genre de transaction lui apportait tous les avantages et peu de risques. Une telle approche s’est avérée judicieuse pour lui puisque l’accord s’est rapidement effondré en faillite, et bien que Zell en soit sorti presque indemne, les rédacteurs en chef et les journalistes ont perdu des décennies de retraites accumulées, tandis que des licenciements massifs ont rapidement dévasté les salles de rédaction de ce qui avait été deux des journaux les plus importants et les plus prestigieux du pays. Peut-être par coïncidence, juste au moment de cette faillite, fin 2007, la Tribunepubliait un article massif de 5 500 mots sur l’attaque du Liberty, représentant la première et seule fois où un compte rendu aussi complet des faits réels soit apparu dans un média grand public.

De l’avis général, Johnson était un individu doté d’un ego personnel très fort, et lorsque j’ai lu l’article, j’ai été frappé par l’étendue de son étonnante soumission à l’État juif. L’influence des dons de campagne et d’une couverture médiatique favorable me semble insuffisante pour expliquer sa réaction à un incident qui a coûté la vie à tant de soldats américains. J’ai commencé à me demander si Israël n’aurait pas utilisé un joker politique extraordinairement puissant pour montrer à LBJ « qui était vraiment le patron » et, quand j’ai découvert la réalité du complot contre JFK, un ou deux ans plus tard, j’ai cru deviner quel était ce joker. Au fil des ans, je suis devenu assez ami avec le regretté Alexander Cockburn, et une fois où nous avons déjeuné ensemble, je lui ai exposé mes idées. Bien qu’il ait toujours négligemment rejeté les théories du complot concernant JFK comme une absurdité totale, il a trouvé mon hypothèse tout à fait intrigante.

Indépendamment de ces spéculations, les circonstances étranges de l’incident du Liberty ont certainement démontré la relation exceptionnellement étroite entre le président Johnson et le gouvernement d’Israël, ainsi que la possibilité des médias grand public de passer des décennies à cacher des événements de nature remarquable si ceux-ci heurtent certaines sensibilités.

Il est important que ces considérations soient gardées à l’esprit alors que nous allons commencer à explorer la théorie la plus explosive mais la moins envisagée de l’assassinat de JFK. Il y a près de vingt-cinq ans, le regretté Michael Collins Piper a publié un jugement définitif présentant un très grand nombre de preuves circonstancielles selon lesquelles Israël et ses services secrets du Mossad, ainsi que leurs collaborateurs américains, ont probablement joué un rôle central dans la conspiration.

Pendant les décennies qui ont suivi l’assassinat de 1963, pratiquement aucun soupçon n’a jamais été dirigé contre Israël et, par conséquent, aucun des centaines ou milliers de livres publiés au cours des années 1960, 1970 et 1980 dont le sujet portait sur les complots d’assassinats n’a jamais laissé entendre que le Mossad ait pu jouer un rôle quelconque, alors que presque tous les autres coupables possibles, du Vatican aux Illuminati, aient fait l’objet d’un examen minutieux. Plus de 80% des juifs avaient voté pour Kennedy lors de son élection de 1960, des juifs américains figuraient en bonne place à la Maison Blanche, et il était grandement encensé par des personnalités médiatiques, des célébrités et des intellectuels juifs, allant de New York à Hollywood en passant par l’Ivy League. De plus, des personnes d’origine juive comme Mark Lane et Edward Epstein figuraient parmi les premiers dénonciateurs d’un complot d’assassinat, leurs théories controversées étant défendues par des célébrités culturelles juives influentes comme Mort Sahl et Norman Mailer. Étant donné que l’administration Kennedy était largement perçue comme étant pro-Israël, il ne semblait y avoir aucun motif possible pour une quelconque implication du Mossad et des accusations bizarres et totalement non fondées d’une telle nature dirigées contre l’État juif n’étaient guère susceptibles de gagner beaucoup d’intérêt dans une industrie de l’édition massivement pro-Israël.

Cependant, au début des années 1990, des journalistes et des chercheurs très estimés ont commencé à exposer les circonstances entourant le développement de l’arsenal nucléaire israélien. Le livre de Seymour Hersh intitulé The Samson Option : Israel’s Nuclear Arsenal and American Foreign Policy et publié en 1991, décrit les efforts extrêmes de l’administration Kennedy pour forcer Israël à autoriser des inspections internationales de son réacteur nucléaire prétendument non militaire à Dimona, et ainsi empêcher son utilisation dans la production d’armes nucléaires. Dangerous Liaisons : The Inside Story of the U.S.-Israeli Covert Relationship,d’Andrew et Leslie Cockburn paraissait la même année et couvrait un sujet similaire.

Bien qu’entièrement caché à l’époque, ce conflit politique du début des années 1960 entre les gouvernements américain et israélien au sujet de la mise au point d’armes nucléaires représentait une priorité absolue de la politique étrangère de l’administration Kennedy, qui avait fait de la non-prolifération nucléaire l’une de ses principales initiatives internationales. Il est à noter que John McCone, le directeur de la CIA choisi par Kennedy, avait déjà siégé à la Commission de l’énergie atomique sous Eisenhower, et fut la personne qui a divulgué le fait qu’Israël construisait un réacteur nucléaire pour produire du plutonium.

Les pressions et les menaces financières secrètement appliquées contre Israël par l’administration Kennedy sont finalement devenues si sévères qu’elles ont conduit à la démission du Premier ministre fondateur d’Israël, David Ben Gourion, en juin 1963. Mais tous ces efforts ont été presque entièrement interrompus ou inversés une fois que Kennedy a été remplacé par Johnson en novembre de la même année. Piper note que le livre de Stephen Green, publié en 1984, Taking Sides : America’s Secret Relations With a Militant Israel,montrait déjà que la politique américaine au Moyen-Orient s’était complètement inversée à la suite de l’assassinat de Kennedy, mais cette importante découverte avait attiré peu d’attention à l’époque.

Les sceptiques de la théorie d’une base institutionnelle derrière l’assassinat de JFK ont souvent noté l’extrême continuité dans les politiques étrangères et nationales entre les administrations Kennedy et Johnson, arguant que cela jette un doute sérieux sur un tel possible motif. Bien que cette analyse semble largement correcte, le comportement de l’Amérique à l’égard d’Israël et de son programme d’armes nucléaires constitue une exception très notable à cette continuité.

Les efforts de l’administration Kennedy pour restreindre fortement les activités des lobbies politiques pro-israéliens pouvaient être un autre sujet de préoccupation majeur pour les responsables israéliens. Au cours de sa campagne présidentielle de 1960, Kennedy avait rencontré à New York un groupe de riches défenseurs d’Israël, dirigé par le financier Abraham Feinberg, et ils avaient offert un énorme soutien financier en échange d’une influence déterminante sur la politique du Moyen-Orient. Kennedy est parvenu à leur donner de vagues assurances, mais il a jugé l’incident si troublant que le lendemain matin, il a contacté le journaliste Charles Bartlett, l’un de ses amis les plus proches, et a exprimé son indignation devant le fait que la politique étrangère américaine puisse tomber sous le contrôle des partisans d’une puissance étrangère, promettant que s’il devenait président, il rectifierait cette situation. Et en effet, une fois qu’il a installé son frère Robert comme procureur général, ce dernier a entamé un effort légal majeur pour forcer les groupes pro-israéliens à s’enregistrer comme agents étrangers, ce qui aurait considérablement réduit leur pouvoir et leur influence. Mais après la mort de JFK, ce projet a été rapidement abandonné et, dans le cadre du règlement, le principal lobby pro-israélien a simplement accepté de se reconstituer sous le nom d’AIPAC.

Le livre Final Judgment, a fait l’objet d’un certain nombre de réimpressions après sa parution initiale en 1994 et, à la sixième édition parue en 2004, il comptait plus de 650 pages, y compris de nombreuses longues annexes et plus de 1100 notes de bas de page, la grande majorité d’entre elles faisant référence à des sources entièrement publiques. Le corps du texte est librement utilisable, reflétant le boycott total par tous les éditeurs, grand public ou alternatifs, j’ai pourtant trouvé le contenu lui-même remarquable et généralement assez convaincant. Malgré la censure totale par tous les médias, le livre s’est vendu à plus de 40 000 exemplaires au fil des ans, ce qui en fait un best-seller clandestin et l’a sûrement porté à l’attention de tous les membres de la communauté de recherche sur l’assassinat de JFK, bien qu’apparemment presque aucun d’entre eux n’ait voulu en mentionner l’existence. Je soupçonne ces autres écrivains de s’être rendus compte que même une simple reconnaissance de l’existence du livre, ne serait-ce que pour le ridiculiser ou le rejeter, pourrait s’avérer fatale pour leur carrière dans les médias et l’édition. Piper lui-même est mort en 2015, à l’âge de 54 ans, souffrant de problèmes de santé et d’alcoolisme souvent associés à une pauvreté sinistre, et d’autres journalistes ont peut-être hésité à s’engager vers cette triste fin.

Comme exemple de cette situation étrange, la bibliographie du livre de Talbot contient près de 140 entrées, certaines plutôt obscures, mais ne fait aucune référence à Final Judgment, et son index très complet n’inclut aucune entrée pour Juifs ou Israël. En effet, à un moment donné, il caractérise très délicatement les cadres supérieurs entièrement juifs du sénateur Robert Kennedy en déclarant qu’il n’y avait pas un seul catholique parmi eux. La suite du livre publiée en 2015 est également circonspecte, et bien que l’index contienne de nombreuses entrées concernant les juifs, toutes ces références concernent la Seconde Guerre mondiale et les nazis, y compris sa discussion sur les liens nazis présumés d’Allen Dulles, sa principale bête noire. Le livre de Stone, tout en condamnant sans crainte le président Lyndon Johnson pour l’assassinat de JFK, exclut étrangement Juifs et Israël du long index et du jugement final de la bibliographie, et le livre de Douglass suit le même schéma.

De plus, les inquiétudes extrêmes que l’hypothèse de Piper semble avoir suscitées chez les chercheurs s’intéressant à JFK peuvent expliquer une anomalie étrange. Bien que Mark Lane fût lui-même d’origine juive et de gauche, après sa victoire pour Liberty Lobbydans le procès pour diffamation de Hunt, il a passé de nombreuses années associé à cette organisation et est apparemment devenu très ami avec Piper, l’un de ses principaux écrivains. D’après Piper, Lane lui a dit que Final Judgment avait constitué un « solide dossier » concernant le rôle majeur du Mossad dans l’assassinat, et qu’il considérait cette théorie comme pleinement complémentaire à sa propre focalisation sur l’implication de la CIA. Je soupçonne que les préoccupations au sujet de ces associations peuvent expliquer pourquoi Lane a été presque complètement éliminé des livres de Douglass et Talbot, et discuté dans le deuxième livre de Talbot seulement quand son travail était absolument essentiel à la propre analyse de ce dernier. En revanche, les rédacteurs du New York Times ont peu de chance d’être aussi intéressés par les aspects moins connus de la recherche sur l’assassinat de JFK et, ignorant cette controverse cachée, ils ont offert à Lane la longue et brillante notice nécrologique que sa carrière justifiait pleinement.

Lorsqu’on évalue les suspects possibles d’un crime donné, il est souvent utile de tenir compte de leur comportement passé. Comme nous l’avons vu plus haut, je ne vois pas d’exemple historique où le crime organisé ait monté une tentative d’assassinat contre une personnalité politique américaine, même modérément en vue sur la scène nationale. Et malgré quelques soupçons ici et là, il en va de même pour la CIA.

Par contre, le Mossad israélien et les groupes sionistes qui ont précédé la création de l’État juif semblent avoir un très long historique d’assassinats, y compris ceux de personnalités politiques de haut rang qui pourraient normalement être considérés comme intouchables. Lord Moyne, le ministre d’État britannique pour le Moyen-Orient, a été assassiné en 1944 et le comte Folke Bernadotte, le négociateur de paix de l’ONU envoyé pour aider à résoudre la première guerre israélo-arabe, a subi le même sort en septembre 1948. Même un président américain n’était pas totalement à l’abri de tels risques, et Piper note que les mémoires de Margaret, la fille de Harry Truman, révèlent que des militants sionistes avaient tenté d’assassiner son père à l’aide d’une lettre contenant des produits chimiques toxiques en 1947, car ils estimaient qu’il traînait les talons pour soutenir Israël, bien que cette tentative ratée n’ait jamais été rendue publique. La faction sioniste responsable de tous ces incidents a été dirigée par Yitzhak Shamir, qui est devenu plus tard chef du Mossad et directeur de son programme d’assassinat dans les années 1960, avant de devenir Premier ministre d’Israël en 1986.

Si les révélations faites dans le best-seller publié en 1990 par un transfuge du Mossad, Victor Ostrovsky, sont exactes, Israël a même considéré l’assassinat du président George H.W. Bush, en 1992, pour ses menaces de couper l’aide financière à Israël à cause d’un conflit sur les politiques de colonisation de la Cisjordanie, et l’on m’a dit que l’administration Bush a pris ces rapports très au sérieux. Et bien que je ne l’aie pas encore lu, le récent livre Rise and Kill First: The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations du journaliste Ronen Bergman suggère qu’aucun autre pays au monde n’a utilisé aussi régulièrement l’assassinat comme outil standard de politique étatique.

Il y a d’autres éléments notables qui tendent à appuyer l’hypothèse de Piper. Une fois que nous avons accepté l’existence d’un complot pour l’assassinat de JFK, le seul individu dont on est certain qu’il ait participé fut Jack Ruby, et ses liens avec le crime organisé étaient presque entièrement liés à l’énorme mais rarement mentionnée aile juive de cette entreprise, présidée par Meyer Lansky, un fervent partisan d’Israël. Ruby lui-même avait des liens particulièrement forts avec le lieutenant de Lansky, Mickey Cohen, qui dominait le monde souterrain de Los Angeles et avait été personnellement impliqué dans la vente d’armes à Israël avant la guerre de 1948. En effet, selon le rabbinde Dallas, Hillel Silverman, Ruby avait justifié en privé son assassinat d’Oswald en disant « je l’ai fait pour le peuple juif ».

Il convient également de mentionner un aspect intrigant du film d’Oliver Stone, JFKArnon Milchan, le riche producteur hollywoodien qui a soutenu le projet, n’était pas seulement un citoyen israélien, mais aurait également joué un rôle central dans l’énorme projet d’espionnage visant à détourner la technologie et les matières américaines vers le projet d’armes nucléaires d’Israël, justement l’initiative que l’administration Kennedy voulait tant bloquer. Milchan a même parfois été décrit comme « le James Bond israélien ».Et bien que le film dure trois heures, Stone a scrupuleusement évité de présenter les détails que Piper considérait comme des indices initiaux d’une dimension israélienne, semblant plutôt montrer du doigt le mouvement anticommuniste fanatique américain et la direction du complexe militaro-industriel datant de la guerre froide.

Résumer plus de 300 000 mots de l’histoire et de l’analyse de Piper en quelques paragraphes est évidemment une entreprise impossible, mais la discussion ci-dessus donne un avant-goût raisonnable de l’énorme masse de preuves circonstancielles rassemblées en faveur de l’hypothèse de Piper.

À bien des égards, les études portant sur l’assassinat de JFK sont devenues une discipline académique, et mes références sont assez limitées. J’ai lu peut-être une douzaine de livres sur le sujet, et j’ai aussi essayé d’aborder les problèmes avec l’absence de préjugés et les yeux neufs d’un débutant, mais n’importe quel expert sérieux aurait sûrement digéré des centaines de livres sur le sujet. Bien que l’analyse globale du jugement final m’ait semblé assez convaincante, une bonne partie des noms et des références ne m’étaient pas familiers, et je n’ai tout simplement pas les antécédents nécessaires pour évaluer leur crédibilité, ni pour déterminer si la description des documents présentés est exacte.

Dans des circonstances normales, je me tournerais vers les revues ou les critiques produites par d’autres auteurs, et je les comparerais avec les affirmations de Piper, puis je déciderais quel argument me semblerait le plus fort. Mais bien que Final Judgement ait été publié il y a un quart de siècle, le silence quasi absolu qui entoure l’hypothèse de Piper, surtout de la part des chercheurs les plus influents et crédibles, rend ce travail impossible.

Cependant, l’incapacité de Piper à obtenir un éditeur régulier et les efforts généralisés pour étouffer sa théorie ont eu une conséquence ironique. Puisque le livre est épuisé depuis des années, j’ai eu relativement peu de mal à obtenir le droit de l’inclure dans ma collection de livres HTML controversés, et c’est maintenant fait, permettant ainsi à tout le monde de lire le texte entier et de décider par vous-mêmes, tout en vérifiant facilement la multitude des références ou en cherchant des mots ou des phrases spécifiques.

L’assassinat de Kennedy est certainement l’un des événements les plus dramatiques et les plus médiatisés du XXe siècle, mais la preuve accablante que notre président est mort aux mains d’une conspiration plutôt que d’un « tireur solitaire » excentrique a été presque entièrement censurée par nos médias grand public au cours des décennies qui ont suivi, avec des moqueries et des opprobres sans fin qui se sont empilées sur beaucoup de ceux qui s’entêtent à chercher la vérité. En effet, le terme même de « théorie du complot » est rapidement devenu une insulte standard à l’encontre de tous ceux qui remettent en question les récits de l’establishment, et il y a de fortes preuves que cette utilisation péjorative ait été délibérément promue par les agences gouvernementales concernées par le fait qu’une si grande partie des citoyens américains était de plus en plus sceptique à l’égard de l’histoire de l’explication peu plausible présentée par la Commission Warren. Mais malgré tous ces efforts, cette période peut marquer le point d’inflexion à partir duquel la confiance du public dans nos médias nationaux a commencé son déclin précipité. Une fois qu’un individu conclut que les médias ont menti sur quelque chose d’aussi monumental que l’assassinat de JFK, il commence naturellement à se demander quels autres mensonges peuvent exister.

Bien que je considère maintenant les preuves d’un complot d’assassinat comme écrasantes, je pense que le passage de tant de décennies a éliminé tout espoir réel de parvenir à une conclusion ferme sur l’identité des principaux organisateurs ou sur leurs motivations. Ceux qui ne sont pas d’accord avec cette évaluation négative sont libres de continuer à passer au crible l’énorme montagne de preuves historiques complexes et à débattre de leurs conclusions avec d’autres personnes ayant des intérêts similaires.

Cependant, parmi les principaux suspects, je pense que le participant le plus probable était de loin Lyndon Johnson, d’après une évaluation raisonnable des moyens, du mobile et de l’opportunité, ainsi que du rôle énorme qu’il a dû jouer pour faciliter le camouflage ultérieur par la Commission Warren. Pourtant, bien qu’un suspect aussi évident ait sûrement été immédiatement apparent pour tout observateur, Johnson semble n’avoir reçu qu’une tranche assez mince de l’attention et les livres dirigent régulièrement l’attention vers d’autres suspects, beaucoup moins plausibles. Ainsi, la malhonnêteté évidente des médias grand public évitant toute reconnaissance d’une conspiration semble aller de pair avec une deuxième couche de malhonnêteté dans les médias alternatifs, qui ont fait de leur mieux pour éviter de reconnaître l’auteur le plus probable.

Et la troisième couche de malhonnêteté médiatique est la plus extrême de toutes. Il y a un quart de siècle, Final judgement fournissait une masse énorme de preuves circonstancielles suggérant un rôle majeur, voire dominant, du Mossad israélien dans l’organisation de l’élimination de notre 35e président et de son frère cadet, un scénario qui semble être le second en termes de probabilité après celui de l’implication de Johnson. Pourtant, les centaines de milliers de mots de l’analyse de Piper ont apparemment disparu dans l’éther, et très peu de chercheurs sur cette conspiration sont même prêts à admettre ne serait ce que leur connaissance d’un livre choquant qui s’est vendu à plus de 40 000 exemplaires, presque entièrement par le bouche-à-oreille.

Ainsi, bien que les partisans engagés puissent continuer d’interminables et largement infructueux débats sur « Qui a tué JFK », je pense que la seule conclusion ferme que nous pouvons tirer de l’histoire remarquable de cet événement crucial du XXe siècle est que nous avons tous vécu pendant de nombreuses décennies dans la réalité artificielle de « notre Pravda américaine ».

Ron Unz

Traduit par Wayan pour le Saker francophone

Imprimer