Le G7 perd du terrain face aux BRICS

La photo de famille du sommet du G7 en Italie, le 13 juin 2024

L’une des transformations cachées du système international au cours des dernières années a été l’accaparement du G7 par Washington pour en faire son « cabinet de cuisine » dans le système transatlantique. Le « rétrécissement » du G8 au G7 en mars 2014 à la suite du coup d’État en Ukraine a été un moment décisif qui a signalé qu’il n’y aurait pas de dividendes de la paix de l’après-guerre froide. Le G7, qui avait été conçu comme un groupe de pays pilotant l’économie mondiale, a fini par devenir le véhicule de la rivalité des grandes puissances pour préserver l’hégémonie mondiale des États-Unis. L’isolement de la Russie – et dernièrement de la Chine – est devenu son leitmotiv.

Avec l’échec du projet occidental d’isoler la Russie, le G7 s’est égaré et a perdu le sens de l’orientation. L’Italie, hôte rotatif du sommet du G7 cette année, a fait de l’IA une question clé du sommet. Le Premier ministre Giorgia Meloni a été invité par un hôte improbable, le pape, à faire une apparition sans précédent à l’événement du G7 dans l’hôtel italien à la mode Borgo Enyatia pour plaider en faveur de la réglementation de l’intelligence artificielle, une technologie qu’il a qualifiée de potentiellement nuisible. Le pape François était chimiste avant d’entrer au séminaire et s’appuiera apparemment sur sa formation scientifique pour éclairer ses prises de position. Sous la direction de M. Meloni, l’Italie a de plus en plus examiné la technologie de l’intelligence artificielle et a temporairement interdit ChatGPT en mars 2023, devenant ainsi le premier pays occidental à le faire.

De même, le G7 cherche désespérément à dépasser le club fermé des démocraties occidentales en pilotant une ambitieuse campagne de sensibilisation et en publiant une liste inhabituellement longue de dirigeants du monde non occidental invités au sommet. Outre l’Ukraine, Meloni a invité les dirigeants de l’Inde, du Brésil, de l’Afrique du Sud, de la Turquie, de l’Arabie saoudite, de l’Argentine, de l’Algérie, du Kenya et de la Mauritanie à participer à la réunion. Il est impossible de savoir quelle a été la logique appliquée.

Mais c’est de la realpolitik et le G7 espère combler le hiatus « Occident contre le reste » dans la liste des participants à la suite de la crise ukrainienne. En fait, les « invités de marque » assisteront demain à la finale d’un drame géopolitique qui est au cœur du sommet du G7 : la tentative des dirigeants du groupe, qui dure depuis des mois, de prendre une décision sur l’utilisation des dividendes des avoirs russes gelés pour répondre aux besoins militaires de l’Ukraine.

Pour rappel, dans le cadre des « sanctions de l’enfer » prises par l’Occident contre la Russie en 2022, l’Union européenne, le Canada, les États-Unis et le Japon ont gelé les avoirs de Moscou dans les banques occidentales pour un montant de 300 milliards de dollars. (Seuls 5 à 6 milliards de dollars environ se trouvent aux États-Unis, tandis que 210 milliards de dollars sont stockés en Europe, mais la décision d’utiliser le produit des avoirs russes a été prise par Washington avec l’intention cachée de faire payer à l’Europe les conséquences de la guerre.

Sans surprise, les membres européens et le Japon se sont opposés aux pressions américaines visant à inclure une disposition sur l’utilisation des revenus des avoirs russes gelés dans la déclaration commune du G7 qui doit être adoptée. La CNN a rapporté lundi que les fonctionnaires américains tentent toujours de se mettre d’accord sur les « détails financiers les plus sensibles » du plan relatif aux avoirs russes, étant donné que les pays du G7 ne sont pas encore parvenus à un consensus et que les discussions se poursuivent en ce qui concerne « la forme exacte de l’assistance fournie, ainsi que les garanties de restitution de ces fonds ».

Cela dit, il ne faut pas s’étonner si les Européens récalcitrants finissent par rentrer dans le rang. Il ne fait aucun doute que la décision du G7 de s’approprier l’argent russe dans les banques occidentales était déjà assez mauvaise, mais utiliser les profits de ces banques pour financer les besoins de l’Ukraine est, pour le moins, un acte de brigandage.

Les États-Unis ont tout à gagner si le gel actuel des relations entre la Russie et l’Europe atteint un point de non-retour, car l’Europe est sûre de supporter le poids des représailles de Moscou. Si le G7 adopte une telle mesure, il affaiblira le système financier mondial. En violant effrontément le droit international, le G7 créera un précédent qui sapera la confiance dans les institutions européennes.

Il sera intéressant de voir comment les dirigeants du G7 expliqueront aux pays « de proximité », issus en grande partie des BRICS, que la Russie est une exception et qu’une telle pratique ne sera pas un jour utilisée contre l’Inde, la Turquie, l’Arabie saoudite ou un autre État.

Le spectre du 16e sommet des BRICS à Kazan (16-18 octobre), présidé par le président russe Vladimir Poutine, hante le G7. Moscou a fait savoir que si les trois dernières années se sont terminées par l’expansion des BRICS, la nouvelle phase à venir veillera à ce que les participants dans un format élargi créent une structure viable dans laquelle les pays membres travailleront de manière ciblée pour développer une structure viable.

L’un des thèmes importants du sommet des BRICS à Kazan sera la création d’une monnaie unique au sein du groupe, ce qui simplifiera et élargira considérablement les relations économiques des pays membres dans un contexte de pression croissante de la part de l’Occident.

S’exprimant lors de la conférence du SPIEF à Saint-Pétersbourg la semaine dernière, M. Poutine a annoncé la création d’un tel système de paiement indépendant. Le ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a confirmé par la suite qu’une plateforme de paiement en monnaies nationales était en cours de développement.

Les pays BRICS ont compris que la création d’une monnaie unique était devenue une nécessité aujourd’hui en raison des sanctions imposées par les États-Unis et l’Union européenne. M. Lavrov a noté que « les récents événements internationaux ont fait tomber les masques » de l’Occident, qui a tenté d’imposer ses propres valeurs aux autres pays sous le couvert de valeurs universelles et de remplacer le dialogue égalitaire par des « coalitions étroites » qui s’attribuent le droit de parler au nom du monde entier.

Les BRICS, a souligné M. Lavrov, impliquent un type de partenariat totalement opposé, c’est-à-dire tout sauf une structure en bloc et, au contraire, un format fondamentalement ouvert, qui implique de travailler uniquement dans les domaines qui présentent un intérêt mutuel pour tous les participants, grands et petits. Des rapports suggèrent qu’une trentaine de pays ont demandé à devenir membres des BRICS.

Entre-temps, en termes « systémiques », le G7 entre dans des eaux inexplorées. Les partis d’extrême droite prennent d’assaut les centres de pouvoir en Europe. En ce qui concerne le sommet du G7, Politico a écrit :

« Rêvez un peu. Le sommet du G7, qui se tient dans la station balnéaire de Borgo Egnazia, dans le sud de l’Italie, présente sans doute le plus faible rassemblement de dirigeants que le groupe ait connu depuis des années. La plupart des participants sont distraits par des élections ou des crises nationales, désillusionnés par des années de mandat ou s’accrochant désespérément au pouvoir”.

« Le Français Emmanuel Macron et le Britannique Rishi Sunak mènent tous deux des campagnes électorales rapides qu’ils ont déclenchées dans un ultime effort pour inverser leur tendance”.

« L’Allemand Olaf Scholz a été humilié par les nationalistes d’extrême droite lors de l’élection du Parlement européen le week-end dernier et pourrait bientôt être renversé à son tour.”

« Justin Trudeau, premier ministre du Canada depuis neuf ans, a ouvertement envisagé de quitter son poste « fou ».

« Au Japon, Fumio Kishida jouit d’une cote de popularité au plus bas, à l’approche d’une course à la direction du pays qui aura lieu dans le courant de l’année.”

« Et puis il y a Joe Biden.

Hunter, le fils du président américain âgé de 81 ans, a été reconnu coupable d’accusations liées aux armes à feu mardi, à peine deux semaines avant le premier débat crucial de son père avec un Donald Trump résurgent dans une campagne présidentielle que le démocrate risque fort de perdre.”

Par-dessus tout, l’angoisse est palpable dans l’esprit des Européens : si Trump l’emporte lors de l’élection de novembre, ce qui bouleversera la démocratie, il n’aura peut-être même pas le temps ou la patience de tolérer un forum archaïque tel que le G7. Au vu de ce sombre paysage, il n’est pas surprenant que Mme Meloni ait pris les choses en main et décidé d’utiliser le sommet à ses fins en élaborant un ordre du jour qui s’articule autour des intérêts stratégiques de l’Italie – l’Afrique, les migrations et la Méditerranée.

M.K. Bhadrakumar

Article original en anglais publié le 13 juin 2024 sur https://www.indianpunchline.com/the-g7-loses-ground-to-brics/

Allemagne Chine Etats-Unis Grande Bretagne Histoire International Italie Russie UE Ukraine
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact