Je suis né bien avant de réaliser qu’Israël est un État, mais que la Palestine est un pays”. Gilad Atzmon

Gilad Atzmon

Dans un billet récent, j’ai affirmé que le judaïsme et le sionisme n’étaient manifestement pas identiques, mais qu’il était très difficile de déterminer où l’un s’arrêtait et où l’autre commençait.

Par Gilad Atzmon, le 15 juin 2024

Les questions relatives à la fin d’une chose et au début d’une autre peuvent être compliquées. Examinons cette complexité d’une manière allégorique : on peut se demander où finit la vallée et où commence la montagne. Hier, j’ai entendu un général israélien vétéran d’une étonnante intelligence (Gershon Hacohen) répondre à cette question. “Cela dépend à qui vous le demandez” a-t-il répondu. “Si vous demandez à l’âne qui transporte l’eau de la rivière au fond de la vallée jusqu’à la forteresse au sommet de la colline, la vallée se termine dès que la pente ascendante commence. Mais si vous demandez au général qui conçoit la stratégie de défense de la forteresse au sommet de la colline, la vallée commence au sommet de la colline, là où les murs de la forteresse se terminent“.

Cela dépend à qui vous demandez” est la réponse correcte à la question de savoir où finit le judaïsme et où commence le sionisme.

Si vous posez la question à un colon de Cisjordanie et à un adepte de la philosophie du rabbin Kook, la réponse sera : “Il n’y a pas d’endroit où l’un s’arrête et l’autre commence. Les deux sont identiques“. Pour ces colons, le sionisme est le “judaïsme en pratique“. Il est important de rappeler que les colons qui défendent cette position constituent l’épine dorsale du gouvernement de Netanyahou.

Si vous demandez à un rabbin juif antisioniste de la Torah où s’arrête le judaïsme et où commence le sionisme, vous obtiendrez probablement une réponse authentique : “Le judaïsme que nous voyons dans l’Israël contemporain n’est pas notre judaïsme”. La secte juive rabbinique Satamar, dont font partie les Juifs de la Torah, compte environ 100 000 personnes. Cela représente moins de 1% du judaïsme mondial.

Si vous demandez à un sioniste travailliste de la première heure où s’arrête le judaïsme et où commence le sionisme, la réponse pourrait être directe et claire. Le judaïsme, en tant que société théocentrique orientée par le Talmud, prend fin avec l’invention du sionisme, c’est-à-dire la croyance en la métamorphose du peuple juif en une société nationaliste prolétarienne. Pour les premiers sionistes ouvriers, le sionisme était destiné à remplacer le judaïsme. En fait, la seule idéologie politique qui trace une ligne de démarcation claire entre le judaïsme et le sionisme est l’école sioniste primitive. Le seul problème est qu’il n’y a pas une seule personne dans le monde entier qui partage les opinions des premiers sionistes. Les derniers penseurs sionistes de la première heure sont décédés dans les années 1970.

Beaucoup de ceux qui recyclent le mantra “le sionisme n’est pas le judaïsme” sont eux-mêmes des juifs athées antisionistes. Le problème de ce groupe est qu’il ne comprend souvent même pas la terminologie qu’il utilise trop souvent. Ils préfèrent les slogans et les phrases chocs à la contemplation et à la pensée critique. Si vous demandez à l’un de ceux qui répètent le mantra ci-dessus de préciser et d’illustrer exactement où finit le judaïsme et où commence le sionisme, vous n’obtiendrez en retour que mépris et déni de l’existence même d’une telle question.

Malheureusement, le mensonge pour la cause est une procédure kascher dans certaines écoles politiques, sionistes et “anti”, les unes comme les autres.

Cela peut nous amener à une autre question très intéressante : pourquoi ceux qui prétendent être des juifs athées cherchent-ils si désespérément à justifier la religion à laquelle ils ne croient pas ? En d’autres termes, nous voulons savoir où finit le judaïsme et où commence l’athéisme juif. Certains pourraient même aller plus loin et demander où finit le sionisme et où commence l’antisionisme juif…

Gilad Atzmon

Source: page Facebook de Gilad Atzmon

****

Texte original en anglais

Judaism is not Zionism, or is it?

In recent post I argued that Judaism and Zionism are obviously not the same, however it is very difficult to determine where one ends and the other starts.

Questions to do with where one thing ends and another starts can be complicated. Let’s examine this complexity in an allegorical manner: one may wonder where does the valley end and the mountain start. Yesterday I heard a spectacularly intelligent Israeli veteran general (Gershon Hacohen) addressing this question. “It depends who you ask” was his answer. “If you ask the donkey that carries water from the river at the bottom of the valley to the fortress at the top of the hill, the valley ends as soon as the ascending slope starts. But if you ask the general who devises the defence strategy for the fortress at the top of the hill, the valley starts at the peak of the hill where the fortress walls end.”

“ It depends who you ask” is the correct answer to the question where Judaism ends and Zionism begins.

If you ask a West Bank settler and a follower of rabbi Kook’s philosophy, the answer would be, “there is no such a place where one stops and the other starts. The two are identical.” Zionism, for those settlers, is ‘Judaism in practice.’ It is important to remember that settlers who hold this position are the backbone of Netanyahu’s government.

If you ask an anti-Zionist Torah Jew rabbi where Judaism ends and Zionism starts, you will probably receive a genuine answer: “The Judaism that we see in contemporary Israel is not our Judaism.” The Satamar rabbinical Jewish sect to which Torah Jews are part of are about 100.000 people. That is less than 1% of world Jewry.

If you ask an early Labour Zionist where Judaism stops and Zionism starts, the answer could be straight and clear. Judaism, as the Talmud oriented theocentric society comes to an end with the invention of Zionism, i.e., the belief in the metamorphosis of the Jewish people into a proletarian nationalist society. For early labor zionists Zionism was set to replace Judaism. In fact the only political ideology that points at a clear demarcation line between Judaism and Zionism is the early Zionist school. The only problem is that there is not a single person in the whole world who holds early Zionist views. The last early Zionists thinkers passed away in the 1970’s.

A lot of people who recycle the mantra ‘Zionism is not Judaism’ are, themselves, anti Zionist atheist Jews. The problem with this crowd is that it often doesn’t even understand the terminology it too often deploys. It prefers slogans and sound bites over contemplation and critical thinking. If you ask one of those who repeat the above mantra to elaborate and illustrate where exactly Judaism ends and Zionism starts, what you will get in return is contempt and a denial that such a question even exist.

Sadly, lying for the cause is a kosher procedure within certain political schools Zionism and ‘anti’, alike.

This may lead us to another very interesting question; Why are those who claim to be atheist Jews so desperate to vindicate the religion in which they don’t believe? In other words, we want to ask where exactly Judaism ends and Jewish Atheism starts. Some may even push it forward and ask where Zionism ends and Jewish Anti Zionism starts …

Gilad Atzmon, 15 juin 2024